AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.51 /5 (sur 89 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1966
Biographie :

Didier Castino est professeur de lettres à Marseille. Il est l'auteur d'"Après le silence" (Prix du Premier roman 2015 et le Prix Eugène Dabit 2015) et de "Rue Monsieur-le-Prince" (2017).


Source : Editeur
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Didier Castino - Rue Monsieur-le-Prince .
A l'occasion de l'Escale du Livre 2017, Didier Castino vous présente son ouvrage "Rue Monsieur-le-Prince" aux éditions Liana Levi. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2011691/didier-castino-rue-monsieur-le-prince Notes de Musique : Happytime by Podington Bear. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Bazart   21 septembre 2015
Après le Silence de Didier Castino
« Comment peut-on mourir avant les vacances, juste avant ? Quand j’y pense… Toute l’année travailler sans vacances d’été au bout, c’est du vol. Le mois d’août, il m’en manque un, on me le doit. Le mois d’aout raté sur le fil, pour presque rien. Le mois d’août 1974, sans moi. Rose et vous trois. Mes fils. Seize ans, dix et sept, c’est ça le mois d’aout 1974. Le mois d’aout que l’on voudrait repousser, que l’on n’attend plus avec impatience mais auquel il faut désormais penser comme un devoir, à une contrainte, comme à une épreuve. »
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24   02 février 2019
Après le Silence de Didier Castino
Très tôt on comprend que certaines choses nous sont étrangères, tout s'organise entre ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas, ceux qui vont à l'école et ceux qui travaillent, c'est l'un ou l'autre. Il n'y a pas de révolte, pas encore, la vie s'épuise ainsi (...) (p. 11)
Commenter  J’apprécie          110
sevm57   20 avril 2016
Après le Silence de Didier Castino
Mais je reste un fils d'ouvrier. J'ai des réflexes qui me le rappellent, j'ai des hésitations, des révoltes que je porte en moi et je me surprends toujours à comparer ce qu'il était et ce que je suis. Nos différences éclatent, mais ce n'est pas trahir. Tous les deux de la même famille.
Commenter  J’apprécie          70
MelleFifi   30 août 2015
Après le Silence de Didier Castino
Ces photos sont la mort de mon père que je découvre sans commentaires, sans larmes, ni trémolos, la mort d'un homme couché au sol, écrasé, broyé sous ce qu'il convient d'appeler moule, tombé sur un sol brut, pas de chape, aucun revêtement, mais de la terre qui mélangée au sange devient boueuse.
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24   26 août 2018
Après le Silence de Didier Castino
Je suis quelqu'un qui avant tout travaille, a toujours travaillé. C'est ma vie, la reconnaissance et la sécurité. (...)

Si tu veux raconter ma vie, tu ne peux parler de moi à l'école. J'ai dû y aller comme y vont les enfants de 1930, mais moi c'est le travail surtout. très peu d'argent à la maison , on le met dans des boites et on essaie de le garder , ne pas s'en servir pour être plus riche un jour, alors l'école... (...)Très tôt on comprend que certaines choses nous sont étrangères. (...) il n'y a pas de révolte, pas encore, la vie s'épuise ainsi (...) Aller à l'école, je n'y pense même pas, je gagnerai de l'argent et j'en mettrai dans des boites, à mon tour. (p. 11)
Commenter  J’apprécie          40
Jenouch   23 novembre 2015
Après le Silence de Didier Castino
Moi, ce n'est pas pareil. Je ne lis pas mais j'aime les livres. Je choisis des titres. Des auteurs dont j'entend parler autour de moi, dans le journal, au parti... Aragon, je pourrais, mais je me dis que j'aurai toujours le temps. On sait qu'il faut le lire, tout le monde le connaît, on le lira plus tard. Je préfère offrir des classiques. C'est plus solennel, il ne faut pas choisir à l'aveuglette. J'aime les livres parce qu'il y a tout. J'aime le temps que l'on prend, aller lire et revenir muet, maladroit, ne rien dire, ne pas raconter. Lire ne se raconte pas.
Commenter  J’apprécie          40
Stellar   07 février 2016
Après le Silence de Didier Castino
Je rentre à l'usine. J'ai treize ans. Je me souviens surtout de ça. Un nouvel élan, une ouverture sur un monde inconnu mais dont beaucoup parlent autour de moi, un monde difficile mais grâce auquel on devient un homme. L'usine est donc la promotion qui permet de rejoindre le sillage de mon père et de m'éloigner de celle qui aurait dû être ma soeur, de devenir un peu plus homme, un peu moins enfant. C'est peut-être pour ça que le souvenir est si aigu, me recouvre. Un sursaut, si tu veux, une prise de conscience, comme un traumatisme qui déterminera ma vie et mes désirs, mes révoltes et beaucoup de mes doutes. J'ai vraiment existé à partir de l'usine, comme si je venais d'elle. Excuse-moi d'insister, mais c'est par elle, l'usine, que j'ai pu grandir enfin et devenir un homme.
Commenter  J’apprécie          30
BULFAY   12 septembre 2015
Après le Silence de Didier Castino
"Je ne suis pas ouvrier et je t'emmerde. Il faut être libre pour pronnoncer cette phrase, être sûr qu'on peut la dire sans blesser personne, que le père en face, entendant cette saloperie, sourie et comprenne au-delà des mots. Je ne suis pas ouvrier et tu dois être fier"
Commenter  J’apprécie          40
MadameTapioca   18 avril 2018
Rue Monsieur-le-Prince de Didier Castino
Très tôt, je répétais que je n'avais pas d'histoire, que je ne faisais pas partie de l'Histoire, je le pense encore aujourd'hui. L'impression d'être né quand tout à déjà eu lieu. Ne pas avoir à choisir, il n'y avait rien à choisir, pas de longues soirées à fumer et à s'affronter, se préparer à des interventions secrètes, pas d'institutions à bloquer, de Bastille à prendre. Non, vraiment, quand j'y réfléchis, il n'y a rien. Né après la guerre, après la Résistance, après la Libération. Même 81, je l'ai raté.
Commenter  J’apprécie          30
MelleFifi   30 août 2015
Après le Silence de Didier Castino
J'entends les pages qu'elle tourne sans le savoir, moi quand j'en tourne une, il y a acte, je force le bruit plus que de raison, je regarde la page que je tourne. Je vois Rose et je l'entends lire, c'est le triomphe des ouvriers, le triomphe de la gauche, je suis libre, je ne travaille plus à l'usine, je suis riche, je bois ce que je veux, on a gagné quand elle lit, quand ses yeux bondissent ou glissent sur les lignes, on a gagné...
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..