AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.19 /5 (sur 35 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Orléans , le 07/08/1970
Biographie :

Fabienne Kanor est une ancienne journaliste, devenue romancière et réalisatrice, d'origine martiniquaise.

Née le 7 août 1970 à Orléans dans une famille typique de fonctionnaires antillais – mère aide-soignante et père employé aux PTT – elle grandit avec ses deux sœurs dans "une barre". Déjà, Fabienne Kanor développe intérieurement ses propres histoires. Elle fréquente assidument la bibliothèque municipale et se nourrit de récits écrits par d'autres. C'est aussi l'époque de La Noiraude, une série d'animation française de trois minutes sur une vache noire qui passe son temps au téléphone à se plaindre auprès de son vétérinaire de ses probèmes existentiels. À l'école, les trois sœurs Kanor sont souvent les seules élèves noires.
La fin des années quatre-vingts marque pour Fabienne Kanor le début d'un long cursus universitaire : Licences en Lettres modernes et en Sociolinguistique à Orléans puis à Tours et ensuite à Paris où elle étudie sous la direction de Romuald Fonkoua. Elle écrit sa thèse de DEA en littérature comparée sur La Problématique de la terre dans la littérature antillaise et achève sa formation universitaire par un DESS de Communication écrite, option Sémiologie et Édition.
Une fois ses études finies, Kanor travaille pour une société de communication. Peu inpirée par cette profession, elle commence à écrire un premier roman qui ne verra pas le jour puis se lance dans une carrière de journaliste à la télévision (La Cinquième, Paris Première, France 3 et CFI), à la radio (RFI et Radio Nova) et dans la presse écrite (Nova Magazine). Ce tremplin de journaliste lui permet de se consacrer pleinement à la fiction et de débuter une carrière dans l'audio-visuel. Entre 2001 et 2003, elle réalise une série de documentaires dont des portraits de femmes noires telles que Jenny Alpha, Césaria Evora et Mimi Barthélémy. D'un séjour de deux ans à Saint-Louis du Sénégal et d'une relation douloureuse naît un premier roman : D'Eaux douces (prix Fetkann! 2004), paru dans la collection Continents Noirs chez Gallimard.
Dès lors, Kanor ne s'arrête plus. Son deuxième roman Humus (prix RFO 2007) voit le jour après un séjour marquant au Bénin. Humus est une « tentative de glissement » historique, inspirée de quelques lignes écrites par le capitaine nantais d'un bateau négrier dans son journal de bord. L'auteure y fait alterner, avec une chanson de marin, les voix de onze captives africaines confrontées à la traite.

+ Voir plus
Source : http://www.lehman.cuny.edu/
Ajouter des informations
Bibliographie de Fabienne Kanor   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La romancière Fabienne Kanor lit des extraits de son dernier roman, "Louisiane"

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
lejardindestephanie   01 avril 2012
Anticorps de Fabienne Kanor
Déterminée, du moins en théorie, à changer le monde, j'ignorais alors que j'étais un pion dans la matrice. Une femme comme une autre, condamnée au vieillissement, à plus d'emmerdes, à moins d'amour. Sous ma robe dont les rayures se dressent comme des barreaux, je sens pointer mes poignées de haine.
Commenter  J’apprécie          80
Jmlyr   08 janvier 2017
Humus de Fabienne Kanor
Dans quelques jours, le bateau de Yovo prendra la mer et nous en profiterons pour sauter.

"J'en vois parmi vous qui tremblent, redoutent la grande eau et ses mystères. Mais je vous le dis haut et fort, s'enfuir vaut mieux que se soumettre. La mort plutôt que l'esclavage !"
Commenter  J’apprécie          60
MegGomar   02 août 2021
Je ne suis pas un homme qui pleure de Fabienne Kanor
C'était l'odeur des ménages, aussi têtue que le sang et le lait. L'odeur de la paix des ménages que Jacqueline, sur les conseils de notre mère, avait patiemment cultivée depuis 1995. Partout dans le monde, on prenait cette odeur-là. Et chaque couple, qu'il s'aimât éternellement ou non, portait la sienne. Odeur universelle qui tout soudain me ramenait à mon statut particulier de grande fille seule, de paria. En me refusant à l'assistance conjugale et à la maternité, j'avais bouleversé l'éco-système. Après moi : rien, personne. Je m'étais soustraite à la loi de la reproduction. Dans cette mais on payée fifty-fifty pour éviter les ennuis, je me sentais minus et vulnérable. Même pas mère. Je n'avais eu que mes règles.
Commenter  J’apprécie          40
MegGomar   01 août 2021
Je ne suis pas un homme qui pleure de Fabienne Kanor
Entre vingt-cinq et trente ans, j'ai été une idéaliste. Je fantasmais sur les écrivaines, convaincue que l'écriture, l'art en général, les éloignait de la condition humaine, les mettait hors la passion simple, hors la vie. C'était chez les gens normaux qu'on s'embêtait à attendre un amant, à repasser ses chemises et à porter des dessous de putain pour le chauffer. J'ai haï la femme-chienne d'Ernaux plus fort que son lâche d'homme. Et je l'ai éjectée des romans que j'ai écrits. Aucune de mes héroïnes ne subit l'amour et ne tombe dans l'engrenage de la douleur et dès humiliations. Je me suis toujours arrangée pour qu'elles ne soient jamais les choses des hommes.
Commenter  J’apprécie          40
MegGomar   01 août 2021
Je ne suis pas un homme qui pleure de Fabienne Kanor
Pour faire le deuil d'un être aimé, se débarrasser complètement d'un malheur et s'attirer la chance, la magie antillaise recommande d'entrer dans la mer avec une botte de persil dentelée et de se frotter le corps avec. Puis de jeter le bouquet derrière soi et de partir sans se retourner. Est-ce que cette recette fonctionne en Île-de-France? Est-ce que ça marche avec du persil en barquette? Si le syncrétisme existe, autant m'accommoder de ce que j'ai sous la main, me résoudre à croire que toute eau, c'est eau, que huit mille kilomètres c'est rien, et qu'un bain de desenvoûtement dans la Seine n'a jamais tué personne.
Commenter  J’apprécie          40
Jmlyr   08 janvier 2017
Humus de Fabienne Kanor
L'homme est parole, ses silences ne durent pas.

Vinrent donc ces rumeurs venues du grand pays blanc et que des mains fiévreuses s'empressaient de glaner. Rapportés au sein des maisons, les bruits faisaient fureur. De peur et de colère, les maîtres rougissaient, à qui mieux mieux juraient avant de se signer.

Abolition. J'étais sur la véranda, en guerre contre les cacas poules, lorsque j'en entendis parler. Quelque chose se passait. Un nouveau jour se levait.
Commenter  J’apprécie          40
MegGomar   02 août 2021
Je ne suis pas un homme qui pleure de Fabienne Kanor
Le bain a-t-il agi? Il faut croire que oui à entendre s'exciter mon attachée de presse. On a gagné. En huit ans de carrière, c'est la première fois que je suis invitée sur le plateau d'une chaîne de télévision normale. Je ne compte pas les télés communautaires où l'on vous grime entre deux portes, où l'on vous offre de l'eau du robinet, où l'on vous interviewe en groupe, avec un vice-président d'association, où l'on s'excuse, au bout du compte, de vous avoir fait déplacer en RER pour rien. Oups!Le cameraman n'est pas là, oups! La présentatrice à tête et cervelle de starlette de maloya n'a pas lu votre livre. Je ne compte pas non plus mon apparition de trois secondes dix-huit sur TF1 en mars 2002. À l'occasion de la journée de la femme, la chaîne avait réalisé un micro-trottoir et recueilli le témoignage de quatorze anonymes. Non. Ce qui m'arrive aujourd'hui est proprement ébahissant. Fini l'incognito, le gang des francophones et l'underground. ON va me voir à la télé. Pas seulement ma mère, mon oncle Pilate et ma cousine, mais aussi Dave, Gavalda, la flic de l'autre jour, la conseillère junior de Pôle emploi, Paris, l'Ile-de-France, la France, l'univers, puisque l'émission où je suis invitée à parler de Ma Sauvage sera rediffusée sur TV5 Monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jmlyr   08 janvier 2017
Humus de Fabienne Kanor
Il y a de la violence dans le regard de nos maîtres, des jurons dans leur bouche lorsqu'ils brûlent nos ventres. Ils rient toujours après, nous comparent à des guenons noires, celles qui peuplent les monts de la grande Arabie.
Commenter  J’apprécie          30
de   12 avril 2012
D'eaux douces de Fabienne Kanor
Est nègre l’homme capable de coquer dix femmes à la minute. De fabriquer des mensonges cent fois plus gros que lui. De te voler ta vertu sans prendre de plaisir. Est nègre le dorlis, le chien savane. Est nègre l’homme qui te dit A et pense B. Qui te jure B et pense A. L’homme qui rement. L’homme qui repart. Qui disparaît sans scrupule. Revient sans commentaire. Est nègre celui qui te viole du regard. Te fait cinq gosses dans le dos. T’en fait voir de toutes les couleurs, te déclare que c’est lui l’homme et que tant que cela durera, le nègre durera. Est nègre l’homme dont tu rêves. Que ta peau, ton corps et ton sexe cherchent jusqu’à en perdre la raison. Est nègre enfin celui dont ton père te parle, ta mère te parle, les mauvaises langues te parlent depuis nanni nannan, depuis que le Noir est nègre
Commenter  J’apprécie          10
MegGomar   01 août 2021
Je ne suis pas un homme qui pleure de Fabienne Kanor
Les fantômes nous donnent des maladies malignes. Ils nous refilent le manque, l'affolement et le dépit.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LE HORLA - Guy de Maupassant

A son réveil, quelle terrifiante découverte le narrateur fait-il lorsqu'il souhaite vouloir se rafraîchir ?

Sa carafe d'eau est tombée
Son verre s'est brisé
L'eau de la carafe a disparu
sa tasse de thé est encore chaude
la bouteille de vin est sous son lit

10 questions
847 lecteurs ont répondu
Thème : Guy de MaupassantCréer un quiz sur cet auteur