AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.93/5 (sur 152 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Perpignan , le 06/04/1907
Mort(e) à : Montpellier , le 29/09/1968
Biographie :

André de Richaud est un écrivain et poète français.

Son père meurt en 1914 lors d'un combat dans la Meuse et sa mère quelques années plus tard, en 1923. Il fréquente le collège de Carpentras dans les années vingt, période où il rencontre Pierre Seghers, André Gaillard, fondateur des "Cahiers du Sud" et Joseph d'Arbaud, directeur de la revue "Le Feu". Puis il suit des études de droit et de philosophie à Aix-en- Provence et écrit, pendant ses vacances de l'été 1927, "Vie de saint Delteil" qui sera publié l'année suivante.

Il devient professeur de philosophie en 1929 et continue d'écrire et de s'intéresser au théâtre. Grasset édite en 1930 "La création du Monde" et son premier texte pour le théâtre "Village" est joué cette même année au théâtre de l'Atelier. Mais c'est "La douleur", publié chez Grasset en 1931, qui le rend célèbre. En 1932, il fait son service militaire à Paris. Dans les années trente, il entreprend un voyage en Grèce qui le bouleverse et rencontre Fernand Léger chez qui il vivra quatorze ans en Normandie et à Paris. Il continue d'écrire pour le théâtre et de publier des romans chez Grasset : "L'Amour fraternel" en 1935, "La Barrette rouge" en 1938.

En 1943, il travaille avec Jean-Louis Barrault au projet du film "La fontaine des lunatiques" et fait de fréquents séjours chez les Léger, dans l'Orne, avec Picasso, Cocteau et Dominguez. L'année suivante voit paraître chez Laffont "La Nuit aveuglante" et son très important journal chez Seghers "La confession publique".
En 1950, il s'installe à Paris rue des Canettes d'où il ne bougera quasiment plus. Il cesse peu à peu d'écrire sans pour cela tout arrêter. En 1954, Seghers édite "Le droit d'asile", recueil de poèmes déjà paru en 1937 mais regroupant cette fois les poèmes des dix dernières années et pour lequel il obtient le Prix Apollinaire.

En 1958, il s'installe à Vallauris auprès de son amie Ginette Voiturin où il fait de petits travaux et fréquente de nombreux peintres. Après sa rencontre avec l'éditeur Robert Morel en 1965 et lors de la publication de "Je ne suis pas mort" (prix Roger-Nimier), la presse littéraire redécouvre Richaud. S'ensuivent de nouveaux projets d'écriture qu'il n'aura pas le temps de mener à bien. Il meurt de la tuberculose.

+ Voir plus
Source : http://www.letempsquilfait.com
Ajouter des informations
Bibliographie de André de Richaud   (29)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

André de RICHAUD – Une Vie, une Œuvre : 1907-1968 (France Culture, 1990) Émission "Une Vie, une Œuvre", par Jacqueline de Roux, diffusée le 3 mars 1994 sur France Culture. Invités : Maurice Baquet, Pierre Seghers, Pascal Mazzotti, Georges Abbé, Robert Morel, Léon Gabriel Gros et François Marie Lemonnier.

Podcasts (1)


Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
André de Richaud
Minuit vint.
Minuit disparut.
Minuit dix parut.
Minuit vingt.
Commenter  J’apprécie          370
Au fond, peut-être suis-je mort et peut-être c'est cela l'Enfer : vivre seul, sans besoins et sans amours.
Commenter  J’apprécie          310
Le repas se termina par les fruits qu’aimait Hugues : les pommes dont le feu ne réchauffe que l’épiderme et dont l’intérieur est comme un marbre frais. Les poires presque liquides, sur lesquelles le couteau glisse comme sur du cuir, puis qui se crèvent par surprise. Les raisins qui ont passé un mois sur les claies, à la chair plissée, dont le sucre s’est concentré et qui, déjà, après avoir été les choses les plus naturelles du monde, les présents directs de la terre, sont devenus des sucreries précieuses, comme nées de l’art des hommes.
Commenter  J’apprécie          190
"Qu'est-ce que c'est que cette histoire ?" Voila le grand mot lâché. L'enfant qui vient au monde le dit dans son langage, et c'est la dernière fois que sa parole cadre exactement avec ce qu'il veut dire !
Commenter  J’apprécie          180
Les grands arbres faisaient une voûte au-dessus de la rivière et on avait l’air d’être dans une crypte verte. Par les interstices des branches, le soleil passait et faisait des ronds jaunes sur l’eau. De grands iris d’eau se miraient, dorés dans l’eau claire. Les végétaux de toutes sortes envahissaient les rives : longues guirlandes allant d’un arbre à l’autre, pierres moussues, graviers blancs, et, au-dessus de tout cela, ce grand silence, ce grand silence du monde dont le bruit de l’eau qui coule mollement, révèle la majesté...
Commenter  J’apprécie          170
Tous les vieux meubles étaient enfouis dans une ombre épaisse, pareil à un beau velours noir.Ils étaient immobiles, comme un troupeau de bêtes endormies qui rêvent. Que ce fût l'hiver ou l'été, c'est-à-dire qu'au dehors le vent soufflât chargé d'une pluie glacée ou que le grand soleil tordît les arbres et les hommes dans ses mains de feu, les choses se passaient toujours de la même façon depuis vingt ans.Peut-être au mois de mai, le vieux bois des fauteuils est-il triste de ne pas sentir circuler dans ses veines la sève qui court dans tous arbres du pays ?
Peut-être au début de l'hiver certains objets se réjouissent- ils de voir le feu ? M.Charles n'y prenait pas garde.Il vivait seul.Son piano était pour lui l'unique bête intéressante du troupeau immobile et silencieux.Il le flattait de la main, défendait qu'on l'approchât.

( Grasset, Cahiers rouges, 2005)
Commenter  J’apprécie          140
Quand on me parlait de ma facilité, c'était, bien sûr, pour sous entendre que je ne m'en servais pas assez. Comme si -- parce qu'on a quelque talent -- on avait été créé et mis au monde pour, tous les ans, ou tous les deux ans, faire son petit caca en trois cents pages ou en quatre actes !... p 16
Commenter  J’apprécie          150
(...) Le pardon quotidien d'avoir vécu un jour de plus. Chaque matin, il se demandait s'il avait le droit de vivre ce jour qui se levait, coupable d'avoir négligé son âme la veille. Il l'avait retrouvée, cette âme, un jour, en cherchant n'importe quoi dans le grenier. Il ne l'avait pas reconnue tout d'abord. C'était une vieille défroque. Rutilante autrefois et mangée par les mites à présent. (...)

Il avait rencontré Mario, et Mario avait juré de repriser l'âme, de faire briller le clinquant encore et d'en faire un vêtement présentable.
Commenter  J’apprécie          140
Thiodor

Mon père était comptable dans une grande épicerie, c'est-à-dire qu'aux odeurs écoeurantes qui règnent dans toutes les maisons très modestes, se mêlaient, quand il était chez nous, celles du fromage, du pain d'épices, et de l'alcool à brûler, odeurs qui me ravissaient (...)Pour les autres, sans doute, un pauvre niais derrière une petite grille et qui vous rendait la monnaie avec un être bête, entre deux pains de sucre. Pour moi, une sorte de Dieu, qui apportait d'un monde mystérieux, chaque soir, des senteurs magiques. (p. 10)
Commenter  J’apprécie          140
Il n'était pas fou.On a tort de croire qu'une perte graduelle de raison équivaut à un gain progressif de folie.Peu à peu, à mesure qu'il s'était avancé dans le monde des sons et des harmonies, il avait remplacé la raison par du vent et non par de la folie.Une petite partie du cerveau lui restait, parfaitement saine; quand il n'était pas sous l'influence de la musique, il redevenait un paysan assez cultivé, amoureux de la nature et de la solitude.

( Grasset, Cahiers rouges, 2005)
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de André de Richaud (142)Voir plus

Quiz Voir plus

Quand les aliments portent des noms insolites ou pas...

Les cheveux d'ange se mangent-ils ?

Oui
Non

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thèmes : nourriture , fruits et légumes , fromages , manger , bizarreCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..