AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.66/5 (sur 4804 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Londres , le 18/12/1939
Biographie :

Michael John Moorcock est un écrivain, auteur de romans fantastiques, de fantasy et de science-fiction.

Son père, ingénieur, l'inscrit en vain dans des cours privés successifs ; à quinze ans, il rompt avec l'entropie scolaire. Ce qui lui plaît, c'est le rock : il est guitariste et chanteur dans plusieurs groupes, dont l'un part en Europe du Nord.

Cela ne l'empêchera pas de collaborer à des revues et des magazines destinés à la jeunesse, notamment "Tarzan Adventures" dont il devient en 1957 le rédacteur en chef, à 18 ans. Dans ce magazine, il y publiera ses premières nouvelles, en 1957 et 1958, autour d'un héros nommé Sojan, puis une série de romans pastichant Edgar Rice Burroughs, le "Cycle du guerrier de Mars" ("Kane of Old Mars", 1965).

En 1961, il crée son héros le plus fameux, Elric de Melniboné, dans la nouvelle "La Cité qui rêve" ("The Dreaming City"), parue dans le n° 47 de "Science Fantasy", sur lequel il ne cessera de revenir au cours de sa carrière.

Moorcock devient directeur de la revue "New Worlds" en mai 1964 et le restera jusqu'en avril 1968.

Les premières aventures d'Elric donnent le branle à une cascade de héros. Auteur très prolixe, Michael Moorcock est célèbre pour la richesse de ses personnages, qui ont rapidement acquis le statut d'icônes : Sojan, Kane, Corum, Dorian Hawkmoon, Erekosë, Jerry Cornelius, la famille Von Bek, Oswald Bastable. Toutes les ouvres de Moorcock forment en fait un seul cycle présentant les incarnations de l’Éternel Champion.

C'est en 1978 que Moorcock écrit l'un de ses plus gros succès, "Gloriana ou la reine inassouvie" ("Gloriana or the Unfulfill'd Queen"), une uchronie inspirée du règne d'Elizabeth Ire qui fut doublement récompensée par le prix John Wood Campbell Memorial et un prix World Fantasy en 1979.

Il a fondé le groupe Michael Moorcock and the Deep Fix avec lequel il sortira deux 45 tours, ainsi qu'un album en 1975.

Père de trois enfants d'un premier mariage, il se marie en troisième noces avec une américaine, Linda Steele, en 1983. Il a vécu à Londres avant de s'installer au Texas, aux États-Unis, en 1993.

site officiel : https://www.multiverse.org/
+ Voir plus
Source : www.allsf.net , http://www.cafardcosmique.com/MOORCOCK-Michael,151 , http://wikipedia.org
Ajouter des informations
Bibliographie de Michael Moorcock   (127)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Après Elric, découvrez l'adaptation de l'autre grande saga de fantasy de Michael Moorcock. Une ambitieuse série, qui continue de nous surprendre, révélant une oeuvre sombre, mâtinée de science primitive et de magie futuriste. Cycle épique et inclassable par son mélange de références, Hawkmoon est aussi le récit d'une vengeance terrible que Jérôme le Gris et Benoît Dellac magnifient avec générosité. Ils redonnent à cette oeuvre magistrale un souffle d'une troublante modernité. Hawkmoon - Tome 3, disponible en librairie

+ Lire la suite

Citations et extraits (437) Voir plus Ajouter une citation
- Et vous avez puni des hérétiques ?
- J'en ai vu mourir.
- Mais vous n'avez pas participé à leur massacre ?
- Non, par chance, cela m'aurait répugné.
- Mais vous pourriez punir un hérétique ?
- Madame, j'ignore ce qu'est vraiment un hérétique. Ce terme est fort employé de nos jours. On dirait qu'il s'applique à tous ceux que l'on désire voir occis.
Commenter  J’apprécie          440
Michael Moorcock
A une époque, en Angleterre et aux Etats-Unis, la fantasy et la science-fiction ont réussi à être bien considérés. Puis, en 1977, "Star Wars" est sorti et a établi une norme qui, de nouveau, a marginalisé la science-fiction. A mon avis, la culture moyenne a besoin d’exclure ce qu’elle ne comprend pas. Si vous lisez du Balzac, vous n’avez pas besoin de vous justifier.
Commenter  J’apprécie          388
Michael Moorcock
L’esprit cultivé français aide à révéler ce qui fait la nature de l’œuvre américaine ou anglo-saxonne (souvent à la grande surprise de leurs propres auteurs d’ailleurs, et sans nécessairement en recevoir de reconnaissance).
Commenter  J’apprécie          342
Traiter le capitaine John MacShard de solitaire tenait du pléonasme. Il était la solitude personnifiée. Tel un éperon rocheux dans l’immensité du désert, il était capable de résister à tout ce que la nature ou l’homme pouvaient intenter contre lui. Il était l’endurance même. Il incarnait l’intégrité et le courage. Seul un individu s’étant frotté à la fureur de l’inhospitalière Mercure dans toute son étendue pouvait comprendre ce que cela signifiait de mener une existence comme celle de MacShard, en n’ayant que soi-même sur qui compter.

Commenter  J’apprécie          310
La guerre, avec le Ténébreux Empire au besoin, était un modèle de limpidité par rapport à ça. Aurait-il découvert dans les cieux l'airain des ornithoptères granbretons, entr'aperçu dans les lointains les armées aux masques de bêtes, les chars grotesques et tout l'étrange attiyail du Ténébreux Empire qu'il aurait su quoi faire...
Mais ce qui arrivait était plus insidieux. Comment s'y prendre avec des rumeurs, avec des fantômes, avec de vieux amis qui s'étaient retournés contre lui?
("Le Comte Airain")
Commenter  J’apprécie          290
Sa vie durant, Hawkmoon avait méprisé la chagrine et pusillanime philosophie prétendant que l'homme seul n'était pas assez grand pour accomplir des merveilles, qu'il n'aurait jamais rien réalisé sans avoir été guidé par des puissances surnaturelles - par des dieux, par des intelligences plus évoluées venues d'au-delà du Système solaire. C'est craindre le pouvoir de son propre esprit que de se sentir le besoin de voir ainsi les choses, songea-t-il.
("La quête de Tanelorn")
Commenter  J’apprécie          290
Ils s'arrêtèrent en un point où un minuscule bouquet de cactus rompait l'uniformité du sable. Le vieux nomade sortit son long couteau et trancha les plantes presque au ras de leurs racines, puis il les pela d'une main experte et tendit à ses amis ces juteuses friandises.
" Ici coulait jadis une rivière, dit-il, dont la mémoire subsiste dans les profondeurs du sol. Le cactus se souvient. "
Commenter  J’apprécie          290
Michael Moorcock
C’est dans cette tradition populaire, empruntant des éléments aux sources françaises, allemandes et britanniques, que les romans à américains à quatre sous sont venus divertir les gens. Souvent comme avec "Frankenstein" et les Gothiques, le genre affichait une profonde méfiance à l’égard des figures d’autorité, qu’elles représentent l’Eglise ou l’Etat. Il tendait à soutenir ceux qui n’ont rien, pas même des droits. Souvent, le ténébreux méchant s’avérait être un prêtre ou un aristocrate et le héros, pour un certain nombre de raisons, venait du sous-prolétariat. En donnant voix aux aspirations de ce milieux-là, l’auteur suggérait que si un aristo privilégié était corrompu, instable, égoïste et ainsi de suite, c’était parce qu’il n’avait pas réussi à rempli les nobles exigences de son institution, de la même manière que l’on découvrait parfois que le noble sauvage ou la pauvre ouvrière avaient du « sang aristocratique ».
Commenter  J’apprécie          280
Un teint d'une pâleur cadavérique. De longs cheveux d'une blancheur laiteuse, qui tombent plus bas que les épaules. Des yeux en amande, de tristes yeux couleur de rubis, dans un beau et long visage. Deux fines mains de cette même blancheur cadavérique, qui émergent des manches vagues d'une robe jaune pour reposer sur les bras d'un fauteuil en rubis massif.
Commenter  J’apprécie          271
Si je ne peux revoir la femme que j'aime, je ne veux pas de substitut. Que m'importe d'être adoré ou non? Je l'aime pour elle-même. Mon imagination se réjouit non de la contrôler, mais de savoir qu'elle existe. Je ne joue aucun rôle dans le fait qu'elle existe. Je me contente de célébrer ce fait. Et je le célébrerai toute l'éternité.
Commenter  J’apprécie          272

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Michael Moorcock Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Michael Moorcock Voir plus

Quiz Voir plus

LNHI-31614: culture générale - la frontière dans tous ses états

Où se trouve la plus longue frontière continue entre deux pays?

En Asie
En Amérique du Nord

12 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : frontière , bande dessinée , musique , citations philosophiquesCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..