Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2013224001
Éditeur : Hachette (2007)


Note moyenne : 3.69/5 (sur 360 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
David Eliot vient d'être renvoyé du collège et cette fois ses parents ont décidé de sévir ! Il se retrouve dans une école bien étrange, sur la sinistre île du crâne, au large de l'Angleterre. Très vite, il soupçonne le pire. Mais il est encore loin de la vérité...
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (76)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Under_The_Moon, le 19 juillet 2015

    Under_The_Moon
    Si vous avez aimé l'ambiance à Poudlard et les aventures de la famille Addams, il y a fort à parier que ce roman vous plaira !
    C'est la première fois que je lis Anthony Horowitz, auteur pourtant prolifique de littérature jeunesse anglaise. Ce qui est indéniable c'est que son livre porte bien le sceau des lettres anglaises, avec leur humour inimitable.
    Au-delà des similitudes qu'on ne peut s'empêcher de relever entre David Eliot, Jill et Jeffrey ici et Harry Potter, Hermione et Ron de l'autre, l'auteur se moque des "Public school" à l'anglais et du public un peu trop guindé et trop propre (en apparence du moins!) qui les fréquente. On le voit des les premières lignes avec la description de la famille Eliot, végétariens convaincus, et avec le nom de l'école dont David s'est fait exclure. Si cette trame en elle-même n'a rien d'exceptionnel, la touche personnel d'Horowitz donne toute sa saveur à l'histoire, permettant au lecteur de garder l'intérêt au fur et à mesure des chapitres.
    C'est vrai ! Rien de tel pour pimenter ce scénario si banal que d'envoyer le rejeton désobéissant sur l'Île du Crâne (Skrull Island en vo). Saupoudrer des quelques Evènements mystérieux et incorporez-y petit à petit des professeurs étranges (pléonasme certes) .. vraiment pas nets. Et hop : l'aventure commence ! D'ailleurs je recommande la description de la prof d'anglais qui vaut son pesant de cacahuètes (les scénaristes des Profs peuvent aller se rhabiller après celle-là ! )
    Le tout servi avec une écriture assez fluide qui facilite la lecture.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par andamine, le 05 janvier 2012

    andamine
    David vient d'être renvoyé de son école.Ses parents sont sur les nerfs. Quand tout a coup; ils reçoivent une lettre un peu bizarre...
    Dans cette lettre, on leur conseille d'envoyer David dans une école qui lui donnera une bonne éducation. Dans le train qui l'emmène, il rencontre Jill et Jeffrey qui deviendront ses amis.
    Toutes les nuits, les enfants disparaissent mystèrieusement....
    David et son amie Jill vont mener l'enquète...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Sharon, le 15 mars 2014

    Sharon
    Si vous aimez Poudlard, vous aimerez Groosham Grange, sympathique collège, situé sur une île inaccessible, auquel un seul et unique bateau a accès – partir à la nage, avec les courants, les récifs, et autres joyeusetés, ce n'est pas très pratique. L'avantage est qu'Anthony Horowitz a crée Groosham Grange avant Poudlard. L'inconvénient est que les conditions d'accès sont plus strict : il est nécessaire d'être le septième fils d'un septième fils. Rassurez-vous : cela fonctionne aussi si vous êtes une fille. Ce qui est mieux encore est d'avoir des parents en dessous de tout, absents ou maltraitants, des parents à côté desquels oncle Vernon et tante Pétunia pourraient prétendre au titre de famille d'accueil de l'année.
    Ce collège paraît normal de prime abord. Les mêmes matières y sont enseignés que dans des pensionnats plus traditionnels. Les professeurs sont un peu étranges, un tout petit peu. Quant aux deux directeurs, ils sont tout bonnement invisibles – et je connais peu d'élèves normalement constitués qui s'en plaindraient. Cependant… plus le temps passe, plus David s'étonne. Mieux encore : il a du mal à accepter ce qu'il voit, à s'intégrer au milieu de cette étrangeté pourtant assumé.
    Y parviendra-t-il ? Pour ma part, une fois ce livre refermé, je n'ai eu qu'une envie : lire la suite.

    Lien : http://deslivresetsharon.wordpress.com/2014/03/15/lile-du-crane-de-d..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par LinaBouquine, le 22 juillet 2012

    LinaBouquine
    Ce livre se trouvait depuis longtemps dans ma PAL, mais je n'avais pas particulièrement envie de le lire. La couverture n'était pas particulièrement attirante, elle me faisait même assez peur, mais il est inscrit sur la quatrième de couverture que ce livre est à lire à partir de 11 ans, je n'avais donc aucune raison d'appréhender ma lecture.
    Le pitch de départ : David, 12 ans n'est pas fait pour l'enseignement et suite à son renvoi, ses parents décident de l'envoyer à Groosham Grange, une école où les élèves n'ont droit qu'à un seul jour de vacances.
    L'intrigue est assez intéressante. On se demande quel est le secret de cette école, mais cela saute aux yeux, ne serait-ce que grâce aux noms des professeurs. Tout est prévisible et ça m'a beaucoup gênée car j'avais l'impression de lire un roman dont je connaissais la fin.
    J'ai retrouvé l'univers d'Harry Potter, et bien que la saga de J.K Rowling soit sorti après, il y avait trop de ressemblances et à l'inverse d'Harry Potter, ce premier tome (cette saga en comporte deux) n'avait aucun point original à souligner. Je n'ai pas apprécié.
    Je n'ai pas accroché avec les personnages non plus.
    David est un préadolescent «normal » pas si normal que ça car nous allons découvrir tout au long de l'histoire pourquoi est-ce qu'il est envoyé à Groosham Grange. Son personnage n'est pas vraiment développé. Il n'a rien de particulier qui fait qu'il soit attachant. Je n'ai pas eu envie d'en savoir plus sur lui.
    Jeffrey et Jill sont les deux amis de David à Groosham. C'est difficile de parler d'eux sans spoiler toute l'histoire, mais ils se trouvent que ces trois personnages ont un point commun, un secret qui les lie. Malheureusement, certains vont s'en rendre compte trop tard. Jeffrey est un personnage très caricatural, obèse, il bégaie, il est persuadé que tout le monde lui en veut et souhaite lui faire du mal. J'ai plus apprécié le personnage de Jill, jeune fille sûre d'elle, un peu masculine avec une grande force de caractère.
    Les parents de David sont très particuliers. Voir même un peu trop. le père qui menace de pendre son fils par les pieds, de lui faire boire de l'essence, etc, tout ça pour un renvoi, je n'ai ni adhéré, ni compris où l'auteur voulait en venir. La mère est quant à elle assez spéciale, elle peut se prendre six centimètres de lames de couteaux dans la poitrine et s'en remettre la minute suivante. Ces deux personnages ne sont pas crédibles du tout et m'ont donné l'impression d'évoluer dans un monde imaginaire alors que ce n'est pas le but recherché.
    Les professeurs de Groosham Grange sont assez diversifiés, mais à mon goût pas assez exploités. Ils sont trop nombreux pour qu'on se souvienne d'eux parfaitement et leur description est assez courte. J'aurai aimé avoir des précisions sur leur passé, leur histoire et ce ne fût malheureusement pas le cas.
    Le style d'écriture est - comme tout le reste du roman - particulier, pour ne pas dire bizarre. Anthony Horowitz utilise des répliques et a des réfléxions que je n'ai pas compris, ou alors étais-je trop âgée pour les comprendre ? Des plaisanteries enfantines accaparent une grande partie de ce livre et ça m'a beaucoup déplu. Comme je l'ai précisé avant ce roman est destiné aux préadolescents à partir de 11 ans. Je pense que l'on peut aborder cet ouvrage beaucoup plus tôt.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par 100choses, le 29 avril 2013

    100choses
    Anthony Horowitz est mon auteur jeunesse favori (bien qu'il n'écrive pas que du jeunesse, loin de là) depuis que j'ai découvert l'un de ses livres pour la toute première fois, il y a plus de dix ans. Il s'agissait du Faucon Malté que j'avais adoré et que j'ai depuis relu un nombre incalculable de fois. Ce bouquin est drôle, futé et bourré de références littéraires, culturelles… et je ne m'en lasse jamais. Plus récemment, j'ai retrouvé les frères Diamant avec L'ennemi public numéro 2 qui m'avait un poil déçue. Depuis, plusieurs titres du Monsieur ont rejoint ma PAL, (dont La maison de soie, qui m'attend depuis Noël mais que je n'ose pas lire pour l'instant. J'attends tellement de ce bouquin, et puis je veux vraiment choisir l'occasion parfaite pour le lire) et je les découvre petit à petit.
    Et comme en ce moment, la période de stage (cumulée à d'autres soucis plus personnels) me laisse sur les rotules, j'ai besoin de lectures rapides et sans prise de tête. C'est pourquoi, après la BD présentée hier, j'ai finalement choisi de me plonger dans ce premier volume des aventures de David Eliot. Je me souviens que le titre et la couverture (vous croyez vraiment que je suis capable de résister à un crâne ?) m'avaient immédiatement attirée chez Boulinier et au final, j'ai vraiment adoré ce petit bouquin.
    J'ai vraiment retrouvé l'humour très particulier de Anthony Horowitz dans L'île du crâne, humour très British, souvent (très, très) noir, frôlant régulièrement les limites de l'absurde (c'est tout à fait dans le style de Monthy Python pour ceux qui connaissent. Mais j'espère que vous connaissez tous) et c'est ce qui m'a plus. Franchement, je rigolais à voix haute, le nez plongé dans mon bouquin. L'histoire relatée est assez monstrueuse mais tout est tellement gros que l'on ne prend rien au sérieux et qu'on glousse face aux malheurs de ce pauvre David et aux évocations de meurtres, maltraitance et autres horreurs perpétrées par les divers protagonistes de l'histoire. C'est ignoble mais j'adore !
    Et ce qui est marrant, c'est que Anthony Horowitz a souvent tendance à donner dans la parodie de héros et récits populaires et là, dès les premières pages j'avais la nette impression de lire une parodie de Harry Potter. Pourtant L'île du crâne a été originellement publié en 1983. Mais franchement, c'est bluffant : une jeune adolescent aux cheveux noirs en bataille et aux yeux verts, habitant le 3 villa Wiernotta est le souffre-douleur de ses parents qui sont le portrait craché de l'Oncle Vernon et de la Tante Petunia. Une lettre rédigée à la plume sur parchemin arrive alors chez lui, lui proposant une place dans un établissement scolaire particulier SPOILER SUR LE BLOG dont la description physique un peu plus loin est très proche de celle de Hogwarts. Il y a carrément une sorte de Forêt Interdite. Il y a même le voyage en train au cours duquel il se fait deux camarades, garçon et fille. Et ça n'arrête pas. C'est vraiment très curieux comme impression, de voir en quelque sorte la parodie sortir avant l'oeuvre originale. Franchement, j'ai adoré. C'est un peu bête dans la mesure où il vient d'abord, mais j‘ai trouvé que le livre était d'autant plus drôle que je pouvais rattacher presque chaque élément à Harry Potter.
    Bon l'intrigue finit par prendre un tour indépendant mais cette impression ne m'a pas quittée de tout ma lecture, surtout quand on voit comment se termine ce volume… L'intrigue donc, est assez simple pour l'instant mais réussit à captiver le lecteur et donne très envie de lire la suite qui s'appelle, je vous le donne en mille : Maudit Graal (quand je vous dis que j'avais Monty Python en tête durant ma lecture) !
    Sinon, du côté des personnages secondaire, mention spéciale à M. Leloup, professeur de français qui, comme toujours chez Anthony Horowitz, s'en prend plein la tête et c'est drôle. Figurez-vous que cet homme est en réalité SPOILER SUR LE BLOG
    . Je crois que cette remarque m'a littéralement fait exploser de rire. On rencontre aussi un curé et sa guitare chantant des chansons pourries et là, sincèrement, je ne sais pas ce qu'en ont pensé les autres lecteurs, mais personnellement, je n'ai pas réussi à me sortir de la tête, ce passage culte de la vie est un long fleuve tranquille (allez, tous en coeur !) : VIDEO SUR LE BLOG
    Bref, bon gros moment de rigolade avec ce premier tome des aventures de David Eliot. Après avoir été un poil déçue par L'ennemi public numéro 2, j'ai vraiment retrouvé la plume d'Anthony Horowitz telle que je l'aime. Et si vous ne connaissez pas encore cet auteur, qui est aussi journaliste et scénariste de séries TV, entre autres pour Midsomer Murders (Inspecteur Barnaby en français) et Poirot, et de films franchement, filez immédiatement emprunter un (ou tous) de ses livres en bibliothèque !

    Lien : http://leboudoirdemeloe.co.uk/2013/04/29/horowitz-anthony-lile-du-cr..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (19)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Under_The_Moon, le 19 juillet 2015

    '' Christmmas, of course, has very little to do with Christianity. […] There were festivals at the end of December long before Christianity appeared; the Roman 'Saturnalia' and the Persian 'Birth of the Sun', for example. In the north it is a festival of the dark spirits, for it is at Christmas that the dead return from their graves."
    This was all news to David. But he had to admit that living in London and being surrounded by tinsel, department-store Santas, last-minute shopping, mince pies, puddings and too many old films on TV, Christmas had ever had much to do with Christianity there either.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Under_The_Moon, le 19 juillet 2015

    It might only be water in the basin, but at Groosham Grange you never knew. One quick slosh and you might wake up with three extra eyes and a passion for fresh blood.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Under_The_Moon, le 19 juillet 2015

    Mrs Windergast might be just like somebody's grandmother. But the somebody was probably Jack the Ripper.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Under_The_Moon, le 19 juillet 2015

    Despite the sunshine and the first scent of spring, something evil was going on at Groosham Grange.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Under_The_Moon, le 16 juillet 2015

    [lamentations du père de famille qui désespère du laisser-aller dans les écoles "modernes"]

    If only I could find a school that could lick him into shape [...]. Not one of these namby-pamby modern places but somewhere that still believes in discipline. When I was young, I knew what discipline meant ! These days, most children can't even spell it. Whip, whip, whip ! That's what they need ! A good bit of bamboo on their bums !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

> voir toutes (7)

Videos de Anthony Horowitz

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Anthony Horowitz

Anthony Horowitz - Moriarty .
Anthony Horowitz vous présente son ouvrage "Moriarty". Parution le 3 novembre 2014 aux éditions Hachette. Traduit de l'anglais par Annick le Goyat. http://www.mollat.com/livres/horowitz-anthony-moriarty-9782012044364.html Notes de Musique : ?Detective? (by Krowne). Free Music Archive. Éditeur : Hachette








Sur Amazon
à partir de :
4,65 € (neuf)
1,50 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Ile du Crâne par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (754)

> voir plus

Quiz