AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Nationalité : France
Né(e) à : Bordeaux
Biographie :

Cédric Veto, alias Cetro, est un écrivain français.

De nature acariâtre, inadapté social chronique, le bougre a du mal à trouver une vraie place dans la société, une place qui en tous cas lui convienne...peut être d'ailleurs n'en existe-t-il pas pour cette espèce là...à lui de se créer sa propre niche donc, ou d'amener sa touche personnelle à une niche existante.

Animal étrange, de mœurs plutôt nocturnes, peu enclin à la discussion orale...pour la simple et bonne raison qu'il ne dispose que d'un langage très rudimentaire, et d'une élocution pour le moins aléatoire, faisant ressembler son phrasé à un gloubiboulga sonore, inaudible pour le commun des mortels.

L'écouter étant un calvaire, il vaudra mieux le lire. Tel un bègue oubliant son handicap en chantant, Cetro trouve dans l'écriture un moyen d'expression dans lequel il est nettement plus à l'aise, et dans tous les cas, plus compréhensible.
Il appréciera à n'en pas douter le fait d'être lu. Se livrer et s'exhiber sans se montrer, voilà bien ce qui le motive.
Une exhibition pudique donc,pour mettre à nu ses drôles de pensées, et non son étrange physique. Le voir est le fuir, le lire est l'adopter.

Adeptes du politiquement correct, passez votre chemin. Cetro ne se censure que très peu, et vous livre des textes bruts, sans concession faite à la bienséance.

il vit à Pauillac.

son site : http://www.cetro.fr/
son blog : http://lepetitmondedecetro.blogspot.fr/
pages Facebook :
https://www.facebook.com/Cetro-la-page-717729394922284/
https://www.facebook.com/cedric.veto
+ Voir plus
Source : http://lepetitmondedecetro.blogspot.fr/
Ajouter des informations
Bibliographie de Cetro   (35)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (297) Voir plus Ajouter une citation
Que pourrait il apprendre de plus important à ces enfants, ces femmes et ces hommes qui vivent dans de la merde des autres?
Quel meilleur professeur, que celui sans diplôme qui parvient à travers les épreuves à enseigner l'amour du monde qui les entoures, aussi pourri et défait soit il?
A ses cotés, la déchéance n'est plus, pas plus que le rejet, tout n'est dés lors qu'espoir, magies et opportunités.
Sans savoir l'exprimer de la sorte, les enfants le ressentent, et aiment Psy pour ce qu'il est, un enchanteur au pouvoir immense, celui de rendre la vie belle.
Commenter  J’apprécie          160
- Je me suis toujours demandé pourquoi tu lisais autant. En fait, ça a l'air de bien servir. Moi je pensais que c'était inutile, que c'était perdre son temps. Faudra que j'essaye, quand même.
Commenter  J’apprécie          170
Jamais auparavant Nathalie n'aurait pu imaginer pouvoir laisser des enfants boires et manger les restes t déchets, de surcroît ceux de personnes dont ils ignorent tout.
Nécessité fait cependant loi, et les priorités changent et se déplacent.
Les systèmes immunitaires et digestifs se renforcent au contact des myriades de germes qui se développent sur ce qu'ils ingèrent tous, chaque jour, aussi est il devenu extrêmement rare chez eux de constater des cas d'intoxication alimentaire. Au diable les inquiétudes d'ordre hygiénique et les préoccupations d'esprits et de milieux aseptisés.
Commenter  J’apprécie          140
Certains membres du personnel n'aiment pas trop s'emmerder avec les jérémiades des vieillards comme moi, la nuit. Alors ils nous distribuent des somnifères pour avoir la paix; Je ne suis pas certaine que ce soit bien légal, mais bon... et moi, tu vois, je n'en ai jamais pris de toute ma vie, de ces merdes, et je ne compte pas commencer aujourd'hui. Je me débrouille toujours pour tout recracher;
Commenter  J’apprécie          120
Ellys se gare sur le parking de LEHPAD, et nous accorde quelques minutes pour observer de loin ce qui nous attend.
Le bâtiment, haut de quelques étages, est à peu prés aussi moche et dégueulasse que la baraque d'Ellys. Vieille battisse pour vieux débris, faut croire que les vioques méritent pas un cadre qui leur donne envie de poursuivre leur chemin trop longtemps.
Commenter  J’apprécie          120
Dans les couloirs, les roulettes crissent, les plateaux et les couverts tintent. Comme des clébards dressés, les résidents savent que l'heure de la soupe a sonné. Au bruit des bols qui s'entrechoquent succéderont ceux de ces aspirations molles.
Commenter  J’apprécie          110
Incipit

Salut. Moi c'est Sam. J'ai à peu près 10 ans... je crois. Faut dire qu'on ne m'a jamais réellement souhaité mes anniversaires, et ma date de naissance, ben, personne n'est foutu de me la donner.
Je fais une estimation, au nombre de cicatrices que je porte. Comme un arbre portant les cercles de ses années. J'imagine une moyenne de cinquante bonnes raclées par an, quand j'arrive à me faire discret. Au vu des cinq cents et quelques marques de ceinturon, chaîne de vélo ou tronçonneuse, matraque, brûlures en tout genre... le compte doit être bon.
Je suis une plaie, pas que je sois insupportable, non, juste une immense plaie refermée, succession de maltraitances.
Commenter  J’apprécie          90
Il a connu la mort sociale, dans la plus totale indifférence.
Il a connu les regards qui crachent, ceux qui te glacent et qui te tuent. Ces yeux qui t'enlèvent toute importance et qui te privent d'humanité, te jettent direct aux égouts, avec les étrons et la boue.
Il a été ton voisin, celui que tous les jours tu croises, mais que tu ne vois plus. Il a vécu des années au pied de ta porte, comme le chat qui vagabonde.
Il est mort hier dans tes poubelles, comme un déchet à recycler.
Commenter  J’apprécie          70
La moue de Ninie ne trompe pas sur les interrogations qui la tenaillent. Mais de quoi parle-t-il, où allons-nous, qu'allons-nous faire ???
Elle a cependant appris à modérer ses ardeurs et sa fougue, quelques paroles de trop pouvant coûter cher en terme de coups reçus.
Elle sait parfaitement qu'elle ne risque rien de nous, mais le conditionnement est efficace.
Notre maman adorée nous a bien matés. On a développé des réflexes pavloviens.
Un souffle de trop, un mot échappé inconsidérément et nous mettons les bras en défense devant notre visage.
Commenter  J’apprécie          60
Lorsqu'on dit que ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort, je ne pense pas que cela soit vrai. Ce qui vous blesse et vous fait mal vous use à petit feu, vous change à tout jamais, oui. Vous fait envisager la vie différemment, modifie vos perspectives et vos priorités.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Cetro (487)Voir plus

Quiz Voir plus

Les prénoms épicènes (Amélie Nothomb)

Quel métier Dominique exerce-t-elle ?

Elle est coiffeuse.
Elle est infirmière.
Elle est secrétaire.

12 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Les prénoms épicènes de Amélie NothombCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..