AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.4 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Saint-Johnsbury, Vermont , le 18/09/1956
Biographie :

Christopher Lynn Hedges est un journaliste et auteur américain.

Il est diplômé de la Loomis Chaffee School de Windsor (Connecticut) en 1975.

En 1983, Hedges commence sa carrière de journaliste en couvrant le conflit avec le Salvador. Après six ans en Amérique Latine, il apprend l'arabe et couvrira Jérusalem et, plus tard, le Caire. Il passe sept ans au Moyen-Orient, rattaché à The New York Times.

Lors de la Première guerre du Golfe, il est fait prisonnier par les gardes républicains irakiens alors qu'ils couvre la montée Chiite dans Basra.

En 1995, il quitte le Moyen-Orient pour Sarajevo afin de couvrir la guerre en Bosnie et celle du Kosovo.

En 1998-1999, il est Nieman Fellow à l'Université Harvard. Il écrit pour plusieurs organes de presses tels The Nation, Foreign Affairs, Harper's Magazine, The New York Review of Books, Granta, Mother Jones, New Humanist. Il est éditorialiste du lundi pour Truthdig.

En 2002, Hedges fait partie de l'équipe de reportage The New York Times récompensée du prix Pulitzer pour un article sur le terrorisme.

Il a publié plusieurs livres, dont le plus connu est War Is a Force That Gives Us Meaning (2002).

Son ouvrage, Empire of Illusion: The End of Literacy and the Triumph of Spectacle (L'empire de l'illusion, éditions Lux) a été publié en 2009.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (1)


Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
Chris Hedges
Alfaric   06 février 2019
Chris Hedges
Plus les salaires sont bas, plus les conditions sont abusives. Les travailleurs des secteurs de l’alimentation et de l’hôtellerie, de l’agriculture, de la construction, des services domestiques, des centres d’appels, de l’industrie du vêtement, des entrepôts, de la vente au détail, des services de pelouse, des prisons, de la santé et d’aide à la personne sont les plus touchés. Walmart, par exemple, qui emploie près de 1 % de la main-d’œuvre américaine (1,4 million de travailleurs), interdit les conversations de couloir qu’il qualifie de « vol de temps ». Le géant de l’industrie alimentaire Tyson empêche ses travailleurs de prendre des pauses toilette, ce qui les oblige à uriner sur eux-mêmes ; en conséquence, certains travailleurs doivent porter des couches. Les travailleurs plus âgés et intérimaires qu’Amazon emploie souvent sont soumis à des cadences exténuantes de 12 heures d’affilé au cours desquelles les moindres faits et gestes de l’employé sont scrutés électroniquement en vue de maintenir la productivité horaire. Certains travailleurs d’Amazone marchent des kilomètres sur un sol en béton et doivent souvent s’agenouiller pour faire leur travail. Ils souffrent souvent de blessures handicapantes suite à cela. Les employés blessés signent des décharges (indiquant que les blessures constatées ne sont pas liées au travail) avant de se faire licencier. Deux tiers des travailleurs des secteurs à bas salaires sont victimes de vols de salaires, perdant un montant estimé à 50 milliards de dollars par an. De 4 à 14 millions de travailleurs américains, sous la menace de réductions salariales, de fermetures d’usines ou de licenciements, ont subi des pressions de la part de leurs employeurs pour soutenir des candidats et des causes politiques favorables aux entreprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          525
Chris Hedges
Alfaric   27 novembre 2019
Chris Hedges
Notre démocratie n’est pas en péril – nous ne vivons pas dans une démocratie. L’image de notre démocratie est en péril. L’État profond – généraux, banquiers, industriels, lobbyistes, chefs du renseignement, fonctionnaires du gouvernement et technocrates – est déterminé à sauver la réputation de cette institution. Il est difficile de se vanter d’être le gardien de la liberté et de la liberté dans le monde avec Donald Trump qui parle de lui-même de façon incohérente, incite à la violence raciste, insulte nos alliés traditionnels ainsi que les tribunaux, la presse et le Congrès, twitte des inepties mal orthographiées et dénonce ou sabote impulsivement la politique intérieure et étrangère bipartite. Mais le péché le plus impardonnable de Trump aux yeux de l’État profond est sa critique des guerres sans fin de l’empire, même s’il manque des compétences intellectuelles et organisationnelles pour superviser un désengagement.
Commenter  J’apprécie          391
Chris Hedges
Alfaric   11 mars 2019
Chris Hedges
Il nous faut entrer dans la désobéissance civile organisée et nous engager dans des formes de non-coopération afin d’affaiblir le pouvoir de ces grandes entreprises. Nous devons avoir recours, comme en France, à une instabilité sociale généralisée et dans la durée pour contrer le dessein de nos grands patrons. Nous devons nous libérer de notre dépendance aux grandes entreprises afin de bâtir des communautés solidaires indépendantes et des formes de pouvoir alternatives. Nous serons d’autant plus libres que notre besoin des grandes entreprises diminue. Cela sera vrai dans tous les aspects de notre vie, y compris la production alimentaire, l’éducation, le journalisme, l’expression artistique et le travail. La vie devra être communautaire, car personne, à moins de faire partie de l’élite au pouvoir, n’aura les ressources nécessaires pour survivre seul.
Commenter  J’apprécie          385
Chris Hedges
Alfaric   26 février 2020
Chris Hedges
Le problème n’est pas la forme du message. Le problème, c’est le messager. Les blessures mortelles infligées à nos institutions démocratiques sont bipartites. Les élites républicaines traditionnelles sont autant détestées que les élites démocrates. Trump est vil, imbécile, corrompu et incompétent. Mais pour une classe ouvrière en grande partie blanche, mise à l’écart par l’austérité et le néolibéralisme, il au moins le mérite de railler les élites qui ont détruit leurs communautés et leurs vies.
Commenter  J’apprécie          356
Chris Hedges
Alfaric   02 février 2020
Chris Hedges
Les forces de police des banlieues déshéritées, équipées d’armement militaire et habilitées à harceler et à tuer, en général, à volonté, ainsi que les incarcérations massives, sont les principaux outils de contrôle sociétal des pauvres. A peine y a-t-il un semblant de justice et encore moins de protection et de sécurité. L’État au service des grandes entreprises et les oligarchiques qui nous dirigent craignent un retour de bâton de la part de ceux qu’ils ont abandonnés dans les enclaves désindustrialisées du pays, lieux que Malcolm X nommaient nos « colonies internes ». La violence et la terreur quotidiennes maintiennent les pauvres en esclavage, surtout les racisés. En moyenne, plus de 1 100 personnes, soit une toutes les huit heures, quasiment toutes désarmées, sont tuées chaque année par la police aux États-Unis. Ces meurtres ne sont pas des accidents. Ils ne sont pas le fruit d’un système qui a échoué. Le système fonctionne exactement comme il est conçu pour fonctionner. Et tant que le pouvoir systémique des entreprises ne sera pas anéanti, rien ne changera pour les pauvres, ni pour le reste des Américains.



Toutes les réformes de la police depuis des décennies, dont les garanties prévues par la loi, les droits Miranda et les protocoles de dépôt d’accusations, n’ont fait qu’accroître le pouvoir et les moyens de la police. Notre débat national focalisé sur les questions raciales et le criminelles, en refusant de dénoncer les systèmes économiques, sociaux et politiques d’exploitation et de suprématie des Blancs, a été un véritable fiasco. Les masses de chômeurs et de travailleurs précaires, surtout parmi les gens de couleur, font partie intégrante du modèle prédateur du capitalisme des multinationales. Tout comme les institutions, en particulier la police, les tribunaux, les prisons et les établissements pénitentiaires, chargés de maintenir le contrôle sociétal sur les oubliés du système.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Chris Hedges
Alfaric   29 janvier 2020
Chris Hedges
Les réductions d’impôt pour les sociétés et les nantis, la perte d’emplois dans le secteur industriel – fortement syndicalisé et offrant des revenus décents – et l’effondrement des institutions publiques ont décimé les budgets des villes et des comtés. Les services de police sont utilisés pour compenser les pertes de recettes en mettant constamment à l’amendes les pauvres, souvent pour des infractions fabriquées de toutes pièces comme l’entrave à la circulation piétonnière (ce qui signifie se tenir sur un trottoir) ou la fait de boire dans un récipient ouvert ou de vendre hors taxes des cigarettes. Les arrestations et les amendes qui en découlent pour de telles violations sont appelées des actions de « qualité de vie ». La pauvreté a forcé beaucoup de gens, surtout les jeunes, à tirer un revenu de l’économie parallèle. Le manque de travail dans l’économie légale et l’inextinguible besoin d’aide sociale ont transformé le maintien de l’ordre en une guerre permanente contre les classes défavorisées. C’est au cours de cette guerre que Garner, tentant de subvenir aux besoins de sa famille en vendant hors taxes des cigarettes, est devenu une cible récurrente de harcèlement policier pour terminer étouffé par des policiers le 17 juillet 2014 à Staten Island.



Le livre de Matt Taibbi, « I Can’t Breathe : A Killing on Bay Street » utilise le meurtre de Garner pour révéler l’architecture de la répression d’État. Aucune de ces répressions et violences, comme l’illustre Taibbi, n’est accidentelle, et aucune solution n’y sera trouvée tant que les injustices sociales, politiques et économiques perpétrées contre les pauvres par la puissance entrepreneuriale ne seront pas inversées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Chris Hedges
Alfaric   11 mars 2020
Chris Hedges
La classe progressiste et la direction du Parti démocrate n’ont pas réussi, même après leur défaite à l’élection présidentielle de 2016, à comprendre qu’ils ont, en même temps que les élites républicaines traditionnelles, dilapidé leur crédibilité. Personne ne les croit. Et personne ne devrait le faire.



Ils ont dilapidé leur crédibilité en promettant que l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) créerait, comme le prétendait le président Bill Clinton, 200 000 nouveaux emplois bien rémunérés par an ; au lieu de cela, plusieurs millions d’emplois ont été perdus. Ils l’ont dilapidée en permettant aux entreprises de déplacer leur production à l’étranger et d’embaucher des travailleurs étrangers à des salaires journaliers qui n’étaient pas égaux à ce qu’un travailleur syndiqué américain gagnait en une heure, une situation qui a anéanti le pouvoir de négociation de la classe ouvrière américaine. Ils l’ont dilapidée en permettant aux entreprises d’utiliser la menace de la « délocalisation » de la production pour détruire les syndicats, réduire les salaires, obtenir des concessions draconiennes et pousser des millions de travailleurs dans les économies de l’intérim et du gigantisme, où il n’y a pas d’avantages sociaux ni de sécurité d’emploi et où le salaire est de 60 % ou moins de ce que reçoit un employé à temps plein dans l’économie normale. Ils l’ont dilapidée en forçant les travailleurs et les travailleuses à prendre deux ou trois emplois pour subvenir aux besoins d’une famille, faisant grimper la dette des ménages à 13,95 mille milliards de dollars. Ils l’ont dilapidée en réorientant la richesse vers le haut, de sorte que sous le seul gouvernement Clinton, 45 % de toute la croissance des revenus est allée au 1 % le plus riche. Ils l’ont dilapidée en éliminant les petits agriculteurs du Mexique, en chassant quelque 3 millions d’entre eux de leurs terres et en forçant beaucoup d’entre eux à émigrer en désespoir de cause vers les États-Unis, une marée humaine qui a vu la droite américaine et le président Trump diriger une colère croissante envers les immigrants. Ils l’ont dilapidée en transformant nos grandes villes en friches urbaines. Ils l’ont dilapidée en sabrant dans les programmes d’aide sociale et de services sociaux. Ils l’ont dilapidée en soutenant des guerres sans fin et futiles dont le coût global se situe entre 5000 et 7000 milliards de dollars. Ils l’ont dilapidée en mettant en place un système de surveillance pour espionner chaque Américain et en mentant ensuite à ce sujet. Ils l’ont dilapidée en s’adressant aux grandes banques et en vidant de leur substance les règlements financiers, ce qui a précipité l’effondrement économique de 2008. Ils l’ont dilapidée en pillant le Trésor américain pour renflouer les banques et les sociétés financières coupables de crimes financiers massifs, en ordonnant à la Réserve fédérale de remettre environ 29000 milliards de dollars aux financiers mondiaux responsables du krach. Ils l’ont dilapidée en n’utilisant pas cette somme faramineuse pour offrir des frais de scolarité gratuits à chaque étudiant ou des soins de santé universels, réparer notre infrastructure en ruine, faire la transition vers les énergies propres, annuler la dette des étudiants, augmenter les salaires, renflouer les propriétaires de maisons submergées par les eaux, former des banques publiques pour favoriser les investissements dans nos collectivités à des taux d’intérêt peu élevés, offrir un revenu minimum garanti et organiser un programme d’emploi massif pour les chômeurs et les travailleurs précaires, dont les rangs sont au moins deux fois plus nombreux que ce que disent les statistiques officielles. Ils l’ont dilapidée en sabrant dans les programmes d’aide à l’enfance – le plus radicalement sous l’administration Clinton -, ce qui fait que 16 millions d’enfants se couchent chaque soir le ventre vide. Ils l’ont dilapidée en laissant plus d’un demi-million d’Américains sans abri et dans la rue chaque jour. Ils l’ont dilapidée en adoptant des lois qui maintiennent les étudiants accablés par une dette massive de prêts universitaires qui a atteint 1400 milliards de dollars, dette dont ils ne peuvent se libérer même s’ils se déclarent en faillite. Ils l’ont perdue en militarisant la police et en construisant le plus grand système d’incarcération de masse au monde, un système qui compte 25 % de la population carcérale mondiale. Ils l’ont dilapidée en renonçant à l’application régulière de la loi et à l’habeas corpus. Ils l’ont dilapidée en adoptant des réductions d’impôt massives pour les riches et les sociétés, dont beaucoup – comme Amazon – ne paient pas d’impôt fédéral sur le revenu, ce qui a fait grimper le déficit fédéral, qui s’élève maintenant à 779 milliards de dollars et qui continue de grimper. Ils l’ont dilapidée en privatisant tout, de la collecte de renseignements à l’éducation publique, pour gonfler les comptes bancaires des entreprises aux frais des contribuables. Ils l’ont dilapidée en permettant aux entreprises – on estime que 9,9 milliards de dollars seront dépensés en publicité politique au cours du cycle électoral présidentiel – d’acheter des politiciens par le biais d’une forme de corruption légalisée qui permet aux lobbyistes des entreprises de rédiger et de créer des lois. Ils l’ont dilapidée en ne faisant rien pour mettre fin à l’écocide imminent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
deuxquatredeux   13 décembre 2015
L'empire de l'illusion : La mort de la culture et le triomphe du spectacle de Chris Hedges
Les universités d'élite méprisent le travail intellectuel rigoureux qui, par nature, se méfie de l’autorité, défend farouchement son indépendance et recèle un potentiel subversif. Elles fragmentent le savoir en disciplines hautement spécialisées, qui offrent des réponses pointues s'inscrivant dans des structures rigides. Économiques, politiques, ou sociales, les hiérarchies que servent ces institutions reposent sur des postulats univoques, telle la primauté d'un marché sans entraves, et un vocabulaire qui leur est propre. Ces terminologies par lesquelles les "spécialistes" se démarquent en tant qu'élite nuisent à l'acquisition d'une vision globale, dissuadent les néophytes de poser des questions embarrassantes, font obstacles à la recherche du bien commun, fragmentent les disciplines, divisent le corps professoral, les étudiants et les chercheurs, et incitent les universitaires à s'enfermer dans leur tour d'ivoire en négligeant les questions morales, politiques et culturelles les plus pressantes. Ceux qui osent faire preuve d'esprit critique - comme Noam Chomsky, Howard Zinn, Dennis Kucinich ou Ralph Nader - sont marginalisés, exclus des grands débats. Les universités d'élite ont renoncé à toute autocritique. Elles refusent de remettre en cause un système n'ayant que son propre maintien pour raison d'être. Dans ces institutions, il n'y a que l’organisation, la technologie, la promotion personnelle et les systèmes d'information qui comptent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
deuxquatredeux   13 décembre 2015
L'empire de l'illusion : La mort de la culture et le triomphe du spectacle de Chris Hedges
Dans un article de 1967 intitulé "Éduquer après Auschwitz", Theodor Adorno soutient que la "barbarie" à l'origine de l’Holocauste "persiste tant que durent les conditions qui favorisent cette rechute", et qu'il "faut mettre en évidence" et critiquer, grâce à l'éducation, "les mécanismes qui produisent les hommes capables de telles actions". L’école ne doit donc pas se contenter d’enseigner des compétences. Elle doit transmettre des valeurs. Si elle ne le fait pas, un autre Auschwitz sera toujours possible : "Tout enseignement politique devrait finalement concentrer ses efforts pour empêcher qu’Auschwitz ne se reproduise. CE ne serait possible que dans le cas où, sans crainte de se heurter à des puissances quelconques, il se consacrerait ouvertement à ces problèmes importants entre tous. Il lui faudrait se constituer en sociologie, enseigner le jeu des formes sociales qui agissent à l'arrière-plan des formes politiques".

Si nous ne prenons pas consciences du "jeu des formes qui agissent à l'arrière-plan des formes politiques", le pouvoir de l'argent s'exercera de manière nettement plus impitoyable en délaissant les artifices de la société de consommation pour renouer avec la répression pure et simple.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
VeroniqueG   12 août 2012
L'empire de l'illusion : La mort de la culture et le triomphe du spectacle de Chris Hedges
Le discours public contemporain est conçu pour être compris par un enfant de dix ans ou un adulte n'ayant fréquenté que l'école élémentaire. Nous parlons et réfléchissons presque tous à ce niveau, et le divertissement est à l'avenant.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..