AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.42 /5 (sur 83 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 20/07/1910
Mort(e) à : Paris , le 29/07/1999
Biographie :

André Soubiran qui est né le 20 juillet 1910 à Paris et est mort le 29 juillet 1999, a exercé en tant que médecin et a été écrivain.

Il grandit à Gimont (Gers), ville d'origine de sa mère, durant la première Guerre mondiale alors que son père officier participe à l'expédition de Salonique, où il meurt en 1918.

Il a fait ses études à la faculté de Toulouse puis à celle de Paris où il a soutenu sa thèse de médecine sur "Avicenne, prince des médecins, sa vie et sa doctrine" (1935).

Son journal de guerre, J'étais médecin avec les chars, l'a fait connaître, puis plus particulièrement Le Journal d'une femme en blanc dans lequel il met en question l'avortement dans les années 1960, en décrivant sa réalité.

Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Rencontres insolites
Pierre CHARPY et Henri MARQUE annoncent des rencontres improbables comme thème de cette émission. Que se passerait-il si Salvador DALI rencontrait l'académicien et économiste Jacques RUEFF ? Que se passerait-il si l'écrivain et médecinAndré SOUBIRAN rencontrait l'écrivain et diplomate Roger PEYREFITTE ? Interview d'André HALIMI autour de questions posées à chacune des personnes sans...

Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
colimasson   22 juin 2013
L'île aux fous de André Soubiran
Si vraiment, comme le prétend la sagesse populaire, la folie est une infortune qui s’ignore, donc une infortune sans souffrance, j’aurais voulu, pour le temps exact de mon internement, cesser d’être un homme raisonnable. Au lieu d’errer seul dans l’enclos en songeant au visage aimé ou à l’inaccessible maison, à mon tour, j’aurais vécu de quelque ahurissante idée fixe à quoi la démence et ses hallucinations eussent enlevé, au moins pour moi, toute apparence de chimère. Oui, tant qu’on ne peut pas sortir d’un asile, la suprême chance serait de devenir temporairement un peu fou !
Commenter  J’apprécie          160
Jcequejelis   01 mars 2012
Journal d'une femme en blanc de André Soubiran
Que peut faire le médecin de campagne, à la fois pédiatre et gynécologue, devant l’organisation de la vie rurale ? A la femme incombe les soins du ménage, des enfants, du petit bétail et d’une bonne partie des travaux des champs, le tout dans des conditions demeurées le plus souvent primitives. Devenue mère, comment allaiterait-elle à des heures fixes, alors qu’elle ne peut abandonner le travail qu’elle est en train d’accomplir au loin ? Aussi, je ne m’étonne plus des infections digestives pour lesquelles on m’appelle. Lait abandonné aux bataillons de mouches pendant des heures, biberons mal dosés, mal nettoyés, suffisent à expliquer les diarrhées graves pour lesquelles les parents, soudain affolés, me réclament avec véhémence « des piqûres » , tout en laissant l’enfant sucer une vieille tétine emmanchée sur un bouchon ou bien un bonbon enveloppé dans un bout de linge, cela afin d’empêcher leur rejeton, croient-ils, de se faire une hernie en criant.

Tout de suite promue gynécologue par la renommée, j’ai examiné chez elles ou j’ai vu venir à ma consultation des femmes qui disaient « avoir une maladie dans le ventre ». Plus encore que pour mes patientes de Gennevilliers, ce sont leurs servitudes de femelles qui les accablent, qui les rongent. Même enceintes, ces femmes ne connaissent aucun repos et ne se couchent qu’aux premières douleurs. Les relevailles sont hâtives, car le travail presse. A quarante ans, ces grandes créatures d’apparence robuste déballent, sur la table d’examen, des ventres effondrés, des décalcifications, des vergetures, des varices, des métrites, des ptoses, et toutes m’expriment le vœu de voir venir la ménopause, qui les délivrera enfin des risques venu d’un mari trop « venimeux », -- comme je ne comprenais pas le mot « venimeux », l’une m’a expliqué : « Ben quoi ! n mari trop faisseu d’nourrice. L’mien, y m’a déjà fabriqué sept enfants ».



289 - [Le Livre de poche n° 371, p. 421]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
colimasson   04 juin 2013
L'île aux fous de André Soubiran
Non, pas comme en prison, mais pire. Au lieu d’un gardien faisant les cent pas en s’en foutant, vous aurez deux ou trois infirmiers qui, sans en avoir l’air, ne vous lâcheront pas une minute et, même, viendront se mêler à votre conversation. Et il vous faudra parler assez fort pour qu’ils n’aient aucune raison de suspecter une cachotterie. Sans ça, gare ! Dans leur rapport au médecin-chef, votre a parte deviendra un préparatif d’évasion.
Commenter  J’apprécie          70
colimasson   13 septembre 2013
L'île aux fous de André Soubiran
Quand on impose à un navire une quarantaine parce qu’il se trouve des contagieux à bord, nul n’oserait prétendre que c’est pour les soigner. Alors pourquoi faire entrer l’internement dans les moyens thérapeutiques, s’il s’agit d’incarcérer et de « réduire », non de guérir ?



-Notes-
Commenter  J’apprécie          70
colimasson   09 septembre 2013
L'île aux fous de André Soubiran
Seules les histoires obscènes arrivaient à réconcilier mes compagnons pour quelques instants et, tandis qu’ils écoutaient, tassés autour du narrateur, on pouvait deviner quelles terribles visions brûlaient derrière leurs paupières mi-closes.
Commenter  J’apprécie          60
colimasson   12 juin 2013
L'île aux fous de André Soubiran
A sept heures, la porte du réfectoire s’ouvrait. Quelques minutes plus tard, le petit-déjeuner avalé, tout le monde était là, de nouveau, mais le charme des débuts de la matinée avait été rompu ou peut-être avait-il trop duré pour des cervelles versatiles ? La radio fonctionnait déjà, à plein régime. On eût alors annoncé l’extinction des eux que tous les gens du III seraient repartis se coucher avec conviction. Et pourtant la journée débutait à peine.
Commenter  J’apprécie          50
colimasson   02 juillet 2013
L'île aux fous de André Soubiran
Ah ! Le jour où je quitterais l’asile, on pourrait plaider devant moi la cause des fous ! Je les avais vus vivre de trop près pour ne pas conserver à jamais, envers la folie, un hérissement et un recul. Plus de sensiblerie, plus de compassion pour tous ces monstres si tragiquement satisfaits d’eux-mêmes, si fiers de leur méchanceté, de leur perfidie, de leurs ignominies à la fois infinies et monotones !
Commenter  J’apprécie          50
colimasson   14 juin 2013
L'île aux fous de André Soubiran
De même qu’on suce lentement un bonbon pour en prolonger le plaisir, il eût fallu, pour mieux parvenir à tuer le temps, faire durer la moindre occupation. Mais le cri perpétuel des infirmiers était : « Allons, pressons ! » et l’on se pressait pour n’aboutir jamais nulle part ou pour tous se retrouver, cinq minutes après, autour de la table, désœuvrés, les bras ballants et traînant les pieds, car, par veulerie, épuisement ou bouderie, peu importe, au III, internés et gardiens, tous traînaient les pieds.
Commenter  J’apprécie          40
colimasson   24 juin 2013
L'île aux fous de André Soubiran
Pendant dix mois, j’avais été cet homme ; dans l’enlisement progressif du Quartier, j’avais sans cesse dû, pour ne pas sombrer, garder, au prix d’une gymnastique effroyable, mes narines et mes lèvres au-dessus de l’eau trouble. Alors que chaque vie est faite pour s’accrocher à d’autres vies, je n’avais pu que compter sur moi pour me sauver. Et soudain, dans cette lente suffocation où je finissais de mourir loin de Colette, le nouveau venu avait été mon oxygène. Cette trop forte bouffée m’avait soûlé.
Commenter  J’apprécie          20
colimasson   08 juin 2013
L'île aux fous de André Soubiran
Tout raisonnement permettant de conclure que le monde des gens dits normaux va très mal recueille de façon à peu près automatique l’adhésion des fous.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

TUBERCULOSE

Au XIXème siècle, à quoi attribuait-on à tort l'origine de cette maladie?

maladie sexuellement transmissible?
maladie psychosomatique?
maladie héréditaire?
maladie neurologique?

1 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : médecineCréer un quiz sur cet auteur

.. ..