AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.47 /5 (sur 255 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Angers , le 28/10/1940
Biographie :

Danièle Sallenave est une écrivaine française.

Elle est reçue en 1961 à l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres (boulevard Jourdan) et à l’agrégation de Lettres classiques en 1964. En 1968 elle est nommée assistante à l’Université de Paris X Nanterre puis maître de conférences en 1973. Elle a enseigné la littérature et l'histoire du cinéma jusqu'en 2001.

Elle publie en 1975 son premier récit, "Paysage de ruines avec personnages", et reçoit en 1980 le prix Renaudot pour "Les Portes de Gubbio". Elle est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, romans, essais, récits de voyage, pièces de théâtre.

Elle a reçu en 1988 le prix du jeune théâtre de l’Académie française, en 2005 le grand prix de l’Académie pour l’ensemble de son œuvre et le grand prix Jean Giono pour "La Fraga", et en 2008 le prix Jean Monnet de littérature européenne pour "Castor de guerre".

Traductrice de l'italien, elle a été rédacteur en chef de plusieurs revues, dont le "Messager européen" et les "Temps modernes", et collabore régulièrement à différents journaux.

Elle a assuré de 2009 à 2014 une chronique hebdomadaire sur France Culture et présidait depuis 2013 le Haut Comité aux commémorations nationales.

Élue à l’Académie française, le 7 avril 2011, au fauteuil de Maurice Druon (30e fauteuil).

+ Voir plus
Source : http://www.academie-francaise.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
LES GILETS JAUNES, ET APRÈS ? TABLE RONDE Salle des États Généraux, Château royal de Blois L'ampleur de ce mouvement social pose des questions centrales sur l'état et l'avenir du pays : qui sont-ils et pourquoi aucun « corps intermédiaire » ne peut les représenter ? La transition énergétique est-elle nécessairement injuste ? le niveau des prélèvements obligatoires est-il vraiment excessif ? INTERVENANTS : Edwy PLÉNEL, Journaliste et fondateur de Médiapart, auteur de Gilets jaunes,la victoire des vaincus (Éd. La découverte), Danièle SALLENAVE, Écrivaine auteure de Jojo, le gilet jaune (Éd. Gallimard), membre de l'Académie Française et Alexis SPIRE, Chercheur à l'EHESS et auteur de Résistances à l'impôt, attachement à l'État (Éd. Seuil) MODÉRATION ET COORDINATION Guillaume DUVAL, Éditorialiste à Alternatives Économiques
+ Lire la suite
Podcasts (15) Voir tous

Citations et extraits (122) Voir plus Ajouter une citation
Danièle Sallenave
angie22   03 juin 2015
Danièle Sallenave
Un livre qui passe de main en main, et les voix se font entendre et soudain tout nous est rendu invisiblement, dans l'éternelle, dans l'impérissable beauté des songes.
Commenter  J’apprécie          210
Danièle Sallenave
cathcor   21 juin 2018
Danièle Sallenave
Lire un livre, c'est achever de l'écrire.
Commenter  J’apprécie          220
Xav93140   14 juin 2019
Jojo, le Gilet jaune de Danièle Sallenave
Qu'on cesse de se forger l'image d'un peuple "de salauds", selon Bernard Tapie, quand il lui arrive de voter FN. Qu'on relise Brecht dans un poème fameux : "Questions que se pose un ouvrier qui lit" :



Qui a construit Thèbes aux sept portes ?

Dans les livres, on donne le nom des rois.

Les rois ont-ils trainé les blocs de pierre ?

Babylone, détruite plusieurs fois,

Qui tant de fois l'a reconstruite ? Dans quelles maisons

De Lima la dorée logèrent les ouvriers du bâtiment ?

Quand la muraille de Chine fut terminée,

Où allèrent ce soir-là les maçons ?



(page 28)
Commenter  J’apprécie          160
Danièle Sallenave
Caliban   31 mai 2019
Danièle Sallenave
... Si l'instruction ne vous convient pas essayez donc l'ignorance .

in " L'églantine et le muguet" page 376
Commenter  J’apprécie          150
michdesol   19 avril 2019
Jojo, le Gilet jaune de Danièle Sallenave
La meilleure définition du populisme, je l'ai trouvée chez un intellectuel polonais à qui j'avais plusieurs fois rendu visite avant 1989 à Varsovie, l'historien Bronislaw Geremek. Enfant juif rescapé du ghetto de Varsovie, militant chrétien et laïque convaincu, séduit par le marxisme, il se passionne pour l'histoire des pauvres, des marginaux, et plus généralement pour celle des luttes sociales. Répondant à des questions du monde.fr en juin 2008, il écrit : « Le populisme exploite l'absence du peuple sur la scène publique. »
Commenter  J’apprécie          110
Xav93140   12 juin 2019
Jojo, le Gilet jaune de Danièle Sallenave
Les Gilets Jaunes, c'est la foule et la foule fait peur. Médecin et sociologue, admiré de Mussolini, Gustave Le Bon écrit dans Psychologie des foules en 1895 : "Par le fait seul qu'il fait partie d'une foule, l'homme descend plusieurs degrés sur l'échelle de la civilisation. Isolé, c'était peut-être un individu cultivé ; en foule c'est un instinctif, par conséquent un barbare." C'est "la grande peur des bien-pensants", le parti de l'ordre qui se crispe devant "la violence" - toujours vue unilatéralement, comme la violence des colonisés qui s'insurgent.

On parle de la violence du fleuve, disait Bertolt Brecht, jamais de celle des digues qui le contiennent.



(page 8)
Commenter  J’apprécie          100
AmandineMM   06 février 2012
La Fraga de Danièle Sallenave
Le vent se leva d’un coup, inattendu, brutal ; renversant au marché de Santa Margherita les paniers des maraîchères, arrachant les drapeaux au fronton des palais et les tentures au balcon des étages nobles, secouant les flammes aux mâts des bateaux, ridant l’eau des canaux, faisant passer au-dessus de la Giudecca une âpre odeur de mer ; balayant nuages, brumes et brouillard, et le tissu blanc qui, depuis des jours, collait aux visages. Comme sur une peinture que la poussière avait ternie, on vit d’un coup les couleurs renaître, les formes resurgir. Soudain, tout fut neuf, clair, éveillé, brillant, l’eau miroitante, les pierres éclaircies, et le ciel.
Commenter  J’apprécie          90
Pixis   19 août 2015
Le don des morts de Danièle Sallenave
Ce livre est « le récit d’une vocation de lecteur » (p. 41), elle explique ainsi ce qu’apporte la lecture : « Avec les livres ce n’est pas un monde, c’est le monde qui vous est offert : don que font les morts à ceux qui viennent après eux. » (p. 64)



Pour les analphabètes de notre monde actuel, ne dit-elle pas qu’ « être privé (de livre), c’est être privé du sens des choses : les ‘analphabètes’ d’aujourd’hui le sont bien plus gravement que du temps de mon arrière-grand-mère. Le temps que nous vivons (…) est terrible pour les sans-culture : il ne leur laisse aucune chance. (…) ce qui pourrait être à chaque moment un éveil, une excitation constante pour l’esprit, une source d’inquiétudes, de questions et de rêves, ne le mène à rien, ne débouche sur rien, puisqu’il n’a rien appris. (…). (p. 72)



Et elle poursuit « Quel monde a-t-on quand on n’a rien lu, s’il est vrai que lire c’est avoir un monde, se donner un monde, se constituer un monde ? » (p. 76)



p. 156, elle explique que « Lire, c’est voir. Cette capacité de nous faire voir, de donner quelque chose à voir, voilà le don des grands livres. (…) Quand nous lisons, la résonance des mots lus vibre, il est vrai, muettement dans notre gorge ; mais pour se résoudre aussitôt en une évocation d’images mentales que le sens des mots surgit et fait naître. »



Et ce que j’ai le plus apprécié est cette affirmation « ce qui importe à l’homme c’est de saisir le sens de ses actions ; leur clef. (…) la littérature n’y apporte pas de réponse, mais seulement le déploiement, infini, interminé, de la question »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lafilledepassage   05 juillet 2016
Sibir. Moscou-Vladivostok, mai-juin 2010 de Danièle Sallenave
Est-ce qu’en Russie on ne ressentirait pas plus vivement qu’ailleurs ce que nous ressentons tous, aujourd’hui, cette crise « pas seulement au niveau matériel mais au niveau humain » ? J’y pense souvent, de façon parfois obsédante. Des conditions inédites de développement, de sécurité, de santé, de bonheur même nous sont données, dans les pays développés évidemment : mais nous sentons en même temps que quelque chose ne va pas « au niveau humain ». Qu’il est peut-être en train de se passer en ce moment dans l’histoire du monde quelque chose de terrible, dont nous ne prenons conscience que partiellement. Une destruction très profonde, grave, dangereuse, qui affecte en nous cette fibre par laquelle nous pouvions faire passer de l’un à l’autre des sentiments essentiels, la pitié, la compassion, la compréhension. Une atrophie de ces capteurs d’humanité, en somme, dont les hommes ont besoin pour survivre. Ces dispositions fondamentales, la nécessité les avait forgées, car nul ne pouvait y survivre sans la solidarité, l’attention aux autres ; dans des sociétés où la liberté, le confort, la sécurité sont à peu près assurés, on croit qu’on en a plus besoin. C’est faux : on meurt de leur absence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ninamarijo   27 avril 2014
Sibir. Moscou-Vladivostok, mai-juin 2010 de Danièle Sallenave
Trop souvent la vérité sur l'URSS est dite avec haine et le mensonge avec "amour", écrivait Gide en 1937. Comme cette phrase de Gide est vraie ! Il suffit de mettre Russie à la place d'URSS.
Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur