AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.68 /5 (sur 99 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Uccle , le 24/09/1885
Mort(e) à : Neuilly-sur-Seine , le 13/05/1974
Biographie :

Albert t'Serstevens est un écrivain français d'origine belge. Né en Belgique d'un père flamand et d'une mère provençale, Albert t'Serstevens, après un voyage en Égypte, s'installe en France en 1910 ; il est successivement employé de librairie, puis secrétaire d'un banquier, avant de publier en 1911 son premier ouvrage Poèmes en prose. En 1913 il rencontre Blaise Cendrars dans l'atelier du peintre Robert Delaunay : ce sera le début d'une longue amitié entre ces deux hommes qui, échangeront une correspondance au terme de laquelle, en 1972, t'Serstevens publiera L'homme que fut Blaise Cendrars. En 1919 au sortir de trois années de mobilisation, le jeune écrivain fait paraître son premier roman : Les Sept parmi les hommes. Par la suite, sa production littéraire suit le rythme incessant de ses voyages À chacune de ces pérégrinations, la littérature française s'enrichit de récits : Le Vagabond sentimental (1923) ; L'Itinéraire espagnol (1933) L'Itinéraire portugais (1940). C'est à Papeete, en 1949, qu'il se marie avec la jeune illustratrice Amandine Doré (de la même famille que Gustave).
Les mémoires de Louis-Adhémar-Timothée le Golif, dit Borgnefesse sont retrouvées à Saint Malo au mois de mai 1945 par Yves Hémar dans les ruines d'une maison détruite par les bombardements de la seconde guerre mondiale. Il reste assez de texte lisible pour raconter la vie très originale d'un capitaine de la flibuste. Dans la préface, il est déclaré que le manuscrit a été retravaillé par Albert t'Serstevens, auteur de romans spécialisés dans les récits maritimes, et déchiffré par Gustave Alaux. Ce livre est publié en 1952.
On découvre plus tard que Albert t'Serstevens est en fait le véritable auteur et que Borgnefesse n'est que pure imagination. La préface est en fait une forme de publicité pour lancer le roman.

+ Voir plus
Source : http://www.pirates-corsaires.com/
Ajouter des informations
Bibliographie de Albert t`Serstevens   (26)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
olivberne   29 octobre 2013
Taïa de Albert t'Serstevens
En amour, les hommes de mon âge - celui que j'avais alors - ne sont les dupes que d'eux-mêmes. Leur mal ordinaire est la jalousie : il n'en est pas de plus poignant. Ils n'ont pas encore admis la résignation qui ferme les yeux devant le mensonge. Les femmes qu'ils ont connues leur ont appris le doute et le qui-vive. Ils ont trop d'expérience, ils n'ont plus assez de fatuité, pour se reposer dans la confiance. Mais il faut qu'ils payent un nouveau tribut à l'amour-propre : ils ne veulent pas être dupés. Ils le sont rarement car ils ont tout prévu. Même le pire n'est pas assez pour ce qu'ils imaginent. Ils détruisent ainsi le bonheur qu'ils ont, par le malheur qu'ils créent dans leur esprit.
Commenter  J’apprécie          60
krzysvanco   05 décembre 2020
Taïa de Albert t'Serstevens
Je la regarde de tout près. Vingt-quatre ? vingt-cinq ans ? Moyennement grande. Une manière a elle d'appuyer la hanche sur la jambe. Une pudeur indifférente dans le vêtement, comme celle d'une belle fille nue. La lèvre toujours humide, attirante. Le nez un peu retroussé, comme celui de nos Parisiennes. De longs cils courbes : le cimeterre biblique. Un front lumineux. La phrase de La Bruyère m'offrait son rythme et son sentiment : "... Comme une nuance de raison et d'agrément qui occupe le coeur et l'esprit de ceux qui lui parlent..."
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24   29 mai 2018
Un apostolat de Albert t'Serstevens
Qui n'a rêvé, un soir de grand cafard, de rencontrer, au détour d'une rue ou à la sortie d'un cinéma, les héros de ses romans préférés ? Avec eux, sans doute, une véritable communication serait possible, et peut-être plus encore, une communion, qui réduirait à néant les pauvres "échanges" quotidiens, ces monologues stériles dont nous remplissons le vide de nos journées. Si nous ne rencontrons que rarement les personnages de fiction, ils sont pourtant là, autour de nous, invisibles mais présents, comme une musique dans l'air. (p. 275)
Commenter  J’apprécie          30
nina2loin   03 février 2012
L'amour autour de la maison de Albert t'Serstevens
Ici, la même existence s'était continuée dans un nouveau décor. Il était puissant dans sa tristesse et fait pour des âmes qui ne recherchaient rien en dehors d'être seules. Elles s'y sentaient mieux enfermées, plus libres, à la fois, et plus attachées l'une à l'autre, sûres que rien du dehors ne viendrait troubler leur entente. Car il n'y avait, croyaient-elles, autour de la maison, que la terre silencieuse et le vent tumultueux.
Commenter  J’apprécie          30
Euthydem   30 mai 2021
Taïa de Albert t'Serstevens
On m'a chargé de veiller sur la fillette. Nous avons vécu près de deux ans dans les environs de Szolnok,en Hongrie, où se trouvait le noyau du parti. Mais les gens de Charles-Louis cherchaient notre retraite. Il importait de faire perdre notre trace à tout le monde, même à nos amis. Au mois de novembre 1890, l'archiduc Jean nous embarqua sur son yacht, et cinq mois après nous déposait dans l'île d'Eïao.
Commenter  J’apprécie          30
sandradulier   11 novembre 2016
Taïa de Albert t'Serstevens
Je regardais par-dessus sa tête, droit devant moi, les yeux secs. Je n'écoutais ni sa plainte ni ses sanglots, je n'entendais plus que la grande rumeur de la bataille. Il y avait entre nous, maintenant, une cohue de mains qui se menaçaient, l'éclair des armes, des bouches noires de cris, et tout autour de notre pauvre couple humain, les quatre horizons incendiés.
Commenter  J’apprécie          30
gill   03 juillet 2013
Le livre de Marco Polo de Albert t'Serstevens
Ici commence le récit de ce livre qui est appelé "le Devisement du Monde".

Seigneurs empereurs et rois, ducs et marquis, comtes et bourgeois, et toutes gens qui voulez connaître les diverses races des hommes, et les diversités des diverses régions du monde, prenez ce livre et le faites lire, et vous y trouverez toutes les grandissimes merveilles et les diversités de la Grande Arménie, et de la Perse, et des Tartares, et de l'Inde, et de maintes autres provinces comme notre livre vous le contera dans l'ordre, apertement, d'après le récit de messire Marco Polo, sage et noble citoyen de Venise, qui vit tout cela de ses yeux. Et ce qu'il ne vit pas, il l'entendit d'hommes sûrs en vérité. Et pour que notre livre soit droit et véritable, sans nul mensonge, nous vous donnerons les choses vues comme vues, et les entendues comme entendues....

(extrait du prologue inséré en début du volume paru dans la collection "le livre de poche/exploration" en 1960)
Commenter  J’apprécie          20
Taraxacum   12 mars 2016
Les corsaires du roi de Albert t'Serstevens
Notez, messieurs, que pendant ce même temps le roi faisait publier mainte ordonnance prescrivant l'habit uniforme aux officiers de son armée. Cela ne se fit pas sans force criailleries de la part des intéressés. Ils voulaient bien donner à leur maître leur sang, leurs membres et leurs richesses, mais demeuraient intraitables sur le chapitre de la perruque et des manchettes. A cette époque, la noblesse avait encore de la hauteur. Servir le roi signifiait tout au plus se faire tuer pour lui. Ils y consentaient de grand coeur puisqu'ils étaient nés pour cela, mais ils ne voulaient pour rien au monde se laisser asservir à des minuties.
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24   27 avril 2018
Un apostolat de Albert t'Serstevens
Jésus devenait tour à tour le premier des anarchistes, le premier républicain, le soutien de la royauté, l'ouvrier modèle, le consolateur des filles publiques, le précurseur de Mahomet, le prototype de bodhisattva, le père du communisme, le vengeur des lois violées; il était la synthèse unanime de toutes les théories. (p. 186)
Commenter  J’apprécie          20
VACHARDTUAPIED   19 avril 2013
Cahiers de Le Golif dit Borgnefesse, capitaine de la flibuste de Albert t'Serstevens
Seuls, les remparts, le Château, solidement bâti, même contre les obus modernes, et quelques pâtés de maisons qu'il protégeait, demeuraient debout sur leur assiette de granit. Tout le reste [...] avait disparu, y compris l'Hôtel de Ville avec ses archives, et les célèbres hôtels des armateurs
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

vampire knight

secret: quel est le secret de la night class?

il n'y en a pas
ce sont tous des démons
se sont de simple manequins intelligent
se sont tous des vampires

12 questions
9 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur