AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.17 /5 (sur 129 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bordeaux , le 10/08/1920
Biographie :

Daniel Cordier est un historien et écrivain, ancien résistant et proche collaborateur de Jean Moulin pendant la Seconde guerre mondiale.

Étudiant à Bordeaux, il milite dans l'Action française, mais contrairement à Charles Maurras, il refuse de se plier à l'armistice signée par le maréchal Pétain en juin 40. Il rejoint alors l'Angleterre et s'engage dans les Forces françaises libres. En 1942, il rejoint Lyon et Jean Moulin pour participer à la fondation du Conseil National de la Résistance. Il retourne en Angleterre à la toute fin de la guerre.

Par la suite, il commence une carrière de marchand d'art, n'évoquant plus en public son passé de résistant. C'est à la fin des années 70 qu'il entame des recherches sur Jean Moulin, qui aboutiront à la biographie en trois volumes Jean Moulin, l'Inconnu du Panthéon.

Le récit autobiographique Alias Caracalla paraît en 2009, témoignage de sa propre expérience de la Résistance.

+ Voir plus
Source : livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Interview sur France Culture - Les matins
Podcasts (8) Voir tous

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
InstinctPolaire   03 juin 2013
Alias Caracalla de Daniel Cordier
En 1989, Bernard Pivot me demanda : " Pourquoi Jean Moulin vous a-t-il choisi comme secrétaire ?" Je lui fit sans doute la réponse la plus ridicule de ma vie : " Parce-que c'était lui, parce-que c'était moi ; " J'aurai du dire la vérité : Je ne m'étais pas posé la question, et Jean Moulin ne m'en donnât jamais la raison.
Commenter  J’apprécie          250
Nostradamus27   13 août 2019
Alias Caracalla de Daniel Cordier
Pourquoi Pétain, sauveur de la patrie en 1917, acclamé par Maurras au mois d’avril [1940] pour gagner la guerre, a-t-il changé de camp en acceptant la défaite ? (…) Instinctivement, je suis sûr qu’il a trahi. Mais avant lui, le grand coupable n’est-il pas le Front populaire, qui a désarmé la France ?
Commenter  J’apprécie          102
sevm57   06 avril 2015
Les feux de Saint-Elme de Daniel Cordier
Aussi chaque soir, avant de monter au dortoir, nous échangions des billets au texte identique : "viens me réveiller cette nuit, sans faute !". Le lendemain, nous n'osions pas nous regarder. Car chaque nuit, un sommeil angélique et harassé nous clouait au lit jusqu'au réveil. Afin de me tenir éveillé jusqu'au rendez-vous suprême, j'avais imaginé, un jour, de réciter des chapelets entiers ! Mais la Vierge devait condamner mes espérances puisque je m'endormais par cette nouvelle méthode plus rapidement encore que d'habitude !
Commenter  J’apprécie          80
Jcequejelis   11 décembre 2011
Alias Caracalla de Daniel Cordier
1er septembre 1942 : Ce soir *Rex (Jean Moulin) demeure songeur. Je sais qu’il pense aux Juifs. Après un moment, faisant allusion aux bourreaux, il ne peut s’empêcher de lâcher : « Quels salauds ! » C’est la première fois que j’entends un gros mot dans sa bouche. Comme je ne sais que répondre, il reprend : « Vous joindrez les lettres pastorales au prochain courrier. Il faut tout faire pour répandre la vérité sur ces crimes. Il faudrait une lame de fond pour réveiller l’opinion et arracher ces malheureux à leur sort. Hélas, que pouvons-nous ? C’est dans une telle occasion que la Résistance révèle son impuissance. »



Il reprend les termes mêmes de Bidault, et je sens dans sa voix une profonde indignation.



168 - [Folio, n° 5206, p. 519]
Commenter  J’apprécie          70
luocine   11 janvier 2010
Alias Caracalla de Daniel Cordier
J’ai envie de l’embrasser pour le remercier de tout : son présent, son retour, l’homme qu’il est Mais *Rex n’est pas quelqu’un que l’on embrasse. En dépit de son sourire et de sa gentillesse, son regard creuse un abîme entre nous.
Commenter  J’apprécie          80
Alzie   19 juin 2014
Les feux de Saint-Elme de Daniel Cordier
A la mi-août, revenu en Arcachon pour les vacances avec mon père, je retournai à la Librairie générale afin que Madame Gauthereau, trouve à son habitude, un dérivatif à mes problèmes, dont le plus douloureux était le regret lancinant de David. Je refusai de lire la suite des Thibault (L'été 1914) qu'elle me proposait, parce que j'étais saturé des histoires de la Grande Guerre. j'avais seize ans et elle ne m'intéressait plus. Je décidai d'acheter Mort à Crédit de Céline, qui venait de paraître, et dont elle me vanta, avec persuasion, le caractère "iconoclaste". J'en avais paraît-il besoin.
Commenter  J’apprécie          60
TheAustenGirl33364   10 octobre 2014
Les feux de Saint-Elme de Daniel Cordier
En chacun de nous, il y a un regret qui veille. Le mien s'appelle David. Pour d'autres, il n'a que le nom d'une fuite sans retour.
Commenter  J’apprécie          70
Jcequejelis   28 novembre 2011
Alias Caracalla de Daniel Cordier
Samedi 28 novembre 1942 : Sabordage à Toulon. A 7 heures, je sonne chez *Rex (Jean Moulin). Je lui apporte une nouvelle effrayante parue dans les journaux : hier, à 5 h 25, la flotte française s'est sabordée à Toulon. L'amiral de Laborde a appliqué les ordres donnés en juin 1940 par l'amiral Darlan.



*Rex commence sa toilette, signe qu'il a dû se coucher tard. A l'annonce du sabordage, il s'arrête le visage barbouillé de savon, et réclame les journaux qu'il étale sur le lit. Ses traits manifestent stupéfaction et crédulité : « Comment des officiers français ont-ils pu faire ça ? C'est un crime contre la France ! Le dernier que peut commettre Vichy, après tant d'autres. Les misérables. »



Il retourne à sa toilette : « Si les Français ne comprennent pas maintenant que le Maréchal est un traître, c'est à désespérer du patriotisme ! »



152 – [Folio, n° 5206, p. 669]
Commenter  J’apprécie          40
sevm57   05 avril 2015
Les feux de Saint-Elme de Daniel Cordier
Ce livre, à lui seul, possédait le pouvoir de m'arracher à mon chagrin et de briser ma solitude.
Commenter  J’apprécie          60
InstinctPolaire   03 juin 2013
Alias Caracalla de Daniel Cordier
" Comment avez-vous trouvé Coulanges me dit-il.

- C'est un homme de Londres. "

L'étonnement se marque sur son visage : " Mais moi aussi ! "

Je me récrie : " Ah non ! " Bien sûr, je parle sans réfléchir : " C'est une expression que nous utilisions dans les camps, avec mes camarades de juin 1940 : Nous étions des " soldats ", eux des " bureaucrates ". Comme Coulanges, ils sont très vieux.

- Vous me trouvez vieux moi aussi ?

- Non, vous, vous êtes... le patron. "
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..