AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.84 /5 (sur 107 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Mayence , le 19/11/1900
Mort(e) à : Berlin , le 01/06/1983
Biographie :

Anna Seghers (de son vrai nom Netty Radvanyi, née Reiling), est une femme de lettre allemande.

Durant la première guerre mondiale, elle sert au service des armées. En 1920 elle réussit le baccalauréat. Ensuite elle étudie à Cologne et Heidelberg l'histoire, l'histoire de l'art et la sinologie. En 1924 elle obtient son doctorat à l'université de Heidelberg avec une thèse sur Juifs et judéité dans l'œuvre de Rembrandt.

En 1925 elle épouse le sociologue hongrois László Radványi. En 1928 parait son premier livre sous le pseudonyme d'Anna Seghers ( elle a choisi son pseudonyme par admiration pour les œuvres du peintre et graveur néerlandais Hercules Seghers) L'Insurrection des pêcheurs de St-Barbara (Aufstand der Fischer von St. Barbara). Sur proposition de Hans Henny Jahnn, ce premier roman est couronné par le prix Kleist (Il est porté à l'écran, en 1934, par le dramaturge Erwin Piscator).

Également en 1928, elle rejoint le Parti communiste allemand (KPD) et l'année suivante elle est membre fondatrice de l’Union des écrivains prolétaires révolutionnaires. En 1930 elle voyage pour la première fois en Union soviétique. Après la prise de pouvoir par les Nationaux-socialistes (Nazis) Anna Seghers est arrêté par la Gestapo puis relâchée ; ses livres sont interdits en Allemagne et brûlés. Peu après elle fuit en Suisse et de là rejoint Paris.

Après le commencement de la Seconde Guerre mondiale et l'entrée des troupes allemandes dans Paris, le mari de Seghers est interné dans le sud de la France au camp du Vernet. À Marseille, elle se préoccupe de la libération de son mari et des possibilités de fuir à l'étranger. Cette époque forme la trame du roman Transit (paru en 1944).

En mars 1941, Anna Seghers et sa famille réussissent à rallier Mexico via la Martinique, New York et Veracruz. En 1942 paraît son roman qui reste probablement le plus célèbre La septième croix (Das siebte Kreuz). En 1944 Fred Zinnemann met Das siebte Kreuz en images. Les succès du livre et du film rendent Anna Seghers célèbre dans le monde entier.

En 1975, elle reçoit le Prix de la culture du Conseil mondial de la paix et est distinguée comme citoyenne d’honneur de Berlin-Est.
+ Voir plus
Source : wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
?Transit?, de Christian Petzold - bande-annonce .
Le cinéaste allemand Christian Petzold adapte le beau roman d?Anna Seghers publié en 1944 dans un grand film romanesque où se répercute subtilement l?écho des crises migratoires actuelles. Transit est à découvrir en salles mercredi 25 avril 2018. En voici la bande-annonce, en exclusivité pour telerama.fr
Podcasts (1)


Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
diablotin0   25 novembre 2018
Ce bleu, exactement de Anna Seghers
"Bien qu'ici beaucoup de gens ou même tout le monde, soit très gentil envers moi, j'ai tout de même parfois l'impression d'être littéralement transformée en glace. J'ai l'impression d'être tombée à l'époque glaciaire tellement tout me paraît froid. Non pas parce que je ne suis plus sous les tropiques, mais parce que beaucoup de choses sont tout à fait oppressante et d'une froideur incroyable pour moi, qu'il s'agisse du travail, d'amitiés, de choses politiques ou humaines. " lettre de Anna Seghers à Georg Lukacs. Postface
Commenter  J’apprécie          210
michfred   03 septembre 2019
Transit de Anna Seghers
Sottises, sottises, sottises que toute cette dépense d'énergie pour aller d'une ville en flammes à une autre ville en flammes, pour passer d'un canot de sauvetage à l'autre, sur la mer sans fond.
Commenter  J’apprécie          180
Anna Seghers
Caliban   30 septembre 2018
Anna Seghers
...il y avait un couple que j'ai vaguement connu dans le temps . Vous savez bien vous-même ce que ça vaut, ces rencontres fugitives dans les gares, les antichambres des consulats, le bureau des visas, à la préfecture . Comme c'est fugace, le bruissement de quelques mots, comme le froissement de billets qu'on change à la hâte . Seulement, parfois, on est frappé d'une simple exclamation, d'un mot, que sais-je ? d'un visage . Rapide et fugace, ça vous traverse de part en part . On lève les yeux, on tend l'oreille, et voilà qu'on est empêtré dans une histoire . Je voudrais bien, une fois, tout raconter à quelqu'un d'un bout à l'autre . Si seulement je n'avais pas peur d'embêter le monde . Vous n'en avez pas soupé, vous, de ces récits bouleversants ? N 'en avez-vous pas assez de ces histoires palpitantes de mort qu'on frôle et de fuite éperdue ? Moi, pour ma part, j'en ai vraiment soupé . Et si quelque chose peut encore m'émouvoir aujourd'hui, c'est un métallo qui me raconterait combien de mètres de fil de fer il a torsadés dans sa longue vie, ou encore le halo de lumière sous lequel des enfants font leurs devoirs.



[ in "TRANSIT" ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Allantvers   23 juillet 2018
Transit de Anna Seghers
Ma peur s'était complètement dissipée, la croix gammée ne me semblait qu'un spectre, je voyais avancer et repartir, derrière le grillage du jardin, les plus puissantes armées du monde; je voyais crouler les empires les plus insolents et s'édifier d'autres empires, jeunes et audacieux; je voyais les maîtres du monde s'élever et mourir. Moi seul, j'avais le temps infini de vivre.
Commenter  J’apprécie          130
Allantvers   27 juillet 2018
Transit de Anna Seghers
En ce temps-là, tous n'avaient qu'un désir : embarquer. Tous n'avaient qu'une crainte: rester en arrière.

Partir, partir de ce pays écroulé, de cette vie écroulée, de cette planète! les gens vous écoutent avidement tant que vous parlez de départs, de bateaux capturés qui jamais n'arriveront au port, de visas achetés et de visas falsifiés, et de nouveaux pays de transit. Tous ces racontars servent à abréger l'attente, car les gens sont rongés par l'attente. Ce qu'ils écoutent de préférence, c'est l'histoire de bateaux partis sans eux, mais qui, pour une raison quelconque, n'ont jamais atteint leur but.
Commenter  J’apprécie          110
Allantvers   28 juillet 2018
Transit de Anna Seghers
- Je veux rentrer chez moi.

- De plein gré? Vous savez aussi bien que moi ce qui vous attend.

- Et ici? Qu'est-ce qui m'attend ici? Vous connaissez peut-être le conte de l'homme mort. Il attendait dans l'éternité que le Seigneur décidât de lui. Il attendait, attendait toujours. Un an, dix ans, cent ans. Puis il implora son verdict; Il ne pouvait plus, disait-il, supporter l'attente. On lui répondit: Qu'est-ce que tu attends donc? Il y a longtemps que tu es en enfer." Et l'enfer, c'était cela: l'attente imbécile de rien. Quoi de plus infernal? La guerre? Elle vous rejoint d'un bond par-dessus l'océan. Maintenant j'en ai assez. Je veux rentrer chez moi.
Commenter  J’apprécie          100
Allantvers   24 juillet 2018
Transit de Anna Seghers
Contrairement à ce qu'on admet d'ordinaire, on oublie quelquefois très vite l'essentiel, parce que cela vous pénètre, se confond avec vous, tandis que des faits insignifiants vous traversent souvent l'esprit, parce qu'ils s'accrochent à vous sans qu'il y ait mélange.
Commenter  J’apprécie          100
Allantvers   19 juin 2020
La septième croix de Anna Seghers
Couvert de sang, Wallau était assis contre le mur. De la porte Zillich regarda tranquillement dans sa direction. Un peu de lumière au-dessus de l'epaule de Zillich, ce minuscule carré bleu de l'automne confirma pour la dernière fois à Wallau que le monde restait solidement planté là et y resterait, quels que soient les combats à mener. L'espace d'un instant, Zillich resta figé à la porte. Personne ne l'avait jamais regardé avec un tel calme, dans un tel rapport d'égalité. C'est la mort, se dit Wallau. Lentement, Zillich referma la porte derrière lui.
Commenter  J’apprécie          40
Danieljean   30 mars 2016
Transit de Anna Seghers
Il était six heures du soir. Mon regard vide, par-dessus les têtes des gens, fixait la porte. Elle tourna une fois de plus. Une femme entra. Que vous dirai-je ? Je puis seulement dire : elle entra. L’homme qui s’est suicidé rue de Vaugirard, il savait s’exprimer autrement. Moi, je ne puis que dire : elle entra. Ne vous attendez pas à ce que je vous la décrive. Ce soir-là, d’ailleurs, je n’aurais pas su dire si elle était blonde ou brune, si c’était une femme ou une jeune fille. Elle entra. Elle s’arrêta et regarda autour d’elle. Il y avait sur son visage une expression d’attente exaspérée, presque de crainte. On eût dit qu’elle espérait et redoutait de trouver quelqu’un en cet endroit. Mais, quelles que fussent les pensées qui l’entraînaient, elles n’avaient certes rien à faire avec des histoires de visas. Elle traversa d’abord la partie de la salle que je pouvais embrasser du regard, celle qui donnait sur le quai des Belges. Je vis encore le bout pointu de sa capuche sur la grande vitre devenue grise maintenant. J’eus peur qu’elle ne revînt plus jamais : il y avait là-bas, dans l’autre secteur de la salle, une porte qui menait au dehors : elle ne faisait que passer, sans doute. Mais elle revint presque aussitôt. Sur son jeune visage, l’expression d’attente cédait à la déception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Nieva   05 octobre 2014
L'Excursion des jeunes filles qui ne sont plus de Anna Seghers
Il me semblait que, dans cette brève journée d'excursion avec ma classe, toutes choses m'étaient en même temps arrachées et rendues.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature allemande... ou pas?

...

Elias Canetti
Katarina Mazetti

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , littérature germanique , germanophoneCréer un quiz sur cet auteur

.. ..