AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.71/5 (sur 114 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne Billancourt , le 5/06/1947
Biographie :

Caroline Eliacheff est une psychanalyste française. Elle est également scénariste de films pour Claude Chabrol (La Cérémonie, Merci pour le chocolat, La Fleur du mal). Elle est la fille d’Anatole Eliacheff (producteur de cinéma) et de Françoise Giroud (écrivain et femme politique). Elle a été mariée à Robert Hossein.

Docteur en médecine et titulaire d’un diplôme d’études spécialisées en psychiatrie infantile, elle est psychanalyste depuis 1974. Elle est président de l'association "la Cause des Bébés". Elle anime une chronique hebdomadaire sur France Culture. Sur le plan politique, elle s'est illustrée par ses prises de position contre le Pacs.

Son fils, issu de son mariage avec Robert Hossein, le rabbin Aaron Eliacheff, donne des cours de religion à Strasbourg.

Elle est mariée à Marin Karmitz.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Caroline Eliacheff   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Conférence de Caroline EliacheffLe Centre national de la littérature pour la jeunesse, service du département Littérature et art de la BnF, donne la parole à des historiens du livre ou des spécialistes de l'enfance et de la jeunesse pour présenter leurs travaux et offrir un état des lieux des recherches sur la littérature jeunesse et son univers culturel.Caroline Eliacheff, pédopsychiatre et psychanalyste, a relu l'oeuvre complète de la comtesse de Ségur en la confrontant à ses souvenirs d'enfance et à sa pratique professionnelle. Il s'en dégage une idée de l'enfant « ségurien » et de l'éducation fort éloignée des idéaux de son époque mais se rapprochant des nôtres.Conférence organisée par le CNLJ et enregistrée le 21 octobre 2022 à la BnF I François-Mitterrand.

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (155) Voir plus Ajouter une citation
Mère-filles : une relation à trois met indéniablement en appétit. Mais si les femmes ne se lassent jamais de parler des mères qu'elles ont, qu'elles sont, qu'elles auraient aimé avoir, qu'elles seront peut-être, qu'elles ne seront jamais... il n'est pas moins vrai qu'elles aimeraient aussi s'expliquer ou mieux comprendre la nature des rapports difficiles qu'elles entretiennent avec la fonction maternelle.
Commenter  J’apprécie          210
Quand tu es née, tes parents avaient décidé pour toi que tu serais élevée dans une autre famille, une famille d'adoption. Ils ont été en contact avec un virus qui peut rendre très malade et on ne sait pas s'ils vont vivre longtemps.
Tu as été privée de ta mère, et aussi de la drogue qu'elle prenait. On t'a bien soigné pour le manque de drogue mais peut-être pas pour le manque de mère. Je crois que tu souffres du manque de mère et je veux bien te revoir.
Commenter  J’apprécie          70
Ce n'est pas parce qu'il n'émet pas des paroles que le petit enfant ne les réceptionne pas : si les finesses incluses dans le langage lui échappent encore, il en appréhende le SENS grâce à son intuition directe de la personne qui lui parle, quelque soit la langue qu'elle emploie. Il comprend les langues parce qu'il comprend la langue de la relation affective à sa personne, et des relations de vie ou de mort qui l'entourent. Je crois que c'est principalement ça : l'enfant saisi les relations qui soutiennent la vie ou qui la contrecarrent, celles qui sont dysharmoniques ou qui sont harmoniques.

Françoise Dolto
Commenter  J’apprécie          30
Il existe un pourcentage non négligeable d'enfants qui sont malades de la parole, de la lecture et de l'écriture. L'école ne peut pas les soigner car ce n'est pas de pédagogie dont ils ont besoin. Certains enfants souffrent de troubles de la parole, de la lecture et de l'écriture plus ou moins importants, associés ou isolés., sans que l'on trouve chez eux la moindre lésion cérébrale.
Commenter  J’apprécie          30
La souffrance de ces enfants peut littéralement les faire mourir ou empêcher toute opération symbolisante malgré la qualité des soins qui leur sont prodigués. Elle provient avant tout du non-respect du savoir sur les origines.
Commenter  J’apprécie          30
Bien que ses parents jouent un role majeur, ils ne sont ni coupables ni responsables de tout. Ils sont comme ils sont: pas clairs, choquants, perturbants, source des plus grandes émotions pour le meilleur et pour le pire.
Commenter  J’apprécie          30
[Cyrulnik] en arrive à la conclusion que ce premier "sourire" est déterminé par une sécrétion bio-électrique du cerveau, un neuropeptide. La mère, pas folle, manifeste la joie que provoque chez elle ce sourire qu'elle n'attribue pas, pauvre ignorante, à une "sécrétion de neuropeptide" ! Avant de conclure sur les excellents effets de cet adultomorphisme (qui va, entre autres, modifier le rythme biologique du bébé), Boris Cyrulnik n'en remarque pas moins "qu'elle fait un contresens". Mais qui fait un contresens ? Qui peut affirmer qu'il est plus "vrai" de dire : "Le premier sourire est déterminé par la sécrétion d'un neuropeptide" que : "Mon bébé m'a souri dès qu'il est né ?" Dire que la biologie est façonnée par la parole est une chose, mais dire que la biologie est en elle-même porteuse de sens en est une autre. Au mieux, les deux "interprétation" coexistent : tout dépende de l'observateur... et de ce que l'on observe.
Commenter  J’apprécie          10
Ce bruit me paraît assez étrange et pourtant familier. En l'écoutant sans le regarder tandis que l'on me parle je réalise subitement que Mathias ronronne. [...] Peut-être pense-t-il que s'il était un chat, sa mère serait plus attachée à lui? [...] Chez lui, les enfants prennent leur bain avec les chats.
Commenter  J’apprécie          20
La cure psychanalytique du nourrisson permet avant tout de raconter à celui ci l'origine de la rupture, de mettre en mots ce qu'il vit, tout non-dit entraînant une faille dans le processus de symbolisation, faille qui s'exprime dans un premier temps par le symptôme.
Commenter  J’apprécie          21
Sur les deux plans -individuel et collectif -, il importe toutefois de se garder d'un usage perverti de la mémoire pour les descendants des victimes, surtout quand les coupables ont été reconnus, jugés et les réparations obtenues. Même s'ils héritent, d'une souffrance, ce qui est indéniable, les descendants n'ont pas obligation, au nom de leurs ancêtres de raviver les traumatismes qu'ils n'ont pas vécus pour assouvir leur ressentiment voire leur vengeance auprès d'une société toujours prompte, elle, à raviver sa culpabilité.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Caroline Eliacheff (345)Voir plus

Quiz Voir plus

1984

1984 est le plus célèbre roman de...

George Orwell
Aldous Huxley
Ira Levin
Ray Bradbury

26 questions
728 lecteurs ont répondu
Thème : 1984 de George OrwellCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..