AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.06 /5 (sur 78 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) : 1978
Biographie :

Daniel Brouillette est né en 1978, neuf mois après que ses parents aient fait l'amour sur une peau d'ours au bord du foyer. Après une vingtaine d'années à blaguer à l'école, il est devenu enseignant au primaire. Le dédain pour la correction d'examens et l'amour de l'écriture l'amènent à abandonner son boulot au salaire ridiculement bas pour joindre l'École nationale de l'humour. Depuis sa sortie en 2006, il a travaillé en tant qu'auteur-scripteur-concepteur pour les émissions « L'union fait la force », « Pyramide », « Le dernier passager », « Les Chefs! », « Duo » et « Taxi payant », pour ne nommer que celles-là, car l'espace manque en titi! « Bine : l'affaire est pet shop » est le premier tome de ses 30000000 livres


Source : www.lesmalins.ca
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Daniel Brouillette
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Cielvariable   28 mars 2018
Bine, tome 1 : Nom d'un chien de Daniel Brouillette
Pour dire franchement, j’apprécie autant

mon enseignante que les crevettes, les

piqûres de maringouin, le chocolat à la

menthe, les visites chez le dentiste, les

prises de sang, le coloriage, les fesses qui

piquent et les bananes brunes. Comme

elle me crie sans cesse par la tête, je vais

faire à la mienne.
Commenter  J’apprécie          50
Cielvariable   03 mars 2019
Bine, tome 7 : Le Retour de la Banane Masquee 2e Partie de Daniel Brouillette
Tout va bien. Le plan concocté par Lily fonctionne à merveille. Madame Pythagore continue de corriger afin de rapporter un minimum de travail à la maison ce soir. Si elle décidait de circuler dans les rangées, le danger s’intensifierait. Me faire pincer entraînerait la note automatique de zéro. Sans compter les risques de suspension. Je n’ai pas eu de retenue depuis mon départ de la classe de madame Béliveau et j’en remercie la vie.



Entre la venue des réponses à coups de cinq, je fais semblant de taponner des équations sur des feuilles brouillon. Avoir su que l’on consacrerait toute l’année à l’algèbre, je serais resté en sixième année. Des collants à senteur de root beer à côté du résultat d’un test d’anglais réussi avec brio, j’en aurais pris quelques années supplémentaires, surtout que la retraitée de Bélivache a été déchue de son titre de dictatrice.



Tout est trop sérieux au secondaire. À commencer par les matières scolaires. Que c’est con, les mathématiques de secondaire un ! Déjà que c’était stupide au primaire, là, ça frise le ridicule. Je n’en revenais pas au début de l’année, je n’en reviens pas plus aujourd’hui. À la base, qui a décidé qu’un plus un faisait deux ? Pourquoi pas trois ? Qui est le boss que je lui sacre un coup de règle de géométrie sur les doigts ?



Tout est assurément trop sérieux. On nous casse déjà les oreilles avec notre future carrière qui orientera nos choix de cours à la fin de notre séjour à la polyvalente. Eille, relaxez ! J’ignore quel t-shirt j’enfilerai demain, je sais encore moins ce que j’ai envie de foutre de ma vie jusqu’à soixante-cinq ans. La retraite demeure un concept abstrait, une espèce de cible ne concernant que les amateurs de céréales au son.



De toute manière, les quelques métiers qui m’intéressent restent inaccessibles : joueur de la NBA ou de soccer professionnel, pilote de Formule 1, agent double, espion, astronaute, acteur à Hollywood, mannequin ou homme d’affaires millionnaire.



En même temps, quoi de plus normal ? Je ne conçois pas qu’un gars de treize ans puisse aspirer à devenir emballeur chez IGA ou ramasseux de paniers chez Costco, et une fille, gosseuse à l’entrée du Walmart.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   03 mars 2019
Bine, tome 5 : Operation Ping Pow Chow de Daniel Brouillette
La brassière de ma mère est disparue, et là, elle capote. « Capoter » est un verbe faible. « Paranoïer » serait plus exact. Elle est convaincue qu’un voleur s’est donné la peine de sortir en pleine nuit pour venir dérober un soutien-gorge de grand-mère décrépit dans notre cour. Il aurait laissé tous les autres vêtements sur la corde à linge, y compris mon t-shirt flambant neuf des Scrapface Terror, et se serait contenté du serre-boules beige. Un scénario quasi crédible. Même un enfant de cinq ans rétorquerait sur un ton fendant : « Voyons, madame, réfléchissez un peu ! »



Un vol de brassière… C’est la meilleure ! Ma mère aime s’inventer des théories abracadabrantes et monter des dossiers pour des peccadilles. Elle est constamment en train de s’énerver et de gesticuler. Voir s’il y a un marché pour les sous-vêtements usagés. Après les pickpockets, voici les pickbobettes !



C’est l’événement médiatique du mois : le cache-jos de Jojo s’est volatilisé. Je suis surpris que l’hélicoptère TVA ne survole pas notre maison. Les voleurs de Wonderbra qui font abracadabra, quel fléau ! Dans les livres d’histoire, on pourra un jour lire que la décennie 2010 a été marquée par les cambriolages de brassières.



Ma mère est assise à la table de cuisine, en robe de chambre, et sirote un café avec un air enragé.



Il fait si chaud depuis une semaine que respirer demande un effort. La canicule nous fesse à coups de trente degrés Celsius et de pourcentages d’humidité assez élevés pour faire friser un punk. Malgré tout, elle se promène avec sa doudoune en flanelle et boit un café qui, je le précise au cas où ce serait uniquement connu des adeptes de Wikipédia, est préparé avec DE L’EAU BOUILLANTE !



– Je suis convaincue que c’est les nouveaux voisins !



La voilà qui accuse en plus. On se croirait à une partie de Clue.



Je soupçonne le Colonel Pas Propre… avec la corde… dans la cour !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Daniel Brouillette
mangenotjean   10 juin 2018
Daniel Brouillette
Bonjour



Vous souhaitez bénéficier d'un crédit pour la mise en œuvre de vos projets, Vous souhaitez bénéficier d'un fond de commerce, vous souhaitez bénéficier d'un crédit pour le financement de vos études à l'étranger, Vous souhaitez changer de voiture, vous équipez en électroménager, vous voulez une nouvelle maison. Malheureusement il se trouve que vous êtes au chômage, élève ou étudiant, personne pour vous servir d'aval, Vous êtes sans emploi ou fiché en Banque ou vous faîtes objet d'interdit bancaire pour incident non indépendant de votre volonté, de ce fait aucune institution financière n'accepte de vous faire de prêt, nous sommes la Banque des particuliers, des Agriculteurs, des Professionnels, des Entreprises et des Collectivités locales.Vous avez ce pendant Besoin de financer le projet dont vous rêvez et qui vous tient a cœur. Désormais cela ne devrait plus vous poser de problème . Profitez des nombreuses formules de prêts personnels adaptés a tous vos besoins. Bénéficiez de notre expertise c'est simple et rapide. Vous pouvez emprunter facilement de l'argent sur des durées de 36 à 240 mois* Taux annuel compris entre de 2 et 11 % en fonction du montant emprunté et de la durée du crédit et ainsi pouvoir enfin réaliser tous vos projets. Nous vous offrons les horizons suivantes: Prêt personnel, crédit auto, moto, crédit travaux, crédit immobilier, crédit consommation, Fonds de Commerce, Financement étude à l'étranger. Toutes nos offres de prêts sont étudiés en fonction de vos besoins personnels.

projetdefinance@gmail.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   28 mars 2018
Bine, tome 1 : Nom d'un chien de Daniel Brouillette
Noël, fête de la famille? Pas chez nous. Ici c’est de la chicane qu’on enveloppe et qu’on range sous le sapin et on passe la soirée à la développer…
Commenter  J’apprécie          40
Cielvariable   03 mars 2019
Bine, tome 4 : Au royaume des 10 000 mouches noires de Daniel Brouillette
Des hurlements lointains. De loups. J’ignore combien ils sont. Deux ? Cinq ? Dix ? Quinze ? Quatre-vingt-neuf et demi ? De toute façon, un seul suffit pour me donner la chair de poule. Mâle ou femelle, peu importe, je n’exerce aucune discrimination. Quatre crocs me suffisent pour croquer toute trace de sexisme.



Les loups sont des meurtriers gourmands. L’expression « avoir une faim de loup » n’a pas été inventée par hasard. Sinon, le matin, le ventre creux, je m’écrierais : « Ouin, je te dis que j’ai une vraie faim de crapet-soleil, moi ! »



La peur des loups est innée. Il y a le gène de la couleur des yeux, celui des cheveux blonds, bruns, châtains ou carotte, celui des pieds chatouilleux, celui du dédain des radis et tout juste après, celui de la peur des loups. Je ne connais personne dans mon entourage qui marcherait en direction d’une meute de loups pour jouer à la baballe.



Heureusement, les loups sont loin. Soit ça ou bien ils sont à quelques mètres et souffrent d’une extinction de voix.



AAAAOOOOOOOOUUUUUUUUUUUUU !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   03 mars 2019
Bine, tome 7 : Le Retour de la Banane Masquee : 1re Partie de Daniel Brouillette
La baboune n’est pas la femelle du babouin



Maxim n’a pas répondu à mon message d’hier. Ni à celui d’avant-hier. Ni à l’autre d’avant. Ni à tous les autres. Elle m’ignore. Ce silence radio dure depuis un mois. Depuis ce fameux après-midi où son chemin avait recroisé celui de Lily et le mien, le lendemain de l’Halloween. Pour la dernière fois. Elle ne m’a plus jamais reparlé mis à part pour m’ordonner de ne plus jamais lui reparler. En gras et en souligné dans un bref courriel reçu le 4 novembre à 19 h 57, heure de l’Est. Je l’ai lu et relu des centaines de fois. En termes de difficulté, le réciter par cœur équivaut à attacher mes souliers.
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   03 mars 2019
Bine, tome 6 : Le bon, la brute et le puant de Daniel Brouillette
Portant les gants de cuir de ma mère, je me sens comme un bandit bas de gamme. Rebutée par les volants frettes, Jocelyne s’en sert pour conduire l’hiver. L’important reste de ne pas laisser de traces ou d’empreintes. Des mitaines de four auraient fait l’affaire, quoique peu pratiques pour les tâches minutieuses. Comme celle que je m’apprête à accomplir.



J’ouvre la pochette sur le côté du sac et prends ma carte étudiante agrémentée d’une photo sur laquelle j’arbore une expression de prisonnier. Je tente de forcer la clenche en tenant ma carte fermement entre le pouce et l’index, mais elle n’est ni assez solide ni assez longue.



Je m’en doutais, mais je me devais d’essayer. Après tout, je suis ici pour ça. Un carton plastifié risquerait moins de causer des dommages qu’un outil. Mais bon, je ne peux rien y faire, ce truc ne fonctionne que dans les films. Je sais par contre ce qui peut marcher. Ce qui va marcher !



Je sors un tournevis plat de la poche qui a passé la journée tapie au fond de mon casier, dissimulée sous mes vêtements de sport dans un sac de plastique Jean Coutu géant utilisé pour emballer les paquets jumbos de papier de toilette. Si, dans cette pharmacie, on trouve de tout, même un ami, à la poly, on trouve de tout, même des ennemis.



Accroupi, je plante le tournevis le plus loin que je peux, puis le ramène en forçant la clenche. Le mécanisme cède sans broncher. Cette serrure minable n’a pas été conçue pour résister aux assauts de voleurs. Qui cambriolerait une pauvre cafétéria de polyvalente dont l’article le plus cher au menu est une pizza végétarienne sur pain pita ?



Moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable   03 mars 2019
Bine, tome 3 : Cavale et bobettes brunes de Daniel Brouillette
Tristan tient l’objet d’une main. De l’autre, il le caresse. Il est tellement fier.



Marie-toi donc avec, un coup parti !



Ses yeux ronds admirent son joujou. Il est comme une chauve-souris femelle qui se retrouve face à face avec Batman : tout excité. Ce cadeau lui est tombé de nulle part. C’est Noël en juin. Ses lèvres vont fendre tellement il sourit. Un sourire triomphant qui m’agace profondément.



Bravo, bravo ! Veux-tu un trophée ?



Il est planté là, devant sa maison, à nous partager sa joie depuis de longues minutes. Nous revenons de l’école. Maxim m’accompagne en attendant que son père revienne du travail.



— Il est vraiment beau, hein ? demande Tristan pour la soixante-quinzième fois, mais il ne s’agit pas vraiment d’une question.



Si tu nous en parles encore, je te le fais avaler !



— Oui, répond Maxim, sincère. Félicitations !



Le traître a gagné mon vélo. MON vélo. LE MIEN ! Celui que je voulais tant. Celui que j’étais censé remporter.



Pour financer notre voyage de fin d’année à Ottawa, nous devions vendre du papier de toilette. Correction : des CAISSES de papier de toilette. L’instigateur du projet, probablement un illuminé du Conseil d’établissement, s’était dit que les gens seraient ravis d’encombrer tous les racoins de leur maison avec d’imposantes boîtes d’un mètre carré. Il se mettait le doigt dans l’œil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable   03 mars 2019
Bine, tome 1 : Nom d'un chien de Daniel Brouillette
Pour dire franchement, j’apprécie autant

mon enseignante que les crevettes, les

piqûres de maringouin, le chocolat à la

menthe, les visites chez le dentiste, les

prises de sang, le coloriage, les fesses qui

piquent et les bananes brunes. Comme

elle me crie sans cesse par la tête, je vais

faire à la mienne.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L.O.L: La série

À la base de cette histoire, il existe une particularité entre les deux personnages principaux. Quel est-elle?

Ils sont de la même famille sans le savoir.
Ils ont le même prénom et nom de famille.
Ils sont de faux jumeaux.
Ce sont des espions pour le MIB.

13 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : adolescence , scolarité , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..