AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.44 /5 (sur 35 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Ermont , le 17/05/1899
Mort(e) à : Douarnenez , le 25/12/1997
Biographie :

Anita Conti, née Caracotchian, était une océanographe et photographe française.

Elle fut aussi une femme du monde qui croisa des célébrités du siècle, de Pierre et Marie Curie, Blaise Cendrars et Théodore Monod au docteur Schweitzer et à Léopold Sédar Senghor.

Fortunés, ses parents lui avaient donné le goût des voyages, mais aussi celui de l'eau : "J'ai su nager avant de savoir marcher", se plaisait-elle à rappeler. Elle passera donc la plus grande partie de sa vie sur l'eau, où, plusieurs décennies avant le commandant Jacques-Yves Cousteau, elle sut défendre le milieu marin et contribuer à lancer l'océanographie, alors balbutiante.

Relieuse d'art, dont le talent -qui fascinait Mac Orlan- est reconnu à Paris, Londres et New-York, elle se marie en 1927 avec un attaché d'ambassade ; mais l'appel de la mer est le plus fort. Elle parcourt les mers, publie des reportages sur les piètres conditions sanitaires des parcs à huîtres, des réflexions sur la surexploitation des océans.

Anita Conti fut la première femme océanographe française. Entre les deux guerres mondiales, elle commença à dresser les premières cartes de pêche, alors qu'on ne disposait jusqu'alors que de cartes de navigation.

Son activité scientifique contribua à rationaliser les pratiques de pêche hauturière mais dès les années 1940, elle s'inquiéta des effets de la pêche industrielle sur les ressources halieutiques
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Anita Conti   (6)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Anita Conti pionnière de l'océanographie.


Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Asterios   06 octobre 2019
Racleurs d'océans de Anita Conti
année 1952:

L'océanographie est une science nouveau née qui n'a pu se développer qu'après toutes les autres puisqu'elle a recours à toutes les autres pour son outillage, mais l'océan ne peut plus se défendre, il tient 70% de notre surface planétaire et en altitude il remplit de ses fosses extrêmes plus de 10 Km d'épaisseur: pourtant dans le formidable volume de cet élément inhumain, quelques hommes sont entrés; ils ont suivis la lumière, son étrange modification à travers des couches d'eau qui sont comme autant de filtres et ils sont revenus à notre existence quotidienne avec des regards de songe et la nostalgie d'un corps déliée des lois aérienne de la pesanteur. Le Prieur, Jean Painlevé, Philippe Taillez, Jean-Yves Cousteau et tous les garçons et les filles qui les suivent...
Commenter  J’apprécie          180
Didili   22 mars 2018
Le Carnet Viking de Anita Conti
Parfois l'épreuve de l'absence tourmente les équipages. On espère des nouvelles, en même temps on les craint.

Je me sens moi-même envahie de cette sourde effervescence. Toute une province à la fois ancestrale ment maritime et solidement paysanne est venue d'imposer à nous, et à chaque évocation de la famille et du port fait croire à a stabilité des choses. Ce courrier qui vient de nous être apporté, c'est la terre, la seule, la vraie : la terre qui porte la maison.
Commenter  J’apprécie          160
lecteur84   12 mai 2017
Racleurs d'océans de Anita Conti
La vie aime les masques, l'entêtement aveugle, les conventions, la tenue. Et moi aussi: je suis une brute correcte, savonnée, briquée, peignée! C'est un masque; sous le masque mon esprit est noyé d'incertitudes; il s'élance, se reprends, essaie de comprendre, s'avoue incapable. dessus, le masque tient bon.
Commenter  J’apprécie          160
Anita Conti
Vagualame   26 avril 2021
Anita Conti
Pourrais-tu ignorer

Que chaque jour, Pour Toi,

un ciel entier s’éclaire ?



À Tous les pas de cet élan

qu’est notre vie

À tous les jeux de cette rage

J’ai ouvert les bras

Et gémi



Et sur le grand vent refermé,

Au long des temps

Mes bras heureux brûlent encore

De leur désir.



4 janvier 1994, à Fécamp,
Commenter  J’apprécie          120
lecteur84   08 mai 2017
Racleurs d'océans de Anita Conti
ils ont suivi la lumière, son étrange modification à travers des couches d'eau qui sont comme autant de filtres, et ils sont revenus à notre existence quotidienne avec des regards de songe et la nostalgie d'un corps délié des lois aériennes de la pesanteur.
Commenter  J’apprécie          90
Caro17   11 mars 2018
Le Carnet Viking de Anita Conti
La mer nous a pris. Elle est verte, grise, noire, crêtée de blanc, elle nous ramasse sur son dos d'un coup de rein comme une bête habituée à ses parasites et nous jaillissons à sa cadence. C'est elle qui choisit son allure. Si elle rue, on se cramponne et ça repart.

Au long de nos infinies fragilités, se heurtent les géantes puissances des fluides. Les déferlements qui s'écrasent ont le grondement des éternités.

L'impression d’être devenu le centre du monde nait ici ; le cercle marche avec notre marche. L'horizon devant nous recule et, derrière nous, l'horizon avance ; au centre de ce cercle impitoyable, Viking hache la mer comme une lourde bête. Par temps sombre, le cercle se rétrécit ; dans la brume, ses bornes rapprochées sont floues et le danger peut sortir de ses murailles floconneuses, toujours et partout.
Commenter  J’apprécie          70
Caro17   17 mars 2018
Le Carnet Viking de Anita Conti
Au-dessus de nous, l'espace ; au-dessous, un miroir ; la surface des eaux est pareille au regard de beaux yeux ouverts ; on s'y perd sans comprendre. La surface des eaux demeure l'éternel miroir, elle réfléchit le ciel et garde son intégrité.

En se penchant vers l'épaisseur des eaux, chacun n'y verra que le reflet de lui-même ; en se relevant, son regard se perdra dans le cercle d'horizon.
Commenter  J’apprécie          70
MLM   04 mars 2014
Géants des mers chaudes de Anita Conti
L'exaltation physique réduit l'hésitation de l'esprit. L'activité musculaire nettoie les regrets. Je ne pense plus, j'agis.
Commenter  J’apprécie          60
Luc-Michel   02 janvier 2015
L'océan, les bêtes et les hommes ou l'ivresse du risque de Anita Conti
L'harmonie? un grondement énorme et cadencé, d'où jaillissent les ultra-sons des mélodies éternelles...que nos oreilles ne peuvent entendre; alors chacun en soi les invente...
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2   04 juillet 2018
Le Carnet Viking de Anita Conti
7 h 30 – Chalut déchiré, cul crevé, poisson parti. Les hommes saisissent les aiguilles et le couteau entre les dents, ils commencent le ramendage.

Cette continuité de lutte crée une sensation d’épuisante fatigue. Ce n’est pas la lassitude du soir après un jour de labeur, c’est la sensation d’un effort ininterrompu sans juste récompense, compensation comparable au travail des champs soumis aux hasards météorologiques.

L’industrie des grandes pêches est une profession qui mène à concevoir la nécessité de l’effort sans envisager comme due l’immédiate compensation.

Froid, vent, pluie, neige, brise fraîche, à nouveau cul crevé, ventre parti. Sur le pont : une tonne de vase et ses détritus. Les hommes ? Vannés ! Mais sans perdre un instant il faut réaffaler.

La longueur et la dureté de manœuvre d’un enfin de 41,5 mètres d’ouverture, alourdi de 1 600 kilos de panneaux, et de 18 mètres de diabolo, rendent extrêmement décevantes les mauvaises pêches.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

La Cigale et la Fourmi 🦗🐜

La Cigale, ayant chanté / ....................... ,

Pendant tout l'été
Durant tout l'été
Tout l’été
Tout au long de l'été

10 questions
127 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , fable animalièreCréer un quiz sur cet auteur

.. ..