AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266129503
Éditeur : Pocket (08/01/2004)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 55 notes)
Résumé :

" Ça y est. Je pars demain pour l'Amazonie. La Sachamama, le bout de jungle de Francisco, est aussi un centre d'études des méthodes de guérison héritées des cultures indiennes et précolombiennes. Moi je veux trouver mon " son ". Je veux te retrouver. C'est tout. Ce journal de bord d'une jeune femme, musicienne à Londres qui, sous le coup d'un deuil inconsolable, décide de suivre l'enseignement musclé d'un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Zirkawicca
  19 octobre 2015
Dès les premières pages, j'ai été surprise par le style d'écriture: des "phrases" ultra courtes, sans virgules, souvent sans verbe et/ou sujet, avec des anglicismes et de l'argot par ci par là. Et aussi par le ton employé: sans concession, souvent blasé ou moqueur, et assez auto-suffisant. Sous couvert d'humour, elle s'écoute quand même beaucoup parler (et penser). L'auteur s'exprime comme elle pense, ça ressemble presque à un long télégramme.
J'ai trouvé que le discours sonnait très "hargne et arrogance adolescente", alors quelle ne fût pas ma surprise, après recherches, de constater que Corine Sombrun avait une quarantaine d'années lors de l'écriture de ce récit vécu... Page 126/127 par exemple, elle se met en scène dans une petite "fable" où elle n'hésite pas à parler d'elle comme d'une "jeune fille", qui + est "à la belle gueule" et "callipyge"! Enfin, c'est son cerveau qui est censé être callipyge mais j'ai du mal à imaginer...
Du coup, malgré le thème abordé qui m'intéressait beaucoup (le chamanisme), j'ai d'abord eu du mal à apprécier ma lecture. Je m'énervais toutes les 2 phrases, l'égotisme dont faisait preuve l'auteur me hérissant le poil. Il y a des exemples à la pelle: elle considère sa hutte comme une scène, "j'adore qu'on s'intéresse à mon cas", "la pro du son", "fierté d'un Robinson qui détourne les pièges de Mère Nature", "regard satisfait sur le produit de mon imagination", "y'a même pas quelqu'un pour admirer ma force mentale", "moi, que moi", etc...
L'auteur est en deuil au moment où elle vit ces événements, pourtant elle apparaît + arrogante que triste. Mais au fur et à mesure de ma lecture, j'ai perçu des fêlures dans cette carapace. Notamment lorsque elle nous dit avoir l'"ego en berne" d'être vue en position de faiblesse (à 4 pattes sur un pont/tronc, lorsqu'elle demande à se faire accompagner parce qu'elle a peur de rentrer seule à sa hutte dans le noir). Elle est loin d'avoir autant confiance en elle que ce qu'elle laisse paraître, mais elle est dans la résistance, dans le déni, pleine de blocages face à ce qu'elle affronte.
Et c'est là que l'intérêt culturel et documentaire du récit se mêle, grâce à l'ayahuasca, à la métamorphose de l'auteur, telle un papillon qui sort de sa chrysalide. le fait qu'elle soit à ce moment de sa vie totalement étrangère au milieu du chamanisme fait que ses réactions ne sont pas biaisées par des idées préconçues. A la fin du livre, on voit clairement qu'elle a changé, elle s'est révélée grâce aux enseignements tirés des visions. Elle a trouvé la paix intérieure et cela se ressent dans son comportement vis-à-vis d'elle-même et des autres. "La peur d'être jugée avait disparue", et avec elle toute la peine, la méfiance et même la haine qu'elle portait en elle. Corine Sombrun presque mégalo à son arrivée à Sachamama déclare en toute simplicité dans les dernières pages: "et j'évite mon nombril (...) Arrivée à la hutte-cantine. Non triomphale. Je réalise qu'il n'y a aucune fierté en moi. Ce n'est pas cet ego qui a été nourri." On ne dirait pas que c'est la même personne qu'au début du livre qui parle ainsi.
C'est énorme, c'est + qu'une évolution, c'est une révélation. Et cette aventure n'a été que le début des grands bouleversements et du renouveau pour elle, sachant qu'elle a ensuite (et malgré elle) suivi un apprentissage de chaman en Mongolie qui l'aura définitivement faite autre. Vraie. Belle. Vivante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Annaelle
  06 avril 2011

Un livre passionnant et intense.
Corine Sombrun nous conte son expérience à la fois simple et fabuleuse auprès d'un chamane péruvien.
J'ai été très touchée par cette petite nana qui se retrouve là un peu par hasard, portée par les douleurs de sa vie. Au départ, elle peut paraître complètement décalée (elle se sent elle-même décalée d'ailleurs, elle y part même un peu à reculons), mais finalement, elle y trouve complètement sa place.
Elle est très touchante, parce que sa souffrance est à la fois très pudique (elle parle très peu de ce qui l'a amené là et de la personne qu'elle a perdue), mais en même temps, elle est omniprésente. C'est en elle, autour d'elle, partout dans ses gestes et dans ses pensées.
Un peu comme si l'âme de cette personne l'accompagnait dans son initiation pour l'aider à se libérer d'elle, à se purger de sa souffrance pour pouvoir revivre.
Je trouve fascinante la façon dont elle s'ouvre, se détend peu à peu sous nos yeux, c'est une véritable renaissance, c'est très émouvant.
J'ai aussi beaucoup aimé la façon dont elle nous raconte son histoire, ça aurait pu vite devenir ennuyeux ou même larmoyant, mais elle le fait avec tellement d'humour et d'autodérision, que c'est un vrai plaisir.
Elle a un style d'écriture assez dépouillé, sans fioritures, mais c'est très agréable, et sa convient tout-à-fait à ce récit et à sa personnalité je trouve.
De plus, il y aussi un côté « documentaire », qui est très intéressant. Que l'on soit sensibilisé ou non à ces voyages incroyables que vivent les chamanes, on ne peut qu'être captivé par ce récit. On y apprend par exemple un tas de choses passionnantes sur la relation qu'on les chamanes avec les plantes et arbres.
Et bien sûr, il y a les séances d'initiation elles-mêmes qui sont aussi très intéressantes. Personnellement, je n'ai pas la moindre expérience en matière de plantes ou drogues hallucinatoire quelle qu'elles soient, je n'ai donc aucun point de comparaison, mais j'ai trouvé tout cela assez fascinant. J'ai par exemple été surprise de la clarté avec laquelle elle parvient à décrire ses visions après coup.
Bref, un livre passionnant !
J'ai maintenant très envie de lire ses autres récits, surtout « Les tribulations d'une chamane à Paris », parce que voir son retour à la vie « réelle » doit être vraiment intéressant je pense, il y a un tel décalage entre ces deux mondes, qu'il doit sûrement être très difficile d'en repartir réellement une fois qu'on y est allé.
Lien : http://l-imaginarium.forumac..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
artefact
  19 août 2019

Suite à la disparition d'un proche Corine Sombrun décide de quitter sa routine et direction l'Amazonie ou l'attend un chaman qui va la guider dans la recherche d'elle-même et lui enseigner le chamanisme une quête spirituelle remplit d'humour et d'autodérision a grande gorgée ayahuasca et autres plantes
On se prend vite d'affection pour l'auteur il me reste plus qu' à lire la suite de son périple.
Commenter  J’apprécie          10
AlmV
  16 mai 2017
J'ai lu ce livre après avoir lu sa suite où elle raconte son parcours en Mongolie.

J'ai apprécié les deux récits (Journal d'une apprentie chamane Amazonie puis Mongolie). Elle se livre très honnêtement et en même temps ne se livre pas du tout. C'est ainsi que l'on peut ressortir avec une impression de superficialité.. et pourtant aussi au détour des pages, on trouve également des petites gemmes et des pensées profondes.
Je trouve aussi intéressant certains passages où elle évoque l'Afrique qui l'a beaucoup marquée... et avec laquelle il semble elle a été en résonnance profonde. Elle a il faut le dire un destin assez hors du commun, une capacité à s'adapter (vie de tous les jours) à des conditions non standards (hutte amazonienne, tipee Tsataane -pas yourte mais tipee) qui semble plutôt inhabituelle pour une fille, qui en interview évoque plutôt une parisienne du quartier St Germain des Prés, un peu beaucoup bohémienne bourgeoise..
Au final intéressant avec des imperfections, elle a aussi le mérite de ne pas sombrer dans la théorisation de son experience. Les autres aspects d'elle qui sont intéressants c'est sa démarche vers la science.


Elle a sa vision en Amazonie de musique diaphonique, Francisco lui dit qu'elle a l'étoffe d'une chamane, et lui demande si elle veut revenir, elle dit qu'elle n'est pas certaine car elle veut explorer ce son mongol, elle se rend ensuite en Mongolie.
Je dirais quand même qu'à partir de là c'est un choix déterminé, peut être qu'elle ne se rendait pas compte de sa capacité à suivre le son ( quoiqu'encore dans le premier livre en Amazonie elle parle d'une transe musicale en Afrique jeune avec ses parents et son chien). Cela étant cela n'enlève rien à son destin hors du commun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SophieLesBasBleus
  16 mars 2015
Le "Journal d'une apprentie chamane" de Corine Sombrun est à découvrir impérativement !
Simplement, pudiquement, Corine Sombrun raconte... et on la lirait des heures sans se lasser !
Le récit du séjour dans une hutte aux tréfonds de la jungle amazonienne est tissé à l'évocation du deuil, qui semble insurmontable, d'une manière si fine, si subtile, que l'on passe du rire à la tristesse le temps d'une respiration. Avec beaucoup de verve et d'autodérision, Corine Sombrun nous emporte vers un monde inconnu... le nôtre.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
florinetteflorinette   12 juin 2012
«Ça y est. Je pars demain pour l'Amazonie. La Sachamama, le bout de jungle de Francisco, est aussi un centre d'études des méthodes de guérison héritées des cultures indiennes et précolombiennes. Moi je veux trouver mon "son". Je veux te retrouver. C'est tout. »
Commenter  J’apprécie          40
nastialalanastialala   01 juillet 2012
Le jour où tu m'as quitté j'étais française.Et compositeur.Alors j'ai pris le train.Sous la mer.Pour engloutir mes rêves.
Commenter  J’apprécie          80
LatvianeLatviane   16 février 2015
Silence ému de la jungle. Celui qui précède un tonnerre d'applaudissements. Me reste à saluer. Je n'aurais jamais cru ça de moi. Joie.
Commenter  J’apprécie          10
bzhstefbzhstef   03 juin 2018
Un plaisir de lire ce livre de bout en bout! On se pose beaucoup de questions au final, on rit...à conseiller !!!
Commenter  J’apprécie          00
bzhstefbzhstef   03 juin 2018
Un plaisir de lire ce livre de bout en bout! On se pose beaucoup de questions au final, on rit...à conseiller !!!
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Corine Sombrun (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Corine Sombrun

Rencontre entre Corine Sombrun et Frédérique Deghelt animée par Jacqueline Pétroz
Dans la catégorie : Autres religionsVoir plus
>Religion>Religion comparée. Autres religions>Autres religions (171)
autres livres classés : pérouVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
800 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..