Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2841115941
Éditeur : Editions Nil (2012)


Note moyenne : 3.93/5 (sur 57 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Cartes postales anciennes, lettres, publicités, échantillons de tissus, menus glanés chez les antiquaires ou sur internet : six cents pièces ont été nécessaires à la composition de ce scrapbook.

Son héroïne, Frankie Pratt, a 18 ans en 1920 lorsque sa mèr... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (27)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Malaura, le 11 novembre 2012

    Malaura
    En ces périodes de fêtes qui approchent comment ne pas parler du « Journal de Frankie Pratt », le ravissant livre de l'américaine Caroline Preston! Sa beauté, son originalité, son raffinement, la dextérité et le soin avec lesquels il a été conçu en font un livre que l'on a envie de partager, d'offrir, de feuilleter encore et encore !
    Qu'avons-nous entre les mains ? Eh bien nous avons un superbe roman graphique sous forme de scrapbook, ces albums photos illustrés, agrémentés de toutes sortes de détails et d'éléments découpés, agencés et collés. Certains sont si richement embellis, si parfaitement confectionnés qu'ils ne sont plus simplement des cahiers-souvenirs mais de véritables compositions artistiques.
    C'est le cas de ce « Journal de Frankie Pratt », dont l'esthétisme, le stylisme raffiné, le design rétro en font en premier lieu un très bel objet-livre.
    Plus de 600 pièces chinées chez les brocanteurs, les antiquaires, sur Internet ou dans les vieilles affaires de famille, ont été nécessaires à Caroline Preston pour élaborer cet ouvrage impeccablement apprêté, qui nous propulse, au côté de sa jeune et attachante héroïne Frankie Pratt, dans le tourbillon des années folles.
    Il est bien agréable de plonger dans le tumulte de ces années 1920 en découvrant au fil des pages toutes une collection d'objets d'époque : des photos, des cartes postales et des cartes de jeux, des vieux billets de banque, des itinéraires de chemin de fer, des plans et des extraits de guides de villes, des tickets de métro, des réclames, des bibelots, des programmes de théâtre et de cinéma…
    Art, littérature, musique, mode, décoration, règles de vie…Le temps d'avant s'anime et défile sous nos yeux en un vaste et réjouissant catalogue : la mode des chapeaux cloches et des coupes au carré, les bracelets en bakélite qu'on superpose sur le poignet, les robes de Chanel et de Patou, le gramophone Victrola, le savon Palmolive, le dentifrice Pebeco, le jambon Devil Ham, les cigarettes Chesterfield ou Fatima…un répertoire ahurissant des produits en usage révélant le mode de vie de ces années-là, avec ses nouveautés, ses tendances, ses objets à la mode, ses évolutions et ses orientations.
    Avec ceci, les personnalités et les évènements de l'époque sont également recensés avec grande attention : Joyce alors en pleine écriture de son « Ulysse », Maurice Chevalier en chanteur de charme, Joséphine Baker en star des Folies-Bergères, les débuts chaotiques du journal The New-Yorker, l'exploit de la traversée de l'Atlantique par l'aviateur Charles Lindberg, les débuts du cinéma parlant ou encore Fitzgerald, Hemingway, Willa Cather, Gloria Swanson, la liste est longue de tous les petits détails et clins d'œil parsemant ce luxuriant album qui fait montre d'un bien beau sentiment de prodigalité.
    Mais au-delà de la reconstitution minutieuse d'une époque, l'originalité du « Journal de Frankie Pratt » est de se servir du support du scrapbook pour raconter une histoire, celle de Frances Pratt, surnommée Frankie, une jeune fille enjouée, indépendante, dynamique, qui rêve de devenir écrivain. Jeune américaine issue d'une famille modeste du New Hampshire, son histoire va débuter le jour où sa mère lui offre un journal intime pour fêter l'obtention de son diplôme d'études secondaires et où elle déniche, dans la cave de la ferme familiale, la vieille machine à écrire Corona de son père décédé.
    Dès lors Frankie, avec l'enthousiasme de sa jeunesse, va consigner sur près de dix ans l'aventure de sa vie, de la jeune fille de 18 ans rêveuse et candide quittant le cocon familial pour rejoindre l'université de Vassar, à ses années new-Yorkaises aux rythmes des nuits endiablées de Greenwich Village, de son départ pour la France à bord du paquebot Mauretania à son séjour parisien avec les autres « Expats » du quartier Montparnasse…Frankie se raconte, grandit, apprend, relate ses expériences de travail dans les magazines en vogue de l'époque, partage ses coups et ses peines de cœur…La jeune fille devient femme ; une jeune femme libre, pleine d'esprit, autonome, en parfait accord avec l'esprit de son temps qui voit la gent féminine s'émanciper de plus en plus.
    Bien-sûr la qualité littéraire n'est ici pas forcément de mise, l'histoire de Frankie se déroulant au gré des petites notes qu'elle écrit sur sa vieille machine Corona et qu'elle épingle sur les feuillets de son journal au même titre que les rubriques, les photos et les cartes disséminées le long des pages.
    Néanmoins l'on participe à un vrai destin romanesque et l'on éprouve un plaisir entier à compulser ce bel ouvrage dans lequel l'on sent tout le cœur et l'ardeur qu'a mis son auteur à le confectionner.
    Pour les amoureux d'Art Nouveau, les amateurs d'illustrations d'époque, les esprits collectionneurs, les aficionados d'albums photos, les nostalgiques et les curieux, ou tout simplement pour les adeptes de belles choses, voici un joli cadeau à offrir, « 100% vintage » et 100% original, divertissant et très rafraîchissant et aussi très…féminin.
    Et pour un petit aperçu du scrapbook de Frankie n'hésitez pas à aller faire un tour ici :
    www.youtube.com/watch?v=¤££¤45De Greenwich Village50¤££¤74
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 46         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par manU17, le 04 janvier 2013

    manU17

    Le Journal de Frankie Pratt de Caroline Preston est un journal intime réalisé selon la technique du scrapbooking, une façon de mettre en scène ses souvenirs à travers un savant mélange de photos, d'images et de mots. Il est incontestable que c'est ce qui fait son intérêt premier.
    Tout commence donc par un journal offert par sa mère et une Corona, non pas la bière, mais la vieille machine à écrire de son père retrouvée dans la cave. Frankie va donc s'employer à collecter photos de famille, photos de magazines, de journaux, qui nous en apprennent plus sur ses lectures, ses opinions politiques, son époque, sa vie. Enfin, ses annotations personnelles complètent le tout.
    Frankie nait quasiment avec le siècle. Elle commence son journal en 1920 à Cornish, jolie petite bourgade du New Hampshire, quand débutent les années folles, années d'insouciances marquées par la légèreté, la mode et ses frivolités, ses chapeaux uniques, ses parfums d'un autre temps, les publicités pleines d'un charme suranné mais savoureux. Frankie vient d'obtenir son diplôme de fin d'études et est acceptée à l'université de Vassar. Nous la suivons donc durant ses années universitaires. Années surtout marquées par les amitiés, les rivalités, les premières histoires de cœur. le destin qui semble tracé de certaines et les ambitions plus audacieuses d'autres telles que Frankie m'a beaucoup fait penser au film avec Julia Roberts et Kristen Dunst « le Sourire de Mona Lisa » dans lequel une jeune enseignante veut ouvrir l'esprit de ces jeunes étudiantes afin qu'elles ne se résignent pas à suivre un chemin tout tracé de bonnes épouses et gentilles femmes au foyer que semblent vouloir leur imposer leurs familles.
    Les années passent. Frankie, elle, a une ambition : devenir un « vrai écrivain ». Ses premières expériences dans le journalisme dans diverses publications feront de New York une étape décisive pour son avenir. Elle s'intéresse aux Poèmes de TS Elliot, Ezra Pound et aux romans de Fitzgerald.
    Puis vient l'étape parisienne qui, par certains aspects, m'a rappelée ma lecture de « Paris est une fête » d'Hemingway, son évocation du Paris de l'époque, lieu de villégiature par excellence de tous ces auteurs de l'époque sous la coupe bienveillante de la grande Gertrude Stein. Sa rencontre avec Sylvia Beach de la célèbre librairie « Shakespeare & compagnie », avec James Joyce et bien d'autres encore donne véritablement corps au récit.
    En effet, toutes ces évocations de personnalités de l'époque donnent un peu d'épaisseur et de crédit à l'histoire, ce qui n'est pas négligeable car s'il est bien un reproche qu'on peut faire à Caroline Preston, c'est d'avoir réalisé un travail formidable, d'avoir créé un magnifique objet mais dont l'histoire par elle-même est plutôt gentillette et cousue de fil blanc. Ce qui, je dois bien le reconnaître à quelque peu modéré mon enthousiasme envers ce que je considère comme une totale réussite du scrapbooking, un très beau « roman graphique » mais comme un objet littéraire un peu léger.
    En dépit de ce demi-regret, je ne boude jamais mon plaisir, vous le savez et si l'auteure réitère l'expérience avec un autre ouvrage du même type, il est fort probable que je me laisse tenter.
    Le Journal de Frankie Pratt, roman graphique abouti ou roman photo de luxe ? A vous de juger !


    Lien : http://bouquins-de-poches-en-poches.blogspot.fr/2012/12/le-journal-d..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Ode, le 15 janvier 2013

    Ode
    Incroyable, ce que l'on arrive à faire avec une vieille machine à écrire, une tonne d'archives des années 20, de l'habileté et beaucoup d'imagination !
    « Feuilletez-moi ! » semble dire l'ouvrage pimpant et coloré de Caroline Preston. Avant même d'en connaître l'histoire, ce "roman graphique" attire en tant qu'objet et c'est certainement ce qui explique son succès. Vieilles photos, plans et cartes postales, extraits de lettres, de presse et de poèmes, anciennes publicités et illustrations de mode… Quel bonheur, c'est vrai, de flâner parmi les fragments de souvenirs et les menus objets (bracelets en bakélite, breloques, tickets de spectacle...) collés dans ce journal intime à l'aspect "vintage" !
    D'origine modeste, Frances Pratt, dite Frankie, nourrit l'ambition de devenir écrivain. Une bourse doublée d'un coup de chance lui permettra d'entrer à l'université de Vassar, réservée aux filles. Commencé en 1920, le jour de ses 18 ans, son journal s'étale sur 8 années et elle y consigne ses études, ses rencontres, ses aventures sentimentales et ses débuts dans la vie active. Entre New York et Paris, auprès de Joyce ou d'Hemingway, pointe l'effervescence des années folles. Coupes à la garçonne, chapeaux cloches, hommes cravatés à la coiffure impeccable, voitures décapotables, clubs, alcool, jazz et fox-trot : la jeunesse dorée que fréquente Frankie est digne des romans de Francis Scott Fitzgerald, d'ailleurs cité à plusieurs reprises.
    En s'inspirant des souvenirs de sa mère et de la marraine de celle-ci, Sylvia Beach, libraire mythique à Saint-Germain-des-Prés, Caroline Preston signe avec "Le Journal de Frankie Pratt" un roman d'apprentissage très attachant. Les images remplaçant avantageusement les descriptions, la narration a la simplicité d'un roman-photo. le texte, tapé à la machine, est réduit à l'essentiel ; les dialogues sont frais et teintés d'humour. Certes, l'intrigue amoureuse est quelque peu prévisible, mais ce côté « happy end » s'accorde parfaitement à l'esthétisme de l'ouvrage. Et n'est-ce pas réjouissant ?
    P.S. : À quand l'album en 3D avec des petits mots à déplier et des cachettes secrètes à soulever ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 32         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Chrisdu26, le 21 janvier 2013

    Chrisdu26
    Frankie Pratt une femme libérée !
    Le journal de Caroline Preston, un florilège vintage.
    Ce journal, Un régal.

    Pourquoi ? Parce que tout simplement il m'a ramené à mon adolescence. de la même façon que Frankie, j'ai écrit un journal qui m'a suivit partout en France, à l'étranger et comme Frankie à Paname mais 60 ans plus tard.
    Comme elle, mon journal était sous forme de scrapbooking. J'y collais tous mes souvenirs : tickets cinémas, métro, photos, Poèmes, citations, cartes postales, articles journaux, des mots et des maux. de plus il supportait mes humeurs, mes colères, mes joies et mes peines. Mon défouloir, mieux qu'un psy, beaucoup moins cher. Pauvre Freud, avec moi, il serait devenu fou !
    A travers ce roman graphique, nous allons suivre Frankie durant huit belles années de sa vie. Elle démarre ses écrits en 1920 à Cornish, joli petit canton dans le New Hampshire, sa ville natale, pendant la période de la prohibition, et du cinéma muet. Elle a 18 ans devient bachelière et de chrysalide nous la verrons devenir papillon. Une femme épanouie et indépendante.
    Durant ces années, elle nous livrera ses états d'âmes et ses peines de cœur. Issue de famille modeste, elle poursuivra ses études afin de devenir écrivain avec les soucis financiers que cela engendre. Elle obtiendra son premier poste de journaliste dans le grand journal « True Story ».
    Nous verrons les difficultés, en ce début du siècle, de la femme qui est seulement prédisposée à devenir une bonne épouse et une bonne mère.
    Nous la suivrons dans le Paris littéraire et artistique durant ces années d'après guerre : Les Années folles. L'époque de Coco Chanel symbole de l'élégance française et des cheveux courts à la garçonne. de Picasso en plein surréalisme. Dali débarque dans la capitale et Cocteau se choute aux romans, théâtres et à la poésie.
    Frankie nous invitera dans les music halls où Maurice Chevalier chantera «Dans la vie faut pas s'en faire….. » :
    http://www.youtube.com/watch?v=m-zwNB7L_GI
    La meneuse de revue Joséphine Baker fera scandale dans le tout Paris :
    http://www.youtube.com/watch?v=m-zwNB7L_GI
    Dans les cabarets nous swinguerons au son du charleston et du jazz de Duke Ellington :
    http://www.youtube.com/watch?v=CDVZdZMCc0w&playnext=1&list=PLC2A12C57C444021B
    Toute cette effervescence qui fait de Paris : LA VILLE LUMIERE.

    Par ses collages publicitaires, cartes postales rétro et les photos d'antan, nous découvrirons l'évolution vestimentaire et musicale du moment, les coupes de cheveux, chapeaux et parfums en vogue, mais aussi l'architecture et décorations intérieures. le cinéma muet de Sir Charles Spencer Chaplin deviendra parlant. On voudra lire le fameux Roman interdit en 1926, censuré aux U.S.A, «Ulysses» de James Joyce et sur les quais Parisien les bouquinistes, si cher à mon cœur, nous enivreront avec leurs pépites littéraires.
    Frankie devra faire des choix sentimentaux et professionnels qu'elle assumera afin d'être tout simplement heureuse. En somme, les mêmes choix que toute femme a eu à faire que ce soit au siècle dernier ou aujourd'hui au 21ème siècle.
    Frankie est une femme moderne et avant-gardiste pour son époque. Elle saute les barrières, n'a pas froid aux yeux et j'aime ça !
    Ce journal est un nouveau genre littéraire qui nous en met plein la vue !
    J'ai beaucoup appris sur cette période d'après guerre, que je connaissais peu finalement.
    Les Années Folles ou l'Art de s'amuser !
    Frankie Pratt,
    Une histoire d'hier, une histoire d'aujourd'hui, une histoire de demain.
    A découvrir, à lire et relire !
    Merci pour le prêt de ton «blog, sweet blog», pour ta gomme bienveillante, ton soutien, tes sourires et pour ce cadeau magnifique, un roman plaisir des yeux, plaisir du cœur !
    Bon choix une fois de plus !
    En 1924, 85% des diplômées déclaraient que leur ambition professionnelle était de devenir «épouse et mère». En 2013 les petites filles de Frankie Pratt, votent, manifestent, portent la culotte, prennent la pilule, font des bébés toutes seules, boivent la bière au goulot, ont des postes à responsabilités, draguent dans les bars et vendent leurs ventres.
    Il m'arrive parfois, je dis bien PARFOIS, d'avoir la nostalgie de cette mère qui m'attendait à la maison, me préparait mon gouter, me lisait des contes et avait le temps de me câliner… En un siècle la condition féminine a changé de «RIEN à TOUT»…Trop vite peut être ? Quand sera-t-il dans un siècle ?

    … Etre une femme libéré, tu sais c'est pas si facile …

    Lien : http://bouquins-de-poches-en-poches.blogspot.fr/2013/01/frankie-by-c..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par IreneAdler, le 28 novembre 2012

    IreneAdler
    Le jour de ses 18 ans, Frankie commence son journal. Son ambition : devenir écrivain. Mais orpheline de père, sa mère ne peut payer les frais de l'université même avec une bourse. Un concours de circonstances lui permettra tout de même d'integrer une université. Et plus encore...
    Ce bel ouvrage est au niveau de l'intrigue assez classique : une aspirante écrivain tient son journal durant les années 20, les folles années 20. New-York, Paris, Hemingway, la librairie Shakespear and co (qui existe toujours), les robes fluides, l'autonomiste on de la femme... Surtout Frankie remplace les mots par les images : publicités, objets, photographies,.... Donnant une vision de ce qui influençait, faisait rêver pendant ces années (tous les document présentés sont d'époque).
    Un bel objet hybride, ni BD ni roman.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

> voir toutes (9)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Chrisdu26, le 13 janvier 2013

    -Alors, Miss Pratt, qu'est ce qui fait qu'une fille de Vassar se croit qualifiée pour
    écrire des histoires sur de vraies gens qui savent ce que souffrir veut dire ?
    -Je crois que j'en connais un bout sur la tristesse, Mr Macfadden. Mon père est mort jeune, laissant ma mère subvenir seule aux besoins de trois enfants.
    -La grande majorité de nos articles racontent des histoires de coeurs brisés. Que savez-vous là-dessus ?
    Je réfléchis un court instant. Dis n'importe quoi, mais décroche ce boulot !
    -J'ai fréquenté un homme qui s'est révélé marié. Voilà une histoire tout droit sortie de True Story. Il a l'air satisfait !
    -Mais vous êtes-vous repentie ?
    -Oui, monsieur, tout à fait.
    -C'est très bien, ça c'est une bonne fille. Péché, souffrance, repentance. C'est
    notre mot d'ordre. Vous êtes embauchée.
    Il se tourne vers une étagère remplie de livres tous écrits par lui et en sort Être femme et épouse.
    -Ceci pourrait vous être utile, Miss Pratt. N'hésitez pas à revenir vers moi si vous avez des questions.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par Ode, le 14 janvier 2013

    Écoutez, mes enfants
    Votre père est mort.
    De ses vieux manteaux
    Je vous ferai des vestes
    De ses vieux pantalons,
    Des culottes courtes.
    On trouvera dans ses poches
    Ce qu'il avait l'habitude d'y mettre
    Des clés et des pièces de monnaie
    Recouvertes de tabac ;
    Dan aura l'argent
    Pour le déposer à la banque ;
    Anne recevra les clés
    Qu'elle fera cliqueter.
    La vie doit continuer
    Même si des hommes bons
    Doivent succomber ;
    Anne, mange ton petit déjeuner ;
    Dan, avale tes cachets ;
    La vie doit continuer,
    Mais la raison je l'ai oubliée.

    (Edna St. Vincent Millay)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation

  • Par Ode, le 13 janvier 2013

    Scott Fitzgerald a tout faux.
    Les étudiants ne discutent pas de films, de livres, des endroits où ils ont été danser, des filles qu'ils ont pelotées ou embrassées, et encore moins de ce qu'elles portent.
    Non, ils parlent football, hockey, confréries, alcool de contrebande et automobiles.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par ssstella, le 05 décembre 2012

    Bien que les filles de Vassar se considèrent comme des femmes modernes, elles reprennent le discours de leurs mères et de Jane Austen sur les hommes.

    1. Il vient d'une si bonne famille (il est extrêmement riche).

    2. Il a l'air très enthousiaste (il s'apprête à faire sa demande).

    3. Il n'est pas très gentil (il essaie de drôles de choses avec la jeune fille qu'il fréquente, et/ou il n'est pas très riche).
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Ode, le 15 janvier 2013

    L'avenir d'une diplômée de Vassar

    85% des diplômées de la promotion de 1924 déclarent que leur ambition professionnelle est de devenir « épouse et mère ».

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de Caroline Preston

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Caroline Preston


En octobre chez NiL
Présentation par Guillaume Allary, directeur littéraire, du "Journal de Frankie Pratt" de Caroline Preston et "Mille ans de mésentente cordiale" de Stephen C...








Sur Amazon
à partir de :
20,90 € (neuf)
13,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Journal de Frankie Pratt par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de Caroline
Preston(1) > voir plus

> voir plus

Quiz