Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique




> Janine Lévy (Traducteur)
> Amin Maalouf (Préfacier, etc.)

ISBN : 2253064092
Éditeur : Le Livre de Poche (1996)


Note moyenne : 4.05/5 (sur 534 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Durant toutes ces années, le prophète a côtoyé les collines, conversé avec les vents et murmuré au creux des arbres. Étranger au peuple d'Orphalese, il a pourtant appris à le connaître et à l'aimer.


Or, à l'heure de repartir vers sa terre natale,... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (47)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par jcnb68, le 29 août 2011

    jcnb68
    Bien plus qu'un chef-d'œuvre, je considère cet ouvrage en tant que miracle.
    Renforcé, si c'était nécessaire, par le fait que Gibran l'a écrit, parait-il car je n'ai pas vérifié, à l'âge de 15 ans.
    Tous les sujets touchant de près l'humain y sont traités : le mariage, l'amour, le crime, la liberté, la religion, etc, etc.
    Mais quelle façon de les aborder !
    Ici, l'on ne marche pas sur les eaux, l'on ne démultiplie pas pain et poisson. Pas plus que l'on de partage en deux les aux de la mer rouge.
    Le miracle est dans les mots et dans la pensée. Et c'est d'autant plus troublant car contemporain. Il a vécu Gibran. Ici, parmi nous.
    Et il nous a légué un véritable petit miracle auquel nous pouvons faire appel à tout moment de notre existence.
    Lui, un homme, divinement inspiré, met à notre portée un texte d'une liberté, d'une sagesse et d'une profondeur qui ferait pâlir tous les Jésus, les bouddhas et les Mahomets, réunis en un.
    Dans un texte simple, mais d'une beauté et d'une élégance poétique inouïe, Gibran envoie valser toutes les contradictions de l'âme humaine et des religions qu'elle a inventé pour calmer sa peur de l'existence.
    Il nous dit que le jour n'existerait pas sans la nuit, le bien sans le mal, l'homme sans la femme, l'amour sans la haine, la vie sans la mort. Il nous parle de notre unique liberté qui consiste à choisir et à voguer en permanence entre deux différents pôles d'une même réalité.
    Un concentré de philosophie et de sagesse dont les paroles se déversent dans votre être afin d'en apaiser les contradictions réunies en son sein.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 36         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par darkmoon, le 20 février 2014

    darkmoon
    Initiatique, épique, merveilleux, universel…
    Dans un langage très poétique, l'auteur relate le testament spirituel d'Almustapha au peuple d'Orphalèse. L'amour, le mariage, les enfants, la prière, le travail, la joie, la tristesse, la liberté, le bien et le mal, le plaisir, la religion, la mort et bien d'autres sujets sont successivement abordés par Le prophète dans un langage d'une pureté extraordinaire. Chaque phrase est à méditer et à incorporer au plus profond de soi. Gibran n'est pas un philosophe, mais un poète, ses phrases sont profondes, et ciselées avec art. le sens des responsabilités n'est pas éliminé, loin de là, il s'agit plutôt d'un respect de la personnalité de l'autre, du conjoint ou de l'enfant. L'enfant est considéré ici comme un être humain à part entière, avec sa sagesse innée, son âme divine et sa grandeur. "Vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont les fils et les filles de la Vie". Nulle part, je n'ai trouvé dans ce livre qu'il faille se montrer dépendant vis à vis de Dieu, la prière y est décrite comme un art de vivre, une mise en contact avec une source d'énergie, toujours prête à nous recharger. L'homme n'est pas considéré comme négligeable par rapport au Divin, mais comme une sorte de partenaire. "Voilà ce que j'ai trouvé plus essentiel que la sagesse, l'âme qui est en vous flamboie et sans cesse s'augmente de son propre feu."
    Troublant par sa beauté, « Le prophète » se hisse parmi les romans qui poussent le lecteur à se remettre en question.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par araucaria, le 07 mars 2013

    araucaria
    J'aurais souhaité que ce livre devienne pour moi un guide spirituel, il ne l'a pas été car je l'ai lu avec un certain détachement... Dommage si je suis ainsi passée à côté d'un chef d'oeuvre. Il est resté un écrit poétique sans plus et ne m'a pas émue autant qu'il l'aurait pu.

    Lien : http://araucaria.20six.fr
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 38         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Luniver, le 31 août 2013

    Luniver
    Un sage quitte la ville d'Orphalese où il habitait. Juste avant son départ, les habitants lui posent d'ultimes questions pour profiter une dernière fois de son enseignement. Les thèmes abordés sont très vastes : l'amour, la liberté, la justice, le mariage, la religion, …
    Ce livre assez court est écrit de manière très poétique et est agréable à lire. Sur le fond, les séries d'aphorismes sur chaque thème sont intéressants, mais assez convenus, je m'attendais à davantage de profondeur (difficile à obtenir en seulement 100 pages).
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Tomisika, le 09 mai 2013

    Tomisika
    Almustafa va remonter dans un bateau et prendre la direction de son île natale après 12 ans d'exil. le peuple d'Orphalèse lui demande de leur dispenser ses derniers enseignements avant son départ.
    Je connaissais ce livre de nom et la belle couverture m'a incité à me le procurer. Il y a quelques jours, j'ai découvert le livre Le manuscrit retrouvé de Paulo Coelho et pendant ma lecture je me suis aperçue que son traitement était similaire au livre "Le Prophète" que j'avais feuilleté. J'ai donc décidé de le lire afin de me faire une idée précise des influences que Paulo Coelho était susceptible d'avoir reçues.
    Sans surprise, le traitement est identique. Almustafa est un prophète qui parle à sa population. Celle-ci pose des questions sur des thématiques précises et il y répond. le livre se divise donc en parties consacrées à l'Amour, la mort, la passion et la raison et d'autres….
    Les idées de Khalil Gibran sont écrites de façon très poétique et avec finesse. Ses préceptes sont rédigés avec une certaine sagesse, et Le Prophète ne porte jamais de jugement négatif. Bien évidemment l'aspect religieux est présent, mais de façon moins formel que dans le livre Le manuscrit retrouvé. Avec les tournures de phrases imagées de Khalil Gibran, on ne prend pas ses discours pour des incitations à la foi. Quand bien même il lui donne une certaine place en fin de plusieurs chapitres. Il émet peu de jugements et donne des leçons de vie baignant entre philosophie et spiritualité, mais on est loin d'un manuel de développement personnel.
    J'ai ressenti beaucoup de sobriété de la part d'Almustafa qui propose un style de vie responsable et fait d'échanges productifs dans les relations avec la nature ou humaines (que ce soit en couple, avec les enfants ou ses amis). Bien que certaines idées ne m'aient pas convaincue, comme le fait que la victime est toujours quelque part responsable (pas dans la majorité des actes gratuits comme dans le cas d'un meurtrier qui flingue n'importe qui, ou d'un violeur etc… ), j'ai apprécié de nombreux passages qui sont esthétiquement très beaux.
    Sans forcément être croyant, on peut donc facilement apprécier ce moment de lecture à divers degrés. Que ce soit pour la beauté de la forme, les idées de vie qui sont réfléchies et "sages", ou la découverte d'un écrit du XVIIIe siècle. Un classique qui mérite d'être découvert.

    Lien : http://lechateaudegaby.wordpress.com/2013/05/09/le-prophete-de-khali..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 18         Page de la critique

> voir toutes (143)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par kellaaybe, le 21 avril 2014

    Mais si, dans ta crainte, tu ne cherchais que la paix et le plaisir de l'amour,
    Alors mieux vaut que tu couvres ta nudité et que tu sortes de l'aire de battage de l'amour,
    Pour aller vers le monde sans saisons où tu riras, mais pas de tous tes rires, et où tu pleureras, mais pas de tout tes pleurs.

    Commenter     J’apprécie          1 2         Page de la citation

  • Par latrace, le 30 mai 2010

    Vos enfants ne sont pas vos enfants. ils sont fils et filles du désir de vie en lui-même. Ils viennent par vous mais non de vous, et bien qu’ils soient avec vous, ce n’est pas à vous qu’ils appartiennent. Vous pouvez leur donner votre amour mais non vos pensées, car ils ont leurs propres pensées. Vous pouvez loger leurs corps mais non leurs âmes, car leurs âmes habitent la demeure de demain, que vous ne pouvez vous efforcer de leur ressembler, mais n’essayez pas qu’ils vous ressemble. Car la vie ne retourne pas en arrière ni s’attarde à hier. Vous êtes les arcs qui projettent vos enfants telles des flèches vivantes. L’archer voit la cible sur le chemin de l’infini, et il vous courbe avec toute sa force pour ses flèches aillent vite et loin. Que cette courbure, dans les mains de l’archer, tende à la joie; car comme il aime la flèche qui vole, il aime aussi l’arc qui est stable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 95         Page de la citation

  • Par Azilice, le 12 avril 2010

    Quand l'amour vous fait signe de le suivre, suivez le,
    Bien que ses chemins soient rudes et escarpés.
    Et lorsqu'il vous étreint de ses ailes, abandonnez-vous,
    Bien que l'épée cachée dans ses pennes puisse vous blesser.
    Et quand il parle, croyez en lui,
    Bien que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord dévaste le jardin.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 80         Page de la citation

  • Par darkmoon, le 28 juillet 2013

    De même que l’amour vous couronne, il vous crucifiera. De même que vous lui devez de croitre, vous lui devrez d’être élagué.
    De même qu’il s’élève jusqu’à votre hauteur et caresse vos branches les plus délicates qui frémissent au soleil, il descendra jusqu’à vos racines et les secouera là où elles s’accrochent à la terre.
    Comme des gerbes de blé, il vous assemble en lui, il vous bat pour vous dénuder, il vous passe au tamis pour vous libérer de votre bale, il vous passe au moulin jusqu’à vous blanchir, il vous pétrit jusqu’à vous rendre malléable ; alors il vous livre à son feu sacré, afin de faire de vous le pain sacré du festin sacré de Dieu.
    Toutes ces choses, l’amour les fera en vous afin que vous puissiez connaitre les secrets de votre cœur et, les connaissant, devenir une parcelle du cœur de la Vie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 15         Page de la citation

  • Par darkmoon, le 01 juillet 2013

    Quelques-uns d’entre vous disent, « La joie est plus grande que la tristesse », et d’autres disent, « Non, c’est la tristesse qui est la plus grande ». Mais je vous dis, elles sont inséparables. Elles viennent ensemble, et quand l’une est assise seule avec vous à votre table, n’oubliez pas que l’autre est endormie sur votre lit.

    Commenter     J’apprécie          2 38         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Khalil Gibran

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Khalil Gibran


"Le Prophète" de Khalil Gibran lu par Michaël Lonsdale
Une interview de Michaël Lonsdale à l'occasion de l'enregistrement du "Prophète" pour les Éditions Audiolib. http://www.audiolib.fr/livre-audio/le-prophete-d...











Sur Amazon
à partir de :
1,41 € (neuf)
1,06 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Prophète par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1168)

> voir plus

Quiz