AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.16/5 (sur 210 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Charente-Maritime , le 17/09/1955
Biographie :

Bernard Bertrand est un écrivain-paysan depuis 1996.

Il est né au sein d’une famille d’agriculteurs. À la sortie d’un BTS Protection de l’environnement (une des toutes premières promotions de Neuvic, en Corrèze), il s’installe avec sa compagne Annie-Jeanne près d’un petit village de la Haute-Garonne, Aspet, dans une maison abandonnée, en 1977.

Là, au fil des années, ils reconstruisent patiemment la maison, les dépendances, les terrasses, le jardin, tout en poursuivant la passion qui les a réunis : collecter, apprendre et mettre en pratique des savoirs traditionnels respectueux de la nature.

Au début des années 1990, ils décident de transformer leur exploitation, déjà très atypique, en ferme de découverte nature. Parmi les outils qu’ils créent pour atteindre cet objectif, un jardin botanique extraordinaire, le jardin des Sortilèges, et une collection de livres d’ethnobotanique, pour "partager l’expérience accumulée".

Ce sera "Le Compagnon végétal", fantastique collection de monographies sur les belles sauvages oubliées, qui marque un véritable renouveau de l’édition ethnobotanique en France.

Aujourd’hui, il continue d’écrire et d’éditer ses livres du fin fond des Pyrénées. Il parcourt la France pour défendre la richesse et les vertus des "mauvaises herbes" et milite pour que tout un chacun puisse se réapproprier toutes ces connaissances. Il est notamment président de l’association des amis de l’Ortie.

Bernard Bertrand est un spécialiste des usages traditionnels des plantes qu'il utilise aussi bien en tant que plantes médicinales, plantes sauvages comestibles, mais aussi leur principaux usages artisanaux (vannerie, menuiserie, écoconstruction,etc...)
+ Voir plus
Source : http://www.ecrivains-paysans.com/index.php/auteur/bernard-bertrand
Ajouter des informations
Bibliographie de Bernard Bertrand   (77)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Bernard Bertrand est dans "Comme une envie de jardins" sur France 3. Retrouvez ses ouvrages sur http://www.terran.fr.

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
L'achillée, reine de la cicatrisation.
Cette herbe de la Saint-Jean tient son nom de l'un des épisodes les plus célèbres de la mythologie antique. Lorsque Achille reçut le trait de Télèphe qui le blessa au talon, il utilisa pour se soigner une simple à la floraison blanche et au feuillage découpe... La médication lui avait été enseignée par Vénus elle-même. Le remède fut si efficace que la plante prit le nom de celui qu'elle venait de sauver : l'Achillée.
Sa réputation était faite, jamais elle ne sera démentie, et si vous-même avez un jour à souffrir d'une coupure bénigne ou d'un saignement de nez soudain, appliquez vite un peu de Mille-feuille fraîche froissée et vous serez surpris de son efficacité.
Commenter  J’apprécie          120
Bernard Bertrand
Lutin fripon
  
  
  
  
Sous la robe de satin
S’est glissé le lutin.

Lentement s’est hissé
Sur le faîte charnu
D’une cuisse engourdie.
Doucement est rentré
Dans la forêt velue
D’une toison endormie.
Entre les lèvres roses
Dans le jardin secret
S’est glissé sans frapper,
A trouvé le trésor
Convoité, a pressé
Le bouton de Rose…

L’ingénue au-dehors
A frémi, a rêvé…
Commenter  J’apprécie          100
A voir le nombre d'insectes qui ont adopté le Plantain, et le goût que lui portent les oiseaux, je verrais en lui le symbole d'un havre biologique, tenace et opportuniste, comme ces coins délaissés de nos villes qui deviennent friche et îlots de vie. Et si c'était l'un des ingrédients clefs du jardin du futur, un espace voulu plus tolérant et pacifié. On sait déjà depuis longtemps que le Plantain cicatrise les blessures, raccommodera-t-il aussi l'homme et la nature ?
(extrait de la préface de Jean-Paul Collaert)
Commenter  J’apprécie          70
"Ortie!
Toi qui as su piquer ma curiosité et
me révéler tes vertus, je te jure fidélité et assistance
en tout lieu et en toute heure"

Serment prononcé par les postulants au titre de confrère de la Confrérie des amis de l'Ortie juste avant, oh! cruel supplice, de manger une feuille d'Ortie crue.
Commenter  J’apprécie          60
La ronce joue si bien son rôle qu'elle revêt une importance écologique de premier ordre. Outre le fait qu'elle répare bien souvent nos excès, c'est aussi grâce à elle que la vie sauvage retrouve ses droits élémentaires dans les sites sinistrés, et que le retour à l'équilibre originel (le climax des biologistes) est possible.
Elle répare nos excès en procurant rapidement un couvert végétal de bonne qualité à des sols mis à nus trop rapidement: c'est le cas lors des coupes rases en forêt. Elle redonne aussi au sol agricole où elle s'installe des qualités de structure et de textures correctes: les terrains abandonnés par l'agriculteur à la friche retrouvent ainsi un potentiel biologique perdu, le retour vers le stade forestier est alors possible. L'apparition du roncier permet aussi l'installation d'une faune riche et variée dans des milieux appauvris par la surexploitation agricole et la suppression systématique des haies. Alors qu'il faut une bonne dizaine d'années pour reconstituer une haie vie, le roncier se forme en deux ans à peine et déjà il offre le gîte à un lièvre qui dort paresseusement juste au-dessous du nid du muscardin, ce petit rat d'or; ou bien c'est un couple de bruants jaunes qui profite de sa protection et nourrit sa nichée de quelques-uns des milliers d'insectes qu'elle accueille; à moins que ce ne soit une pie grièche qui vienne y larder ses proies sur ses épines vigoureuses.
Commenter  J’apprécie          30
comment se reconnecter avec la nature en réapprenant les gestes simples ,ceux qui permettent de profiter des cadeaux que l'on nous offre
Commenter  J’apprécie          50
L'ortie serait-elle diabolique? Elle, qui à notre insu, nous subjugue, nous fascine, et pour finir nous hypnotise complètement.
Eh bien oui, c'est une prêtresse, j'en suis convaincu!
Non pas diabolique, bien au contraire, elle agit sur toute chose comme un véritable ferment, elle dynamise tout ce qu'elle approche!
Commenter  J’apprécie          40
Penser aggradation plutôt que dégradation est une véritable révolution intellectuelle.
Commenter  J’apprécie          50
Queues de Cerises...
La merise porte parfois le nom de babiole, nom qui est à l'origine de la locution populaire : s'amuser avec des babioles, c'est à dire avec peu de choses.
Commenter  J’apprécie          30
Parmi les avantages de la plante en tant que réserve de nourriture pour les insectes butineurs, sa très longue et très échelonnée floraison, qui va, répétons-le, de la fin des dernières fortes gelées d'hiver à l'apparition des premiers grands froids. C'est dire que sur une grande majorité de notre territoire, elle est en fleurs entre 8 et 10 mois par an, qui dit mieux!
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Bernard Bertrand (190)Voir plus

¤¤

{* *} .._..