AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.03 /5 (sur 258 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Orléans , le 07/01/1873
Mort(e) à : Villeroy (Seine-et-Marne) , le 05/09/1914
Biographie :

Charles Pierre Péguy est un écrivain, poète et essayiste français.

Après des études dans sa ville natale, il va à Paris préparer le concours de l'École Normale Supérieure, auquel il est reçu en 1894. En 1896, il écrit un drame, "Jeanne d'Arc". Attiré par les idées socialistes, il expose son point de vue dans "Marcel, premier dialogue de la cité harmonieuse" (1898) et milite pour la révision du procès Dreyfus.

Bientôt, il abandonne la carrière universitaire, se sépare du parti socialiste et fonde, en 1900, une revue indépendante, les Cahiers de la Quinzaine, qui se propose d'informer les lecteurs et de « dire la vérité ». C'est de « la Boutique », installé en face de la Sorbonne, que Péguy mènera le combat ; en dépit des difficultés financières, les Cahiers, auxquels collaborent Jérôme et Jean Tharaud, Daniel Halévy, François Porché et Romain Rolland, paraîtront jusqu'à la guerre de 1914.

Les grandes œuvres en prose de Péguy y trouvent place ; ce sont "Notre Patrie" (1905), où il dénonce le danger allemand et la menace de guerre, "Notre jeunesse" (1910), où il oppose mystique et politique, "L'Argent" (1913), où il évoque le monde de son enfance qui ne connut pas la fièvre de l'argent.

En 1908, il déclarait à Joseph Lotte: « J'ai retrouvé la foi ». De sa méditation, naissent de grandes œuvres poétiques : "Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc" (1910), "Le Porche du mystère de la deuxième vertu" (1911) et "Le Mystère des saints-innocents" (1911). Reprenant le geste du bûcheron qui, dans "Le Porche du mystère de la deuxième vertu" mettait ses enfants sous la protection de la Vierge, Péguy fait, en 1912, plusieurs pèlerinages à Notre-Dame de Chartres. On retrouve l'écho de ces événements dans "La Tapisserie de Sainte Geneviève et de Jeanne d'Arc" (1912), écrite en reconnaissance pour la guérison de son fils Pierre, et dans "La Tapisserie de Notre-Dame" (1912) ; Péguy n'hésite pas à écrire "Ève" (1913), une œuvre d'une longueur inusitée, qui comporte huit tragédies en cinq actes et 8000 alexandrins.

Il songeait à évoquer le Paradis dans un nouveau poème, quand survint la guerre, où il trouva la mort. La plupart des archives sur Péguy sont aujourd'hui rassemblées au Centre Charles Péguy d'Orléans, fondé par Roger Secrétain en 1964. On y trouve notamment la quasi-totalité de ses manuscrits.
+ Voir plus
Source : www.espacefrancais.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Charles Péguy   (65)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Charles PÉGUY — Un siècle d'écrivains : 1873–1914 (DOCUMENTAIRE, 1995) L'émission "Un siècle d'écrivains", numéro 33, par Jean-Paul Fargier, diffusée le 16 août 1995 sur FR3.

Podcasts (5) Voir tous


Citations et extraits (199) Voir plus Ajouter une citation
Charles Péguy
CoccinelleDesLivres   15 avril 2019
Charles Péguy
La seule force, la seule valeur, la seule dignité de tout, c’est d’être aimé.
Commenter  J’apprécie          1075
Charles Péguy
Kittiwake   23 novembre 2015
Charles Péguy
Trois tailleurs de pierres travaillent sur un chantier. Quelqu'un passant par là leur demande ce qu'ils font. "Je taille des pierres", soupire le premier. "Je construis un mur", répond le second. "Je bâtis une cathédrale", s'exclame le troisième.
Commenter  J’apprécie          851
Charles Péguy
palamede   23 février 2019
Charles Péguy
Le juif est un homme qui lit depuis toujours, le protestant est un homme qui lit depuis Calvin, le catholique est un homme qui lit depuis Ferry.
Commenter  J’apprécie          7610
Charles Péguy
carre   06 septembre 2014
Charles Péguy
Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée. C'est d'avoir une pensée toute faite.
Commenter  J’apprécie          751
Charles Péguy
NathalC   06 novembre 2017
Charles Péguy
Heureux deux amis qui s'aiment assez pour (savoir) se taire ensemble.
Commenter  J’apprécie          710
Fabinou7   14 mai 2021
L'Argent de Charles Péguy
“le Paris moderne où la population est coupée en deux classes si parfaitement séparées que jamais on avait vu tant d’argent rouler pour le plaisir, et l’argent se refuser à ce point au travail. Et tant d’argent rouler pour le luxe et l’argent se refuser à ce point à la pauvreté.”
Commenter  J’apprécie          436
Charles Péguy
milamirage   25 septembre 2013
Charles Péguy
Une seule misère suffit à condamner une société.

Il suffit qu'un seul homme soit tenu, ou sciemment laissé dans la misère pour que le pacte civique tout entier soit nul.

Aussi longtemps qu'il y a un homme dehors, la porte qui lui est fermée au nez forme une cité d'injustice et de haine.
Commenter  J’apprécie          420
Charles Péguy
Jeanmarc30   13 avril 2020
Charles Péguy
Dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, dire bêtement la vérité bête, ennuyeusement la vérité ennuyeuse, tristement la vérité triste.
Commenter  J’apprécie          421
ssab   26 septembre 2012
L'Argent de Charles Péguy
J’ai vu toute mon enfance rempailler des chaises exactement du même esprit et du même cœur, et de la même main, que ce même peuple avait taillé ses cathédrales.(...)

Ces ouvriers ne servaient pas. Ils travaillaient. Ils avaient un honneur, absolu, comme c’est le propre d’un honneur. Il fallait qu’un bâton de chaise fût bien fait. C’était entendu. C’était un primat. Il ne fallait pas qu’il fût bien fait pour le salaire ou moyennant le salaire. Il ne fallait pas qu’il fût bien fait pour le patron ni pour les connaisseurs ni pour les clients du patron. Il fallait qu’il fût bien fait lui-même, en lui-même, pour lui-même, dans son être même. Une tradition, venue, montée du plus profond de la race, une histoire, un absolu, un honneur voulait que ce bâton de chaise fût bien fait. Toute partie, dans la chaise, qui ne se voyait pas, était exactement aussi parfaitement faite que ce qu’on voyait. C’est le principe même des cathédrales.
Commenter  J’apprécie          360
aleatoire   23 juillet 2011
Oeuvres poétiques complètes de Charles Péguy
Dieu parle :

ô nuit, ma plus belle invention

toi qui réussis à endormir l'homme

l'homme, ce puits d'inquiétude
Commenter  J’apprécie          290

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Au bonheur des Dames - Emile ZOLA

Denise, orpheline, débarque sur le pavé parisien avec ses deux frères...

Georges et Riri
Jean et Pépé
Jean et Rémi
Riri et Rémi

12 questions
1376 lecteurs ont répondu
Thème : Les Rougon-Macquart, tome 11 : Au bonheur des dames de Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur