AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Simone Veil (Préfacier, etc.)
ISBN : 2266162012
Éditeur : Pocket (2006)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Bordeaux, 1943. Au cours d'une rafle, Sidonie et ses jumeaux âgés de cinq ans sont arrêtés : ils sont noirs et vont être déportés. C'est dans l'angoisse et la puanteur du train que commence le long voyage qui mènera Sidonie et ses enfants jusqu'à Auschwitz. A leur arrivée, Désiré, son fils, lui est enlevé ; le sort de sa fille sera plus funeste. Quant à Sidonie, son destin l'attend à Ravensbriick. Puisant dans ses racines martiniquaises et dans sa foi, elle lutte co... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
nannou71
07 juillet 2016
  • 4/ 5
Un témoignage dur et poignant d'une Antillaise déportée dans un camp de travail.
A chaque livre que je lis sur ce sujet, une question me revient, toujours sans réponse : Comment cela a-t-il pu arriver ?
Commenter  J’apprécie          210
Seraphita
06 décembre 2009
  • 4/ 5
Sidonie est une jeune femme de 25 ans, d'origine martiniquaise. En décembre 1943, elle est arrêtée par les nazis, avec ses deux enfants, Nicaise et Désiré, 2 jumeaux de 5 ans. Son crime ? Etre employée par les Dubreuil, qui sont juifs. Mais peut-être aussi, elle n'en doute pas, du fait de sa couleur de peau… Elle est déportée dans un camp en Allemagne, à Ravensbrück. Elle nous décrit, par le biais d'un petit carnet sur lequel elle vole des instants d'écriture et de mémoire, ses errances, ses doutes, ses découragements, mais aussi ses espoirs, la foi en Agénor et en la vierge Marie, qui lui permettent de survivre.
Un roman très intéressant qui permet de prendre conscience d'une réalité souvent méconnue : la déportation et la persécution des Noirs par les nazis au cours de la seconde guerre mondiale. La forme est romancée, Sidonie n'a jamais existé, mais pour écrire ce récit, l'auteur a fait une étude très poussée de divers documents et témoignages de Noirs qui ont été déportés. le roman est très sombre et très réaliste, on sent que Michèle Maillet s'est beaucoup documentée. Malgré tout, sont présentes des périodes d'espoir qui aident Sidonie à faire face et à s'adapter au réel. J'ai beaucoup aimé les « pauses » souvenirs sur l'île d'origine de la narratrice, Sidonie : on découvre l'aspect culturel de l'île, à travers ses fêtes, comme les carnavals, ou des recettes de cuisine très colorées, qui permettent de nous évader de l'enfer du camp et de découvrir une nouvelle culture. J'ai apprécié l'attitude courageuse et volontaire de Sidonie qui se ménage des instants de liberté, à travers un devoir et un besoin d'écriture, support nécessaire à la mémoire. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
bebi
20 mars 2015
  • 4/ 5
Les livres traitant de la Seconde guerre Mondiale m'intéressent beaucoup. Au vu du résumé, j'ai choisi de lire celui-ci.
Sidonie est une jeune mère martiniquaise de jumeaux, domestique chez un couple âgé juifs. Détail qui a son importance dans ce livre évidemment
Un jour de rafle, ses employeurs sont emmenés. Malgré sa couleur de peau, elle est emmenée également, ainsi que ses enfants. Commence alors la descente aux enfers : les voyages dans des camions, des trains, des wagons à bestiaux, et l'arrivée dans les camps de concentration.
Ses jeunes enfants de 5 ans sont épuisés, et la peur de Sidonie ne va qu'en grandissant. Elle connaît les affres de la séparation, du travail forcé, des coups, des brimades, et découvre une situation de plus en plus dégradantes. Malgré tout, elle garde la foi quant au fait que cela ira mieux un jour. Elle prie beaucoup et espère.
Au-delà de la situation cauchemardesque, l'auteur donne au personnage principal un fond mystique. Elle ne jure que par Agénor, un dieu pouvant l'aider. Elle lui parle sans arrêt, et la narration finit même par ne plus passer que par ce dialogue religieux.
J'ai beaucoup moins apprécié cette fiction, à cause de ce côté éthéré. Cela m'a semblé très lourd, car arrivait même parfois à étouffer le sujet principal.
A côté de cela, le regard d'une personne ne sachant pas ce qui l'attend face à ce moment sombre de l'Histoire donne un aspect encore plus dramatique, si c'est possible, à cette extermination systématique. Evidemment, dans ces cas, il n'y avait pas que des juifs : gitans, noirs, et d'autres particularités s'y retrouvaient. Et cette fois, c'est ce côté-là qui est raconté.
Ce n'est pas un récit aussi fort que ce que j'ai l'habitude de lire. Néanmoins, je pense qu'il devait également faire partie de mon parcours dans les méandres historiques de cette époque.

Lien : http://au-fil-des-pages477.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pitchou06
24 janvier 2016
  • 4/ 5
L'auteur nous immisce dans la vie de Sidonie, une jeune antillaise vivant en France, déportée vers les camps de concentration en Allemagne, pendant la seconde guerre mondiale. Ce qu'on lui reproche ? Etre noire. C'est un véritable enfer qui l'attend, accompagnée de ses deux enfants. Alors c'est en s'évadant psychologiquement vers l'air chaud de son île natale que Sidonie tente de lutter contre l'horreur humaine qu'elle est en train de vivre.
C'est un roman bref et intense en émotions.
Commenter  J’apprécie          20
Alexielle63
17 décembre 2010
  • 2/ 5
On nous parle de la déportation des juifs, quand on a un bon prof d'histoire, des tsiganes, des homosexuels, des opposants au régime nazi... mais rarement de la déportation des noirs. Ce livre vient donc pallier à ce manque. Mais, dans le même temps, j'appréhendais un récit dur, choquant, à la limite du supportable. Or, il n'en est rien : l'auteur nous décrit les événements à travers le personnage de Sidonie, qui tient un journal de sa déportation. Pour s'évader, elle fait remonter les souvenirs de sa Martinique natale, où elle vivait heureuse entourée de ses parents, son frère et les Dubreuil, un couple de confession juive, qui la considérait comme leur fille. Finalement, cette évocation de souvenirs d'un autre temps nous met en retrait de ce qui se passe dans le camp. Je pense que c'est l'effet souhaité par l'auteur mais, du coup, j'ai lu ce livre avec un sentiment de détachement, en observatrice et n'ai pas ressenti d'émotions particulières, si ce n'est vers la fin, où les souvenirs se font plus rares et où la vie dans le camp s'organise, des amitiés se lient et Sidonie "résiste" enfin. L'écriture est par contre très soignée, on sent que l'auteur sait où elle va et de quoi elle parle. C'est finalement un bon témoignage de la vie dans les camps, je pense, en dépit de ce manque de ressenti.
Lien : http://lecturesdalexielle.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
nannou71nannou7105 juillet 2016
A part les SS, il n'y a que des femmes dans ce camp : des prisonnières et des femmes soldats. Comment peut-on, étant femme, devenir soldat ? Les femmes SS, dans leurs longues pèlerines noires et leurs uniformes gris, sont une vision difficile à soutenir, et les responsables de chaque baraque, ces femmes qu'on appelle blockowa, ne semblent pas valoir mieux. Sont-elles ici par force, comme nous ? Est-ce leur métier que d'être garde-chiourne ? Ont-elles des enfants, des maris, des amants, qui les attendent en dehors de cet univers absurde ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
nannou71nannou7106 juillet 2016
A perte de vue, je ne vois, dans cette monstrueuse ville de planches et de pierre, qu'une danse macabre. Nous ressemblons toutes à des épouvantails, marqués de triangles ou d'étoiles, de matricules, les jambes sanglées dans des chiffons, des morceaux de papier, la taille liée par de la ficelle.
Depuis combien de temps suis-je ici ? Quelques heures sans doute, mais j'ai l'impression d'y être depuis toujours. Je me sens vide, laide, ridicule, humiliée. Mais déjà aussi, peut-être, indifférente. Le comble de l'horreur, n'est-ce pas d'accepter l'horreur ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
nannou71nannou7105 juillet 2016
L'univers de ce compartiment n'a rien d'enfantin ; et les enfants qui sont dans ce train ont déjà un passé aussi lourd que celui des adultes. Jeunes ou vieux, nous avons tous le même âge, et nous faisons le même voyage.
Commenter  J’apprécie          60
nannou71nannou7105 juillet 2016
Autour de moi, il n'y a que des femmes. Mais physiquement, nous sommes toutes dissemblables, grandes, petites, blondes, brunes. Il y a même, là-bas, une jeune femme de type asiatique. Nous sommes toutes différentes et pourtant semblables. Nous ne sommes plus personne. Plus rien. Pas même des animaux. Des animaux auraient-ils accepté sans une plainte de se laisser charger dans un nouveau train ?
Commenter  J’apprécie          20
nannou71nannou7105 juillet 2016
Mais aujourd'hui la nuit est finie pour tout le monde.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : camps de concentrationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Des fleurs pour Algernon de Léa

Qui est le personnage principal

Algernon
Dr strauss
Charlie Gordon

20 questions
508 lecteurs ont répondu
Thème : Des fleurs pour Algernon de Daniel KeyesCréer un quiz sur ce livre