AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.06 /5 (sur 416 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1946
Biographie :

Femme de théâtre, Anne Delbée est à la fois comédienne, metteur en scène, directrice de compagnie et pédagogue.

Elle collabore avec Antoine Vitez, et signe la mise en scène d’une cinquantaine de spectacles pour le théâtre et l’opéra. On retiendra : La Traviata de Verdi, Don Giovanni de Mozart, Les Brigands de Schiller, L’Aiglon de Rostand, Othello de Shakespeare, Phèdre de Racine, Suréna de Corneille, Hernani de Hugo.

De Claudel, elle porte à la scène plusieurs pièces dont Tête d’Or à la Maison de la Culture d’Angers en 1983 qu’elle reprend à la Comédie Française en 2006. C’est également en 1983 qu’elle reçoit le Prix des lectrices de Elle pour son ouvrage Une femme, qui raconte l'histoire de Camille Claudel.

Anne Delbée est aussi l’auteur de plusieurs romans dont Danse, en 1999 ; Le sourire de Sarah Bernhardt, en 2000 ; Il ne faut regarder que l’amour, en 2002 ; Jean Racine, en 2004 ; La 107è minute, en 2006.

Au début de l'année 2008, Anne Delbée est nommée présidente du Syndicat National des Metteurs en Scène (SNMS).
+ Voir plus
Source : http://video.fondationostadelahi.com
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Descente aux enfers
Une "Descente aux enfers" pour ce 350ème numéro d'Apostrophes en compagnie des invités de Bernard PIVOT : - Anne DELBEE a écrit "Une femme, Nom : Claudel, Prénom : Camille Sculpteur", une biographie de la vie de Camille CLAUDEL, sculpteur de génie, soeur de Paul CLAUDEL, élève et amante de Rodin, internée pour folie les trente dernières années de sa vie. C'est à travers sa...
Citations et extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
gouelan   11 décembre 2018
Une femme de Anne Delbée
Il y avait une fois un petit clown qui avait enfilé en cachette les grandes chaussures de la vie. Mais il les avait mises à l'envers. Le pied gauche était à droite et le pied droit était dans la chaussure de gauche.

Il partit tête baissée et se retrouva sur le nez. Mais son cœur était plus large que les chaussures : on pouvait y mettre les deux pieds. Les gens ne s'en privaient pas. Ils enfilaient son cœur et piétinaient avec.

Comme le petit clown ne voyait pas plus loin que le bout de son nez, il remit les grandes chaussures à ses mains pour mieux tâter la vie et ses pieds dans son cœur. Alors il se mit à courir : mais là où il posait les pieds, son cœur s'écrasait, et quand il ouvrait les bras, il perdait ses chaussures.

Il réfléchit, mais les yeux grands ouverts, et perdit son nez.
Commenter  J’apprécie          251
gouelan   11 décembre 2018
Une femme de Anne Delbée
Dure, droite, elle regarde de ses yeux terriblement ouverts le grand remue-ménage de Paris, semblable à une marée. Camille songe à la mer qui transforme les tempêtes du grand large en une caresse qui vient chatouiller doucement les pieds. Paris encercle amoureusement les jambes de l'adolescente.
Commenter  J’apprécie          230
isalune   03 juin 2014
Une femme de Anne Delbée
*Paul Claudel regardant sa soeur, Camille*



... Sa soeur est belle, vraiment. Les autres personnes ont des yeux morts. Elle, elle regarde. Ses yeux vibrent comme si elle rendait chaque être humain, chaque objet plus resplendissants.
Commenter  J’apprécie          180
genou   06 juin 2013
Une femme de Anne Delbée
Attention, mademoiselle Camille, fermez bien votre col. On est vite pris pour ce que l'on n'est pas. La conscience pour soi, ça ne suffit pas dans ce bas monde.
Commenter  J’apprécie          150
Maya26   11 juin 2013
Une femme de Anne Delbée
Ils se disent tout dans la pierre même, c'est là leur vrai royaume, leur couche nuptiale, le long désir entre elle et lui qui ne cesse de se prolonger, de renaître,l'absence aussi.......aussi forte que la possession. Elle n'aura jamais d'époux, de maison, d'enfants à elle. Juste une pierre, la pierre de leur continuelle impossibilité à être heureux ensemble.
Commenter  J’apprécie          140
gouelan   14 décembre 2018
Une femme de Anne Delbée
"N'atténuez jamais la laideur, l'avachissement de la vieillesse. Si vous arrangez la nature, si vous la gazez, la déguisez, vous créez de la laideur parce que vous avez peur de la vérité."



p.123
Commenter  J’apprécie          133
gouelan   12 décembre 2018
Une femme de Anne Delbée
"... Et puis, ajouta-t-il en caressant la joue de la jeune fille, elle se mariera un jour." [...]

À peine les a-t-elle accompagnés jusqu'à la porte qu'elle revient. Se marier. Une femme. C'est la première fois qu'elle entend ça. Une femme ! Et la sculpture ? À elles deux, elles les terrasseront, ces hommes qui ne se marient pas toujours. Non ?



p.47
Commenter  J’apprécie          120
gouelan   10 décembre 2018
Une femme de Anne Delbée
Elle aime ce village avec sa place. Les tilleuls qui commentent chaque passage. L'église qui sonne et le clocher qui penche. Cette espèce de diagonale comme si le temps s'était arrêté un moment. Un moment avant de tomber. Un moment avant de se relever. Impression d'un monde qui fait silence - autour d'elle, les pierres là-bas vont bientôt se réveiller, se réchauffer au soleil levant.



p.27
Commenter  J’apprécie          110
vbarentin   04 juillet 2015
Une femme de Anne Delbée
Camille déteste ces femmes qui ne disent jamais ce qui leur fait ou non plaisir. Eternelles victimes, elles se sacrifient à tout jamais. Ayant réfrène leur joie, elles ne peuvent plus que subir. Elles ont de dressé un tel barrage devant le plaisir que même un plat, une fleur, ne provoquent plus chez elles le moindre acquiescement. Toute existence est en forme de croix. Camille, du fond du coeur, remercie Monsieur Rodin de lui avoir communiqué le goût du plaisir. De toute façon, elle l aurait trouvé. Toute petite, elle s'était juré de chercher toujours plus loin. Il y a un certain égoïsme qui est une forme de santé. La réflexion de son père, un jour, est restée gravée dans sa mémoire d'enfant. "Camille, dis aux autres ce qui te fait plaisir. Le sacrifice peut aliéné tout le monde. Que les autres sachent ton vrai désir. Rien n'est pire qu'on se sacrifié pour vous. Ce n'est pas un cadeau à faire. Pour un homme, c'est une forme insupportable de chantage."
Commenter  J’apprécie          100
lenoute   22 septembre 2019
Une femme de Anne Delbée
Le sculpteur donne des recommandations précises, rapides. Camille l'écoute un peu en retrait.

cet homme à l'air gauche, mal assuré, devient sobre et rapide dès qu'il parle sculpture. Il semble grandi. Une autorité, une énergie insoupçonnées. les mains montrent, caressent, reprennent la terre mouillée.

Soudain, il attrape le crayon et dessine un détail sur un bout de papier. Camille ne détache plus ses yeux des mains du sculpteur.

Le buste "puissant"... Jamais elle n'a entendu de pareils conseils. Rien n'est laissé au hasard. Un formidable praticien. Elle a devant elle un admirable artisan, qui reprend, affirme, complète la matière. C'est de la vie qu'il manie. Il la voit partout et la restitue avec passion, avec force.
Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Effeuillons la marguerite

Pour Pierre Desproges, cette Marguerite n'a pas écrit que des conneries. Elle en a aussi filmé.

Marguerite de Navarre
Marguerite Monnot
Victor Margueritte
Marguerite Duras
Marguerite Gauthier
Marguerite de France

12 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , musique , chanson , écrivain , demi-mondaines , histoireCréer un quiz sur cet auteur
.. ..