AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 992 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Madrid , le 02/08/1933
Biographie :

Michel del Castillo, de son vrai nom Michel Janicot del Castillo, est un écrivain hispano-français.

Il est le fils de George Michel Janicot, descendant d’une famille bourgeoise de la région Rhône-Alpes et sa mère est une Espagnole du nom de Candida Isabel Del Castillo. Ses parents divorcent alors qu'il n’a que deux ans. Son père retourne alors en France, à Clermont-Ferrand. Michel Del Castillo se retrouve donc seul avec sa mère, une situation qui ne fait qu’empirer lorsque cette dernière est jetée en prison en 1936 en raison de ses liens avec le parti de Manuel Azaña.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Michel Del Castillo et sa mère s’installent en France. Son père leur verse de quoi vivre jusqu’à ce que, excédé par les demandes incessantes d’argent de la part de son ex-épouse, il décide de l’envoyer avec son fils dans un camp de réfugiés à Mende, dans le Languedoc-Roussillon. Michel Del Castillo ne supporte pas la vie dans le camp et s’enfuit. Suite à cette fugue, il est livré en otage par sa propre mère aux Allemands et est enfermé dans une structure similaire en Allemagne entre 1942 et la fin de la guerre. À son retour en Espagne, il est admis dans un établissement de redressement. Là encore, il s’en évade en 1949.

En 1950, il se met à la recherche d’un emploi et se fait engager comme ouvrier dans une cimenterie près de Barcelone. Son travail est harassant et après un séjour dans un camp d’été dans les Pyrénées aragonaises il profite de la proximité des lieux avec la frontière française pour regagner l’Hexagone.

Il commence à vingt-deux ans par faire des études de sciences politiques, puis de psychologie. Il s’oriente par la suite vers une formation littéraire.

En 1957, Michel Del Castillo dévoile son premier roman, « Tanguy », qui remporte un succès mondial. Encouragé par ses débuts prometteurs, Michel Del Castillo enchaîne les publications.

Aujourd'hui Michel del Castillo a publié plus de vingt romans dont beaucoup ont l'Espagne pour toile de fond. Parmi ses plus grands succès, citons : « Le Vent de la nuit » (Prix des Libraires et Prix des Deux Magots en 1973), « La nuit du décret » (Prix Renaudot en 1981), « Une femme en soi » (Prix du Levant en 1991), « Colette, une certaine France» (prix Femina de l'essai en 1999).

Son roman, « Mamita », écrit bouleversant sur le désamour et la trahison d’une mère, paraît en 2010.

+ Voir plus
Source : http://www.elle.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Michel del Castillo vous présente son ouvrage "Mamita" aux éditions Fayard.


Citations et extraits (287) Voir plus Ajouter une citation
andman   12 janvier 2015
La gloire de Dina de Michel del Castillo
L'écrivain habite le silence. On reconnaît l'exacte nécessité des mots qu'il emploie à la gangue de silence dont ils sont enveloppés. Paradoxalement écrire c'est d'abord se taire, c'est se recueillir, c'est plonger dans le silence et se familiariser avec sa pénombres où, telles des algues et des fougères sous-marines, évoluent des formes imprécises.
Commenter  J’apprécie          580
LydiaB   25 juin 2014
Le temps de Franco de Michel del Castillo
Pour les uns, Franco a sauvé l'Espagne du péril bolchévique ; pour les autres, il reste à jamais ce nabot sanguinaire, ce pourfendeur des libertés, cet inquisiteur glacial. Impossible de trancher, moins encore de trouver un juste milieu. Ce n'est pas une affaire de raison, mais de passions furieuses. Tout ce qu'on peut dire avec certitude, c'est que les nationaux eussent-ils perdu la guerre, l'Espagne n'aurait pas vécu sous une république pluraliste et démocratique, mais - sauf marchandage ultime la concernant à Yalta - serait probablement devenue une démocratie populaire à l'instar de la Pologne ou de la Tchécoslovaquie.
Commenter  J’apprécie          280
sylvaine   03 août 2012
Mamita de Michel del Castillo
Recroquevillé sur lui-même,raidi par l'angoisse mais chaviré, le petit Xavier,qui n'avait pas trois ans, découvrait la puissance ambigüe de la musique: elle ne disait rien, ne commentait ni ne décrivait; mais, par l'alchimie des sons et leur combinaison, elle n'en révélait pas moins la réalité derrière les apparences.Déchirant le voile qui lui dérobait les secrets d'un monde énigmatique, elle lui montrait sa vérité intime, ce qui se lovait dans son cœur opprimé(p 19)
Commenter  J’apprécie          230
stephfontaine_3   18 novembre 2012
Tanguy de Michel del Castillo
"Dans une guerre il n'y a ni vainqueurs ni vaincus: il n'y a que des victimes".

Commenter  J’apprécie          230
Lasloudjikamal   02 décembre 2020
Le vent de la nuit de Michel del Castillo
Son frère préparait un baccalauréat technique;lui,par haine de Jules sans doute,n’aimait que les lettres.Sa mère décida qu’il marcherait sur les traces de son aîné et,quand il fut établit qu’il n’était en rien doué pour les mathématiques et les sciences physiques,elle en tira cette conclusion qu’il était idiot.Alors elle lui trouva une place d’apprenti chez un électricien dont la boutique, sise au bas de la rue de la convention,à quelques pas de la Seine,n’était qu’à cinq minutes de marche de la maison.Et,âge d’à peine quatorze ans,Stéphane connut l’exploitation,la misère morale de celui qu’on traite comme un instrument.Il se levait à six heures et demie du matin;à sept heures,il ouvrait la boutique,passait un chiffon sur les rayons,rangeait la marchandises,essuyait les lustres et les lampes exposés dans la devanture,balayait boutique et arrière boutique,l’avait à grande eau le carrelage...À huit heures,il s’arrêtait pour boire un café au lait et manger un croissant au bar du coin.

Et à neuf heures,Quand son patron ouvrait boutique,il descendait dans une cave humide qui prenait non pas le jour mais la nuit par un étroit soupirail ouvert sur une cour ou stagnaient les odeurs des cuisines d’un grand himmeuble vétuste.Vetu d’une blouse d’un gris délavé,il faisait jusqu’à midi les colis qu’il livrerait dans l’après-midi aux quartes coins de Paris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Eve-Yeshe   26 avril 2017
La nuit du décret de Michel del Castillo
L’héroïsme n’a rien à voir avec le courage. Un héros, c’est un lâche qui fuit en avant. Le courageux, lui, endure. P 49
Commenter  J’apprécie          220
Eve-Yeshe   29 avril 2017
La nuit du décret de Michel del Castillo
Pour nous, les enfants, ce mutisme hébété, ce mur du silence avaient pareillement été les limites de leur tendresse. Nos parents nous aimaient, mais ils ne trouvaient pas le moyen de nous exprimer leur tendresse, qu’ils manifestaient dans une sollicitude inquiète sur notre avenir. L’argent constituait ainsi l’horizon de leur affection. Leur façon de nous aimer, c’était de tout faire pour nous préserver du malheur, c’est-à-dire de la pauvreté. Une malédiction de misère rétrécissait leur esprit, les empêchait de dépasser cette peur coulée dans leurs veines. P 80
Commenter  J’apprécie          190
Eve-Yeshe   25 avril 2017
La nuit du décret de Michel del Castillo
« …Parfois, je me représente Dieu comme un immense fichier contenant des millions de noms qui engendreront l’héroïsme et le crime, le mensonge et l’amour. Dans les ténèbres et le silence, Dieu contemple cet écheveau fantastique, et Il attend, recueilli, que tous les fils soient dévidés. Alors, arrivera la Nuit du Décret et une aube triomphante éclairera l’humanité, arrivée au terme de son destin. » P 44
Commenter  J’apprécie          190
oran   04 novembre 2017
Tanguy de Michel del Castillo
Tanguy, lui, ne croyait pas à un monde divisé en deux camps. Il ne voulait pas de haine. Peut être était-il utopiste, peut-être était-il clairvoyant. Mais il s'obstinait à aimer la vie et les hommes avec un désespoir farouche
Commenter  J’apprécie          190
sylvaine   04 août 2012
Mamita de Michel del Castillo
Ceux qui s'imaginent que l'art véridique console, ou , plus bêtement, qu'il guérit, n'entendent rien à son alchimie merveilleuse et funeste.C'est parce qu'il creuse la douleur, pénètre plus avant la solitude, qu'il dispense une sérénité mélancolique.(p 162)
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Michel del Castillo (1056)Voir plus



.. ..