AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.47/5 (sur 84 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Christina Mirjol est une écrivaine française. Elle vit et travaille à Paris.

Ses études de lettres l'amènent à s'intéresser aux dramaturgies contemporaines et au théâtre qu'elle pratique pendant de nombreuses années.
A partir de 1999, l'écriture devient sa principale activité. Elle considère son premier texte, "Les cris", comme fondateur de son travail d'auteure.

Son premier roman, "Suzanne ou le récit de la honte", paru en 2007, reçoit l'estime de la presse et obtient le prix Thyde Monnier.
Son recueil de nouvelles, "Les petits gouffres", reçoit le prix Renaissance de la nouvelle en 2012.

Dernier livre publié : "Les cris, nouvel inventaire", Éditions Douro, col. La bleu-Turquin, dirigée par Jacques Cauda, décembre 2023.

Site de l'auteur : http://www.christinamirjol.com/

Chaîne YouTube :
https://www.youtube.com/channel/UC1MaZrVpta--Yox_ylhl7XA/videos

Instagram:
https://www.instagram.com/christinamirjol/?hl=fr


+ Voir plus
Source : /livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Christina Mirjol   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Christina Mirjol


Citations et extraits (97) Voir plus Ajouter une citation
Et le temps qui est long dans ces cas-là, mon Dieu, qu'est-ce que le temps est long quand il n'y a plus d'espoir !
Commenter  J’apprécie          540
Christina Mirjol
C’est à travers des formules toute faites, indifférenciées même des rêves de pacotille, que surgit le désir d’émancipation, dont on subodore l’échec à venir. Et c’est sur cet échange pathétique que se clôt la pièce Haute-Autriche [de Franz Xaver Kroetz], dans laquelle toute l’action est portée par le langage.
Ma première lecture de ce texte fut pour moi un choc au moment où je le découvris tardivement dans les années 2000. Il réactivait les questions que je me posais dans mes mises en scène, et venait percuter mes premiers pas en écriture. Exploiter la matière orale de toutes les façons possibles s’était imposé naturellement dans l’écriture de mon premier texte, Les cris. Le monologue intérieur, tel que Joyce l’avait sublimé dans Ulysse, les jeux polyphoniques, la voix rhapsodique telle que définie par Jean-Pierre Sarrazac, résultat de métissage des formes épique, dramatique et lyrique « cousues » entre elles, etc.. avaient été autant d’exercices à explorer pour ce texte. Mais, assez vite, c’est la voix, la voix métaphorique, représentative de l’Autre au singulier, propre à chaque Autre et irréductible à lui, abstraite en vérité, qui s’imposa dans mon écriture, au point que je puis dire que la « voix du texte », son style, inséparable de l’auteur et cependant « insaisissable » par lui-même, selon la formule de Jon Fosse, serait le résultat pluriel, polyphonique, de voix qui me sont étrangères.
Commenter  J’apprécie          471
Sur les terres les plus riches et donc les plus enviées, se développe en effet de façon synchronique une très grande méfiance à l'égard de l'intrus.
(p. 19)
Commenter  J’apprécie          460
Cri n°94
Un résistant de l'an deux mille :
Mon père n'avait pas de téléphone. Ni mon grand-père. Ni mon arrière-grand-père. Ni aucun de mes ancêtres. Je n'aurai pas de téléphone.

Mais monsieur, puisqu'on vous l'offre !... C'est gratuit !

Je n'en veux pas.
Commenter  J’apprécie          425
Il est l'homme anonyme au destin criminel, sentinelle transparente que l'on montre du doigt, responsable, cela va de soi, de son mauvais départ, responsable de sa honte, coupable de toutes les fautes.
Commenter  J’apprécie          420
Dix ans.
Tout ce qui nous arrive, les choses qui nous arrivent, entraine des petits cataclysmes, même les choses minuscules on ne s'en méfie pas. Elles nous blessent, elles nous blessent, continuent de nous blesser, et sont aussi cruelles qu'elles étaient ordinaires au moment d'arriver ; ainsi sommes-nous la proie de tristesses dérisoires...
(Incipit)
Commenter  J’apprécie          414
Cri n°18

Le bûcheron

Il était vieux. Alors, je l'ai cogné. J'ai cogné, j'ai cogné et parce qu'il résistait, je l'ai cogné encore. Je l'ai cogné longtemps. Jusqu'à ce qu'il tombe. Sa sève coulait à flots sur ma lame comme du sang. Éclaboussait mes manches. Et quand il est tombé, l'arbre, son grincement nerveux m'est entré dans l'âme. C'est un cri, j'ai compris, qui ne vient ps du tronc mais vient droit de la cime.
Commenter  J’apprécie          375
Une présence occupée n'importune personne. Il n'y a rien de plus naturel qu'une présence occupée. Mais une présence inoccupée ? Comment la regarder ? Personne n'est habitué.
Commenter  J’apprécie          370
Alors que j’étais sortie pour acheter une tranche de foie de veau pour André qui adore ça, que j’ai acheté ce vase, c’est tout, pas de tranche de foie de veau, seulement ce vase, et que j’ai totalement oublié le foie de veau que tout spécialement j’étais venue chercher. Comment un vase peut-il tout effacer ? Même l’ennui que j’avais de cette journée ? Même ma terrassante fatigue ?
(page 189)
Commenter  J’apprécie          350
Les uns et les autres ne pensent pas que quand ils sont partis, les choses restent. Ils ont besoin de changement et toujours de nouveautés. Leur insatisfaction est permanente, tu vois. Et nous qui sommes ici, perpétuellement logés au bord du même fossé, nous avons la rareté. Nous avons la rareté, dit l'homme à son caddie, sans l'ennui, tu comprends ?
Commenter  J’apprécie          350

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Christina Mirjol (53)Voir plus

Quiz Voir plus

Quelques questions d'histoire ...

Qui est le dernier roi de France ?

Louis XVIII
Charles X
Louis-Philippe Ier

15 questions
63 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , histoireCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..