AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253107816
Éditeur : Préludes (04/01/2017)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Deux jeunes filles réunies à travers les siècles par une mystérieuse partition.
Deux cœurs passionnés de musique et de liberté.
Une ville, Venise, jadis et aujourd’hui.
À 17 ans, Lionella, d’origine italienne, ne vit que pour le violoncelle, ce qui la distingue des autres adolescents de Seraing, la ville où elle habite en Belgique. Elle peine toutefois à trouver le morceau qui la démarquerait au prochain grand concours Arpèges. Jusqu’au jour où ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
motspourmots
06 janvier 2017
  • 4/ 5
Voilà un premier roman qui cumule de nombreuses qualités : une intrigue prenante, une incursion dans le Venise du 18ème siècle, une immersion dans la culture et la passion pour la musique classique (qui intéressera même les non-initiés dont je fais partie), des personnages attachants et convaincants... Avec tous ces ingrédients, autant dire que la lecture est fluide, agréable et... enrichissante. J'ai beaucoup apprécié le dialogue entre les deux jeunes filles à travers les siècles. Lionella, enfant du 21ème siècle passionnée de violoncelle, issue d'une famille d'amateurs et de musiciens, dont la délicatesse et la capacité à voyager au travers de la musique contraste avec la tristesse de son environnement plus terre à terre dans une cité belge en proie à la crise économique. Ada, orpheline recueillie dans un hospice de Venise au 18ème siècle où elle apprendra la musique aux côtés d'un maître désormais célèbre, Vivaldi. Lorsque Kevin, le meilleur ami de Lionella découvre dans une brocante une partition inconnue et le journal intime d'Ada, il est encore loin de se douter de l'importance que cette découverte prendra dans la vie de son amie... et de la proximité qui naîtra entre les deux jeunes filles par-delà les âges. S'agit-il d'une sonate inconnue de Vivaldi ? Lionella ne prend-elle pas un gros risque en décidant de l'interpréter lors du concours Arpège ?
C'est un très bel hommage à la passion, à la musique, à la volonté de réaliser ses rêves, à l'amitié également. J'ai appris un tas de choses et retrouvé avec plaisir un contexte déjà croisé dans une "Nouvelle vénitienne" de Dominique Paravel, ces ensembles musicaux de jeunes orphelines se produisant devant la noblesse vénitienne dissimulées par des grillages et des voiles.
Une jolie surprise de ce début d'année qui devrait connaître un joli succès dès que le bouche-à-oreilles commencera à fonctionner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Bislys
13 janvier 2017
  • 4/ 5
Une belle histoire qui met en parallèle deux jeunes femmes à deux époques différentes: Lionella, une jeune belge passionnée de violoncelle et Ada, une orpheline vivant dans un orphelinat vénitien et qui a pour maitre en musique un certain Antonio Vivaldi. Lionella va découvrir la vie d'Ada au travers de son journal et d'une mystérieuse partition.
Encore une belle découverte en ce début d'année. Ce roman a le mérite de nous plonger dans la Venise du XVIIème siècle et dans les méandres de la création musicale. J'ai été un peu déroutée par le nombre important de mots italiens. Ces mots sont ensuite expliqués dans les phrases suivantes, ce qui donne l'impression de lire un dictionnaire et qui peut être rébarbatif au bout d'un moment. de plus, cela n'apporte pas grand chose au récit. Sur les deux jeunes femmes, ma préférence va à Ada dont j'ai trouvé la vie passionnante, tandis que celle de Lionella est assez plate et quelconque. J'ai aussi fait la connaissance du grand compositeur qu'étant Antonio Vivaldi et dont je ne connaissais que très peu de choses.
Un roman agréable à lire et qui permet de s'ouvrir au monde de la musique classique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Sharon
02 janvier 2017
  • 5/ 5
Voici un livre que j'ai envie de recommander à tout le monde, y compris à de jeunes lecteurs (du moins, des adolescents) parce que c'est un livre qui fait du bien.
Entendons-nous bien : ce n'est pas de la chick-litt, ce n'est pas un livre qui vous apprend comment vivre heureux, non, il s'agit bien d'un roman, mais d'un roman qui présente des personnages féminins positifs, comme Ada ou Lionella.
Lionella, "Lio" pour certains proches, est la première héroïne de ce roman. Elle se destine au métier de violoncelliste, "violoncello" en italien, quasiment l'anagramme de son prénom. Elle prépare un prestigieux concours, mais là, elle a un coup de mou, elle a l'impression que tous les morceaux ou presque ont été joués pour des concours, bref, elle n'a pas la pêche malgré les encouragements de ses parents et de son professeur. C'est Kevin, son meilleur ami, qui, en mettant la main, dans une brocante, sur une vieille partition, accompagné de ce qui semble être un journal intime, va la remettre sur le chemin de la créativité - indispensable, même pour la musique classique.
La jeune concertiste découvre alors Ada, qui a vécu des siècles plus tôt. Ada dal violoncello, comme elle est nommée, est une enfant abandonnée, figlia di coro à l'ospedale, institution charitable et sévère où elle a été recueillie. Même si les conditions de vie sont rudes, cruelles même (les bébés sont marqués au fer rouge), elles assurent au moins une vie relativement abritée à celles que leur famille a délaissée volontairement. A Venise, au XVIIe siècle, il vaut encore mieux être dans cette institution qui n'autorise le mariage qu'après quarante ans, sauf à payer les frais de "scolarité" de la jeune fille qu'être dans le ruisseau - ou la lagune.
Ada a été relativement protégée - et elle découvre la vie brutalement, au cours du carnaval. La vie et sa dureté : il se confirme qu'il est plus dur d'être en dehors de cette institution que dedans. Lionella se passionne pour le destine de cette jeune fille, un peu plus âgée qu'elle mais moins armée pour supporter les épreuves - qu'importe les siècles de distance. Lionella, elle, peut compter sur sa mère, sur ses conseils, sur les erreurs qu'elle a commises, également et qui ne l'a pas empêché d'être heureuse, chaleureuse. Lio est amenée à faire des choix, pour sa vie, pour sa "carrière" - je n'aime pas ce mot. Peu importe qu'elle réussisse, ou non, la fin est ouverte : elle a choisi la seule voie qui compte, celle de la musique, qui survit à travers les siècles.
Roman historique, par le biais du journal d'Ada ? Non, pas seulement. L'action principale se déroule dans une ville de Belgique sinistrée. Nous côtoyons la misère sociale, la misère affective, l'épuisement. A quoi sert de rénover un quartier si ses anciens habitants ne peuvent y vivre ? Que penser d'un travail qui n'offre même pas la possibilité d'avoir une vie de famille épanouie ? La mère de Jason et Kevin ne parvient même plus à assurer son rôle de mère.
La sonate oubliée, un hommage aux filles du passé par une jeune fille d'aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
paulinedumont86
04 janvier 2017
  • 5/ 5
Encore un très bon roman publié par les éditions Préludes qui confirme de publication en publication ses bons choix éditoriaux. Ici, une histoire qui fait un échos à une des précédentes publications de la maison d'édition, contant la rencontre d'un personnage historique célèbre avec une jeune fille de peu de condition mais très intelligente. Grosse différence ici : l'histoire est intrinsèquement mêlée au destin d'une jeune fille du XXIe siècle qui partage sa passion de la musique et du violoncelle avec sa mystérieuse comparse du XVIIIe siècle. Une très belle histoire !
Lionella vit à Seraing, une ville très grise de Belgique, dans un quartier pauvre en pleine mutation. Sa famille, immigrée italienne, a une passion pour la musique, qui lui a été très naturellement transmise. Délaissant le violon familial, elle se tourne vers le violoncelle, où elle excelle. Son professeur décide de l'inscrire au concours Arpèges, où sont confrontés tous les meilleurs musiciens du monde. Si elle paraît peu motivée, c'est surtout parce qu'elle veut marquer les esprits et ne trouve donc aucune partition à son goût. Jusqu'au jour où son meilleur ami, amoureux d'elle secrètement, chine une étrange boîte sur une brocante, boîte remplie d'une étrange partition, d'un médaillon coupée en deux et d'un carnet avec un texte manuscrit en italien. Lionella découvre avec surprise une sonate pour violoncelle qui semble écrite par Vivaldi… Ce que semble confirmer l'histoire écrite dans le carnet. En effet, Lionella se plonge avec passion dans le récit de la vie d'Ada, jeune orpheline du XVIIIe siècle, pensionnaire de l'Ospedale della Pietà de Venise, où le très célèbre Antonio Vivaldi enseignait la musique à ces jeunes filles très doués. Dès lors, le destin des deux jeunes filles semble imbriqué, entre musique, passion, amour.
L'auteur nous propose un récit tout en nuances et poésie. Ces deux héroïnes, de deux époques différentes mais à la passion de la musique et du violoncelle commune, sont étrangement semblables, dans leur caractère et leur manière d'envisager la vie. Inoubliable chacune à sa manière, elles se font une place dans le coeur du lecteur qui espère de page en page un dénouement heureux pour chacune d'elle, tout en sachant que le destin d'une orpheline dans la Venise du XVIIIe siècle sera loin d'être aisé.
Les chapitres concernant Lionella nous plongent dans une ville belge assez triste, et dont la jeunesse semble désoeuvrée, à l'instar du frère de Kevin, le meilleur ami de Lionella. Pour ce quartier anciennement industriel, cependant, une nouvelle page se tourne, et si Kevin recherche avant tout l'indépendance, sa droiture et sa générosité lui viennent de Lionella, et de sa musique. Elle a su le sortir de sa relation délétère avec sa mère et son frère, et l'ouvrir à une autre forme de beauté, sans qu'elle ne s'en soit même aperçue, trop concentrée qu'elle est sur sa musique. Parce que Lionella ne pense que bien peu à lui, c'est même parfois à se demander si elle connaît la situation familiale difficile de son ami. Parce que la musique peut enfermer, comme a pu l'être Ada des siècles auparavant au sein de l'Ospedale. C'est quand un jeune homme va commencer à la séduire qu'elle parviendra à mettre tout son coeur dans sa musique. Et c'est aussi après s'être ouverte au destin d'Ada que Lionella excellera dans sa maîtrise de son instrument.
Si cette ville belge nous paraît grise et terne, Venise nous semble pleine de magie et d'euphorie, une fois sorti de l'Ospedale della Pietà. Ada va découvrir une ville qu'elle ne pouvait qu'imaginer derrière ses murs épais, une ville faite de carnavals, de mystères, de beauté , de douceurs à l'instar du chocolat chaud q'elle découvrira, mais aussi de désillusions, de trahisons et de dureté. Entre le XVIIIe siècle et le XXIe siècle, entre Seraing et Venise, finalement peu de différence de ces points de vue là…
L'entrelacement de ces deux histoires, la force d'Ada, la détermination de Lionella à jouer cette sonate oubliée, et à faire découvrir Ada, cette jeune fille forte à laquelle elle s'attache de plus en plus à chaque page tournée, fait toute la beauté de ce roman à double voix.
Nous découvrons dans ce roman bien plus que ces deux jeunes femmes, leur musique et leurs destins. En effet, nous découvrons aussi Antonio Vivaldi, ce grand compositeur qui fut oublié et redécouvert au milieu du XXe siècle, dont tout un chacun a déjà entendu une sonate. Reconnu en son temps, il travaillait d'arrache pied, composait tout le temps, donnait de nombreux concerts dans de nombreux pays. Mais surtout, il a éduqué musicalement ces jeunes orphelines de l'Ospedale, les a guidé, a écrit pour chacune d'elle, a révélé leur talent et a été un guide pour elles. Ce roman nous révèle également le destin de ces jeunes femmes, réelles virtuoses que tout le monde venait écouter alors qu'elles étaient protégées derrière une grille, enfermées à tout jamais dans l'anonymat.
Ce roman est une vraie ode à la musique classique. L'auteur écrit son roman comme elle écrirait une sonate : ses mots nous portent de page en page, et nous font comprendre comment est composée une sonate, quels en sont les moments forts, la rythmique, et nous initie à cette musique classique moins écoutée de nos jours.
Une histoire mêlant les époques, les personnages historiques avérés et de fiction passionnants, la musique, romanesque et réalité contemporaine, nous faisant voyager à travers les siècles et les pays. Un très beau roman, plein de finesse et de beauté. A découvrir.
Lien : https://breveslitteraires.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tlivrestarts
28 décembre 2016
  • 4/ 5
Alors que l'année 2016 s'achève à peine, la rentrée littéraire de janvier commence à susciter bien des convoitises et c'est tout à fait légitime pour les passionné(e)s de littérature que nous sommes.

Il y aura les énièmes romans de tel ou tel et là nous sommes dans les starting blocks bien sûr.

Mais il y aura aussi de toutes nouvelles plumes pour lesquelles il s'agira d'une 1ère fois.

Et pour MA 1ère fois, j'ai eu le plaisir d'en découvrir une avant l'heure. Je remercie d'ailleurs très sincèrement les éditions Préludes de m'avoir permis ce coup d'essai avec "La sonate oubliée" de Christiana MOREAU, un magnifique roman.

Tout commence en Belgique dans la région de Liège avec la complicité de deux adolescents, Kévin et Lionella. Amis de longue date, ils entretiennent cette relation malgré la pression sociale de leur environnement. Kévin vit avec sa mère et son frère dans un quartier populaire. Il est fasciné par les bâtiments industriels laissés à l'abandon dans lesquels il se plaît à déambuler pendant que Lionella, elle, fille de musiciens, s'entraîne au violoncelle pour le concours Arpège. Elle doit trouver un morceau original pour marquer sa singularité. C'est Kévin qui va le lui offrir avec une bien belle découverte au marché aux puces du village, une partition et quelques objets personnels datant du XVIIIème siècle. Là commence alors une toute nouvelle histoire...

Christiana MOREAU va guider son lecteur à travers les siècles et les territoires avec beaucoup de talent tout au long de ce roman. Tantôt aux côtés de Kévin et Lionella, c'est l'histoire contemporaine de la Belgique qui se dévoile, tantôt au sein de la Santa Maria della Pieta, c'est l'univers de Vivaldi, rien que lui, et d'une jeune femme, Ada dal violoncello, qui se découvrent. Cette alternance est particulièrement ingénieuse, 1ère qualité de ce roman.

Ensuite, vient le charme de Venise présentée en pleine effervescence artistique. La musique, la peinture, l'architecture, la mode aussi, sont autant de domaines dans lesquels la création est reine dans les années 1700.
"C'était également la fête de la mode et de l'élégance. Sur le Grand Canal, on voyait de belles dames s'engouffrer dans les somptueuses demeures. Leurs costumes brillaient sous les bougies allumées des grands lustres qui faisaient étinceler leurs joyaux. J'étais émerveillée." P. 106
La vie de la cité est très joliment décrite par Christiana MOREAU. Il me semble bien entendre le clapotis de l'eau dans les ruelles de la Ville et sentir les parfums du chocolat chaud du Caffe Florian ! Les festivités du Carnaval ne sont pas en reste. C'est d'ailleurs dans cette période un peu mystérieuse où chacun cache ses yeux derrière un masque que l'écrivaine engage une épopée romanesque entre Ada dal violoncello et l'un de ses admirateurs.
"Nous étions comme avides de graver dans nos esprits les traits aimés pour les emporter plus tard dans le secret de nos rêves. Car je l'aimais, j'en étais à présent sûre, et je crois qu'il m'aimait aussi." P. 93
Mais revenons au compositeur italien, Vivaldi, dont je ne connaissais pratiquement rien en dehors de quelques unes de ces symphonies, "Les quatre saisons" notamment. Je ne soupçonnais pas effectivement qu'il fut prêtre, surnommé il Prete rosso en lien avec sa chevelure rousse, et qu'il apprenne la musique à des jeunes filles abandonnées par leurs familles et accueillies par des religieuses. de nombreuses références sont citées par l'auteure qui ainsi donnent un caractère historique à ce roman.

La cerise sur le gâteau repose sur l'intrigue que Christiana MOREAU va magnifiquement mettre en place autour de la partition jouée par Lionella au concours Arpège et de la véritable identité de son auteur. Il pourrait être assez naturel de l'attribuer au grand compositeur mais qu'en est-il en réalité ? A vous de le découvrir...

Cette lecture m'a littéralement transportée, j'ai adoré. Je crois que je m'en souviendrais longtemps. Pour la petite histoire, il s'agit de ma 1ère lecture en version numérique grâce à Netgalley.

Alors rendez-vous dans votre librairie préférée le 4 janvier prochain !
Lien : http://tlivrestarts.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BookosphereBlogBookosphereBlog04 janvier 2017
« tu te souviendras du parfum des roses et tu oublieras les épines » dit Vivaldi à Ada
Commenter  J’apprécie          20
TheaBibTheaBib26 décembre 2016
On me remit un violoncelle si précieux, si cher que j'osais à peine le toucher. [...] Il a bousculé ma vie par sa beauté, son élégance, sa profondeur, sa noblesse majestueuse, la chaleur de ses vibrations. Dès qu'il m'a été confié, j'ai su que plus rien se serait jamais comme avant. J'ai pressenti dès l'instant où je l'ai frôlé les sublimités insoupçonnées de LA musique, la vraie, celle qui ravit le cœur, transporte d'allégresse, enflamme de volupté ou déchire d'émotion. Celle qui berce les peines, soulage la douleur, qui vous brûle de passion ou vous comble d'ivresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
-Olivier--Olivier-21 décembre 2016
Il y a bien une âme dans un violoncelle. L'âme, cette pièce d'épicéa placée à l'intérieur de la caisse de résonance. L'âme qui transmet les vibrations des cordes au fond de l'instrument. C'est du violoncelle qu'émane la sonorité la plus proche de la voix humaine, et le sien lui murmurait des mots secrets et doux, implorait les caresses de l'archet par des plaintes et des soupirs, avec des nuances de voix graves et rondes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
-Olivier--Olivier-21 décembre 2016
La sensualité de la musique m'habite comme une fièvre nouvelle. Vivre la musique empêche de mourir.
J'ai goûté cette évidence en cette année 1723. Quand j'ai glissé l'archet sur les cordes, une myriade de notes se sont mises à vibrer dans la salle d'étude. L'émotion était si forte que les yeux me piquaient, m'obligeant à fermer les paupières pour retenir mes larmes...
C'était comme si mon âme avait trouvé la clé qui ouvre sur l'enchantement.
Mon âme et l'âme du violoncelle réunies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TheaBibTheaBib26 décembre 2016
Au commencement du monde, le silence. Puis vient l'harmonie, source de la musique.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : vivaldiVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
226 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre
. .