Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 9782283024638
Éditeur : Buchet-Chastel (2010)


Note moyenne : 3.08/5 (sur 12 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
« Je travaille de nuit comme correcteur de presse dans un grand journal régional », écrit Victor. Timide, passionné par son métier, à moins de cinq ans de la retraite, il vit encore avec sa vieille mère. « En fait, quand j’étais petit, je voulais faire conducteur de loc... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Corboland78, le 06 octobre 2011

    Corboland78
    Jean Bernard-Maugiron travaille au service de correction du journal Sud Ouest. Il vit à Bordeaux. Du plomb dans le cassetin est son premier roman.
    La première question qui vient à l'esprit, que signifie « cassetin » ? C'est le petit compartiment d'une casse d'imprimerie dans lequel sont rangés les lettres ou signes typographiques en plomb. Ce qui d'emblée plante le décor de ce roman, puisque Victor le héros, ancien typographe est désormais correcteur de presse. « Je travaille de nuit comme correcteur de presse dans un grand journal régional », répète inlassablement Victor au début de chaque chapitre.
    Victor est un « gars ben ordinaire » comme dirait Charlebois, proche de la retraite, « petit, malingre et à moitié sourd », célibataire vivant avec sa maman grabataire, passionné de trains et collectionneur. Une vie calme et rangée, réglée comme du papier à musique, petit-déjeuner et déjeuner pris au café à côté de chez lui, le repas du soir est pris à la cantine du journal où c'est moins bon mais moins cher aussi. du temps libre en journée, puisqu'il travaille de dix-huit heures à minuit.
    Chargé d'écrire un article pour le bulletin d'entreprise, Victor raconte sa vie et son métier. Et là, vous saurez tout sur la typographie, des anciennes machines belles comme des locomotives aux nouvelles plus informatisées qui donnent moins de boulot mais moins de rigolades aussi. La technique et les trucs du métier, les syndicats, les licenciements progressifs qui annoncent la mort des ouvriers du livre, Bernard-Maugiron nous fait partager les joies et les peines de Victor, ses collègues, Chantal et ses gros nichons, Madeleine la déléguée du personnel, Germaine la chef, ses potes Jean-Pierre et Pascal, sa maladie professionnelle qui vient d'être découverte, le saturnisme.
    L'auteur aurait pu écrire un roman naturaliste, genre Zola, mais il préfère utiliser le ton de la nostalgie et surtout l'humour. Chaque phrase est souriante, par le ton ou par le choix des mots et la fin du roman dont je vous laisse la surprise, dégénère en une déjante totale. Un livre très court d'une centaine de pages, mais réellement poilant, sans négliger le fond social. Un premier roman très réussi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par trotinetteaz, le 24 décembre 2010

    trotinetteaz
    J'ai trouvé ce livre très bien écrit. Malgré le fait que le début puisse paraître difficile à cause de quelques termes techniques, on se prend vite au jeu et on découvre avec émerveillement tout un monde disparu aujourd'hui et presque totalement inconnu. Finalement, lorsque j'ai tourné la dernière page, je me suis retrouvée nostalgique d'une période que je n'ai pas connu. Cet artisanat, cet amour du métier présent dans le livre me font regretter que ce genre de profession, que l'on effectuait surtout par passion en fait, n'existent plus ou prou.
    “Les ouvriers du Livre disparaissent un à un, c'est comme le dernier poilu bientôt il y en aura plus.” dixit l'auteur. Je suis bien contente d'être tombée sur ce petit bijou pour me permettre de les découvrir.
    Sans compter que le personnage principal, Victor, est attachant dans sa naïveté, sa simplicité et son humour décalé. Je le recommande vivement à ceux qui aiment les petites histoires dans l'Histoire, ils ne seront pas déçus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

  • Par biblio47, le 18 juillet 2012

    biblio47
    On découvre dans ce livre l'univers des rotatives, et des petits métiers qui font un journal.
    Le personnage principal, un vieux garçon qui vit avec sa mère s'investit totalement dans son métier et nous fait partager les 30 dernières années de sa vie.
    Un livre passionnant où l'on apprend et où le plomb non content d'être dans le titre est partout!!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par mercure, le 29 octobre 2010

    mercure
    Lire un livre dont les12 premiers chapitres (sur 17) commencent par " je travaille de nuit comme correcteur de presse dans un grand journal régional" peut sembler fastidieux. Nenni. ce qui débute comme un banal récit de vie professionnelle va virer à l'aventure foldingue "in vitro". Facile à dire mais le personnage va fondre les plombs.
    Au passage on aura appris mille et une astuces de l'imprimerie : vocabulaire, techniques, répartition du travail, équilibre de forces syndicales et patronales; bref on aura vécu quelques heures en symbiose avec le jiournal;
    Ce qui n'est déjà pas si mal
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par wictoria, le 12 juin 2011

    wictoria
    Victor, 56 ans, un vieux garçon proche de la préretraite, prépare un récit de sa vie qui sera publié dans la revue interne du grand journal régional dans lequel il travaille depuis son plus jeune âge comme ouvrier linotypiste.
    la suite

    Lien : http://monbiblioblog.blogspot.com/2011/06/du-plomb-dans-le-cassetin...

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par fanfanouche24, le 16 juillet 2014

    Les patrons, on les a longtemps bien tenus. Ils nous craignaient, nous les ouvriers du livre, et ils avaient des raisons. Comme le dit Jean-Pierre qu'a fait histoire à l'université, il ne faut pas oublier que ce sont les typos qu'ont lancé la révolution de 1830. Ils ont aussi été parmi les premiers à se regrouper en sociétés, en syndicats, en mutuelles pour créer des caisses de secours et de retraite et imposer leur tarif aux maîtres imprimeurs. Comme il y avait beaucoup de travail et peu d'ouvriers, on obtenait alors presque tout ce qu'on demandait. Maintenant c'est plus la même chose. Les ouvriers du livre disparaissent un à un , c'est comme le dernier poilu bientôt y en aura plus. (p.17)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par Corboland78, le 06 octobre 2011

    J’ai travaillé pendant vingt ans au plomb puis, quand ils ont supprimé les linos, j’ai dû rejoindre le cassetin, c’est comme ça qu’on appelle le service de la correction, ou encore l’Académie, comme disent les metteurs en pages pour nous chambrer. « Eh l’Académie ! Faut-y une division à Palais-Royal ? – Oui, deux caps dive », qu’on répond, parce qu’il faut aussi mettre les capitales, c’est dans la marche maison. Avant, toutes les éditions étaient relues par une quarantaine de correcteurs, c’est peut-être pour ça qu’on disait l’Académie, comme sous la coupole à Paris. Maintenant, ce serait plutôt l’Académie des neuf, c’est nettement moins prestigieux
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par wictoria, le 12 juin 2011

    "Pour ton départ, tu devrais écrire un papier sur ta vie professionnelle, elle m'a proposé.
    - T'es folle j'ai jamais rien écrit, je ne suis pas journaliste, je suis linotypiste, je lui ai répondu.
    - Et bien justement, c'est le moment ou jamais, les camarades de la rédaction du Marbre te donnent une pleine page dans le numéro de septembre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Jean Bernard-Maugiron

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean Bernard-Maugiron

Jean Bernard-Maugiron vous présente son ouvrage "Du plomb dans le cassetin" aux éditions Buchet-Chastel, depuis le Musée de l'Imprimerie à Bordeaux. Rentrée littéraire 2010. http://www.mollat.com/livres/jean-bernard-maugiron-plomb-dans-cassetin-9782283024638.html








Acheter sur Amazon
   

Faire découvrir Du plomb dans le cassetin par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (22)

> voir plus

Quiz