AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 195 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 18/05/1956
Biographie :

Gisèle Pineau, née de parents guadeloupéens, est une femme de lettres française.

Son père, militaire de carrière, est muté en Martinique en 1970. Gisèle Pineau poursuit ses études d'abord en Martinique puis en Guadeloupe où elle passe son bac de lettres.

Elle retourne ensuite à Paris et commence des études de lettres à l'université de Nanterre. Deux ans après, elle abandonne ses études pour des raisons financières. Elle obtient un diplôme d'infirmière en santé mentale par la suite.

Après ses études à Paris jusqu'en 1979, elle regagne la Guadeloupe où elle travaille comme infirmière en psychiatrie au Centre hospitalier psychiatrique de Saint-Claude.

Mère de deux enfants, elle vit à Paris depuis 2000.

Plusieurs de ces romans ont été récompensés: "La Grande Drive des esprits"Grand Prix des lectrices du magazine ELLE et Prix Carbet de la Caraïbe en 1993, "L'Espérance-Macadam" en 1995 Prix RFO, "L'Exil selon Julia" Prix Terre de France et Prix Rotary en 1996 ou encore "Folie, aller simple : Journée ordinaire d'une infirmière" Prix Carbet des lycéens en 2011.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Gisèle Pineau - Le parfum des sirènes

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
Imo   19 février 2014
Un papillon dans la cité de Gisèle Pineau
Rien n'empêche le soleil de briller sur toute la terre, pas même le temps qui passe, la misère des hommes et les guerres...
Commenter  J’apprécie          250
Jennie   27 mai 2012
Un papillon dans la cité de Gisèle Pineau
La Cité, le 3 juin.

Ma très chère fille,



Je sais d'avance que tu seras étonnée de recevoir de mes nouvelles derrière un si long silence. Je ne pouvais faire autrement. Après des années difficiles, je connais aujourd'hui une vie meilleure. Sache que, depuis mon départ, j'ai pensé à toi chaque jour. Je suis sûre que ta grand-mère t'élève bien et t'aime beaucoup. Mais il est temps maintenant de me rejoindre en France où ta famille t'attend. Je suis mariée et tu as un petit frère de 4 mois.

Une de mes amies sera en Guadeloupe pendant les vacances. Vous repartirez ensemble. Tu peux lui accorder ta confiance.

Ma chère fille, j'espère que cela te fera plaisir de me retrouver.

Je t'embrasse très fort.

Ta maman Aurélie.
Commenter  J’apprécie          90
Aela   17 juillet 2013
Cent vies et des poussières de Gisèle Pineau
Quelquefois, faire un enfant de plus permettait de souffler un peu, grâce aux allocations de naissance qui renflouaient le compte bancaire.

Certaines ne manquaient pas de se plaindre, marmonnant qu'elles haïssaient la vie et plus encore les hommes qui les avaient poussées dans la misère.

Leur grande consolation était de se retrouver dessous la veranda de l'une ou l'autre.

Jacasser avec les copines, se plaquer des mèches, se teindre ou se défriser les cheveux, afin d'oublier durant quelques heures l'éblouissante cruauté du monde réel.
Commenter  J’apprécie          90
Myriam3   19 janvier 2019
L'exil selon Julia de Gisèle Pineau
Le manque du pays se manifeste en tous lieux et à toute heure. Il apparaît dans l'absence de couleurs au ciel de l'esprit voyageur qui vit de nostalgie. Endurer ce manque, le pomponner ou le couver, c'est souffrances assurées et soupirs. C'est habiter Là-bas, habité par le Pays.
Commenter  J’apprécie          80
olivberne   02 octobre 2013
Chair Piment de Gisèle Pineau
Elle resserra ses bras autour de lui. Ecarta davantage les cuisses, afin qu'il entre mieux en elle.

- Ca te plait, hein!

Mina détestait que les mots s'accolent aux gestes de l'amour. Ils lui faisaient l'effet de ces hannetons de la campagne antillaise qui, au soir, s'invitaient dans la case. Eperdus, éblouis, volaient fous vers la lampe. Finissaient leur courte vie, brûlés aux ailes et grillés à cœur, dans les exhalaisons de boucan diabolique. Le matin, la grande sœur Rosalia les ramassaient sur le plancher, parmi les poussières, les ravets desséchés et les araignées rouges. Elle essayait de les compter, mais n'allait jamais au delà de trois. (incipit)
Commenter  J’apprécie          70
Rika972   14 mai 2016
L'exil selon Julia de Gisèle Pineau
Ceux qui veulent prendre des mauvais chemins arrivent vite, mais échouent dans ravines et savanes ou la lumière ne perce pas.
Commenter  J’apprécie          80
domisylzen   22 juin 2015
Les voyages de Merry Sisal de Gisèle Pineau
Les visages implorant un brin de pitié

Les camps de réfugiés

Ces océans de bâches bleues

La chair noire meurtrie exposée

Les membres noirs amputés

Les cadavres noirs arrachés à la terre par des pelleteuses impavides

La détresse habillée de haillons titubant dans les rues dévastées
Commenter  J’apprécie          70
Rika972   14 mai 2016
L'exil selon Julia de Gisèle Pineau
Ne rends pas trop vite un sourire! Les diables aussi ont des dents pour singer l'amitié.
Commenter  J’apprécie          80
Aela   17 juillet 2013
Cent vies et des poussières de Gisèle Pineau
Lorsqu'elle arriva en sixième au collège Nelson Mandela de Lareine, un de ses professeurs lança à Sharon:

"Je n'ai jamais rencontré un bon élément de par chez toi. Tous ceux qui habitent là-bas sont voués au pire. Perdus d'avance.."

La Ravine claire.

Jusqu'alors Sharon ne s'était pas vraiment rendu compte qu'elle et sa famille vivaient dans ce qu'il fallait bien appeler par son nom: un ghetto.

Elle croyait que partout c'était pareil sur la terre, ce même monde violent, menaçant et angoissant.

Sharon était née là, le 20 janvier 1997, à La Ravine Claire, sa cité déshéritée nichée au pied du Morne Bisiou.
Commenter  J’apprécie          60
Satyasaibaba   12 juin 2014
Folie, aller simple : Journée ordinaire d'une infirmière de Gisèle Pineau
Tout au long de ces années passées dans les hôpitaux psychiatrique, je n'ai cessé d'apprendre...

J'ai appris la patience et l'humilité, la rigueur et l'observation, la compassion et l'écoute silencieuse.

J'ai appris à survivre dans ces espaces de fragilité absolue.

J'ai appris à retenir, à précipiter, fragmenter le temps.

J'ai appris à modifier la couleur des atmosphères.

J'ai appris à tourner les pleurs en rires, les silences en bouquets de paroles, les cris en murmures chatoyants.

J'ai appris à pacifier des Titans, à amadouer des reines acariâtres, à apprivoiser de bien tristes sires.

J'ai appris à prendre des coups, à recevoir des jurons de toute facture, à supporter la folie ordinaire, son cortège de désagréments.

J'ai appris sur le tas, les défaites, les pertes, les deuils, les ruptures, les renoncements.

Face au cataclysme quotidien, j'ai appris à sourire de mes petits dérangements.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Petit quiz migrateur... 😉

"Les hirondelles de Kaboul" :

juliette sachs
yasmina khadra
denis núñez
evane hanska
amélie nothomb

5 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : saga familiale , espagne , Oiseaux migrateurs , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..