Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2020531410
Éditeur : Editions du Seuil (2003)


Note moyenne : 3.96/5 (sur 24 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Jeanne supporte bien la chaleur et n'a pas froid aux yeux. Son père, le professeur Modeste Picquigny a disparu au fin fond des contrées africaines. Le 1er septembre 1921, un bateau prend le large, emmenant Jeanne à la recherche du professeur. Eugène Love Peacock ? Le gu... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par yvantilleuil, le 05 mars 2011

    yvantilleuil
    « La tendresse des crocodiles » est tout d'abord l'histoire d'une quête, celle d'une jeune femme bien décidée à retrouver son père, disparu dans les profondeurs de l'Afrique coloniale du début du XXe siècle. Accompagnée par Eugène Love Peacock, un guide porté sur la bouteille, Jeanne entame un voyage riche en découvertes, notamment la découverte de soi, des autres et d'un Continent Noir débordant de richesses et de mystères.
    Le récit, raconté à la première personne, renforce encore la proximité avec cette héroïne, déjà fort attachante à la base. Les autres personnages, hauts en couleurs, ne sont pas en reste et Fred Bernard démontre une capacité à brosser des protagonistes d'une grande justesse, en seulement quelques cases. Il soigne également l'évolution psychologique de son héroïne, qui gagne en maturité et s'émancipe au fil des pages, ainsi que les relations entre les différents personnages. Cette femme courageuse et bercée par l'Afrique et ce guide fruste et alcoolique vont ainsi se découvrir au fil de l'aventure, le tout sur base de dialogues savoureux.
    Mais la recherche de ce père disparu ne permet pas seulement de rencontrer des protagonistes intéressants, mais sert également de prétexte afin de partir à la découverte de contrées lointaines aux richesses abondantes. Tout au long de l'album, l'auteur prend le temps d'imprégner le lecteur de l'ambiance africaine. Car le cœur du récit est bel et bien un voyage et la découverte de l'Afrique : son immensité, ses mystères, sa culture, ses croyances, sa chaleur, sa nature, ses fauves, ses dangers, ses guides et ses explorateurs fous.
    Le trait volontairement brouillon de Fred Bernard croque les personnages et l'environnement tropical avec grande efficacité. Alors qu'un dessin colorisé aurait permis de faire ressortir toutes les couleurs et la beauté de l'Afrique, ce graphisme noir et blanc n'impose rien et laisse au lecteur le soin de composer sa propre palette de couleurs en interprétant les parfums et les ambiances distillées par l'auteur.
    Un album subtil et dépaysant, mêlant aventure, psychologie, rêve et poésie, à classer auprès des meilleures aventures de Corto Maltèse.
    Malgré des allures de one-shot, une deuxième aventure de Jeanne Picquigny a également été éditée par Seuil (mais est malheureusement plus difficile à trouver), ainsi qu'un album publié chez Casterman (« Lily Love Peacock »), narrant la vie quotidienne de la petite fille d'Eugène Love Peacock.

    Lien : http://brusselsboy.wordpress.com/2011/01/07/fred-bernard-la-tendress..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par mademoisellepenelope, le 04 septembre 2010

    mademoisellepenelope
    Ah les aventures de Jeanne Picquigny ! Voilà une des bd les plus réjouissantes que j'ai lue et qui me fait adorer ce genre. L'histoire tout d'abord ! Jeanne bercée toute son enfance par les lettres de son père, un savant explorateur lui racontant ses découvertes s'inquiète parce qu'elle ne reçoit plus de nouvelles. Alors, elle décide de partir en Afrique à sa recherche. Quel récit ! C'est l'aventure avec un grand A où l'on suit Jeanne à la découverte de l'Afrique sur un rythme syncopé à l'image de l'alternance de pleines pages magnifiques ou de dessins plus étroits et serrés mais toujours délicats et attentifs aux détails.
    Fred Bernard a l'art de vous raconter des histoires certes rocambolesques dirons quelques rabat-joie, de vous prendre par la main et de vous embarquer loin très loin. Ces personnages sont à la fois drôles, attachants excessifs minables parfois (cf. Eugène…) mais toujours justes et ô combien humains !
    Bref, une bd à ne pas rater…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par kbd, le 18 février 2011

    kbd
    Jeanne Picquigny est une belle femme. Riche, fougueuse, intelligente, audacieuse et franche, cette jeune dame s'ennuie dans un petit confort routinier très conventionnel. Elle est promise à un jeune bourgeois fade, effacé, prévisible. Mais dans les années 20, il convient de se marier à quelqu'un de son rang. Alors, avant de se ranger définitivement dans une vie qui semble toute tracée, Jeanne décide de partir en Afrique sur les traces de son père.
    Sur place elle fait la connaissance d'Eugène Love Peacock, un expatrié français, qui sert aussi bien de guide à touristes en mal d'aventure que d'organisateur de safaris pour bourgeois assoiffés d'ivoire. Ses services sont à vendre au tout venant à condition de pouvoir y mettre le prix. Qu'à cela ne tienne, son aplomb et son expérience convenant à Jeanne, elle l'embauche pour son périple en terres africaines.

    Lien : http://k.bd.over-blog.com/article-la-tendresse-des-crocodiles-645367..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par IDDBD, le 03 septembre 2010

    IDDBD
    "Attention ! Si vous décidez de suivre Jeanne Picquigny en Afrique, à la recherche de son père, Modeste Picquigny, et du légendaire Mokolélé Mbembé, tenez vous bien aux pages de votre BD, car celle-ci vous entraînera dans l'aventure avec un grand A. Dans cette Afrique du début du 20e siècle, voyages, rencontres, dangers, dépaysement mais aussi sensualité et magie sont au rendez-vous de cette histoire surprenante.
    Et que serait une aventure sans son héros ? Car la réussite de cette BD, tiens avant tout à la présence de Melle Jeanne Picquigny, sans doute l'une des héroïnes les plus charismatiques que j'ai eu le plaisir de lire. Oserez-je la comparer à Corto ? Un peu."

    Lien : http://www.iddbd.com/2006/11/2848/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par alouett, le 14 février 2010

    alouett
    Jeanne est une jeune femme de bonne famille dont la vie semble toute tracée. Son futur mariage avec un jeune homme sans intérêt mais fortuné lui assurera pour longtemps un train de vie enviable.
    Cependant, avant de se " ranger " définitivement, Jeanne organise un voyage en Afrique pour de retrouver la trace de son père et ainsi avoir réponse à des questions existentielles qui la taraude de longue date.
    Pour mener à bien sa quête, elle a engagé Eugène Love Peacock, un français qui s'est installé en Afrique et qui exerce aléatoirement les fonctions de guide, chasseur... cela dépend des bons plans qui lui tombent sous la main. Ses services se vendent aussi bien au gentil touriste qu'à l'aventurier en herbe soucieux de se procurer de l'ivoire.
    Si Jeanne et Eugène ont un point commun, c'est bien leur personnalité acerbe et leur franc-parler. Pour le reste, ils devront s'accommoder l'un de l'autre pendant ce voyage.

    Lien : http://chezmo.wordpress.com/2010/02/13/uneaventuredejeannepicquignyd..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par alouett, le 14 février 2010

    Jeanne, la sagesse des vieux c'est comme l'innocence des enfants : un fantasme d'adulte

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par Gregor, le 24 mai 2013

    Je frémis quand la mère, d'un coup de queue, éloigne une panthère affamée. Emue, j'observe le patriarche glisser doucement son corps énorme et lisse dans les eaux boueuses de Likouala-aux-Herbes. Et une parole, confiée par Mantou à mon oreille affleure encore : "L'eau cuit le poisson . Où est la confiance ?"

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Gregor, le 24 mai 2013

    J'admire le Mokélé Mbêmbé plonger son long cou gracile dans l'eau pour en sortir des herbes ruisselantes. Je vois des couples amoureux. Je les vois veiller sur leur nid et leurs oeufs. Je souris encore de la maladresse des petits dérapant dans la boue.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Gregor, le 24 mai 2013

    - Ce n'est pas la mer qui me rend malade, mais mon taré de père.
    - Quel genre ?
    - Le genre à exposer ses souliers la pleine lune après les avoir cirés avec un linge de Venise trempé de Dom Pérignon. Mais vous verre, il a une jolie maison.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (7)

Videos de Frédéric Bernard

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Bernard


MP 2014-04-16-952-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Fred Bernard - Rose et l'automate de l'opéra.








Sur Amazon
à partir de :
12,00 € (neuf)

   

Faire découvrir La Tendresse des crocodiles : Une aventure de Jeanne Picquigny par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (43)

> voir plus

Quiz