AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.86 /5 (sur 222 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1961
Biographie :

À la suite du décès d’un proche, Corine Sombrun, ethnomusicienne, pianiste et compositeur d’origine française, décide de suivre l’enseignement d’un chaman péruvien, et retrace cette aventure dans le récit Journal d’une apprentie chamane (Albin Michel, 2002).
Elle fait de son voyage au Pérou un reportage pour la BBC qui connaît un très grand succès lors de sa diffusion. La grande chaîne d’information britannique lui commande ensuite un documentaire sur les chamanes de Mongolie.
Elle publie la suite de ses aventures chez Albin Michel : Mon initiation chez les chamanes : une Parisienne en Mongolie (2004) et Les tribulations d’une chamane à Paris… (2007).
Son dernier ouvrage, écrit en collaboration avec le descendant du grand chef apache, Sur les pas de Geronimo, est paru en 2008. Corine Sombrun vit désormais à Paris.
+ Voir plus
Source : /www.pocket.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bande-annonce de l'adaptation cinématographique de : "Mon initiation chez les chamanes : Une Parisienne en Mongolie"

Podcasts (1)


Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
OSOLEMIO   01 janvier 2020
Mon initiation chez les chamanes : Une Parisienne en Mongolie de Corine Sombrun
Je n'aurai jamais pensé lors de ces premiers voyages en Mongolie que " devenir ce que je suis" me conduirait à ces découvertes.
Commenter  J’apprécie          90
nastialala   01 juillet 2012
Journal d'une apprentie chamane de Corine Sombrun
Le jour où tu m'as quitté j'étais française.Et compositeur.Alors j'ai pris le train.Sous la mer.Pour engloutir mes rêves.
Commenter  J’apprécie          90
Horizon_du_plomb   31 octobre 2019
Mon initiation chez les chamanes : Une Parisienne en Mongolie de Corine Sombrun
Ma guimbarde accrochée au sourire, je passe l’hiver dans les courants d’air, à la recherche de la vibration à laquelle tu dois répondre. Le langage des esprits semble infini…

Plus je réfléchis et plus je me dis que tout ça n’est sans doute que le résultat d’une incroyable histoire d’amour. C’est la force de vouloir te retrouver, de vouloir garder le contact avec toi, avec ton énergie, que j’ai dû développer cette sorte de « réceptivité ».

Les chamanes disent que je suis chamane. Moi je dis que je t’aime. Et que je suis prête à développer tous les dons possibles pour arriver à te retrouver. Ta mort ne sera pas inutile. Pour toi, je dois passer derrière la porte du son. Je dois apprendre à utiliser la transe comme un outil qui va me permettre de devenir une sorte d’ « astronaute » de la psyché, une psychonaute. Dont le but sera de découvrir les possibilités du cerveau humain, les rives inconnues du dernier continent qu’il reste à explorer…
Commenter  J’apprécie          50
florinette   12 juin 2012
Journal d'une apprentie chamane de Corine Sombrun
«Ça y est. Je pars demain pour l'Amazonie. La Sachamama, le bout de jungle de Francisco, est aussi un centre d'études des méthodes de guérison héritées des cultures indiennes et précolombiennes. Moi je veux trouver mon "son". Je veux te retrouver. C'est tout. »
Commenter  J’apprécie          60
Danieljean   30 août 2015
Sauver la planète : Le message d'un chef indien d'Amazonie de Corine Sombrun
Changer les consciences passait aussi, selon nous, par la création d’une université suruí capable de réunir les connaissances traditionnelles et scientifiques sur la forêt ; une façon de mettre ce savoir au service de tous et de l’utiliser pour mieux la protéger. Je reste persuadé que c’est le rôle des peuples d’Amazonie d’apporter cette contribution. Nous cultivons en effet depuis des millénaires le savoir ancestral de la grande forêt amazonienne et, à ce titre, notre priorité est d’attirer l’attention sur les risques considérables qu’entraînerait sa disparition.
Commenter  J’apprécie          40
Horizon_du_plomb   31 octobre 2019
Journal d'une apprentie chamane de Corine Sombrun
Francisco reprend le cours :

- Dans cet univers chamanique se côtoient trois mondes. Le monde des humains et des animaux, le monde végétaux et le monde des esprits. Chaque être humain, animal ou végétal a son équivalent-esprit dans le monde des esprits. C’est toujours avec cet équivalent-esprit que le chaman doit entrer en contact pour acquérir ses connaissances, c’est toujours cet équivalent-esprit que le chaman doit « soigner » pour guérir son patient.

Comment le chaman communique-t-il avec ces trois mondes ? Par un langage. Commun à ces trois mondes, qui sont les chants, appelés Icaros.

Comment le chaman reçoit-il les messages du monde des esprits ? Par les visions, dues à la prise de substances hallucinogènes contenues dans l’ayahuasca ou le tabac, et par les rêves.

Comment améliore-t-il sa perception de ce monde des esprits ? En disciplinant son corps, son esprit et son mental. Pour ça, il doit suivre une diète stricte à base de plantes et vivre dans un lieu isolé.



(...)



Diéter veut dire boire la préparation à base de la plante au début d’une période de diète qui va de cinq jours à quatre ans. Cette durée dépend de la plante et de la masse de connaissances qu’elle peut te transmettre. Comme les plantes se diètent les unes après les autres selon des ordres précis indiqués par le maître, il faut compter environ quinze années de diète à un chaman pour terminer son apprentissage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   30 août 2015
Sauver la planète : Le message d'un chef indien d'Amazonie de Corine Sombrun
Le moratapo, par exemple, est une liane dont nous buvons une décoction pour nettoyer le corps. Nous disons « rénover » chez nous, parce que si le corps se purifie, l’esprit se rénove. N’est-ce pas important de le réaliser ? Chaque fois que j’ai eu de la fièvre ou une migraine, Perpeira, notre wáwá, est allé couper quelques feuilles d’un arbuste qui pousse autour de nos maisons. Une entorse ? Perpeira utilise des branches de capichanapua dont il râpe l’écorce pour en appliquer le suc sur la cheville. C’est un antalgique et un anti-inflammatoire puissant. Nous utilisons également la bave d’escargot pour ramollir la corne des pieds. Et quand j’ai mal aux dents, il me suffit de mâcher une simple tige de haïn : son goût acidulé non seulement anesthésie la bouche, mais soigne l’infection. Un œil rouge ? Notre wáwá coupe une branche d’ipaga dont il râpe et presse l’écorce pour en extraire un suc qu’il verse goutte à goutte dans l’œil irrité. Il blanchit instantanément ! La forêt offre ainsi des milliers de remèdes simples et efficaces que notre université suruí mettrait à la disposition de tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rojomax   23 décembre 2019
Mon initiation chez les chamanes : Une Parisienne en Mongolie de Corine Sombrun
Tout ce que je sait, c'est qu'il faut attendre. Que ce soit le moment C'est ça le pire. Attendre. Je vais réfléchir. Non. Pas réfléchir. Surtout pas. Les réponses de la vie ne s'apprenne pas. Elles s'imposent. Comme celles de la mort. La questionner c'est s'inquiéter d'autre chose que de l'instant. C'est être en dehors de la vie. Et c'est perdre sont temps puisque la réponse arrive forcément.
Commenter  J’apprécie          40
sauge   20 avril 2014
Sur les pas de Geronimo de Corine Sombrun
.Pendant la transe,je le vois devant moi,il pousse des hurlements de loup, je me mets à en faire autant,comme si soudain,je devenais un loup,mais je ne sais pas encore comment traduire ce qu il me dit.En revanche,je me mets à faire des gestes que mon mental ne contrôle pas.Si une personne est devant moi,par exemple, je me met"à voir" les parties souffrances de son corps.Mes mains se dirgient vers elles, en faisant des gestes très précis, très net, selon une géographie particulière, seul connues d' elles.Des sons, des souffles,ou des chants sortent aussi de ma bouche.Comme si tout mon corps soudain état guidé par une sorte d' intelligence, disant perceptive..

Extrait de 3 sur les pas de Géronimo de Corinne Sombrum
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   18 novembre 2015
Les esprits de la steppe : Avec les derniers chamanes de Mongolie de Corine Sombrun
J'effectuais un reportage en Mongolie pour la BBC quand le chamane Balgir m'a reconnue comme l'une des leurs. Il a alors confié mon apprentissage à Enkhetuya, une chamane de l'ethnie des Tsaatans.

Ce «peuple des rennes», originaire de la région de Touva en Sibérie et dont l'habitation est le tipi, a perpétué jusqu'au milieu du XXe siècle un mode de vie nomade remontant à l'âge du bronze. Sédentarisé en 1957 par le gouvernement de la République populaire mongole, il a été regroupé sur le site de Tsagaannuur, à la frontière nord-ouest de la Mongolie. Leurs rennes sont devenus la propriété de l'État et des quotas de productivité ont été imposés. En quelques années, les troupeaux, confinés dans des fermes, ont été décimés par les maladies. La plupart des Tsaatans ont dû renoncer à l'élevage et ont sombré dans l'alcoolisme. Face à ce constat, le gouvernement les a de nouveau autorisés à nomadiser dans la taïga. À la seule condition que leurs bêtes soient numérotées et les quotas d'élevage maintenus.

En 1992, après l'adoption d'une nouvelle Constitution et le retrait des troupes de l'ancienne Union soviétique de Mongolie, les rennes ont été restitués aux Tsaatans.

Enkhetuya vivait sur la rive ouest du lac Khovsgol, à cent quatre-vingt-quinze kilomètres au sud-ouest du lac Baïkal, quand je l'ai rencontrée en 2001. Les Tsaatans ne comptaient plus alors qu'une trentaine de familles, réparties de part et d'autre de la rivière Shishged. Une population et une culture en voie de disparition, m'avait-on dit. Mais j'étais loin d'imaginer qu'en seulement dix ans, j'allais être le témoin d'un effacement bien plus rapide que celui annoncé par les prévisions les plus pessimistes.

Avant que ce peuple des rennes ne disparaisse à jamais, il m'a donc semblé important de transmettre son quotidien, ses traditions et leur transformation. Conséquence d'une mondialisation qui allait bouleverser la mémoire et l'équilibre d'un mode de vie ancestral.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L'évangile oublié de Jacobovici & Wilson : culture générale

Le temple d’Artémis

Se trouve à Éphèse
Est l’une des Sept Merveilles du monde
Réponse 1 et 2
Aucune de ces réponses

25 questions
4 lecteurs ont répondu
Thèmes : jésus christ , religion , histoireCréer un quiz sur cet auteur

.. ..