AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2844120342
Éditeur : Joëlle Losfeld (12/10/1999)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Après avoir mené grande et joyeuse vie à l'étranger durant sept ans, Teymour (le personnage principal du livre) décide de revenir dans sa ville natale - une ville d'Orient. Parti pour étudier, il revient avec un diplôme acheté et s'en va rejoindre ses anciens amis qui s'adonnent, avec une rare santé, à la « pratique » de l'oisiveté, et cultivent avec soin un goût prédominant pour la dérision et l'ironie, en même temps qu'ils revendiquent une parfaite liberté. Il va ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
SZRAMOWO
  19 avril 2015
« le complot des saltimbanques » pourrait être vu comme une réplique pastiche du roman « une ambition dans le désert ».
Teymour comme Samanthar est un jeune homme oisif, sans problèmes matériels, jouissant d'une situation que lui procure son père industriel ingénieux ayant mis à profit sa connaissance des hommes et des affaires.
Pourtant, il ne se satisfait pas de son sort. Parti à l'étranger faire des études d'ingénieur, il passe six années à se complaire dans la facilité et le plaisir que lui offre une capitale occidentale parée, pour un habitant de la petite ville d'orient dont il vient, de tous les attraits et de tous les interdits.
Ce sera là sa formation, ses humanités….
Ce roman pourrait être intitulé, selon la formule de Lampedusa dans « le Guépard » : « il faut que tout change pour que rien ne change ».
Teymour va en faire l'expérience, ni amère ni cruelle.
Il craint le retour au pays, certain de s'y ennuyer, de ne plus retrouver la faconde et l'irrespect dont il faisait preuve avec ses amis, d'être considéré à jamais comme un étranger, un touriste (au sens le plus péjoratif du terme, celui qui ne s'intéresse à rien parce qu'il n'est pas d'ici…), et pas dessus tout, il craint de revoir ses amis d'adolescence, ceux avec lesquels il fomentait les opus les plus tordus pour animer la cité.
On retrouve dans ce personnage une allégorie typiquement Cosseryenne, lui qui vécut toute sa vie à Paris, fuyant les régimes totalitaires égyptiens, se plait à nous démontrer que la culture et les façons de faire occidentales ne peuvent être la panacée répondant à la volonté de développement des pays orientaux, n'en déplaise à notre mentalité refoulée de pacificateurs, d'explorateurs obtus et aveugles, de missionnaires voulant évangéliser à tour de bras, d'éducateurs julesferryens, de messagers de la Grande-Nation….
Teymour, pour faire simple, se heurte à la réalité, celle de sa ville, enfin celle qu'en voit les autorités chargées de surveiller les populations pour le compte d'un pouvoir autiste retranché dans la crainte d'un complot ultime forcément fatal.
Les ingrédients d'un récit cosmique à la Cossery sont réunis,
Teymour le héros repenti :
« Dès les premiers temps de son séjour à l'étranger, il dut s'avouer qu'il n'aurait jamais pu imaginer une pareille magnificence dans la débauche. »
« …bien qu'il recula le moment de se trouver en face de son ancien camarade ; attitude due à un sentiment de culpabilité et à l'appréhension que lui causaient ces retrouvailles….il avait écrit à Medhat quelques lettres…puis il avait interrompu cette correspondance…mais presqu'à son insu, entraîné qu'il était par une euphorie et une exaltation incessante. »
Ses amis de toujours qui le resteront malgré les péripéties, Medhat et Imtaz :
« Soudain une idée folle naquit dans l'esprit de Medhat, une idée dangereusement optimiste, mais qui lui parut comme l'unique solution acceptable par ce père déshonoré. Il allait se marier avec la fille et organiser une noce où il inviterait tous ses amis et connaissances. Il aurait ainsi une belle soirée en perspective et surtout une occasion inespérée de sortir de la routine ; une noce – sa propre noce !- c'était quelque chose de tout à fait imprévu dans le domaine des réjouissances. »
« Cet acteur, Imtaz, bien qu'il fût leur aîné de quelques années, avait fait un certain temps partie de leur bande avant son départ pour la capitale, où il devait réussir une carrière foudroyante. »
« Medhat parlait d'une voix grave, mais c'était pour impressionner Teymour et lui faire comprendre que cette ville n'éatit pas habitée que par des paysans ignares. »
Les dindons de la farce Chawki et Samaraï :
« Par des détours subtils, Chawki progressait vers les sources de lumière en agitant frénétiquement sa canne dans le but d'effaroucher des démons invisibles. Il n'était pas question pour lui de se pavaner devant une population arriérée mais d'atteindre au plus vite la maison d'Imtaz où devait se dérouler en son honneur des noces privilégiées. »
« Depuis le début de la soirée, Samaraï n'avait pas prononcé une parole ; il ne faisait que boire et se lamenter intérieurement, en proie à son obsession. Pour sa malchance il avait découvert l'alcool et l'amour en même temps, et ces deux ingrédients mélangés avaient sur son système nerveux un effet funeste. »
le traitre Rrezk qui finira par s'amender :
« Pendant quelques secondes, Rezk parut extrêmement embarrassé, sa pâleur s'accentua et ses yeux fiévreux parcoururent la terrasse, comme à la recherche d'une aide. »
« Rezk n'avait rien d'un jeune homme heureux ; son appartenance à cette ville lui pesait comme une malédiction. »
Le notable et le policier Hillali reclus dans cette ville éloignée de la capitale pour y faire ses preuves après un faux pas dans sa carrière.
« Hillali referma la porte et entraina le jeune homme dans son bureau, une pièce sans apparat, d'une austérité presqu'administrative. »
« Ces escamotages de notables le mettaient dans une position extrêmement dangereuse ; la moindre mollesse de sa part pouvait être interprétée comme une complicité tacite avec les ennemis du pouvoir. »
De nombreuses femmes : Ziza et Boula, les adolescentes perverses :
« Tu as tort de ne pas considérer notre ami comme un esprit sérieux, dit Imtaz, tout en caressant les seins de Ziza… »
« Ah non ! répondit Boula. Ce que je regrette c'est que mon honorable père ne soit pas là pour me voir. »
Watanya la mère maquerelle, son complice de mari « un ancien bagnard d'une force prodigieuses et d'un physique aussi nocif que celui de sa femme » ;
Salma la femme rejetée :
« Salma était une jeune fille, d'un milieu pauvre, que Chawki avait séduite et abandonnée… »
« Salma l'attendait dans la cuisine, assise devant un café :
- Tu en as mis du temps pour venir, fils de chien ! cria-t-elle dès qu'elle le vit apparaître. Je ne peux compter sur personne dans cette ville. Surtout pas sur toi à qui je dois tous mes malheurs ! »
L'amour sous les traits de la jeune saltimbanque Felfel :
« Les gens sont si laids dit Felfel en détournant son regard de la barque. Je voudrais partir très loin pour ne plus les voir. »
« Felfel battit des mains avec exubérance ; en disant qu'il accepterait un jour son argent, Teymour devenait irrémédiablement son complice. Elle se jeta au cou du jeune homme et l'embrassa à plusieurs reprises sur le front et sur les joues. »
Cette galerie de personnages improbables se meut avec grâce sous la plume de Cossery, en dépit de leurs faiblesses, de leurs croyances en des rêves impossibles, recherchant le bonheur là où il a des chances de ne pas se trouver, fuyant une réalité dont l'acceptation pourrait être une source de plénitude.
Enfermés dans des rôles peu prestigieux par une société qui ne croit qu'à leur révolte, ils finissent par fomenter la seule révolte qui vaille la peine d'être fomentée, celle de la dérision, de la raillerie, de la farce, de la jouissance, de la sensualité du désir et de la joie, que les esprits chagrins qui cherchent à les contrôler ne sauraient imaginer.
Morale d'une actualité criante au XXIème siècle où, quel que soit le continent et le pays, les fondamentalismes religieux cherchent à imposer des points de vue régressifs pour régenter nos comportements.
A lire sans modération et sans retenue !

Lien : http://desecrits.blog.lemond..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
visages
  31 mai 2018
Je découvre Albert Cossery à travers ce roman car le thème m'avait attiré.La 4ème de couverture évoque , en effet, la soif d'émancipation d'un groupe de jeunes dans une petite ville d'Orient,leur esprit anarchiste et leur goût pour une societé de loisir, réflexion toujours d'actualité.Si la valeur travail en prend, en effet, pour son grade et que l'art de l'oisiveté est érigé en roi, j'ai été déçue par l'ensemble du récit. le personnage de Medhat tout particulièrement m'est antipathyque par son attitude méprisante et hautaine.Si j'apprécie le regard critique sur une société cela me dérange fortement lorsqu'il s'acharne sur l'individu et prend l'allure de la manipulation.Ce jeune homme semble dénué de tout affect et utilise les hommes comme outils de son plaisir.Le rapport aux femmes est certainement ce qui m'a le plus dérangé,celles ci n'étant considérées que comme des objets de jouissance au même titre que l'alcool ou autres divertissements.Certes il faut resituer l'action au début du siècle dernier mais cela ne peut tout pardonner!L'écriture est indéniablement d'une grande qualité et la réflexion sur la société bourgeoise prometteuse mais la façon de traiter le sujet ne m'a pas du tout convaincue...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
5Arabella
  29 juillet 2016
Teymour, un jeune homme issu d'une famille aisée, revient dans sa ville natale, ville dont le nom ne sera jamais précisé. Tout ce que nous savons, c'est que c'est une ville de province, de taille moyenne, et n'ayant pas le prestige de la capitale , ni encore moins de l'étranger, dont justement revient Teymour.
Il est sensé y avoir suivi des études, et exhibe un diplôme d'ingénieur chimiste. Mais le diplôme est un faux acheté à prix d'or, et Teymour n'a pas fait d'études. Il a utilisé l'argent de son père pour prendre du bon temps, et il est très malheureux de revenir dans la petite et minable ville de son enfance, loin des plaisirs des grandes métropoles.
Mais très rapidement il rentre en contact avec son ami Medhat, qui estime qu'aller ailleurs n'a aucun intérêt. Les hommes sont les même partout, et partout, on peut s'amuser et profiter de la vie, à condition de le vouloir. Il initie Teymour aux plaisir de sa ville, intrigues amoureuses, beautés cachés, farces jouées aux importants et riches personnages de la ville. L'existence est plaisir du moment où l'on adopte le bon point de vue. Et le plus important est de refuser de participer à la farce sociale, en premier lieu en ne travaillant pas, ou alors de de façon épisodique et en se moquant de l'employeur. Car la machine sociale est profondément injuste, elle écrase les plus faibles, nie l'individu, et il faut à tout prix refuser son jeu, et surtout n'avoir aucune ambition ou envie de tenir une place.
C'est un livre très jouissif, dans lequel nous voyons un esprit anarchiste souffler sur une petite ville pourtant terriblement conventionnelle, et semble-t-il très peu ouverte à la subversion. le malheureux chef de police qui voit dans ces jeunes iconoclastes de dangereux révolutionnaires en puissance, ne réalise pas que leur esprit de subversion va encore plus loin que ce qu'il n'imagine, en effet, ils en sont au point ou toute forme d'action leur paraît dénuée de sens, parce que la société est irréformable.
C'est vraiment une jolie lecture, et un livre assez différent des autres que j'ai lu de l'auteur, qui montre aussi qu'il a su varié son oeuvre et ses sources d'inspirations, et j'ai du coup envie de continuer à lire ses autres ouvrages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
soleil
  21 février 2015
J'ai été déçue par ce roman. L'auteur me tentait pourtant bien vu mon amour pour la littérature égyptienne. Je tâcherai d'en lire d'autre du même auteur pour ne pas rester sur un échec.
Ce roman est à l'image des autres romans d'auteurs égyptiens à savoir que l'on y retrouve les mêmes items : les relations hommes/femmes, la pauvreté versus la richesse, les fonctionnaires (j'aimerais comprendre cette fascination et ce rejet qu'on les égyptiens pour les fonctionnaires de leur pays).
Commenter  J’apprécie          40
enlivrezvous
  09 décembre 2008
Teymour, après avoir passé des années heureuses et débauchées à l'étranger, revient dans sa petite ville natale, quelque part en Orient. Parti pour devenir ingénieur, c'est avec un faux diplôme qu'il revient, et vite il regrette les plaisirs et les raffinements de l'ailleurs. Mais des retrouvailles avec ses anciens camarades vont lui apprendre que la jouissance est accessible partout et que les hommes sont les mêmes en tout lieu : drôles et dérisoires. Ensemble, ils mènent une vie d'oisiveté et de rire et prônent une liberté absolue. Cela suffit pour que la police les soupçonne de mener un complot politique...
Avec son style inimitable, Albert Cossery nous plonge dans une ambiance amusante et profonde, et prend sur le vif, avec une dérision délicieuse, notre condition d'homme. Sa remise en cause de l'ordre établie et du conformisme est d'autant plus poignante qu'elle est faite par un humour fin et impitoyable. J'ai beaucoup ri dans ce roman où les actions sont pourtant menées avec lenteur. Car cet écrivain égyptien, qui a pris le temps de n'écrire que neuf livres entre 1931 et 1999, savait manier la plume et construire plus qu'un récit, mais une oeuvre littéraire.
Céline
Lien : http://enlivrezvous.typepad...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
wellibus2wellibus2   06 octobre 2014
......; il n'avait pas oublié que le peuple avait toujours été plus drôle que ses maîtres. Malheureusement, cette estimation se révéla illusoire ; il n'y avait aucune espèce d'animation dans ce fouillis d'habitations branlantes et de venelles désertes. Le silence ici était encore plus impressionnant, c'était le silence rituel de la pauvreté, dans lequel le moindre bruit acquérait une résonance tragique.
(p23)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
PecosaPecosa   22 mai 2018
Assis à la terrasse du café, Teymour se sentait aussi malchanceux qu'un pou sur la tête d'un chauve.
Commenter  J’apprécie          416
visagesvisages   01 juin 2018
Tu connais cette chèvre?
_Je n'ai pas cet honneur! Elle m'a suivi tout à l'heure de sa propre initiative.J'ai eu du mal à m'en débarrasser.
_Mes compliments.
_Pourquoi?
_C'est la putain du quartier.Et tu as déjà fait sa conquête.Elle a dû être impressionnée par tes beaux habits.Fais attention qu'elle ne broute pas ton imperméable.Elle raffole des tissus étrangers.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   05 août 2013
A notre époque, les révolutionnaires faméliques et crasseux n’existent pratiquement plus. Ils ont été atteints eux aussi par la vague de promotion sociale. Plus ils sont instruits et élégants, et plus ils sont à craindre.
Commenter  J’apprécie          120
rkhettaouirkhettaoui   05 août 2013
Tous les pays avaient leur contingent complet d’imbéciles, de salopards et de putains. Il fallait être un débile mental pour croire qu’il se passait ailleurs des choses prépondérantes. La seule diversité était celle du langage ; c’étaient partout les mêmes imbéciles, les mêmes salopards et les mêmes putains qui s’exprimaient dans des langues différentes, voilà en quoi consistait toute la nouveauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Albert Cossery (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Albert Cossery
Ce film est un voyage dans l'espace et le temps avec Georges Moustaki, célèbre chanteur enfant de la Méditerranée, né en Egypte à Alexandrie. Sa vie, il l'a écrite dans des chansons,qui furent chantée aussi par Edith Piaf, Serge Reggiani, Paco Ibanez, Barbara,... des chansons qui ont su accompagner aussi des événements marquants de l'Histoire. Musique "Sans la nommer" de Georges Moustaki (Google Play • iTunes) Catégorie Films et animations Licence Licence YouTube standard
autres livres classés : littérature egyptienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Albert Cossery, l'Egyptien de Saint-Germain des Prés

Il faisait terriblement chaud. Rue de la femme-Enceinte, le facteur s'arrêta, comme il le faisait chaque matin, devant la boutique de Hanafi le repasseur.

Les hommes oubliés de Dieu
Le Dieu oublié des hommes

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Albert CosseryCréer un quiz sur ce livre