AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Alfred de Musset (1095)


Bloodyrose   01 décembre 2008
On ne badine pas avec l'amour de Alfred de Musset
Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueuilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompés en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueuil et mon ennui.
Commenter  J’apprécie          10585
 Alfred de Musset
Malaura   04 février 2013
Alfred de Musset
La vie est un sommeil, l'amour en est le rêve. Et vous aurez vécu si vous avez aimé ...
Commenter  J’apprécie          2651
 Alfred de Musset
Piatka   15 juin 2014
Alfred de Musset
À défaut du pardon, laisse venir l'oubli.
Commenter  J’apprécie          1950
 Alfred de Musset
ladyoga   01 juillet 2014
Alfred de Musset
L'homme est un apprenti, la douleur est son maître, et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert.
Commenter  J’apprécie          1831
jadzia   29 août 2012
On ne badine pas avec l'amour de Alfred de Musset
On est souvent trompé en amour souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelques fois : mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.

Commenter  J’apprécie          1700
petitours   14 octobre 2008
Lorenzaccio de Alfred de Musset
Je n'appartiens à personne ; quand la pensée veut être libre, le corps doit l'être aussi.
Commenter  J’apprécie          1472
 Alfred de Musset
Ptitgateau   07 mai 2016
Alfred de Musset
“Quelquefois, il y a des sympathies si réelles que, se rencontrant pour la première fois, on semble se retrouver.”
Commenter  J’apprécie          1446
 Alfred de Musset
Piatka   13 juillet 2013
Alfred de Musset
La poésie, cette langue que personne ne parle et que tout le monde comprend.
Commenter  J’apprécie          1440
 Alfred de Musset
Kittiwake   02 décembre 2015
Alfred de Musset
Quelquefois, il y a des sympathies si réelles que, se rencontrant pour la première fois, on semble se retrouver.

Commenter  J’apprécie          1180
 Alfred de Musset
Nastasia-B   09 septembre 2015
Alfred de Musset
Quel précipice que la vie !

LORENZACCIO : Acte III, Scène 5.
Commenter  J’apprécie          950
 Alfred de Musset
HuguetteM   13 janvier 2020
Alfred de Musset
La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité.
Commenter  J’apprécie          8116
Nastasia-B   12 juillet 2012
On ne badine pas avec l'amour de Alfred de Musset
À quoi sert de se quereller, quand le raccommodement est impossible ? Le plaisir des disputes, c'est de faire la paix.
Commenter  J’apprécie          740
 Alfred de Musset
Piatka   23 juillet 2013
Alfred de Musset
Tout vrai regard est un désir.
Commenter  J’apprécie          730
 Alfred de Musset
Ode   01 mai 2013
Alfred de Musset
Poète, prends ton luth et me donne un baiser ;
La fleur de l'églantier sent ses bourgeons éclore.
Le printemps naît ce soir ; les vents vont s'embraser ;
Et la bergeronnette, en attendant l'aurore,
Aux premiers buissons verts commence à se poser.
Poète, prends ton luth et me donne un baiser.

(La nuit de mai : la muse)
Commenter  J’apprécie          712
 Alfred de Musset
sagesse66   14 mars 2019
Alfred de Musset
Tristesse

J'ai perdu ma force et ma vie,
Et mes amis et ma gaieté ;
J'ai perdu jusqu'à la fierté
Qui faisait croire à mon génie.

Quand j'ai connu la Vérité,
J'ai cru que c'était une amie ;
Quand je l'ai comprise et sentie,
J'en étais déjà dégoûté.

Et pourtant elle est éternelle,
Et ceux qui se sont passés d'elle
Ici-bas ont tout ignoré.

Dieu parle, il faut qu'on lui réponde.
Le seul bien qui me reste au monde
Est d'avoir quelquefois pleuré.
Commenter  J’apprécie          673
 Alfred de Musset
fredho   07 mars 2014
Alfred de Musset
La bouche garde le silence
Pour écouter parler le cœur.
Commenter  J’apprécie          651
 Alfred de Musset
fredho   14 février 2016
Alfred de Musset
Après avoir souffert, il faut souffrir encore ; Il faut aimer sans cesse après avoir aimé.
Commenter  J’apprécie          631
 Alfred de Musset
Verdorie   07 novembre 2013
Alfred de Musset
(Alfred de Musset écrit à George Sand :)

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage
Voulez- vous qu'un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d'un cœur
Que pour vous adorer forma le Créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n'ose dire.
Avec soin, de mes vers lisez les premiers mots
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

(Réponse de George Sand :)
Cette insigne faveur que votre cœur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.

Commenter  J’apprécie          6311
Nastasia-B   03 septembre 2015
Lorenzaccio de Alfred de Musset
PHILIPPE : Voilà les guerres de famille, voilà comme les couteaux se tirent. On est insulté, et on tue ; on a tué, et on est tué. Bientôt les haines s’enracinent ; on berce les fils dans les cercueils de leurs aïeux, et des générations entières sortent de terre l’épée à la main.

Acte II, Scène 5.

(P. S. : Ça ne vous rappelle pas certains conflits actuels et bien réels ?…)
Commenter  J’apprécie          621
Sachka   22 octobre 2020
La Confession d'un enfant du siècle de Alfred de Musset
Prenez le temps comme il vient, le vent comme il souffle, la femme comme elle est.
Commenter  J’apprécie          594



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Alfred de Musset

C'était, dans la nuit brune,/Sur le clocher jauni,/La lune/Comme un point sur un i. Ces vers de Musset très célèbres sont extraits de quel poème?

Lune brune
Ode à la lune
Ballade à la lune

10 questions
30 lecteurs ont répondu
Thème : Alfred de MussetCréer un quiz sur cet auteur

.. ..