AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations de Rutebeuf (31)


 Rutebeuf
Eve-Yeshe   23 avril 2015
Rutebeuf
Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent me porte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

Avec le temps qu'arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n'aille à terre
Avec pauvreté qui m'atterre
Qui de partout me fait la guerre
Au temps d'hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Le mal ne sait pas seul venir
Tout ce qui m'était à venir
M'est advenu

Pauvre sens et pauvre mémoire
M'a Dieu donné, le roi de gloire
Et pauvre rente
Et froid au cul quand bise vente
Le vent me vient, le vent m'évente
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

Rutebeuf (1230-1285)
Adaptation en Français moderne
de la Griesche d'Hiver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          545
Malaura   06 janvier 2012
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
Les maux ne savent seuls venir ;
Tout ce qui m’était à venir
M’est advenu.
Que sont mes amis devenus
Que j’avais de si près tenus
Et tant aimés ?
Je crois qu’ils sont trop clairsemés
Ils ne furent pas bien semés
Ils m’ont failli.
De tels amis m’ont bien trahi
Lorsque Dieu m’a assailli
De tous côtés.
N’en vit un seul en mon logis
Le vent je crois, me les a pris,
L’amour est morte.
Ce sont amis que vent emporte,
Et il ventait devant ma porte
Les emporta.

Rutebeuf (1230-1285?)
Commenter  J’apprécie          340
colimasson   14 mai 2016
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
Je dois rimer d’une discorde
Qu’à Paris a semée Envie,
Chez ceux qui louent miséricorde
Et prêchent une honnête vie
Leurs discours sont remplis
De foi, de paix et de concorde,
Mais à les voir je me souviens
Que dire et faire ne s’accordent.
Commenter  J’apprécie          230
MllePeregrine   25 novembre 2011
Rutebeuf - Oeuvres complètes de Rutebeuf
Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent me porte
Et il ventait devant ma porte
Commenter  J’apprécie          160
colimasson   16 septembre 2015
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
« [E]n la corde s’encordent cordee a trois cordons;
A l’acorde s’acordent dont nos descordé [s]ons;
La descordance acordent des max que recordons
En lor lit se de[t]ordent por ce que nos tortons.
Commenter  J’apprécie          120
colimasson   24 mai 2016
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
Vous le voyez, c’est le signe
Que s’approche la venue
De l’Antéchrist :
Ils ne croient plus à la loi écrite
Dans l’évangile de Jésus-Christ
Ni à ses paroles ;
A la place du vrai, ils disent des fariboles
Et des mensonges vains et frivoles […].
Commenter  J’apprécie          100
colimasson   02 septembre 2015
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
Granz rois, c'il avient qu'a vos faille,
A touz ai ge failli sans faille.
Vivres me faut et est failliz;
Nuns ne me tent, nuns ne me baille.
Je touz de froit, de fain baaille,
Dont je suis mors et maubailliz.
Je suis sanz coutes et sanz liz,
N'a si povre juqu'a Sanliz.
Sire, si ne sai quel part aille.
Mes costeiz connoit le pailliz,
Et liz de paille n'est pas liz,
Et en mon lit n'a fors la paille.

-LA PAUVRETE DE RUTEBEUF-
Commenter  J’apprécie          100
colimasson   29 août 2015
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
Pour combler de joie
Les gens qui me haïssent à mort,
J’ai épousé une femme
Que je suis seul capable d’aimer et d’apprécier,
Et qui était pauvre et misérable
Quand je l’ai épousée.
Quel beau mariage,
Car je suis maintenant aussi pauvre et misérable
Qu’elle !
Elle n’est même pas avenante ni belle,
Elle a cinquante ans dans sa corbeille,
Elle est maigre et sèche :
Je n’ai pas peur qu’elle me trompe.

-LE MARIAGE DE RUTEBEUF-
Commenter  J’apprécie          101
Caliban   14 octobre 2019
Rutebeuf, oeuvres complètes, tome 1 de Rutebeuf
Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois les vent les a otés
L(amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Les emporta
Commenter  J’apprécie          90
colimasson   31 août 2015
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
Mes autres amis se sont gâtés :
Je les envoie à la poubelle de Maître Orri
Et les lui abandonne.
Commenter  J’apprécie          90
huberpascale   18 août 2013
Rutebeuf - Oeuvres complètes de Rutebeuf
Je suis comme l’osier sauvage
ou comme l’oiseau sur la branche;
l’été je chante,
l’hiver je pleure et me lamente
et me défeuille ainsi que l’arbre
au premier gel.
En moi n’ai ni venin ni fiel:
ne me reste rien sous le ciel,
tout passe et va.
Commenter  J’apprécie          70
DAFNEY   18 mars 2020
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
Que sont mes amis devenus
Ceux qui m’étaient si intimes
Et si chers
Je crois qu’ils sont bien rares :
Faute de les avoir entretenus
Je les ai perdus
Car jamais tant que Dieu m’a assailli
De tous côtés,
Je n’en vis jamais un seul chez moi
Je crois que le vent les a dispersés,
L’amitié est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte ;
Aussi furent-ils emportés
Si bien que jamais personne ne me consola
Ni ne m’apporta un peu de son bien
Voici la leçon que j’en tire :
Le peu qu’on a un ami le prend
Tandis qu’on se repent trop tard
D’avoir dissipé sa fortune
Pour se faire de amis
Car on ne les trouve pas décides à vous aider
En tout ou en partie […]
Commenter  J’apprécie          62
DuboisJP   24 décembre 2011
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
Ribaut, or estes vos a point :
Li aubre despoillent lor branches,
Et vos n'aveiz de robe point,
Si en avrez froit a vos hanches.
Queil vos fussent or li porpoint
Et li seurquot forrei a manches.
Vos aleiz en estai si joint,
Et en yver aleiz si cranche,
Vostre soleir n'ont mestier d'oint,
Vos faites de vos talons planches.
Les noires mouches vos ont point;
Or vos repoinderont les blanches.
Commenter  J’apprécie          60
colimasson   28 mai 2016
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
Papelart et beguin
Ont le siècle honi.
Commenter  J’apprécie          30
colimasson   04 septembre 2015
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
Je pleure ma folie
Et ma frivole vie ;
Je pleure ma folle intelligence
Et ma folle conduite
Où je m’égare trop.

-LE CHANSON DE NOTRE-DAME-
Commenter  J’apprécie          31
colimasson   27 août 2015
Poèmes de l'infortune et autres poèmes de Rutebeuf
A[u] tavernier font dou vin traire.
Lors entre boule;
Ne boivent pas, chacuns le coule,
Tant en antonnent par la goule
Ne lor souvient
Se robe acheteir lor couvient.

-LE GUIGNON D'ETE-
Commenter  J’apprécie          30
Elianor   04 juin 2013
Rutebeuf - Oeuvres complètes de Rutebeuf
Renars est mors : Renart est vis !
Renars est ors, Renart est vilz :
Et Renart reigne

"Le dit de Renart le Bestourné"
Commenter  J’apprécie          30
MonsieurTouki   27 octobre 2013
Le Miracle de Théophile de Rutebeuf
SATAN:
Venez avant, et à grands pas.
Gardez que ressembliez pas
Au vilain qui va à l'offrande.
Que vous veut ou que vous demande
Votre seigneur? Il est bien fier.

THEOPHILE:
Voire, Sire. Il fut chancelier,
Mais veut me chasser pour pain querre
Or vous viens prier et requerre
Que vous m'aidez en ce besoin.

SATAN:
Me requiers-tu?

THEOPHILE:
Oui.
Commenter  J’apprécie          20
JulienDjeuks   24 juin 2020
Le Miracle de Théophile de Rutebeuf
Ahi ! Ahi ! Diex, rois de gloire,
Tant vous ai eü en memoire
Tout ai doné et despendu
Et tout ai aus povres tendu :
Ne m'est remez vaillant un sac.
Bien m'a dit li evesque « Eschac ! »
Et m'a rendu maté en l'angle.
Sanz voir m'a lessié tout sangle.
Or m'estuet il morir de fain,
Si je n'envoi ma robe au pain.
Et ma mesnie que fera ?
Ne sai se Diex les pestera…
Diex ? Oïl ! Qu'en a-t-il a fere ?
En autre lieu l'escovient trere,
Ou il me fet l'oreille sorde,
Qu'il n'a cure de ma falorde.
Et je l referai la moe :
Honiz soit qui de lui se loe !
N'est riens c'on por avoir ne face :
Ne pris riens Dieu ne sa manace.
Irao me je noier ou pendre ?
Je ne m'en puis pas a Dieu prendre,
C'on ne puet a lui avenir.
Ha ! Qui or le porroit tenir
Et bien batre a la retornee,
Molt avroit fet bone jornee !
Mes il s'est en si haut leu mis
Por eschiver ses anemis
C'on n'i puet trere ne lancier.
(Oeuvres complètes, Le Livre de poche 2005, p. 534)
Commenter  J’apprécie          10
gerard-lepapy   18 mai 2019
Rutebeuf - Oeuvres complètes de Rutebeuf
Il n'est dans le monde entier cathare ni hérétique,
poplicain endurci, vaudois ni sodomite,
qui s'il vêtait l'habit qui couvre les papelards,
ne fût alors tenu pour un saint ou un ermite.
Commenter  J’apprécie          10



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Tout sur one piece (difficile)

quel est le 1er homme de l équipage de Gold Roger ?

baggy le clown
shanks le roux
silver rayleigh
crocus

30 questions
1794 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..