AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.2 /5 (sur 23 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Claude Fauque est journaliste et spécialiste des arts décoratifs, notamment dans le domaine textile. Expert auprès des Itinéraires culturels du Conseil de l'Europe, elle a été directrice des collections Dans le droit fil et Les Carnets du textile aux éditions Syros. Elle a publié aux éditions du Chêne, Fil à fil (1997) et Les Secrets de la fleur décorative (1998) ainsi qu'un ouvrage sur les textiles de demain aux éditions Syros en 2000.

Source : Edition du chêne
Ajouter des informations
Bibliographie de Claude Fauque   (15)Voir plus

étiquettes
Podcast (1)


Citations et extraits (10) Ajouter une citation
cmpf   22 mai 2015
Les routes de l'esclavage : Histoire d'un très grand "dérangement" de Claude Fauque
Certains chefs africains ne se laissaient toutefois pas convaincre par les négriers. Ils s’opposaient à la traite, tout au moins dans un premier temps. Mais les négriers avaient des moyens détournés pour parvenir à leurs fins : on sait que l’une des causes du coup d’État de 1818 ayant abouti au renversement du roi Adandozan du Dahomey (1797-1818) fut son hostilité à la traite négrière. Le souverain estimait en effet que « le pays pouvait tirer meilleur profit de l’esclave si on l’utilisait à cultiver la terre. Il réprouvait la guerre elle-même, dans laquelle son peuple perdait un sang et des bras précieux ». Un habile négrier portugais d’origine brésilienne, Francisco Felix de Sousa, intrigue avec l’aide des princes et des dignitaires mécontents de la politique d’Adandozan, et Gankpé, frère du roi et chef d’armée accéda au trône sous le nom de Guézo. Si un chef était débiteur d’un négrier pour des achats de marchandises, il suffisait que ce dernier exigeât son remboursement en esclaves pour que la brèche fût ouverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
cmpf   23 mai 2015
Les routes de l'esclavage : Histoire d'un très grand "dérangement" de Claude Fauque


On a peine à évoquer les tortures infligées : marquage au fer rouge, amputation de nez, des oreilles, des doigts, castration, bûcher… Même si on les replace dans le contexte d’un temps où les châtiments corporels contre les Blancs inférieurs étaient aussi de mise, la systématisation de ces conduites, considérées comme nécessaires à la survie de l’esclavage, demeure effarante. Le fait d’être, sur les grandes propriétés, sous l’autorité d’un «commandeur», sorte de contremaitre noir chargé d’autorité, a encore exagéré les conduites violentes de punition. Car il lui fallait se faire obéir de ses congénères… et tenir le fouet quand il s’agissait de punir les marrons qu’on capturés. Ces pratiques s’établirent dans la durée, ce bon vieux temps où, il est vrai, l’on envoyait aussi au bagne des Jean Valjean pour avoir volé un pain ! L’esclave, qui représentait un investissement précieux, était dans le même cas seulement fouetté ou mis au pilori.

Commenter  J’apprécie          40
brigittelascombe   17 décembre 2012
Couleurs et étoffes : Une passion provençale de Claude Fauque
Enraciner le peuple à son terroir en lui faisant connaître le charme de son pays,la noblesse de son travail,la beauté de forme de ses objets ménagers,la grâce de son costume féminin,telle était la fin que poursuivait le fondateur du premier musée d'ethnographie du midi....



Fernand Benoit (ancien conservateur du Muséon Arlenten, Arles)
Commenter  J’apprécie          30
cmpf   24 mai 2015
Les routes de l'esclavage : Histoire d'un très grand "dérangement" de Claude Fauque
Nanon fut distinguée par son propriétaire , Guillaume Pierre Tavernier de Boullongne, et en aura un fils, le petit Joseph. Le père, qui l’adore et va s’occuper soigneusement de son éducation, ne peut lui transmettre (toujours le Code Noir !) son titre nobiliaire : il l’adoubera en le faisant chevalier… du nom d’une terre voisine ; et c’est ainsi qu’en plein XVIIIème siècle, le chevalier de Saint-Georges conjuguera son sang africain avec la tradition de la chevalerie médiévale.

[…] Et le planteur enrichi veut que son fils, dont la beauté est éclatante, reçoive l’éducation d’un gentilhomme : tir, escrime, manège, école de danse ; tout lui sera offert, tout lui réussira. Il devint le plus grand escrimeur de son temps (provoquant même en duel le fameux chevalier d’Éon). Mais il reçoit une première rebuffade auprès des mousquetaires du roi : « Les cadets des grandes familles qui s’enorgueillissent de servir dans ces deux compagnies d’élite de la maison militaire du roi repoussent bien vite ce nègre qui n’a pas sa place parmi eux. Ils ont le droit pour eux […]

La musique lui permettra de survivre, et il garde sa popularité dans la société parisienne en vue jusqu’à sa mort en 1799. Trois ans après sa disparition, Paris l’appelait toujours le « Mozart noir ». Mais, le 20 mai 1802, Bonaparte rétablit l’esclavage : il ne s’agit plus d’ériger en exemple un Noir qui « a réussi ». Le silence et l’oubli tombent sur le chevalier de Saint-Georges, son histoire et sa musique. Un silence de deux siècles…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
letilleul   01 décembre 2015
Secrets d'étoffes de Claude Fauque
Fil de brume

Lune gibbeuse

Zébrures de pluie.



Un petit village jeté sur une immense plaine.

Une maison rapiécée, et un homme.



Tout est toujours pareil, rien ne bouge, rien ne vit.
Commenter  J’apprécie          30
Marti94   31 mai 2014
Les routes de l'esclavage : Histoire d'un très grand "dérangement" de Claude Fauque
La déportation et la mise en esclavage de plus de vingt millions d’africains pendant quatre cents ans constituent le plus grand « dérangement » historique à l’origine de notre univers occidental actuel, pour reprendre le terme appliqué en son temps à la déportation des acadiens en Louisiane.
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   06 juin 2016
Costumes de scènes : A travers les collections du CNCS de Claude Fauque
C'est une saga que nous conte Claude Fauque. Fine diseuse du textile et autres beaux ouvrages de dames, fileuse de lin et de soie, chantre de la Provence de Mistral, de la Compagnie des Indes ou de l'École de Nancy, elle se fait ici «aède».

Pour nous conter une Iliade de l'Allier, avec ses Achéens, ses Parisiens et ses Troyens.

Une Odyssée bourbonnaise avec ses patientes Pénélopes, ses sirènes et ses prétendants.
Commenter  J’apprécie          00
Marti94   31 mai 2014
Les routes de l'esclavage : Histoire d'un très grand "dérangement" de Claude Fauque
"Un commerce d'hommes!.... grand Dieu!... et la nature ne frémit pas! S'ils sont des animaux, ne le sommes-nous pas comme eux?"

Olympe de Gouges
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   06 juin 2016
Costumes de scènes : A travers les collections du CNCS de Claude Fauque
Particulièrement experte en matière de patchworks, Claude Fauque nous déroule celui que composent toutes les garde-robes de cette créature protéiforme, parée, des anciennes panières poussiéreuses aux «compactus» «nickel chrome» d'aujourd'hui, de toutes les nuances du velours, de tous les sortilèges, de toutes les illusions, dont elle délivre quelques secrets.
Commenter  J’apprécie          00
brigittelascombe   17 décembre 2012
Couleurs et étoffes : Une passion provençale de Claude Fauque
Le boutis,ouvrage divin qui ressemble à un pré dont le givre broda de blanc les feuilles et les pousses.



Mistral
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2633 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur cet auteur