AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.32 /5 (sur 157 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 25/09/1974
Biographie :

"Heaven's Road" (2015), un roman de science-fiction, est le premier livre d'Alexis Arend.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
AlexisSilver   30 octobre 2015
Heaven's Road de Alexis Arend
"Kyle Jenkins noyait son regard dans l’interminable ascension d’un soleil livide qui culminait au zénith. Assis sur le banc, seul, en silence, sans un murmure, il avait pleuré la disparition de son enfant, longuement, intensément, comme une gigantesque plaie amère et glacée qui s’ouvrait en lui, le lacérait, le déchiquetait, le brûlait au fer rouge, l’inondait d’une vague insoutenable de douleur qui le transperçait dans toute sa chair mutilée, dans toute son âme meurtrie.



Il avait pleuré, puis séché ses larmes. Et encore pleuré, sans même sans rendre compte. C’était comme si tout son être se vrillait, vacillait, se fêlait et se disloquait à la seule pensée de son fils disparu là. C’était inconcevable, ça ne pouvait pas être vrai ! Ca ne pouvait pas s’être produit ! Et ce mal indicible qui le fustigeait en cet instant, jamais il n’aurait imaginé autant souffrir, jamais il n’aurait pu se figurer quelle terrible affliction, quel déchirement sans nom était la perte d’un enfant. Ses larmes devenaient acides, il murmurait pour lui-même des mots de sa voix cassée, comme pour se convaincre lui-même...



Kyle, prostré sur le vieux banc sous le pommier, les bras croisés sur ses genoux, jeta sa tête en arrière, et se mit tout à coup à hurler démesurément sa rage et sa peine, sa douleur et son impuissance à empêcher cette hérésie ! Il hurla jusqu’à ce que son cri lui lacère la poitrine, il hurla jusqu’à sentir un goût métallique lui monter dans la gorge et emplir sa bouche. Et même lorsque ce goût de sang eut imprégné sa bouche, il hurla encore jusqu’à ce que ses poumons crient grâce. Enfin, son cri effroyable s’éteignit peu à peu, et il laissa retomber sa tête en avant, le souffle coupé, et pleura une nouvelle fois.

Et il resta ainsi de longues, très longues heures encore, immobile, silencieux, comme une âme morte égarée parmi les ombres…"

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   10 mai 2017
Josh de Alexis Arend
Comme nous étions heureux, en ce temps-là ! Comme j’étais heureux… D’aucuns diront que les bribes du passé que nous renvoie notre mémoire se voient toujours embellies. Mais je sais que si je m’en souviens aussi clairement, c’est sans doute parce que je devais connaître le bonheur pour la dernière fois avant bien longtemps…
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   10 mai 2017
Josh de Alexis Arend
Cette femme vit dans son propre monde, je vous le garantis. Je m’étais un jour retrouvée bien embarrassée à devoir lui adresser la parole – par pure courtoisie, je vous l’assure –, et je me suis aussitôt rendu compte que ses propos, par moments, n’avaient aucun sens ! Cette vieille femme est complètement sénile. Pire, elle est folle ! Et non seulement elle est folle, mais on dirait qu’elle tient à vous communiquer sa folie, rien que par sa façon de poser les yeux sur vous, de vous questionner… Tenez, j’en ai encore des frissons !
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   09 juin 2017
Salamanca de Alexis Arend
C’était très certainement la fatigue et l’appréhension grandissantes qui guidaient ses pensées pessimistes, et il lui faudrait à tout prix les mettre de côté pour espérer être en mesure de raisonner clairement. Ce goût de sang n’était probablement rien d’autre qu’une légère entaille qu’il avait dû se faire lors de l’accident ou même par la suite, en s’effondrant à terre. Sans doute s’était-il mordu la langue, ou l’intérieur de la joue.

D’ici très peu de temps, à n’en pas douter, un panneau salvateur, une habitation ou un commerce le tirerait de ce mauvais pas, et lui permettrait enfin d’appeler du secours.
Commenter  J’apprécie          10
LesMotsdeLau   04 novembre 2018
Intrusions de Alexis Arend
Leurs âmes tourmentées, broyées, souillées hurlent à l’aide, criant leur désespoir, leurs traits déformés et ravinés de pleurs et de crasse exhibent leur histoire, et leur fin tragique, dans une amère rivière de larmes.
Commenter  J’apprécie          20
Alexis Arend
Lesliebookaddict   11 novembre 2017
Alexis Arend
Une brusque clameur retentit dans la nuit. Des grincements, des craquements, des chuintements, des gémissements se firent entendre. Tous se turent.

Ces bruits provenaient de l'étage supérieur. L'étage inoccupé. (...)

— Il approche. Il sera... bientôt là... (...)

Un grognement monstrueux et un rire abominable lézardèrent le silence. Un rire très clair tout d'abord, presque celui d'un enfant. Un rire affreux qui n'avait rien d'humain, terriblement fort, et qui semblait émaner des murs tout autour d'eux. De l'intérieur des murs.
Commenter  J’apprécie          10
Plume_de_laine   07 janvier 2020
Le Nombre 77 de Alexis Arend
Elle paraissait flotter sur les eaux comme une idole d'un autre temps, et dont la vue faisait naître quantité de croyances et inspirait une profonde terreur à quiconque posait les yeux sur elle.
Commenter  J’apprécie          20
Armony22   19 octobre 2017
Josh de Alexis Arend
Mon père avait coutume d'appeler ce coin du Montana "la larme d'un ange". Je me rappelle que, tout jeune déjà, ce nom me fascinait. Et il ne cesse de me fasciner, aujourd'hui encore. J'imaginais un ange magnifique descendu du ciel pour se poser là, à la lisière de cette immense forêt, et dont les larmes auraient coulé pour donner naissance à ce lac singulier. Je crois, avec le recul, qu'aucun nom ne me semblera jamais plus beau, ni plus approprié aux événements de cette année là...
Commenter  J’apprécie          10
Plume_de_laine   20 juin 2020
Josh de Alexis Arend
Les cimetières possèdent ceci de particulier qu'ils sont à la fois emplis d'une grande mélancolie, et porteurs d'un apaisement au-delà de toute compréhension. Les défunts qui y reposent y dorment quelquefois depuis des décennies, souvent oubliés, mais ils demeurent pourtant continuellement là, auprès de nous, à veiller sur les vivants et leur offrir un doux réconfort silencieux. On ne se sent jamais seul, dans un cimetière.
Commenter  J’apprécie          10
Armony22   19 octobre 2017
Josh de Alexis Arend
Comme nous étions heureux, en ce temps-là ! Comme j’étais heureux… D’aucuns diront que les bribes du passé que nous renvoie notre mémoire se voient toujours embellies. Mais je sais que si je m’en souviens aussi clairement, c’est sans doute parce que je devais connaître le bonheur pour la dernière fois avant bien longtemps…
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Ennio Morricone

Pour une poignée de dollars, Le Bon, la Brute et le Truand, il était une fois la Révolution... Comment se nomme le réalisateur de ces films, complice d'Ennio Morricone?

Francis Ford Coppola
Sergio Leone
Martin Scorcese

8 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : films , filmographie , cinema , compositeur , bande originale , adapté au cinéma , littérature , polar noir , romans policiers et polars , Musique de filmCréer un quiz sur cet auteur

.. ..