AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070786343
208 pages
Gallimard (05/05/2014)
3.91/5   38 notes
Résumé :
Les feux de Saint-Elme compose le récit d'une adolescence dans les années trente. Un jeune fils de divorcés, nourri de littérature, découvre son attirance pour les garçons et vit ses premières expériences érotiques dans un internat religieux d'Arcachon. C'est là qu'il va connaître une passion amoureuse partagée avec David, un de ses camarades de classe. Cette passion, interrompue par son renvoi du collège, ne cessera de le hanter tout au long de sa vie. Soixante ans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Alzie
  19 juin 2014
Ce récit autobiographique que Daniel Cordier a commencé à rédiger dès 1990 et qui devait faire partie de ses Mémoires publiées en 2009 (Alias Caracalla), relate l'histoire de ses années de pension au Collège Saint-Elme, sur les bords du bassin d'Arcachon entre 1928 et 1936, après le divorce de ses parents. Travail mis de côté alors par son éditeur qui le convainc aujourd'hui malgré les réticences de l'auteur de publier. Les premières pages d'Alias Caracalla qui se faisaient l'écho douloureux de ce qu'il a nommé son "internement" à Saint-Elme en évoquant l'éclatement de sa famille et "sa nostalgie de l'amour perdu", peuvent enfin plus clairement s'expliquer.
L'incipit des Feux de Saint-Elme fera peut-être date on ne sait jamais : "J'avais treize ans, lorsque je lus un ouvrage qui bouleversa ma vie". Car les grands désarrois de l'élève Cordier dans l'entre deux-guerres, tiraillé entre sa libido et une quête d'idéal fondé sur la morale catholique inculquée par les Dominicains, trouvent un exutoire dans la littérature. Dans le "kaléidoscope céleste" de ses lectures où viendront se bousculer Bossuet, Pascal, Céline et Saint Augustin, la libraire d'Arcachon madame Gauthereau lui propose d'ajouter un soir de l'automne 1935, tandis que ses tourments l'assaillent, Les Nourritures terrestres : "Peut-être est-ce l'ami dont vous avez besoin ce soir !"
Quant au phénomène atmosphérique lié à la foudre visible en haut des mâts des bateaux, si souvent décrit par les marins, auquel le titre fait allusion de manière métaphorique il illustre assez joliment ce printemps de 1936 que Daniel Cordier n'oubliera pas de sitôt. C'est en effet un champ magnétique puissant qui s'abat sur Daniel âgé de quinze ans provoquant une attirance absolue, comme seule l'adolescence en produit, pour son jeune ami David de deux ans son cadet. Coup de foudre dont le récit s'attache à rendre compte sans faux-fuyants par une écriture directe et sans fard où l'intensité du souvenir prévaut sur l'analyse.
Ce retour en arrière n'est pas pour l'auteur, encore moins pour le lecteur, un exercice d'écriture ou de lecture banale, une sorte de rétrospective sentimentale ou fondatrice. Au-delà de l'aspect narratif c'est à une épreuve de vérité intime que se soumet Daniel Cordier qui, n'ayant jamais refermé totalement la porte sur une blessure qu'il s'infligea lui-même, nous donne à entrevoir en même temps, dans le manque affectif abyssal né d'une promesse entrevue et jamais aboutie, une partie insoupçonnée de sa nature entière, passionnée et exclusive. Celle qui font les rebelles. Il se donne ici une possibilité de se délivrer de tous ses démons.
Livre très attachant au dénouement étonnant qui ne peut selon moi être détaché du reste de ce que l'on sait de la vie de Daniel Cordier qu'on n'imagine pas faire cet aveu bouleversant : "Ne jamais oublier que le regret de ma vie est celui de cette histoire que je n'ai pas vécue, alors que mes plus brûlantes et mes plus douloureuses aventures me laissent aujourd'hui sans souvenir, sinon sans traces."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
sevm57
  06 avril 2015
De Daniel Cordier, je ne connaissais que son passé de résistant, mais après l'avoir entendu à la radio, je m'étais noté que la lecture des feux de St-Elme pourrait être intéressante. Et j'y ai repensé en voyant cet ouvrage sur les rayonnages de la médiathèque de ma ville.
Effectivement, Daniel Cordier livre un témoignage émouvant sur son adolescence dans un pensionnat religieux et sur son amour pour l'un de ses camarades, David Cohen. Son récit est très courageux, étonnamment sincère tant il se livre et se met à nu.
J'ai préféré la première partie aux suivantes, notamment les passages où il explique l'influence qu'ont pu avoir certains livres sur son parcours et sur la compréhension de ses sentiments.
Ce roman autobiographique est par ailleurs très bien écrit et m' a donné envie de lire Alias Carracala, ouvrage dont il était prévu qu'il fasse partie au départ.
Commenter  J’apprécie          130
frandj
  02 mars 2016
Daniel Cordier est surtout connu pour son rôle important pendant la seconde guerre mondiale en France (il a été le secrétaire personnel de Jean Moulin) et pour ses travaux d'historien. J'ai lu "Alias Caracalla", qui est un ouvrage très détaillé sur la Résistance. Ici, il s'agit de tout autre chose ! L'auteur n'hésite pas à se mettre à nu devant le lecteur. Il revient sur des épisodes particuliers de son adolescence, qui l'ont marqué pour toujours et qu'il raconte avec une franchise et une précision stupéfiantes.
En 1936, il était pensionnaire dans un établissement scolaire dirigé par des Dominicains. Il avait un caractère très fort. Ses tendances homosexuelles étant exacerbées par la promiscuité avec ses camarades, il tomba amoureux d'un garçon plus jeune que lui nommé David. Daniel Cordier décrit par le menu les affres par lesquelles il est passé alors: il était violemment partagé entre son inclination (évidemment interdite !) et son idéal de suivre la voie de Jésus-Christ (telle qu'elle lui était rappelée par son confesseur). J'ai été frappé par cette atmosphère d'un autre âge; tout écart par rapport à la perfection morale entraînait une condamnation du fautif. Par ailleurs, on est très étonné de l'immense influence qu'exerçaient certains écrivains de l'époque sur l'adolescent.
Dans une scène qui est le point culminant du récit, David se rapproche enfin de Daniel, qui se refuse, à l'encontre son désir le plus vif, pour des raisons morales. Cette rencontre ratée restera dans la mémoire de l'auteur. Il comprendra que David a été brièvement son seul vrai amour, avec toute l'ardeur et la fraîcheur de leur jeunesse. Soixante ans après, il finira par retrouver la trace de David devenu un vieux petit-bourgeois méfiant, souffreteux et tout à fait quelconque. le livre finit dans une sorte de désenchantement. Mais on apprécie le courage d'un vieil homme qui dévoile tardivement les émois homosexuels de son adolescence, alors que le contexte a changé du tout au tout, en plus de soixante ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ollivier
  18 juillet 2021
Un amour de jeunesse gravé dans le souvenir.
Comme à tous les amours de jeunesse, le premier particulièrement, on donne une importance primordiale, significative de ce qui suivra au long d'une vie. C'est le cas ici : un amour de collège qui ne s'épanouit pas entre la timidité, le sens de l'honneur, la honte, les rets d'une religion punitive.
Mais l'intérêt de ce livre est surtout dans la dernière partie où l'auteur cherche à retrouver ce premier amour, dont il sait fort bien, il le pressent, que ce ne sera que silence, non-dits et déception : ce que seront effectivement ces retrouvailles.
Peut-être ferais-je ce reproche à Daniel Cordier de juger si sévèrement son ancien ami ("sa médiocrité, sa bêtise"), de le condamner si radicalement auprès du lecteur par ces mots si durs et que comparer sa destinée (résistant, secrétaire de Jean Moulin, galériste, écrivain) avec une vie modeste et banale aurait dû l'incliner à la douceur qu'il lisait autrefois dans le regard de son camarade de collège.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fabrice38
  11 juin 2016

"Les désarrois de l'élève" Cordier
Le célèbre résistant Daniel Cordier, auteur de "Alias Caracalla", nous livre dans ce nouvel ouvrage ses premiers émois amoureux avec David, l'un de ses camarades de classe. L'histoire se déroule dans l'internat Saint-Elme à Arcachon dans les années 1930. L'auteur nous relate cette période avec beaucoup de pudeur et de sensibilité.
Cette lecture qui tourne autour de la recherche frénétique de l'être aimé est vraiment touchante
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
Bibliobs   27 juin 2014
C'est un livre d'aujourd'hui qui semble d'un autre temps. Il exhale un parfum de feuilles mortes, d'encrier, de pensionnat et d'encens de messe. On y glisse du réfectoire au dortoir et du confessionnal à la douche. Les baisers sont volés et les secrets bien gardés.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Lexpress   06 juin 2014
Le secrétaire de Jean Moulin fut aussi clandestin dans ses amours, l'homosexualité dans la Résistance restant, aujourd'hui encore, un tabou.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
AlzieAlzie   19 juin 2014
A la mi-août, revenu en Arcachon pour les vacances avec mon père, je retournai à la Librairie générale afin que Madame Gauthereau, trouve à son habitude, un dérivatif à mes problèmes, dont le plus douloureux était le regret lancinant de David. Je refusai de lire la suite des Thibault (L'été 1914) qu'elle me proposait, parce que j'étais saturé des histoires de la Grande Guerre. j'avais seize ans et elle ne m'intéressait plus. Je décidai d'acheter Mort à Crédit de Céline, qui venait de paraître, et dont elle me vanta, avec persuasion, le caractère "iconoclaste". J'en avais paraît-il besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sevm57sevm57   06 avril 2015
Aussi chaque soir, avant de monter au dortoir, nous échangions des billets au texte identique : "viens me réveiller cette nuit, sans faute !". Le lendemain, nous n'osions pas nous regarder. Car chaque nuit, un sommeil angélique et harassé nous clouait au lit jusqu'au réveil. Afin de me tenir éveillé jusqu'au rendez-vous suprême, j'avais imaginé, un jour, de réciter des chapelets entiers ! Mais la Vierge devait condamner mes espérances puisque je m'endormais par cette nouvelle méthode plus rapidement encore que d'habitude !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
StockardStockard   13 janvier 2022
En chacun de nous, il y a un regret qui veille. Le mien s'appelle David. Pour d'autres, il n'y a que le nom d'une fuite sans retour.
C'est là que nous nous rejoignons tous, dans ce qu'on appelle la nostalgie.
Commenter  J’apprécie          140
TheAustenGirl33364TheAustenGirl33364   10 octobre 2014
En chacun de nous, il y a un regret qui veille. Le mien s'appelle David. Pour d'autres, il n'a que le nom d'une fuite sans retour.
Commenter  J’apprécie          90
StockardStockard   10 janvier 2022
J'ignorais qu'en amour, les mots seuls provoquent parfois les étreintes espérées.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Daniel Cordier (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Cordier
La Victoire en pleurant : alias Caracalla 1943-1946 Daniel Cordier Bénédicte Vergez-Chaignon Paulin Ismard, Yann Potin Éditions Gallimard Collection Témoins
D. Cordier retrace deux années et demie de son parcours, de la mort de J. Moulin en 1943 jusqu'à sa démission en 1946. Les conflits au sein de la direction de la Résistance, les positions des intellectuels dans le Paris occupé et le procès de C. Maurras font partie des sujets abordés. ©Electre 2021
https://www.laprocure.com/victoire-pleurant-alias-caracalla-1943-1946-daniel-cordier/9782072688775.html
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1316 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre