AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.96 /5 (sur 200 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Agrégée de lettres et de langues anciennes, Carole Declercq, est enseignante. Avec « Ce qui ne nous tue pas… » elle signe un premier roman d’une plume brillante et intimiste.
Elle est professeur de français dans un collège Nord-Isérois. Declercq est son nom de plume emprunté à sa grand-mère originaire du Nord de la France. Elle est connu de ses élèves Turripinois du collège des Dauphins sous le nom de Carole Pansu. Elle a écrit avant ce roman, un cycle d'aventures racontant l'histoire d'un petit romain et de son esclave grec. Ce roman est toujours dans ses placards en attente d'être publié. Passionnée par l'histoire, Carole Declercq a longtemps hésité entre cette matière et et le Français.


Source : dauphiné libéré
Ajouter des informations
Bibliographie de Carole Declercq   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontres avec Carole Declercq


Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
denisarnoud   08 septembre 2015
Ce qui ne nous tue pas... de Carole Declercq
Nini n'eut pas le droit à une tonte en public avec un écriteau et un bain salvateur dans une fontaine parisienne. Elle fut enfermée dans une cave avec deux femmes à Boches authentiques, dont une qui avait déjà eu deux enfants de son soldat de deuxième classe. Toutes les fois où elle voulut ouvrir la bouche pour parler, on la frappa à coups de poings. Une prémolaire se déchaussa. L'ossature de son visage se morcela. Ses lèvres éclatèrent à plusieurs reprises et ses yeux passèrent par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Elle fut violée jusqu'à trois fois par jour pendant une semaine. Et quand tous ces héros glorieux de la Libération eurent fini d'exercer leur traitement purificateur sur ces Françaises infestées par la vermine boche et estimèrent qu'elles pouvaient repasser sans danger de contamination, dans le patrimoine national, on la relâcha complètement folle de douleur sur le pavé parisien.
Commenter  J’apprécie          150
aherbault62   24 août 2015
Ce qui ne nous tue pas... de Carole Declercq
La seule image qui s'imposait, avec une clarté qui faisait frissonner sa chair, c'était celle de cette cave sombre, humide, puante où elle avait été enfermée pendant sept jours avec deux autres jeunes femmes, jetée en pâture sur un matelas souillé jusqu'au crin des crimes et des outrages précédents, qu'on souilla encore plus de la jouissance coupable, honteuse que l'on prit sur elle. Quel déshonneur, quelle horreur des hommes, quel désespoir insurmontable pouvaient naître de cette semence ? Elle avait mis ce monstre hideux au monde et ne s'en remettait pas. Une hémorragie lente la minait.
Commenter  J’apprécie          140
Patrijob   05 octobre 2021
Les enquêtes du Louvre, tome 1 : Enquête étrusque au Louvre de Carole Declercq
Elle venait de prendre un trésor à pleines mains, sans les précautions habituelles à sa fonction ou aux disciplines scientifiques et au détachement parfois nécessaire même s'il n'excluait pas l'admiration. Elle s'était glissée pendant un cours instant dans la peau du quidam qui avait un jour, voici fort longtemps, présidé à l'exécution de ce bel objet au nom du plaisir esthétique, s'attribuant le droit de disposer librement de sa possession, de l'examiner, de la manipuler pour ce qu'elle était et non pour ce qu'elle représenterait un jour.
Commenter  J’apprécie          120
DavidG75   18 décembre 2020
Les enfants d'Ulysse de Carole Declercq
Les jeunes oublient souvent tout ce qu'ont vécu les vieux parce qu'il y a en eux une réserve d'optimisme indécrottable assortie d'une aptitude à désapprendre pour se contenter du moment présent.
Commenter  J’apprécie          103
Librincanto   02 janvier 2016
Ce qui ne nous tue pas... de Carole Declercq
Je dois faire ce que je peux pour les aider. Eux, ce sont tous ces jeunes gars. Des Allemands, comme moi. Je ne peux pas leur demander de se dresser devant les Américains, debout, face à la mer et poitrine offerte en attendant la mort. Pour expier. La vie, c'est précieux. Ils ont le droit de la défendre encore un peu. Même un bourreau tient à la sienne.
Commenter  J’apprécie          60
denisarnoud   08 septembre 2015
Ce qui ne nous tue pas... de Carole Declercq
Voyons, comment présenter en restant polis ? "Bonjour, mademoiselle, nous allons vous fourrer dans le lit d'un officier allemand au beau milieu d'un service de contre-espionnage. Autant vous dire : un panier de crabes. Votre mission sera de tenir le plus longtemps possible, bien qu'il n'aime pas prendre ses aises avec une fille en particulier. Vous devrez photographier les rapports qui vous seront indiqués, contourner la sécurité, nous les faire parvenir sans vous faire prendre, éventuellement lui trouver la peau avec un engin fourni par la maison s'il vous surprend - on vous montrera comment faire le plus de dégâts - et vite vous carapater sans que nous ayons les moyens de vous faire de la souricière." Présenté comme ça elle ne pouvait pas dire non. On pouvait même se laisser aller à lui demander, puisqu'elle parlait allemand, de leur communiquer les petits extras qu'elle entendrait.
Commenter  J’apprécie          50
MissYasaki   27 février 2021
Les enquêtes du Louvre, tome 1 : Enquête étrusque au Louvre de Carole Declercq
L'oncle Albert ignora sa dernière remarque et promena un regard amoureux sur la bibliothèque qui occupait tout un pan de mur. Pas un seul petit morceau de cellulose moderne. Que des ouvrages anciens collectés au fil des ans, avec méticulosité. Certains précieux, d'autres beaucoup moins, pour lesquels, il n'avait pas moins de tendresse.
Commenter  J’apprécie          40
Librincanto   02 janvier 2016
Ce qui ne nous tue pas... de Carole Declercq
C'était la guerre. Il venait de le dire. Une chienne de guerre. Et les gens continuaient à aimer, à espérer, à se séduire, à se chercher, à se respirer.
Commenter  J’apprécie          40
viedefun   12 août 2016
Ce qui ne nous tue pas... de Carole Declercq
-Et c'est toi, la femme d'expérience qui est censée s'incruster dans les habitudes du monsieur ? Le capitaine Michel t'a présentée comme la nouvelle Mata Hari. Tu as couché une fois avec un homme ? C'était bien, au moins ? II a bien fait son travail ?

-Je ne sais pas. Je n'ai pas de comparaison, répondit platement Marianne qui avait décidé de jouer franc-jeu avec ce mentor d'un genre inédit. C'était assez nouveau pour lui aussi. Il est homosexuel.

Nini se leva en jetant les bras au ciel au cas où il y aurait quelqu'un là-haut pour la soutenir morale. Ne recevant pas de réponse, elle se mit en colère :

-Alors, là, la Résistance débloque. Comment je vais faire, moi ? Ils me prennent pour Merlin l'Enchanteur ? Attends, stop, on réfléchit deux secondes : Ils veulent te flanquer, toi, une gamine qui a vu le loup une fois, comme qui dirait jamais, dans le lit de Max von Wreden ? Un homme à femmes notoire qui rôde dans tous les cabarets de Montmartre et qui a vu la petite culotte de tout ce qu'il y a de potable dans Pars ? Et quand je parle de loup...Non, mais, dites-moi un peu, je rêve !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Zephirine   06 décembre 2020
Les enfants d'Ulysse de Carole Declercq
Ils sont presque touchants de bêtise crasse. Comme une maîtresse d'école, elle va leur coller une bonne trempe à sa façon. Il lui semblait leur avoir, voici longtemps, déjà fait la leçon en rappelant à certains leurs petites lâchetés de la guerre civile, leurs collusions avec des régimes pas recommandables. Mais ils sont incorrigibles. Ces cervelles de moineau.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Voyage au Centre de la Terre

Comment se nomme le neveu du professeur Lidenbrock ?

Hans
Robert
Axel
Julien

10 questions
359 lecteurs ont répondu
Thème : Voyage au centre de la Terre de Jules VerneCréer un quiz sur cet auteur