AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.63/5 (sur 251 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1957
Biographie :

Françoise Cloarec est psychologue clinicienne, psychanalyste et peintre, diplômée des Beaux-arts de Paris.

Docteur en psychopathologie clinique de l’Université de Paris VII, elle est l'auteur d'une thèse en psychologie clinique intitulée "Séraphine de Senlis, un cas de peinture spontanée".
Elle a été consultée par le réalisateur Martin Provost au moment de l'écriture du scénario du film Séraphine (2008), dont Yolande Moreau tient le rôle-titre.
Elle a aussi écrit plusieurs livres dont les thèmes ont à voir avec le Proche-Orient, en particulier la Syrie, lieux de folie et de sagesse, Syrie, un voyage en soi, Le Caravansérail, Le Temps des consuls et Désorientée. Ses peintures font cohabiter différents mondes, religions, cultures et civilisations. La Syrie y est souvent évoquée derrière les traits gris et rugueux des statues de Mari. Celles-ci voisinent alors avec d’autres personnages vivants ou inanimés, d’époques plus ou moins lointaines, ou plus ou moins incertaines. Lorsqu’ils ne s’ignorent pas, les regards de ces figures se croisent, s’étonnent de partager le même espace sur la toile.

Elle a été nommée Chevalier des Arts et Lettres en 2001.

+ Voir plus
Source : amazon.fr et http://www.m-e-l.fr/Fran%C3%A7oise%20Cloarec,568 et http://f.cloarec.chez-alice.fr/
Ajouter des informations
Bibliographie de Françoise Cloarec   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Françoise Cloarec - J'ai un tel désir : Marie Laurencin et Nicole Groult


Citations et extraits (92) Voir plus Ajouter une citation
Elle est hors du temps, étrangère aux autres, perdue dans ses fantasmes de gloire mondiale et d'opulence.
Quand rien de tout cela ne se produisit, il apparut qu'il n'y avait en elle nul ressort de résistance, elle avait dépensé, généreusement prodigué, toute la substance de son âme dans une oeuvre qui maintenant se dressait, détachée d'elle, dans sa splendeur.
Il ne restait plus que l'esprit dépouillé et le corps usé d'une pauvre vieille femme qui avait été un génie, une sainte et une héroïne.
Commenter  J’apprécie          360
Il faut toujours se méfier des opinions qu'on a, parce que ce sont des opinions qu'on reçoit, qu'on a apprises et qui nous sont diffusées aussi bien par les livres, l'école, l'université, la télé, les médias...et elles brouillent toute approche du pathologique ou de l'esthétique...Ce n'est pas parce qu'on est fou qu'on est génial. Par contre, il y a des potentialités, qui ne se seraient jamais manifestées s'il n'y avait pas eu de catastrophes schizophréniques.

Jean Oury, Création et schizophrénie.
Commenter  J’apprécie          230
Marie Laurencin et Nicole Groult se sont créé un univers féminin bien à elles, un havre de douceur. Leur complicité tendre et rieuse n'inquiétait personne. Et puis, quelle importance la sentimentalité entre femmes.

André Groult adorait Marie... Il ne l'a jamais prise au sérieux, même quand elle a gagné des fortunes avec ses toiles.

Ce n'est pas parce que Nicole aimait Marie qu'elle se masculinisait, elle portait d'élégantes robes, des escarpins, adorait les hommages venant des hommes.
Commenter  J’apprécie          200
"Nos amours plombent parfois presque autant que des haines"
Commenter  J’apprécie          222
Séraphine grandit comme grandissent les petites filles de la campagne, le regard vers le ciel, vers les arbres, vers la lumière, mais la mémoire est déjà bien lourde.
Commenter  J’apprécie          180
Il y a du tigré, du moucheté, du velu, du chevelu, du rayé, de l'écailleux, du cachemire, des pois, du bariolé, dans les tableaux de Séraphine. On dirait que ça ondule dans les nervures, que ça vibre dans la ramure, que ça grouille dans les fleurs, dans les arbres, les feuilles, les fruits. Des insectes, des oiseaux, des plumes, faisans, paons, pintades apparaissent, se bousculent. Séraphine fait vibrer les teintes, superpose les couches, les empâtements.
Elle se permet tout.
Commenter  J’apprécie          150
Il la regarde droit dans les yeux, n'essaie pas de lui plaire, juste de retenir son attention. Son regard la caresse déjà.
Commenter  J’apprécie          160
Les couleurs triomphantes, les formes surtravaillées, avec de plus en plus de finesse, se posent, se superposent. Il y a du tigré, du moucheté, du velu, de chevelu, du rayé, de l’écailleux, du cachemire, des pois, du bariolé, dans les tableaux de Séraphine. On dirait que ça ondule dans les nervures, que ça vibre dans la ramure, ça grouille dans les fleurs, dans les arbres, les feuilles, les fruits. Des insectes, des oiseaux, des plumes, faisans, paons, pintades apparaissent, se bousculent. Séraphine fait vibrer les teintes, superpose les couches, les empâtements
Commenter  J’apprécie          140
Séraphine peint sans relâche dans son appartement-atelier. Le jour, elle fait ses "travaux noirs", en gagnant sa vie comme bonne à tout faire, mais le soir ce sont ses travaux de couleur.
Commenter  J’apprécie          150
Des dizaines de milliers de malades isolés dans les hôpitaux psychiatriques meurent de faim, de tuberculose et autres fléaux. Ils sont abandonnés de leur famille, n’ont plus de contact avec le monde extérieur, voient tous leurs appels échouer.
Dans ces établissements, pendant la guerre, 4500 malades sont morts d’inanition, victimes de l’indifférence générale. Indifférence envers ces « gens de rien ».
Commenter  J’apprécie          114

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Françoise Cloarec (376)Voir plus

Quiz Voir plus

Les chroniques lunaires : Cinder

Comment se nomme l'androïde de Kai ?

Sussi
Calvin
Iko
Nansi

8 questions
63 lecteurs ont répondu
Thème : Chroniques lunaires, tome 1 : Cinder de Marissa MeyerCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..