AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.09 /5 (sur 253 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Almeria (Andalousie) , le 15/01/1939
Mort(e) à : Paris , le 20/03/1998
Biographie :

Agustin Gomez-Arcos est né neuvième enfant d'une famille républicaine.

Après des études de droit, il quitte l'université pour sa passion, le théâtre. Il est d’abord comédien, metteur en scène, traduit des pièces, puis en écrit lui-même. Primé en 1960, ses pièces sont pourtant plusieurs fois interdites et censurées.

En 1966, face à cette censure, Agustin Gomez-Arcos émigre, d'abord en Angleterre, puis en France. Il fait mille petits métiers et apprend le français, langue dans laquelle il écrira désormais.

Il est l'auteur de huit romans écrits en Français, parmi lesquels le sublissime "L'Agneau carnivore", son premier roman, couronné en 1975 par le prix Hermès, et "Ana non" qui obtint le prix du livre Inter (1977) le prix Thyde-Monnier " Société des gens de lettres ".

Gomez-Arcos nous a quitté le 20 mars 1998 à Paris des suites d'un cancer.
+ Voir plus
Source : homo.libris.free.fr
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
michfred   28 avril 2018
L'Agneau carnivore de Agustin Gomez-Arcos
- Je t'aime parce que tu es à moi. Je t'aime parce que je te possède. Je t'aime parce que tu as besoin d'amour. Je t'aime parce que tu es le désordre et que je n'aime pas l'ordre. Je t'aime parce que, lorsque tu me regardes, et cela depuis toujours, je me sens un héros. Et je t'aime surtout parce que j'ai enfin compris que je ne peux parler de mon amour à personne d'autre que toi, et que le véritable amour, c'est ça. Deux êtres qui forment une seule solitude, un seul silence. Je t'aime aussi parce que ton contact me pousse à la limite de ma virilité. "
Commenter  J’apprécie          274
lecassin   27 janvier 2013
Ana non de Agustin Gomez-Arcos
La neige se remet à tomber, sereine, fidèle, enveloppant dans son suaire le cadavre d’une femme nommée Ana Paücha, soixante et quinze ans, qui fut épouse, mère et veuve de quatre hommes Paücha, fauchés par la guerre civile espagnole et ses prisons de la haine. Nulle pierre tombale ne perpétue ces cinq noms :

Ana Paücha

Pedro Paücha

Jose Paücha

Juan Paücha

Jesus Paücha dit le « petit »

Nul œil ne les pleure.

Nul mémoire n’en garde trace.

Ce ne sont que les noms de cinq saints sans église. Des anti-noms.

Des non.

Commenter  J’apprécie          230
michfred   19 octobre 2015
Ana non de Agustin Gomez-Arcos
La main qu'elle tend vers la charité n'est pas sa main. Caressée par les mains fortes de son mari, elle avait mis au monde trois autres paires de mains, fortes elles aussi, qui auraient su toujours porter à sa bouche le pain du travail, garnir ses poches de l'argent nécessaire pour se procurer le feu et les chaussures, le lit de la nuit et la lumière du jour. Mais la guerre a amputé ces prodigues mains d'hommes. La main qu'elle tend maintenant lui a été greffée par la guerre. La fière Ana non n'a pas une âme de mendiante. Sans cette amputation sa main aurait continué de confectionner les filets pour ses hommes de mer.
Commenter  J’apprécie          200
tamara29   17 février 2019
Ana non de Agustin Gomez-Arcos
Petite fille, j'ai toujours eu les joues parsemées de petits boutons provoqués par la barbe de mes douze pères*… qui ne se rasaient pas très souvent. Quand j'y pense maintenant, je sais que ce n'était que l'éruption d'un trop-plein de bonheur.





*(son père et ses 11 frères ainés)
Commenter  J’apprécie          181
cathcor   10 mars 2012
L'Enfant pain de Agustin Gomez-Arcos
Un mot impitoyable, vide de charité, ce mot de "rouge". Aussitôt prononcé, tout lien de sang, de naissance ou de lieu échappait à son contexte. C'était un mot dévitaminé, décalcifié, un mot maigre d'amour, mais gros de haine. Il sonnait comme la gifle que le fils donne au père,il était pointu, s'aiguisait d'un seul coup, tel le couteau qu'on enfonce dans le dos d'un frère. Un mot Caïn dirigé contre Abel.
Commenter  J’apprécie          160
Zora-la-Rousse   29 juillet 2012
Ana non de Agustin Gomez-Arcos
Ma solitude, c'est quatre lits où s'épanouissaient quatre corps d'hommes, jadis. Vides, les lits. Morts, les hommes. Ma solitude, c'est une barque blessée dans son corps , qui se dessèche au bord de la mer, barque désertée que n'accueille plus le salut des mouettes tous les petits matins de la joie du retour. Ma solitude, c'est ce nom heureux que je ne pourrai pas donner à mes petits-enfants, morts avant d'être nés. Ma solitude, c'est ce nom de grand-mère que je n'entendrai jamais, sauf dans le trou noir de mes rêves.
Commenter  J’apprécie          150
cathcor   10 mars 2012
L'Enfant pain de Agustin Gomez-Arcos
Grain de poussière dans un univers de solitrude, l'enfant s'approcha de la femme tondue et lui tendit une main, qu'elle prit de toutes ses forces, comme une naufragée. Ils marchèrent ensemble, la femme tondue et l'enfant. Un enfant de 6 ans, qui, en ce jour de barbarie, souhaita en son for intérieur un rude destin à ses semblables, tous, vainqueurs et vaincus.
Commenter  J’apprécie          130
tamara29   19 mai 2019
Ana non de Agustin Gomez-Arcos
J’ai pleuré toute seule la mort de les Paücha, l’absence de mon petit. Si on peut appeler ça pleurer, ce silence qui m’a cousu la bouche depuis qu’ils ont quitté la maison pour ne plus y revenir. C’est ça la guerre. Cet après qu’on souffre en solitaire lorsque le silence en revient. C’est ce que vous appelez la paix. C’est votre affaire.
Commenter  J’apprécie          130
Zora-la-Rousse   21 janvier 2012
L'Agneau carnivore de Agustin Gomez-Arcos
Je t'aime parce que je te sens capable d'aimer quelqu'un d'autre, et pourtant, tu n'aimes que moi.
Commenter  J’apprécie          140
Zora-la-Rousse   24 juillet 2012
Ana non de Agustin Gomez-Arcos
Quatre noms à prononcer : Pedro, Juan, José, Jésus, à modeler dans sa bouche comme quatre globes terrestres, à articuler selon ses humeurs, avec amour ou colère, et d'un seul coup, plus personne à appeler, plus rien à dire. Trente ans de silence, au jour, à l'heure, à la minute près. Trente ans de nuits. Bien sûr, elle disait bonjour et au revoir, que c'est gentil à vous et merci bien. Mais ça, ce n'est pas parler. C'est aggraver le silence.
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Agustin Gomez-Arcos (311)Voir plus


Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
125 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur