AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.7 /5 (sur 130 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 27/04/1876
Mort(e) à : Paris , le 21/06/1957
Biographie :

Claude Farrère, de son vrai nom Frédéric-Charles Bargone, est un essayiste, historien, romancier, officier de marine.

Fils d’un colonel d’infanterie coloniale, il entra en 1894 à l’École navale. Affecté à l’artillerie d’assaut pendant la Première Guerre mondiale, il était capitaine quand fut signée la paix ; il démissionna en 1919 pour se consacrer à sa seconde passion : les lettres.

Il avait publié, dès avant la guerre, plusieurs romans (Fumée d’opium, L’Homme qui assassina, Mlle Dax, jeune fille, La Bataille, Les Petites Alliées, Thomas l’Agnelet) dont l’un, Les Civilisés, lui avait obtenu le prix Goncourt en 1905.

Durant l’entre-deux-guerres, il poursuivit cette œuvre, puisant à la double source du réalisme et de ses souvenirs d’officier de marine en Extrême-Orient. On lui doit également une Histoire de la Marine française (1934).

N’étant pas démuni de bravoure, il s’illustra le 6 mai 1932 en s’interposant entre le président Doumer et son assassin, ce qui lui valut deux balles dans le bras.

En 1933, il s’engage au sein du Comité français pour la protection des intellectuels juifs persécutés.

Après deux échecs, il fut élu à l’Académie française le 28 mars 1935, par 15 voix au second tour, au fauteuil de Louis Barthou, arrachant son fauteuil à Paul Claudel.

Claude Farrère fut président de l’Association des écrivains combattants. Il a donné son nom à une distinction littéraire délivrée par cette association, le prix Claude-Farrère, créé en 1959 pour "un roman d'imagination et n'ayant obtenu antérieurement aucun grand prix littéraire".
+ Voir plus
Source : www.academie-francaise.fr/les-immortels/claude-
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Claude Farrère : La maison des hommes vivants
Olivier BARROT, installé dans une chambre, présente une réédition de "La maison des hommes vivants" en poche Librio ; une histoire fantastique écrite par Claude FARRERE, auteur populaire, élu à l'Académie française.

Citations et extraits (231) Voir plus Ajouter une citation
gill   25 juillet 2018
Bêtes et gens qui s'aimèrent de Claude Farrère
La liberté m'a toujours paru le bien le plus indispensable ...
Commenter  J’apprécie          302
gill   12 septembre 2018
Le traître de Claude Farrère
Seuls sont rois ceux qui règnent sur des hommes libres ...
Commenter  J’apprécie          301
gill   01 novembre 2018
La seconde porte de Claude Farrère
Et, cependant, quoique le destin soit maître, nous ne sommes pas esclaves.

Nous pouvons désirer, vouloir ...
Commenter  J’apprécie          291
gill   26 septembre 2018
Le dernier dieu de Claude Farrère
Deux amants heureux attire la haine comme le fer attire l'aimant, et le génie la critique ...
Commenter  J’apprécie          290
gill   22 mars 2018
Une jeune fille voyagea de Claude Farrère
La seule catégorie des sadiques mise à part, il n'y a pas, j'en donnerais ma tête à couper, un seul homme sur mille, parmi tous ceux qui habitent la planète Terre, de force à voire pleurer une femme sans être d'abord abominablement mal à l'aise, et sans pencher ensuite vers n'importe quelle extravagante sottise, pour peu que la dite sottise ait chance d'endiguer le flux de ces larmes insupportables à voir couler ...
Commenter  J’apprécie          260
gill   10 août 2018
La marche funèbre de Claude Farrère
L'escrime amoureuse comporte des attaques et des parades immuables ...
Commenter  J’apprécie          270
gill   11 août 2018
La marche funèbre de Claude Farrère
Il y a mourir et mourir, et la mort de ceux qui se changent en ancêtres n'est pas une mort réelle.

Autre mort est celle des révoltés qui ne se sont souciés ni d'être les fils de leurs pères, ni d'être les pères de leurs fils, et dont toute la vie n'est en conséquence, inéluctablement, qu'une longue marche funèbre anticipée ...
Commenter  J’apprécie          250
andreas50   16 mai 2018
L'homme qui assassina de Claude Farrère
Pétra, Galata, Tatavia, le Taxim, ma foi non ce n'est pas joli !... Je ne m'y reconnais pas encore très bien, car Constantinople est un monde. Mais, grosso modo, ce monde est divisé par la Corne d'Or en deux continents, plus différents que ne sont l'Europe et l'Amérique. D'un côté la ville turque chantée par Loti : Stamboul ; de l'autre, les bourgades levantines parasites : Galata, Péra, Tatavla et le reste. Or toutes ces bourgades sont déplaisantes. Grecques, arméniennes ou cosmopolites, chrétiennes en tout cas, elles symbolisent bien le christianisme pouilleux de l'Orient.
Commenter  J’apprécie          240
gill   26 septembre 2017
Le Chef de Claude Farrère
Les imaginations sont toujours moins complexes que les réalités ...
Commenter  J’apprécie          261
gill   08 août 2018
Sillages de Claude Farrère
Sans doute a-t-on déjà visité tous les bateaux imaginables, et connu la mer, et même la mer par gros temps ... mais on n'a pas encore découvert la vraie mer des vrais marins, celle qui bât la farouche côte bretonne.

On ignore la Bretagne elle-même, cette étrave de brutal granit que l'Europe pousse en plein flanc de l'océan ...
Commenter  J’apprécie          240

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49533

Prénommé Vitus lors de sa naissance en 1681, il fut un explorateur danois au service de la marine russe. Son patronyme reste associé à la région séparant l'Asie (Kamchatcka) et l'Amérique du Nord (Alaska).

Koch
Béring
Vahl

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : détroits , géographie , mers et océansCréer un quiz sur cet auteur