Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2020635151
Éditeur : Editions du Seuil (2004)


Note moyenne : 3.53/5 (sur 17 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Il était une fois, effectivement, un vieux couple heureux. Des berbères de la montagne marocaine, soumis au rythme doux de la vie villageoise, à l'observation des saisons et des couleurs du ciel. Le vieil homme, revenu d'un passé agité, passe ses journées à calligraphie... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par LiliGalipette, le 26 octobre 2011

    LiliGalipette
    Au Maroc, dans l'arrière-pays montagneux, un Vieux et une vieille vivent heureux. Pieux et généreux, ce couple sans enfant vit sereinement le crépuscule de son existence. Les journées s'écoulent paisiblement, entre un passage au souk, un couscous aux navets et de longues discussions qui rendent grâce au Ciel. le Vieux est heureux dans « un quotidien calme qu'il appréciait car il n'avait aucun souci à se faire, et sa seule obligation était de vivre et de prier. » (p. 15) Durablement uni, le couple ne souffre pas que sa lignée s'éteigne, c'est ainsi, c'est écrit. L'homme et la femme se suffisent l'un à l'autre et partagent un sentiment profond : « Moi, je suis fidèle et je n'aime que toi ma vieille. » (p. 37) dit le Vieux ; « Tu m'as rendue heureuse. Je suis vieille mais heureuse de vivre ces évènements en ta compagnie. J'ai toujours su que tu cachais une grande âme. C'est pourquoi je n'ai jamais souffert en ta compagnie. » (p. 126) répond la vieille.
    Mais la douceur de cette époque bénie et de ce temps presque légendaire recule devant la marche inéluctable de la modernité. Les deux vieux se disent « les garants de la tradition » (p. 46) et assistent au pillage de patrimoine et à la décrépitude de la tradition. le Vieux est « un fin lettré. Il possédait des vieux manuscrits relatifs à la région et bien d'autres grimoires inaccessibles à l'homme ordinaire. (p. 8) Mais le temps est désormais à la vitesse, à la consommation de masse, à la richesse facile. La jeunesse quitte le pays, se déprave et se perd dans la ville ou en Europe. La décolonisation a entraîné dans son sillage une modernisation insidieuse qui pousse à la paresse et favorise les parvenus. L'univers entier semble s'accélérer et le Vieux assiste résigné à la nouvelle marche du monde. « Mais la modernité est contre moi. Je ne suis qu'un vieux croulant, un vieux chnoque qui écrit sur un saint aussi méconnu que lui. En marche vers une disparition complète, après quoi ne resteront que les choses solides, bien actuelles : le béton, l'argent, la télévision, la vidéo, les grosses voitures, etc. » (p. 85)
    Le Vieux écrit de la poésie berbère et l'épopée d'un saint oublié. Sa plume est belle et l'imam du village l'encourage à se faire publier. Mais quand son œuvre est enregistrée sur cassette et diffusée à la radio, le Vieux pressent que même l'art devient objet de consommation courante. Jamais il ne s'énerve ni ne pleure sur le nouvel état des choses. Sa vie reste un hymne aux traditions même si d'inévitables concessions au progrès prennent place dans le quotidien.
    La formule qui compose le titre annonce un conte. Mais tout de suite quelque chose dissone : les héros ne sont pas jeunes. La vieillesse s'annonce donc comme le plus bel âge de la vie. Ce court roman fait l'éloge de la simplicité et chante la beauté d'un passé sur lequel retombe la poussière. Dernier témoin d'un monde perdu et d'un temps révolu, le vieux couple ne change pas ses habitudes, ne se révolte pas. Il est heureux et c'est bien ainsi qu'il compte mourir. Ce sera une histoire qui finit bien.
    Composé de chapitres très courts et rédigé dans une langue belle et nostalgique, ce texte très court se lit avec grand plaisir et donne envie d'entendre de la poésie berbère. On voudrait être chat et regarder l'homme écrire : « Mon chat, tu comprends la poésie. Chaque fois que la plume court sur le papier, tu te redresses comme pour applaudir. Tu saisis tout rien qu'à ce bruit insolite. » (p. 67) Il ne faut pas chercher à tout comprendre, juste se laisser porter par les mots et la nostalgique langueur des chaudes soirées d'antan.


    Lien : http://www.desgalipettesentreleslignes.fr/archives/2011/10/26/224750..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

  • Par marona, le 23 septembre 2013

    marona
    J'ai lu ce roman il y a des années.. au Bac, c'était parmi les ouvrages à lire. J'en garde à très bon souvenir. le climat de la campagne marocaine, des traditions berbères des gens des montagnes, le calme, la sérénité et surtout les poèmes de ces régions qui racontent tant d'histoires !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

  • Par AbdellatifLabrari, le 09 mars 2014

    AbdellatifLabrari
  • Par lamiray, le 21 juillet 2014

    lamiray

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par LiliGalipette, le 26 mars 2012

    Ils étaient une fois de plus sur la terrasse. L'été tirait presque à sa fin. Les moissons avaient été bonnes, la récolte des olives et des amandes aussi. Comme toujours, la vieille préparait son tagine pendant que le Vieux fumait et sirotait du thé. Et, comme toujours en été, l'espace était splendide. Des milliards d'étoiles illuminaient le firmament. De temps à autre, une météorite fendait l'atmosphère en un trait rouge qui s'évanouissait rapidement. « Dieu est en train de lapider le Diable... », disaient les Anciens à la vue des ces phénomènes cosmiques. Bouchaïb ne croyait pas à cela. Il connaissait bien l'astronomie. Il avait lu tant et tant de livres qu'il eût écrit lui-même si le sort ne s'en était mêlé... Mais il ne regrettait rien. Ses poésies berbères qu'on lirait peut-être un jour étaient son unique plaisir. Mais qui s'occupait de la poésie berbère ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 25 octobre 2011

    "Un chat n'est pas plus le diable que le diable n'est un chat. Et un nègre n'est pas un diable ! C'est un être humain de couleur ! Le diable est invisible, les jnouns également. Un chat ou un nègre sont bel et bien visibles. Les jnouns et le diable peuvent frapper quelqu'un quand ils veulent, il ne peut pas les voir. Il reçoit des coups, c'est tout. Mais un chat ne fait de mal à personne. Un nègre, si. Les coups du nègre sont tordus ! Mais il existe des nègres pacifiques.C'est rare, très rare, mais il y en a. Notre chat est un seigneur, il est supérieur à un chien. Il n'a jamais attrapé la gale, lui." (p. 37)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 26 octobre 2011

    « Mais la modernité est contre moi. Je ne suis qu’un vieux croulant, un vieux chnoque qui écrit sur un saint aussi méconnu que lui. En marche vers une disparition complète, après quoi ne resteront que les choses solides, bien actuelles : le béton, l’argent, la télévision, la vidéo, les grosses voitures, etc. » (p. 85)

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 26 octobre 2011

    « Tu m’as rendue heureuse. Je suis vieille mais heureuse de vivre ces évènements en ta compagnie. J’ai toujours su que tu cachais une grande âme. C’est pourquoi je n’ai jamais souffert en ta compagnie. » (p. 126)

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 26 octobre 2011

    « Mon chat, tu comprends la poésie. Chaque fois que la plume court sur le papier, tu te redresses comme pour applaudir. Tu saisis tout rien qu’à ce bruit insolite. » (p. 67)

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
5,22 € (neuf)
3,90 € (occasion)

   

Faire découvrir Il était une fois un vieux couple heureux par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (75)

> voir plus

Quiz