AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.68 /5 (sur 488 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Chicago , le 01/09/1875
Mort(e) à : Los Angeles , le 19/03/1950
Biographie :

Edgar Rice Burroughs est un romancier américain.

Il est le créateur de Tarzan, l'homme-singe, l'un des personnages de fiction les plus connus au monde et de John Carter, l'un des premiers héros de science fiction. Il est également l'auteur de plusieurs séries de science-fiction et de romans policiers.

Il suit les cours de la Phillips Academy à Andover, Massachusetts, puis il est diplômé de l'Académie Militaire du Michigan en 1895. Il sera réformé en 1897 suite au diagnostique d'un problème cardiaque.

Après une période d'errances et de petits boulots, Burroughs travailla dans l'entreprise familiale à partir de 1899. En 1904 il quitte son poste et cherche du travail en Idaho, il ne tardera pas à revenir à Chicago.

En 1911, après sept années de bas salaires, il commença à écrire une histoire, il travaillait alors comme marchand de taille-crayons.

Burroughs publie sa première histoire, "Une princesse de Mars" ("A Princess of Mars", 1917) , qui fait partie du "Cycle de Mars" et se déroule sur Barsoom, sous le pseudonyme de Normal Bean qui fut imprimé Norman Bean. Le roman est initialement publié en épisodes dans "All-Story Magazine" à partir de février 1912 sous le titre "Under the Moons of Mars" (publié en français sous le titre "Les conquérants de Mars").

Rapidement il se met à écrire à plein temps, et avant même que "Les conquérants de Mars" aient été entièrement publiés, deux nouvelles histoires sont achevées dont "Tarzan seigneur de la jungle" ("Tarzan of the Apes"), qui fut publié à partir d'octobre 1912 et deviendra son plus grand succès.

Ensuite, Burroughs ne cesse pas d'écrire, produisant tout au long de sa vie plus de 90 volumes répartis en plusieurs cycles.
En dehors des aventures du Seigneur de la Jungle, il a écrit des aventures échevelées se déroulant sur Mars, Vénus ou la Lune, au cœur de la Terre et dans divers mondes perdus. Il a aussi abordé le western, le roman historique ou le roman de mœurs.
Son œuvre a généré des dizaines de films, des feuilletons radio et un nombre phénoménal de bandes dessinées.
"John Carter", un film d'heroic fantasy américain co-écrit et réalisé par Andrew Stanton en 2012, est une libre adaptation du roman de science-fiction "Une princesse de Mars".

site: https://www.edgarriceburroughs.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Edgar Rice Burroughs   (108)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Korak, le fils de Tarzan 2


Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation

Un guerrier peut changer de métal mais pas de cœur ! selon le dicton ayant cours à Barsoom.

[La Princesse de Mars]

Commenter  J’apprécie          200

Telles sont les manières du Barsoomien Vert : il n’a pas à travailler s’il peut conquérir et voler aux autres par le combat et la rapine.

[La Princesse de Mars]

Commenter  J’apprécie          190

D'ailleurs, il est bien évident qu'il faut combattre cette tendance à l'allongement de la vie, du seul fait que les ressources de la planète Mars diminuent sans cesse. Pourtant, cette longévité millénaire est un acquis des progrès remarquables de la thérapeutique et de la chirurgie. La valeur de la vie fait l'objet d'une considération quelque peu relâchée et légère. La vie est regardée comme une chose assez négligeable, ainsi que l'attestent leurs sports extrêmement dangereux ou l'état quasi permanent de guerre entre les diverses communautés.

Bine entendu, d'autres cause de décès parfaitement naturelles existent aussi : elles tendent à diminuer globalement le chiffre de la population. Toutefois, rien ne contribue davantage à cette fin que le fait que les martiens, mâles ou femelles, soient toujours en possession d'armes offensives et destructrices, outre le fait qu'ils s'en servent très volontiers !

Commenter  J’apprécie          170

La première des lois de la nature, la plus élémentaire, s'imposait - c'était d’ailleurs la seule solution à un problème d'une urgence telle qu'il fallait se décider en une fraction de seconde ! - : il me fallait m'éloigner de la pointe de lance qui était en train de me charger ! En conséquence, je fis un bond très terrestre et, en même temps surhumain. Mon but était d'atteindre le sommet de cet édifice que j’avais compris être un incubateur ou une couveuse.

Cet effort se trouva couronné d'un succès tel qu'il me stupéfia moi-même ; en outre, il parut étonner les guerriers martiens tout autant. En effet, ce saut m'éleva à au moins dix mètres de hauteur, et je retombai à plus de trente mètres de mes assaillants, de l'autre côté de l'édifice, reprenant enfin contact avec le sol élastique sans aucun mal, et même, disons-le, avec une certaine élégance.

Commenter  J’apprécie          170

Je crois bien que c'est ce système abominable, en pratique depuis des millénaires sinon bien davantage encore, qui est la cause essentielle de la disparition de tout sentiment raffiné et de l'instinct humanitaire chez ces tristes créatures. Sitôt nées, elles ne connaissent ni amour maternel ni paternel, ni le sens du mot "foyer" ; on leur apprend seulement que leur existence est tolérée jusqu'à ce qu'ils fassent leurs preuves, en montrant par leurs aptitudes physiques et leur férocité qu'ils sont aptes à vivre. Qu'ils viennent, d'une manière ou d'une autre, à rater cette démonstration, et on les abat aussitôt.

En outre, pas une larme n'est versée, par quiconque, devant les souffrances par lesquelles ils passent nécessairement au cours de leur prime jeunesse. Je ne veux nullement avancer par là que les martiens adultes sont gratuitement ou volontairement cruels envers leurs jeunes. On doit reconnaître que leur propre existence n'est qu'une âpre lutte, impitoyable et lamentable, pour arriver à subsister sur une planète moribonde, dont les ressources naturelles ont tellement diminué que le seul fait d'ajouter une vie supplémentaire exige un véritable sacrifice à la communauté dans lequel le hasard seul la fait tomber.

Commenter  J’apprécie          160

- Est-il vrai que vous mangez de la chaire humaine ? demandai-je avec horreur.

Elle me regarda d’un air apitoyé par mon ignorance.

- Mais oui ! Nous mangeons de la chair des espèces inférieures… Ne le faites-vous pas ?

- De la viande animale, oui, mais pas de la chair humaine !

- Mais si un homme peut manger de la viande des animaux, des dieux peuvent manger de la chair humaine…

Commenter  J’apprécie          150

Kerchak était mort.

Retirant le couteau qui l'avait si souvent rendu maître d'animaux plus musclés que lui, Tarzan, seigneur des singes, posa le pied sur la gorge de son ennemi vaincu et, une fois encore, lança à tous les échos de la forêt le cri sauvage du conquérant.

Commenter  J’apprécie          150

Une conviction profonde assurait ma présence certaine sur la planète rouge. Vous-même avez la certitude d’être sur la Terre ; auriez-vous l’idée de mettre ce fait en doute ? Personnellement, la possibilité d’être ailleurs que sur Mars ne m’effleura pas un seul instant.

Commenter  J’apprécie          150

Mais, je devais l'apprendre ultérieurement, le sourire d'un martien n'est que de pure forme ; quand à son rire, il a plutôt de quoi faire pâlir de terreur l'homme le plus courageux.

En effet, l'humour chez les Martiens Verts diffère grandement, de par sa conception, du nôtre, qui est franchement orienté vers l'amusement. Les souffrances qui accompagnent l'agonie d'un compagnon déclenchent le fou rire de ces étranges créatures. La forme la plus courante de distraction chez eux est de provoquer la mort de leurs prisonniers de guerre dans d'affreux tourments, aussi raffinés que possible.

Commenter  J’apprécie          140

Depuis la nuit des temps, à Barsoom, les femmes ont la prérogative de pouvoir changer d'avis à leur fantaisie, sans avoir à en donner la raison, dissimulant leurs goûts en matière de cœur.

Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Le quiz fou

Il était une fois un malheureux matou, maltraité par ses maîtres, qui se prenait sans arrêt des coups de fou.....

r
et
ace
rrière
rgon
le

18 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : mots , humour , vocabulaire , histoireCréer un quiz sur cet auteur