AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081228815
Éditeur : Flammarion (2011)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :

" Je ferai de mon mieux..." C'est par ces mots qu'à l'âge de onze ans, lorsque Victoria découvrit qu'elle succéderait à son oncle Guillaume IV sur le trône britannique, elle accepta le destin qui était le sien. Point d'exultation, point de fanfaronnade à l'idée de régner, mais une ferme résolution qui n'ignorait ni les difficultés ni la grandeur de la tâche. Pourtant, quand en 1837, tout jus... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Altervorace
17 juin 2012
  • 4/ 5
Pour une fois, je ne ferai pas une vraie critique de ma lecture. Tout simplement parce que je ne suis pas compétente sur le sujet. Je ne peux pas dire ce qu'il en est de la rigueur historique puisque je suis assez ignorante sur Victoria.
De mon point de vu de profane, il me semble que c'est très bien documenté. Cela reste toutefois une oeuvre pour le grand public car l'auteur a choisi de nous faire vivre les choses de l'intérieur. Je ne me suis pas ennuyée et j'ai appris une foule de choses passionnantes sur l'époque et sur cette figure historique.
Enfin, j'avoue que j'ai été fascinée par ce destin.
Une biographie que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire.
Commenter  J’apprécie          110
lecteur84
05 avril 2014
  • 4/ 5
Bel ouvrage, qui détaille assez bien les liens que l'Angleterre et la France ont nouées sous Napoléon III, et bien entendu le long règne de la reine Victoria...
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (1)
NonFiction21 septembre 2011
Une biographie qui tient davantage du roman et qui nous livre une peinture vivante, quoique réductrice, de la souveraine, symbole de la Grande-Bretagne entre 1837 et 1901.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui10 janvier 2014
Reine bourgeoise, pour qui le libéralisme économique équivalait à une loi de la nature, elle détestait les spéculations des milieux d’affaires et tous les jeux d’argent. Réticente pour cette raison à permettre aux Rothschild de devenir pairs du royaume, elle se voulait pourtant viscéralement dreyfusarde. Impératrice des Indes persuadée de la supériorité de la civilisation britannique, elle avait horreur du racisme et mettait un point d’honneur à respecter les religions différentes de ses centaines de millions de sujets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui10 janvier 2014
La reine a besoin de se divertir. Elle veut des rires et des danses. Dès le lendemain, elle donne au château une immense fête avec un grand bal. Elle adore les quadrilles, dont la musique l’excite « à la folie ». Peu lui importe que la bonne société fronce les sourcils devant cette nouvelle entorse aux convenances.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui10 janvier 2014
Il y règne en permanence des odeurs nauséabondes, parce que des égouts défectueux laissent stagner les eaux usées où se forment des miasmes dangereux. Des reliefs de nourriture pourrissent un peu partout. On oublie de faire le ménage dès que la reine s’absente. Au fil des années, de surprenants abus se sont installés : il est difficile d’évaluer le nombre de ceux qui, par passe-droits bien établis, se restaurent aux frais de Victoria, ou circulent dans ses voitures. De nombreux repas ne sont jamais servis et Dieu sait dans quelles poches en atterrit le prix. Depuis le temps de la reine Anne, les serviteurs ont le privilège d’arrondir leurs gages en revendant les restes. L’absentéisme et les sinécures sont monnaie courante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui10 janvier 2014
L’enthousiasme, la loyauté, la sympathie et l’affection que l’on me témoigne sont indescriptibles. Cela vaut la peine de se faire tirer dessus pour voir à quel point on est aimée
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui10 janvier 2014
À bien des égards, le XXe siècle a démoli les édifices du précédent pour se bâtir avec ses gravats. Les modernes ont toujours tendance à réduire les têtes des anciens, en escaladant leurs monumentaux souvenirs pour s’y percher comme des nains sur les épaules de géants.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : reinesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
297 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre