Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070634671
Éditeur : Gallimard Jeunesse (2011)


Note moyenne : 4.23/5 (sur 234 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Lors d'une mission particulièrement éprouvante, Ombe sauve la vie d'un loup-garous. Elle ne l'aurait peut-être pas secouru si elle avait su qu'elle en tomberait amoureuse... Car son corps a beau être incassable, son coeur, lui, ne l'est pa... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (38)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Syl, le 05 mars 2013

    Syl
    Introduction d'un billet précédent :
    L'Association recrute des jeunes qui ont des capacités paranormales. Au 13, rue du Horla, Mademoiselle Rose s'occupe de l'accueil, le Sphinx de l'armurerie et au sommet de cette organisation, Walter en est le directeur. le but de l'Association est de gendarmer les mondes des Anormaux, des Paranormaux avec celui des Normaux, le tout en une secrète autorité. DISCRETION est le mot clé car 99,9 % des humains ne savent pas qu'un monde parallèle les côtoie.
    Jasper et Ombe ont commencé par être stagiaires, et, au fil de leur formation, ils deviennent de plus en plus indépendants…

    « Qui me cherche me trouve »… Ombe Duchemin, jeune fille de dix-huit ans, stagiaire de l'Association, applique cette théorie le regard frondeur, prête à démontrer ses compétences sportives et défensives. Sa mission actuelle, surveiller une zone d'entrepôts et s'informer si des Anormaux enfreignent la loi.
    Dans un entrepôt désaffecté, elle retrouve le troll Erglug qui avait tenté de la tuer dans sa précédente mission, sur l'injonction du mage Siyah. La créature, sous l'emprise du magicien, était prisonnière de ses gestes et Ombe l'avait libérée.
    Pour cette seconde rencontre, Erglug ressemble plus à « un tueur psychopathe qu'à un philosophe bavard ». Oui, parce que Erglug aime les discussions conjecturales, abstraites, intellectuelles. Et la bagarre commence. Si Ombe n'avait pas la faculté d'être incassable, elle aurait, depuis le début de la lutte, été transformée en purée. le damoiseau dépasse tout de même les deux mètres ; hauteur et presque largeur ! Mais, après les coups, les explications réconfortantes… Siyah est toujours vivant et applique sa domination sur le troll qui ne peut qu'obéir, malgré toute la sympathie qu'il éprouve pour le sujet du contrat. Erglug, un peu décati, laisse partir sa proie.
    Dans sa pérégrination des hangars, Ombe tombe sur une bande de douze loups-garous. le chef essaie de faire parler un homme ligoté qui succombe à l'interrogatoire. Que
    faire ? Leur dire « Bonsoir ! Je ne faisais que passer », battre les cils et faire la moue ou présenter la carte de l'Association ? Dans les séries policières, les flics balancent toujours d'une main la plaque fédérale et de l'autre le flingue « Bougez pas tas de fumier, POLICE !!! ».
    1. Que fait Ombe ?
    2. Que font les garous ?
    3. L'homme ficelé, la tête pendante sur la poitrine, est-il vraiment mort ?
    4. Qui est-il ? (((Il est Waouuuuh !)))
    Je vous laisse le découvrir, mais sachez qu'une bande de vampires se sert des garous pour un trafic de stupéfiants. L'Association, toujours dirigée par Walter, Mademoiselle Rose et le Sphinx, donne leur confiance à Ombe pour rouiller l'engrenage de ce manège.
    Mais est-ce vraiment cela le sujet de cet épisode ? Car Ombe, la fille incassable, va se briser. Et Jasper, preux chevalier, sera là pour la relever.
    Une série à recommander +++
    Ce quatrième épisode de la série se lit avec l'auteur. A chaque page tournée, j'avais une pensée pour Pierre Bottero. A la fin du livre, Erik L'Homme ajoute une précision. Nous la connaissons déjà, mais elle reste poignante…
    « Pierre a terminé d'écrire ce volume quelques jours avant de disparaître dans un accident de moto, le 8 novembre 2009.
    Nous nous étions envoyé « le subtil parfum de soufre » et « L'étoffe du monde » le vendredi 6 novembre 2009 ; nous devions lire nos textes pendant le week-end et nous appeler le lundi pour partager nos impressions. Nous n'avons jamais pu le faire.
    Il n'a donc pas relu ou corrigé son texte, ce qu'il faisait toujours et comme cela avait été le cas pour « Les limites obscures de la magie » ; ce deuxième volume de « A comme Association » vous a été proposé à l'état brut.
    Pierre le disait souvent : il existe quantité de mondes fantastiques qui côtoient le nôtre, les auteurs sont des passeurs et leurs livres des portes permettant d'y accéder.
    Il arrive parfois que ces mondes soient si proches qu'ils finissent par se rencontrer ; on dit alors que la réalité rattrape la fiction.
    La fin du roman que vous venez de lire n'a pas été ajouté a posteriori. C'est bien Pierre qui l'a écrite et mon prochain tome en sera la fidèle continuation.
    Il me semblait important de vous le rappeler.
    J'espère que vous avez, avec Ombe et Jasper, apprécié à sa juste mesure « le subtil parfum du soufre », vous qui savez, mieux que quiconque, à quel point est fragile l'étoffe du monde…
    Erik L'Homme »
    Ombe est une fille complexe. Libre dans ses gestes et actes, elle garde au fond d'elle la part de la petite fille abandonnée, baladée de maisons d'accueil en centres, sans jamais trouver la tendresse et l'amour. Pourtant, sous son allure affranchie, altière, elle attend, elle espère et baisse les barrières qui la préservent dès qu'elle croit trouver l'Amour. La légèreté de ce tome se confond dans une mélancolie, une désillusion. Je l'entends dire « même pas mal ! » tout en retenant sa larme et j'ai envie de lui dire en la prenant dans mes bras « Petite chérie, ce n'est pas grave, la vie est devant toi et mords-la à pleines dents. »
    Nous quittons cette histoire avec de nombreuses questions. L'auteur laissent quelques indices sur les épisodes à venir et ils sentent le soufre.
    Merci Monsieur Bottero, votre histoire était parfaite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Myiuki, le 07 novembre 2012

    Myiuki
    Quel bonheur de retrouver la magnifique plume de Pierre Bottero ! Elle me réconcilie avec cette saga dont le troisième tome m'avait moins emballée que les précédents. Je ne sais pas si c'est de la magie mais l'auteur a su m'ensorceler au point de ne pas voir le temps passé lors de ma lecture. Ce roman est une petite perle. Laissez-moi vous expliquer pourquoi ...

    Tout d'abord, parce qu'on y retrouve Ombe. Soyons clairs dès le départ, j'apprécie beaucoup le personnage de Jasper, son humour décalé, son côté timide et gaffeur, l'image de ringard qui lui colle à la peau alors qu'à côté de ça c'est un magicien hyper puissant, non, vraiment, j'adhère au personnage. Mais Ombe a un don inimitable pour attiser ma curiosité et me donner envie d'en savoir plus. Lequel me demanderez-vous ? C'est simple, elle sait parfaitement entretenir le mystère qui l'entoure. du coup, on a qu'une envie : arriver à savoir ce qui se passe sous sa carapace et l'image qu'elle s'est forgée. Rien de tel qu'un soupçon de secret pour accrocher le lecteur à ce personnage.

    Nous y reviendrons un peu plus loin ... Pour l'instant, reprenons l'histoire où nous l'avions laissée dans le tome précédent. Vous vous souvenez de ce qui a déclenché les aventures de Jasper ? Un appel passé à Ombe qui l'a conduit à faire la connaissance d'Erglug le Troll dans un entrepôt ? Ici, on repart de ces bases mais avec Erglug, Ombe et l'entrepôt. Sauf qu'en fait, les choses intéressantes se passent dans un autre entrepôt que celui-ci et qui se trouve non loin de là. Et alors se met en place une autre configuration, encore plus dangereuse que de se retrouver face à face avec un Troll - eh oui, c'est possible ! - : entrepôt désaffecté + Ombe + beaucoup de loup-garous ! Voilà qui promet du sport !

    Après les vampires, les gobelins, les "monstres" marins et les trolls, nous voici face à de nouvelles créatures surnaturelles : les loup-garous. Décidément, cette saga est une véritable encyclopédie doublée d'un manuel pratique de survie concernant tout être surnaturel ou magique existant. Mais ici, de pas de cours magistral comme avec Jasper et les Trolls, avec Ombe, on passe tout de suite à la pratique ! Et à l'action. Munie de sa seule carte d'agent stagiaire de l'Association comme arme, Ombe pénètre dans l'antre des loup et les découvrent en train de torturer et de noyer l'un des leurs. Comme première rencontre amicale et détendue, on peut mieux faire !

    Mais peu importe car ce premier pas fait par Ombe au coeur de la meute va changer sa vie d'une manière inattendue. Gardant calme et sang-froid, Ombe va tenir tête à l'Alpha de la meute et s'en sortir. Un miracle me direz-vous ! Peut-être bien. Peut-être aussi que ce passage-là du livre m'a paru beaucoup trop "facile", mais passons ... Car après tout, ce n'est qu'un prétexte à une deuxième rencontre dans ce même entrepôt ... mais avec qui ... puisque toute la meute s'en est allée ? Rappelez-vous du noyé .. Ombe n'a pas pu se résoudre à l'abandonner à son sort et n'a pas hésité à plonger dans une eau peu ragoûtante pour l'en extraire ... vivant !

    Ce dernier fait se devant d'être un évidence sinon il n'y aurait pas eu de suite à cette histoire mais, là aussi, un peu trop "facile" à mon goût. Bref, ç'aurait été dommage que l'histoire s'arrête là, pas vrai ? Surtout après avoir fait la connaissance de ce fameux loup-garou répondant au nom de Nacelnik. Alors qu'Ombe devait trouver des informations sur une possible association dans le cadre d'un trafic de drogue entre les vampires et les loup-garous, elle va découvrir tout autre chose : l'amour. Cette histoire prend des allures de conte de fées pour adultes. Coup de foudre au premier regard, passion dévorante et coeur léger. Nacelnik métamorphose la Ombe que l'on connaît en une femme heureuse et amoureuse, loin de la gravité habituelle qui la caractérise. Quel changement ! Quelque part, on a envie de croire qu'il est le prince charmant - et sexy - qui la guérira de ses blessures mais la vie n'est jamais si simple ...

    L'intervention de Nacelnik dans le récit est double. D'un côté, son histoire avec Ombe permet au lecteur de mieux la connaître, de lever le voile sur une partie de son triste et terrible passé, de comprendre un peu mieux ses douleurs et ses réserves, de nous la rendre plus sympathique, plus proche de nous en fissurant se carapace. Un procédé de confidences parfaitement bien maîtrisé par l'auteur qui nous laisse entrevoir beaucoup de choses tout en conservant le mystère. On partage de fait ses joies, ses peines, on s'enflamme avec elle, on se bat avec elle et on attise notre colère aussi. Nacelnik sert de reflet aux émotions d'Ombe, de vecteur, ce qui fait qu'on peut lire en elle comme jamais auparavant. Empathie, compassion et émotions fortes sauront vous toucher.

    De l'autre côté, il permet de développer en toile de fond l'action qui sous-tend le récit. En effet, Nacelnik souhaite avant tout défier l'Alpha qu'il juge indigne afin de prendre sa place à la tête de la meute. Il embarque Ombe dans son monde, celui des garous, où elle va devoir se battre pour survivre. C'est un univers dur, féroce et sans pitié que nous dévoile ici l'auteur, sans commune mesure avec le côté tendre et protecteur affiché précédemment par Nacelnik. J'avoue avoir été déçue par l'issue de cette affaire, même si elle paraissait inévitable ... N'empêche que ça a un peu modifié la vision que j'avais de loup-garous. On peut mettre la pâté à un loup-garou quand on est haute comme trois pommes ? Non, parce que, je ne sais pas vous, mais moi à la fin, j'avais une forte envie de pâté de Nacelnik !

    Ce que j'ai préféré dans ce roman, c'est sa fin - enfin, son autre fin si je puis dire -. La découverte du fichier sur l'ordinateur qui laisse présager de nouvelles révélations, le rapprochement de Jasper et d'Ombe - trop mignon ! -, mais surtout, la conclusion qui dit que la vie mérite d'être vécue, toujours et ce, quoiqu'il arrive. Ce roman c'est une leçon de vie. Rien n'est facile, on peut connaître aussi bien joie que tristesse, on aura souvent des obstacles à franchie, on se posera beaucoup de questions mais il ne faudra rien regretter. Quelle fin ! Surtout quand on replace les derniers mots du roman dans leur contexte. Magnifique !
    Autant vous dire que si le tome suivant est du même acabit que celui-ci, je n'ai qu'une hâte, le lire tout de suite ! Encore une fois, laissez-vous emporter par les histoires enchanteresses de Pierre Bottero, vous ne le regretterez pas !

    Lien : http://coeurdelibraire.over-blog.com/article-pierre-bottero-a-comme-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par murielan, le 08 mai 2013

    murielan
    Après avoir suivi un épisode avec Jasper dans le tome 3, voici venue l'heure de découvrir les aventures qu'Ombe a vécues dans le même laps de temps. Et il semble qu'il s'en soit passé des choses dans sa vie !
    Dans cette mission, la jeune stagiaire de l'Association retrouve pour un temps le troll Erglug, puis sauve un loup-garou de ses congénères avant d'en tomber follement amoureuse. Cette passion va d'ailleurs l'entrainer dans une guerre de clan et lui permettre de découvrir que certaines personnes autour d'elles cachent des secrets...
    Ombe est une fille plutôt fonceuse, qui a pour habitude d'agir avant de réfléchir mais on la voit évoluer. Elle commence à dévoiler ses sentiments et nous livre peu à peu son histoire. Beaucoup de mystères entourent ce personnage incassable et, tout comme pour Jasper, on sent bien que le sort lui réserve encore quelques surprises.
    Ce roman étant le dernier tome de cette saga écrit par Pierre Bottero avant son décès accidentel, j'ai hâte de suivre les aventures de cette héroïne sous la plume d'Erik L'Homme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Lefso, le 28 août 2011

    Lefso
    Tout d'abord, j'aimerai remercier Erik L'Homme qui après la disparition de Pierre Bottero a eu le courage et l'envie de nous faire partager cette série originale et passionnante. Comme il le précise en fin de livre, les co-auteurs n'ont jamais eu l'occasion d'échanger sur ce qu'ils avaient écrit, et pourtant, quand on lit les tomes 3 et 4, on ne peut que sentir la complicité qui s'était installée entre-eux. J'ai été bouleversée par la fin de ce 4ème tome, tellement proche mais aussi tellement loin de ce qui est arrivé à cet auteur de génie qui a et qui continue d'enchanter ma vie avec son imagination. Cela nous rappelle surtout que la vie ne peut tenir qu'à un fil et sa mort tragique nous montre combien il faut savoir profiter de la vie !
    Parlons du livre à présent. Livre oh combien génial ! On y retrouve action, humour, amour et amitié, tout cela condensé en moins de 200 pages ! L'action est en effet omniprésente. On voit que Ombe s'éclate, dans tous les sens du terme, dans les bagarres qui parsème ce livre. Les pages défilent bien trop vie à mon goût car prise dans l'histoire, je me suis retrouvée tout au bout sans même m'en rendre compte.
    Je ne peux pas parler de l'humour sans parler d'Ombe, car je les devine indissociables. J'aime beaucoup le parler de cette demoiselle qui loin d'être en détresse se retrouve toujours en position inconfortable. Comme elle le dit si bien, peut-être devrait-elle réfléchir avant d'agir :)
    Il me semble que l'auteur a pris beaucoup de plaisir en écrivant les aventures d'Ombe, on ne peut que le remarquer lorsqu'on lit le livre. Tout comme il a si bien décrit Ellana et ses sentiments dans la trilogie des MarchOmbres, on ne peut que retrouver sa pâte dans le personnage d'Ombe qui ne peut qu'encore plus lui coller à la peau, car Ombe, comme lui aime la moto ! Pour le reste je ne connaissais pas Pierre mais j'ai cette impression que si Pierre Bottero était né fille, il aurait pu ressembler à Ombe. ^^
    Le fait que cette série de livres soient écrits à la première personne du singulier personnalise encore plus les aventures qui y sont écrites. le lecteur n'a aucun mal à s'identifier aux personnages, que ce soit Jasper ou Ombe !
    J'ai beaucoup aimé la fin de ce livre avec les retrouvailles entre Jasper et Ombe. Je ne sais pas comment les tomes 5 et 6 seront écrits, si les deux personnages vont continuer à se croiser d'un livre à l'autre ou si Erik L'Homme va les réunir. Je pense attendre la sortie du 6ème tome pour lire le 5ème et voir comment cette série va évoluer.
    En tous les cas, c'est une belle histoire que ces deux auteurs ont écrite, que ce soit au niveau du défi littéraire qu'au niveau exceptionnel des ouvrages ! Merci à eux et longue vie à Jasper et à Ombe !


    Lien : http://lefso.blogspot.com/2011/08/comme-association-tome-4-le-subtil..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Archessia, le 15 octobre 2011

    Archessia
    Ombe est envoyée en mission pour vérifier une prétendue activité suspecte dans des entrepots.
    Elle y trouvera le troll Erglug, toujours sous l'influence du puissant sort du mage noir, qui lui en fera baver, mais également un groupe de loups-garous en train de torturer l'un des leurs pour lui soutirer des informations.
    Bien entendu, Ombe et la discrétion ça fait 10.000, mais grâce à son statut d'Agent de l'Association (après tout, ils n'ont pas besoin de savoir qu'elle n'est qu'une apprentie), elle échappe de peu à une confrontation qu'elle n'était pas sûre de pouvoir assumer ...
    Maintenant, il faut faire vite, car il faut sauver le loup-garou laisser pour mort. Il détient sûrement des informations utiles à l'Association !
    Et pour ne rien gâcher, il est vraiment canon, en fait ...
    Emportée dans mon élan, je n'ai pu que dévorer ce tome 4. D'ailleurs, sachez déjà que la prochaine chronique postée sera celle du tome 5, je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin
    Des deux personnages, depuis le début, c'est quand même Jasper que je préfère.
    Ombe est sympa dans le genre héroïne badass qui dépote et botte des fesses, mais je la trouvais pas mal prétentieuse, assez imbue d'elle-même, en fait.
    Soyons d'accord, il y a une différence entre la confiance en soi et l'arrogance. Je trouvais qu'Ombe avait allégrement passé cette frontière.
    Mais qu'à cela ne tienne, étant fan de l'ambiance A comme Association, j'étais quand même super heureuse de retrouver cet univers.
    J'ai donc été doublement ravie en découvrant d'autres facettes d'Ombe !
    Elle a toujours ce caractère piquant et très (trop?) sûre d'elle, mais la carapace montre des fissures. Miss je-frôle-la-perfection a des défauts, et franchement, ça fait vraiment du bien.
    Non pas que j'avais envie de la "rabaisser", mais c'est surtout que ça montre simplement qu'elle est humaine avant tout, et j'ai pu me sentir plus proche d'elle pendant cette lecture.
    Le style de Pierre Bottero y est pour beaucoup, bien sûr. Avec ce volume, il a eu l'art de jouer au yo-yo avec nos sentiments.
    On vibre et jubile quand Ombe mène des combats ahurissants, on frémit et on sourit quand son coeur commence à éprouver des choses qui la perturbe, et enfin on se brise et on pleure quand, décidément, la vie ne lui fait pas de cadeaux.
    C'est un récit intense, très visuel et très vivant, qui déborde d'énergie et d'émotions diverses, presque à l'excès. On est parfois submergés par l'intensité émotionnelle de certains passages, surtout quand on ne s'attend pas vraiment à en voir de la sorte avec la jeune fille.
    C'est une impression qui est également amplifiée par le fait que le livre est assez court, donc tout se passe vite et se vit avec force.
    Ce tome m'a réconcilié avec Ombe, j'ai aimé la voir sous un nouveau jour, plus vulnérable, plus touchant.
    Mais Ombe reste Ombe, et la jeune Agent fait toujours autant preuve d'aplomb, de culot et de force physique ! Mais en est-il autant de son mental ?...
    Vu la fin de ce volume, et vu le fait que c'est le dernier qu'ai écrit Pierre Bottero avant de décéder, je suis un peu angoissée mais également excitée de voir quel tournant va prendre la série.
    La plume de Pierre a laissé la porte est ouverte à tout les scénarios, je me demande vraiment quel est celui qu'a choisit Erik L'Homme.

    Lien : http://archessia.over-blog.com/article-a-comme-association-tome-4-le..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (21)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par sheila, le 19 novembre 2014

    -C'est un garou. Nos chemins se sont croisés non loin de l'entrepôt où tu as rencontré Erglug. Je lui ai sauvé la vie, il a volé la mienne. Il a ouvert pour moi des portes cachées, des portes verrouillées, des portes inaccessibles. Il a dévoilé des horizons lumineux et des possibles exaltant. Il m'a guérie des blessures que j'ignorais porter et pour finir, m'en a infligé des nouvelles que je suis incapable de supporter. Il...
    jasper m'interrompt en posant sa main sur la mienne.
    -Qui ça il?
    -Qu'importe. Il a oublié la saveur de mes baisers, pourquoi devrais-je me souvenir de son nom ?
    Un long moment, je demeure silencieuse puis Jasper retire sa main, doucement, et je reprend mon récit.
    Je lui dis tout.
    Mes actes et mes pensées.
    Mon combat contre Lakej et mes combats contre moi.
    Mes certitudes et mes doutes. Surtout mes doutes.
    Mes peurs.
    Mon bonheur et ma détresse. Surtout ma détresse.
    Il m’écoute. Jusqu'au bout.
    Et, lorsque j'ai finit, il a la délicatesse de se taire.
    De ne rien ajouter, rien commenter, rien expliquer.
    Il se contente d'être là, et cela suffit à ce que j'aille mieux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par sheila, le 19 novembre 2014

    La plus lourde des solitudes se dissimule dans les endroits les plus beau.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Lefso, le 28 août 2011

    Arrête, Ombe ! Tu n'es pas une pro de la pensée mais une virtuose de l'action. Ne t'enterre pas dans une discussion stérile. Ta force, ta vraie force, c'est ton corps, laisse-le s'exprimer.
    J'arrache mon tee-shirt, enlève mon jean, les jette au sol. En tombant, ils effacent une partie du pentacle qui cesse de briller, mais cela n'a aucune importance. Je le sais. Je le sens.
    Je m'allonge sur le garou.
    Pas besoin d'incantation. La magie, je viens de le comprendre comme on comprend la lumière en sortant d'un tunnel, c'est l'énergie qui chante en moi et le seul vecteur dont j'ai besoin pour l’utiliser c'est mon corps.
    Le garou est plus grand que moi, plus large. Je m'étire, m'enroule autour de lui, cherchant à ce que ma peau soit le plus possible en contact avec la sienne. Je niche ma figure dans son cou et je m'ouvre.
    Je suis forte, souple, rapide, résistante, je possède des réflexes incroyables, je bouillonne de vie et d'énergie, je les lui offre.
    Je sens, je vois presque, une vague brillante naître au creux de mon ventre et déferler sur lui.
    Irrésistible.
    Il sursaute. Ses muscles se tendent, il prend une immense bouffée d'air puis...
    Il ouvre les yeux.
    Waouh !
    Du bleu à n'en plus finir. Profond à s'y noyer. Beau à s'y perdre. Lumineux à en devenir aveugle.
    - Tu es un ange ?
    Sa voix est grave, un peu rauque, si totalement envoûtante qu'il me faut quelques secondes pour comprendre que la question s'adresse à moi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par Sasha, le 20 mars 2011

    Il ouvre les yeux.
    Waouh !
    Du bleu à n'en plus finir. Profond à s'y noyer. Beau à s'y perdre. Lumineux à en devenir aveugle.
    - Tu es ... un ange ?
    Sa voix est grave, un peu rauque, si totalement envoûtante qu'il me faut quelques secondes pour comprendre que la question s'adresse à moi.
    - Non, je ... je suis Ombe.
    - Et moi Nacelnik. Pourquoi me mens-tu ?
    - Je ne te mens pas, je m'appelle ...
    - ... Ombe et tu es un ange.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la citation

  • Par Crunches, le 25 mars 2012

    Les deux garous se figent.
    Leur chef s'avance, les renvoie d'un geste du menton, se plante devant moi, bras croisés sur sa vaste poitrine.
    Sale gueule mais impressionnant. Et encore, impressionnant est un mot un peu léger pour décrire l'aura qui se dégage de lui.
    Je réalise avec une douloureuse acuité que je n'ai que dix-huit ans, une connaissance purement livresque des Anormaux et des capacités physiques qui, pour étonnantes qu'elles soient, ont des failles et des limites. Beaucoup de failles et d'inquiétantes limites.
    Par tous les diables, comment me suis-je fourrée dans ce pétrin ?
    - Pourquoi l'Association nous espionne-t-elle ?
    La voix rocailleuse de Trulez possède l’amabilité du verre pilé. Alors que le mot survie prend souffant un relief douloureux dans mon esprit, un autre surgit du fin fond de ma conscience pour l'épauler : diplomatie.
    - Je ne t'espionne pas, face de caniche, j'ai vu de la lumière et je suis entrée.
    Promis, si je survis, je prends rendez-vous avec un psy.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

> voir toutes (13)

Videos de Pierre Bottero

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bottero

Pierre Bottero, invité des médiathèques des Portes de l'Essonne le 12 juin 2009. http://bibliobloguons.blogspot.fr/2014/05/il-y-cinq-ans-avec-pierre-bottero.html








Sur Amazon
à partir de :
6,45 € (neuf)
7,50 € (occasion)

   

Faire découvrir A comme Association, Tome 4 : Le subtil parfum du soufre par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (503)

> voir plus

Quiz