AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.9 /5 (sur 232 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Long Branch (New Jersey) , le 22/08/1893
Mort(e) à : New York , le 7/06/1967
Biographie :

Dorothy Parker est une poétesse et scénariste américaine, connue pour son humour caustique, ses mots d'esprit et le regard acéré qu'elle porta sur la société urbaine du XXe siècle.

Connue également sous le nom de Dottie, Parker est née Dorothy Rothschild dans le West End district de Long Branch, New Jersey, où ses parents avaient une résidence estivale. Elle aimait à dire que ses parents l'avaient ramenée dans leur appartement de Manhattan peu de temps après un jour de fête du travail afin qu'elle puisse être considérée comme une véritable new-yorkaise. Ses amis la voyaient à la fois comme une source d'amusement et de tragédie. Elle tenta de se suicider au moins à trois reprises.

Pour Hollywood, elle écrivit, souvent en collaboration, les scénarii d’Une étoile est née (1937), de La Vipère de William Wyler (1941), Cinquième Colonne d'Alfred Hitchcock (1942), d’Une vie perdue (1947) et de L'Éventail de Lady Windermere d'Otto Preminger (adaptation de L'Éventail de Lady Windermere d'Oscar Wilde, 1949).


+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le choix des libraires vous invite à la rencontre de Sandrine Ziri, propriétaire de la librairie « L'Utopie » à Paris. Avec elle partagez ses coups de c?ur et ses auteurs favoris comme François Mauriac, Dorothy Parker, ou encore Raymond Carver et son recueil de nouvelles écrites de 1960 à 1974 : « Tais-toi, je t'en prie ».
Podcasts (1)

Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
liliba   27 décembre 2008
Hymnes à la haine de Dorothy Parker
"Je hais les Femmes : Elles me portent sur les nerfs.

Il y a les Femmes d'Intérieur...

Ce sont les pires.

Chaque instant est ficelé de Bonheur,

Elles respirent avec méthode

Et pour l'éternité se hâtent à grand pas vers la maison

Où il faut surveiller le dîner...

Il y a aussi les douces

Qui disent avec un tendre sourire « l'argent ne fait pas le bonheur »

Et ne cessent de me faire admirer leur robe

En me confiant : « je l'ai faite moi-même »...

Et vont épluchant les pages féminines des magazines,

Toujours à essayer de nouvelles recettes...

Ah, que je les hais, ces sortes de femmes !

Et puis il y a les Petites Fleurs Sensibles [...]

Et puis, il y a celles qui ont toujours des Ennuis [...]

Et puis, il y a les Madame-Je-Sais-Tout [...]

Commenter  J’apprécie          280
Dorothy Parker
Shrimp   14 août 2010
Dorothy Parker
L'amour, c'est comme du mercure dans la main. Garde-la ouverte, il te restera dans la paume ; resserre ton étreinte, il te filera entre les doigts.
Commenter  J’apprécie          220
Dorothy Parker
Caliban   08 janvier 2018
Dorothy Parker
Pardon pour la poussière .



[suggestion pour son épitaphe ... après son incinération ]
Commenter  J’apprécie          200
cmpf   07 juin 2015
La vie à deux de Dorothy Parker
Elle étendait cette bienveillante faveur à toutes choses y compris la chaise sur laquelle elle avait consenti à s’asseoir et souriait avec la même indulgence au verre de cidre qu’elle tenait à la main. Les Bain étaient pauvres, alors que Mme Whittacker avait, comme on dit ingénument, fait un beau mariage et aucune des deux sœurs ne perdait jamais de vue cette situation. Cependant, Mme Whittacker ne réservait pas seulement à ses parents moins fortunés son paternalisme bienveillant ; elle l’étendait également à ses amis de jeunesse, aux Travailleurs, aux Arts, à la Politique, aux États-Unis en général et à Dieu en particulier qui l’avait toujours servi de façon satisfaisante. Elle était prête en toute occasion à fournir sur lui les meilleurs renseignements si c’était nécessaire.
Commenter  J’apprécie          170
liratouva2   17 août 2010
Mauvaise Journée demain de Dorothy Parker
- Tu ne t’es pas amusée ?

- Oh, si, C’était parfait. Idéal. A ma place, quelle fille aurait donc pu ne pas s’amuser ? C’est bien évidemment l’idée que je me fais d’une soirée épatante : plantée toute seule dans mon coin, pendant qu’un tas de grandes gueules complètement soûles chantent bras dessus, bras dessous, quatre heures d’affilée. Ma parole, j’ai passé le meilleur moment de ma vie. Logique.
Commenter  J’apprécie          160
bibliophage   25 août 2009
La vie à deux de Dorothy Parker
Il se mit à évoquer avec attendrissement ce qu'il trouverait chez lui : son dîner, ses enfants et sa femme, par ordre d'importance.
Commenter  J’apprécie          170
cmpf   23 mai 2015
La vie à deux de Dorothy Parker
Si les Bain avaient voulu consacrer leur existence à collectionner tous les objets et meubles pouvant évoquer la contrainte, l’inconfort ou la tombe, ils n’auraient pas réussi plus parfaitement à faire de leur living room un véritable caveau de famille. Tel n’avait pourtant pas été leur but. Un certain nombre d’éléments contenus dans cette pièce étaient des cadeaux de mariage, d’autres étaient venu prendre la relève de prédécesseurs qui avaient succombé à l’âge ou aux chocs ; quelques-uns enfin avaient été apportés par le Vieux Monsieur quand il était venu habiter chez les Bain, cinq ou six ans plus tôt.

Tous ces objets s’ordonnaient remarquablement autour du thème général de la pièce, comme s’ils eussent été sélectionnés par un maniaque à qui le temps importait peu pourvu qu’il pût mener à bien son dessein obstiné : la transformation du living room des Bain en un Musée des Horreurs revu et corrigé pour l’usage domestique.

(Le Merveilleux Vieux Monsieur)
Commenter  J’apprécie          120
ClarissaDalloway   15 avril 2010
Mauvaise Journée demain de Dorothy Parker
Je le savais. Je savais que si je venais à ce dîner, j’allais me retrouver avec ce genre de petite merveille à ma gauche. Ils me le gardent au chaud depuis des semaines. Oh, mais il faut absolument qu’on l’invite - sa sœur s’est montrée si gentille avec nous à Londres ; on n’a qu’à le coller à côté de Mme Parker - elle a bien assez de conversation pour deux. Oh, je n’aurais jamais dû venir. Jamais. Je suis ici contre mon gré. Vendredi, vingt heure trente : Mme Parker contre Son Gré, à statuer. Pas mal, ils pourraient graver ça sur ma tombe : « Où qu’elle se soit rendue - y compris ici - ce ne fut jamais de son plein gré. » Est-ce bien raisonnable de penser à des tombes juste en début de soirée ? Voilà l’effet que mon voisin à sur moi, déjà ! Et la soupe n’est pas encore refroidie. J’aurais dû rester dîner à la maison. J’aurais pu me servir quelque chose sur un plateau. La tête de saint Jean-Baptiste par exemple. Oh, je n’aurais jamais dû venir. (…)

Si seulement j’avais quelque chose à faire. Je déteste rester comme ça sans rien faire. Les gens devraient vous prévenir quand ils vont vous asseoir à côté d’un truc pareil pour que vous puissiez apporter de quoi vous occuper. Chère Mme Parker, soyez s’il vous plaît des nôtres à dîner vendredi prochain, et n’oubliez pas vos ouvrages en retard. J’aurais pu apporter le tiroir du dessus de mon bureau ; ça aurait été l’occasion d’y mettre un peu d’ordre, ici, sur mes genoux. Ou bien l’album photo, histoire d’y coller enfin les photos de toute la bande sur la plage. Je me demande si mon hôtesse trouverait ça bizarre que je lui demande un jeu de cartes. Je me demande s’il n’y aurait pas une vieille édition du St. Nicholas dans les parages. Je me demande s’ils n’auraient pas besoin d’un petit coup de main à la cuisine. Je me demande si ça ne ferait pas plaisir à quelqu’un que je fasse un saut au coin de la rue pour acheter un journal du soir.

Mais celui à ma droite
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MissG   28 octobre 2012
La vie à deux de Dorothy Parker
Quand je pense à tous ces gens qui se marient et puis qui gâchent leur vie en se disputant pour des riens. Oh, je ne veux pour rien au monde ressembler à ces gens-là, chéri. On sera différents, nous deux, n'est-ce pas ?
Commenter  J’apprécie          120
Dorothy Parker
milamirage   26 août 2013
Dorothy Parker
Oh, la vie est une merveilleuse chanson, un pot-pourri d'impromptus ;

et jamais l'amour ne tourne mal ;

Et moi, je suis Marie, reine de Roumanie.
Commenter  J’apprécie          120
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mon oncle d'Amérique

C'est paradoxal, mon oncle est un chasseur solitaire ...

Francis Scott Fitzgerald
Carson Mc Cullers

13 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman , culture littéraire , écrivain , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur