AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756003808
Éditeur : Delcourt (13/09/2006)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 158 notes)
Résumé :
Pierre est un curé "de gauche". Il est cool. Il est drôle. C'est pas un prêtre, c'est un bonhomme. Moi, c'est comme si j'avais un nouveau tonton. Un excellent, qui rit, qui chante, qui chatouille.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
lehane-fan
02 octobre 2012
★★★★★
★★★★★
Après Pierre et le Loup , sublime conte musical – pouvant s'avérer assez gonflant finalement au bout de la 126 e écoute , je conçois - pour enfants écrit et composé par Prokofiev en 1936 , voici Pierre est le Loup ! Ici , foin de conte ni de musique si ce n'est celle de l'abject et du dégout !
Olivier a 7 , 15 , 35 ans . Abusé dès son tout jeune âge par un prêtre en qui il avait placé toute sa confiance , il ne réalisera que bien plus tard la portée culpabilisante d'un tel évènement , le vivant alors comme une souffrance bien légitime dans son quotidien d'adulte marié et père de famille .
Pierre est un prêtre progressiste , débonnaire , tout en rondeur . Il attire immédiatement la sympathie et telle l'araignée , tisse lentement sa toile avant de fondre sur sa proie immanquablement beaucoup plus jeune , lui causant alors des séquelles pérennes...
Sujet difficile s'il en est , la pédophilie est abordée ici de façon éminemment intelligente ! Ni voyeurisme outrancier , ni pathos larmoyant . L'auteur Olivier Ka , lui-même victime de tels agissements , se sert de cette BD comme exutoire et le fait de façon fort brillante ! du garçonnet abusé ne matérialisant que très peu ce qui lui arrivait alors à l'adulte mature prenant pleinement conscience de l'évènement et de la commotion durable en découlant , Olivier narre son histoire simplement , factuellement , espérant ainsi exorciser les démons qui le hantent depuis .
Des dessins naïfs , des couleurs forcément sombres , le lecteur ne peut que se focaliser sur l'histoire . Cette dernière vous chope de la première à la dernière page , sans temps mort ni sensationnalisme , pour vous conter la terrible mésaventure de ce petit bout d'homme innocent appelé à devenir l'agneau sacrificiel entre les mains de cet ogre des temps modernes !
Magistral !
En refermant cette magnifique BD , je ne pus m'empêcher d'avoir une petite pensée émue pour Monseigneur Barbarin , ecclésiastique à l'honnêteté intellectuelle et l'ouverture d'esprit plus que discutables , qui , il y a peu encore , stigmatisait violemment l'éducation d'un enfant et ses dérives prétendument inhérentes au sein d'une famille homoparentale , omettant bizarrement d'évoquer ce type d'agissements pourtant avérés au sein de sa propre communauté ! Sacré Fifi va , un p'tit début d'alzheimer peut-être ? Au royaume des aveugles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
marina53
26 octobre 2012
★★★★★
★★★★★
Pourquoi j'ai tué Pierre,
Parce qu'à 7 ans, il fallait que j'aille à la messe matinale avec mes grands-parents;
Parce qu'à 8 ans, avec mes parents et un couple d'amis baba-cool, on se baignait dans l'eau tout nu et que la nudité, hé, ben, ce n'était pas si grave;
Parce qu'à 9 ans, j'ai rencontré Pierre, un curé gauchiste, très gentil, surtout avec moi, que tout le monde a accepté dans la famille;
Parce qu'à 9 ans, je pars en colonie, tout seul, comme un grand, avec Pierre;
Parce qu'à 12 ans, Pierre me demande de lui masser le ventre pour l'aider à s'endormir et qu'il prend ma main et la pose sur son sexe dur;
Parce qu'à 15 ans, je découvre l'amour avec une femme;
Parce qu'à 16 ans, mes parents se séparent, je quitte l'école et je brise le silence;
Parce qu'à 29 ans, je ne supporte plus d'entrer dans une église;
Parce qu'à 35 ans, je ne vais pas bien du tout et que je décide de tout raconter, à travers cet album...
Avec un sujet aussi difficile, raconté une fois n'est pas coutume par un homme, Olivier Ka a voulu se débarrasser de ses démons, mettre des mots et des dessins sur cet acte de pédophilie dont il a été victime. On est très vite happé par cette ambiance malsaine, on ressent à la fois de l'inquiétude, de la révolte et de la compassion.
Quant aux dessins, ils sont d'une telle intensité ! Les couleurs sont parfois criardes, les traits grossiers et noirs. Cette mise en images et en couleurs, d'une simplicité apparente, a su retranscrire les changements d'époque, les états d'âme, la candeur, la rage, la vulnérabilité.
Pourquoi j'ai tué Pierre, parce que c'était lui ou moi...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          371
Macha_Loubrun
23 février 2014
★★★★★
★★★★★
Inutile de prévoir un marque-page pour cette magnifique BD autobiographique, elle se lit d'une seule traite, avec une vive émotion.
Olivier est un enfant intelligent, curieux, en quête de repères et d'affection. 7, 8, 10 ans, ce n'est pas toujours facile pour lui…
« Touche pas ton zizi, sinon tu iras en enfer ! » lui disent ses grands-parents, fervents catholiques.
« Tous à poil ! On va se baigner avec les amis dans la rivière » Ils sont cools, baba cool même, les parents d'Olivier. Il y a toujours plein de monde à la maison, il trouve ça plutôt sympa Olivier.
« Ha ! Voilà notre petit Olivier » lui dit Pierre avec un immense sourire. Pierre c'est un prêtre de gauche trop rigolo qui est devenu l'ami de la famille. C'est chouette, Olivier va partir en colonie avec lui. Mais un jour, Pierre va abuser d'Olivier et les vacances paradisiaques vont se transformer en enfer. Olivier vit dès lors un épouvantable conflit de loyauté envers Pierre qu'il aime et admire et portera seul son lourd secret.
Pierre a un physique d'ogre et de gros nounours à la fois. Toute l'ambiguïté de la situation est là, magnifiquement illustrée par Alfred. Les couleurs sont criardes pour exprimer les émotions dans de gros plans déformés.
Le malaise est palpable, la solitude, les angoisses et les souffrances d'Oliver tracent le long sillon d'une douleur enfouie depuis l'âge de douze ans par Olivier Ka son auteur. A trente-cinq ans, il se libère de cette histoire pesante. « Pourquoi j'ai tué Pierre » est une confession bouleversante jusqu'à la chute finale qui donne toute sa force à ce témoignage digne et poignant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Chrisdu26
02 décembre 2013
★★★★★
★★★★★
Pourquoi il a tué Pierre.
Il a tué Pierre parce qu'il a 7 ans. Il a tué Pierre parce qu'il a 12 ans, puis 19, puis devient adulte et à travers les différentes étapes de sa vie, le narrateur nous explique pourquoi il a tué Pierre. J'avance dans ma lecture, je veux savoir ! La réponse se précise peu à peu. Je me doute, je comprends, je devine, j'en suis presque sûr comme une évidence mais je refuse d'y croire, alors je continue de tourner les pages. Il a tué Pierre parce qu'il a 35 ans et la vérité nous frappe. C'est émue que je poursuis ma lecture parce que maintenant je sais pourquoi Olivier a tué.
« Je ne triche pas. Je tente de comprendre, de mettre à plat mes sentiments, mes ressentis. Je creuse, je fouille, je vomis tout. Je vais jusqu'au bout. Jusqu'à maintenant… »
Un coup de maître pour le duo Olivier Ka et Alfred. C'est au hasard d'un café littéraire que j'ai rencontré cet auteur, Olivier Ka, écrivain à la plume remarquable mais avant tout un homme sensible, pudique et adorable. Il aborde un sujet difficile avec sérénité, justesse et intelligence. le texte est magnifique et bouleversant. Son approche d'un thème grave, délicat et tabou se fait avec beaucoup de pudeur sans haine ni colère « parce qu'il faut aussi savoir rire de ses propres larmes ». le coup de crayon sobre et instinctif d'Alfred laisse place à l'émotion tandis que la palette d'Henri Meunier vient accentuer, par ses couleurs tantôt vives tantôt sombres, le tragique de cette histoire autobiographique. On referme ce livre troublé et pensif.
« Moi je me sens calme, étonnamment, et serein. Je sais exactement pourquoi je suis là. Je sais précisément ce que je suis venu faire. J'ai le sentiment d'avoir quitté le rêve. Je suis là, et bien là. Avec ses choses assassines à dire. »
Pourquoi j'ai tué Pierre… Une question de survie !

Lien : http://marque-pages-buvard-p..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
manU17
25 novembre 2013
★★★★★
★★★★★
C'est en ayant aucune idée de son sujet que j'ai commencé ce roman graphique. Les consignes étaient claires de la part de la personne qui me l'a offerte, ne rien en savoir avant lecture pour que, comme pour elle, la découverte soit totale. Qu'il en soit ainsi.
« Pour Emmanuel, cette promenade au pays des souvenirs et des blessures, parce qu'il faut aussi savoir rire de ses propres larmes. »
En lisant la dédicace de l'auteur, je me suis dit que le sujet n'allait sans doute pas être léger…
Olivier a 7 ans, 8 ans, 9 ans, 10 ans, 12 ans.
Olivier est issu d'une famille plutôt libre, tendance baba cool, on parle de tout, on est tolérant, on n'a pas de tabous. Si ses grands-parents sont extrêmement croyants et pratiquants, ses parents ne le sont pas. Mais ouverts d'esprit, ils comptent un prêtre parmi leurs amis et en sont même plutôt fiers. « Pierre est un curé « de gauche ». Il est cool. Il est drôle. C'est pas un prêtre, c'est un bonhomme. » Olivier est heureux de l'écoute et de la présence rassurante de cet homme qu'il voit comme un « nouveau tonton, un excellent, qui rit, qui chante, qui chatouille. » Avec lui, Olivier se sent important. C'est donc sans hésitation qu'il va le suivre à « Joyeuse Rivière », sa colonie de vacances. Une colonie de vacances, un prêtre, un gamin, pas besoin d'en dire plus…
Olivier a 15 ans, 16 ans, 19 ans, 29 ans, 34 ans.
Une innocence perdue, un enfant marqué à jamais, un adolescent en devenir, un jeune adulte en pleine (dé)construction. Un événement indélébile, marqué à tout jamais, un secret enterré au fond de soi…
Olivier a 35 ans.
Les cauchemars récurrents. le besoin de sortir de soi ce secret, de le vomir, de l'écrire. le soutien d'un Ami, un vrai. Un retour en arrière, un mal nécessaire.
Olivier a tué Pierre…
Sobriété et justesse du propos de la part d'Olivier Ka. Trait, dessins, graphisme et mise en page parfaitement adaptés aux émotions, aux sentiments et aux troubles d'Olivier de la part d'Alfred. Quand on sait ce récit autobiographique et qu'on découvre le travail des deux artistes et amis, on comprend définitivement le sens du mot Ami.
A Olivier Ka et à tous les autres…

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU1725 novembre 2013
Les vieux sont amusants. Ils ont des tronches pas possible. A la sortie de la messe, ils forment des petits groupes et ils parlent en chuchotant et en secouant doucement la tête. Je les trouve à la fois tristes et rigolos.
Commenter  J’apprécie          170
marina53marina5326 octobre 2012
Tu avais du pouvoir sur moi... Tu en as joué, abusé... Les mômes c'est de la pâte à modeler... tu poses tes doigts, l'empreinte reste. Tu m'as manipulé... Tu as brisé quelque chose en moi... définitivement.
Commenter  J’apprécie          160
Shan_ZeShan_Ze22 septembre 2016
Je me trimballe un spleen permanent.
Et puis, j'ai honte.
Honte de m'être fait croire, pendant des années, que ce qui m'est arrivé n'est pas grave.
Commenter  J’apprécie          180
katixkatix16 décembre 2015
Je réfléchis un instant. Je n'ai plus d'autres questions.
Ma mère a répondu à toutes celles que lui ai posées, pourtant je n'en sais pas plus qu'au début de la discussion.
Ça, c'est un truc d'adultes.
Je ne sais pas comment ils font, mais ils arrivent à parler des heures sans jamais rien éclairer.
Commenter  J’apprécie          50
blandine5674blandine567413 janvier 2016
Tu avais du pouvoir sur moi. Tu en as joué, abusé. Un môme, c'est de la pâte à modeler. Tu poses tes doigts, l'empreinte reste. Tu m'as manipulé. Tu as brisé quelque chose en moi... définitivement.
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : pédophilieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
338 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .