AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.82/5 (sur 2166 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne-Billancourt , le 30/01/1953
Biographie :

Dans sa jeunesse, Sophie Chauveau, intègre le Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris, puis devient journaliste, comédienne et écrivain.

Elle est écrit des romans, des essais, des pièces de théâtre et d'une monographie sur l'art comme langage de l'amour. Elle a publié près de 18 ouvrages et signe également pour la mise en scène.

Elle s'est documentée durant quatre ans pour écrire La Passion Lippi.

Parmi ses engagements militants, elle s'investit dans sa jeunesse au PSU, puis aux Amis de la terre en 1974 aux côtés de Brice Lalonde tout en œuvrant dès l'origine au Mouvement des femmes dès 1971. En 1979, elle anime la campagne des élections européennes pour Huguette Bouchardeau (PSU). En 1993 et en 1995, elle rejoint le comité de soutien de Lionel Jospin et crée les Ateliers de Mai.

Depuis 2002, elle est membre du comité directeur de l'association France-Israël.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Sophie Chauveau   (38)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Paris se lève de Armand Delpierre aux éditions Plon https://www.lagriffenoire.com/paris-se-leve.html • Code 93 de Olivier Norek aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=21264&id_rubrique=25 • Jean-Jacques Debout : La couleur des fantômes de Jean-Jacques Debout aux éditions Talent https://www.lagriffenoire.com/jean-jacques-debout-la-couleur-des-fantomes.html • La lettre de Patrick Sabatier aux éditions du Rocher https://www.lagriffenoire.com/la-lettre.html • La Dynastie des Forsyte - Version intégrale de John Galsworthy aux éditions Archipel https://www.lagriffenoire.com/1063374-divers-litterature-la-dynastie-des-forsyte.html • L'Histoire des Forsyte - Comédie moderne de John Galsworthy, Sylvère Monod aux éditions de l'Archipel https://www.lagriffenoire.com/l-histoire-des-forsyte-t.1-comedie-moderne.html • L'Histoire des Forsyte - le chant du cygne de John Galsworthy, Sylvère Monod aux éditions de l'Archipel https://www.lagriffenoire.com/l-histoire-des-forsyte-tome-2-le-chant-du-cygne.html • L'Histoire des Forsyte - Fleur du désert de John Galsworthy, Sylvère Monod aux éditions de l'Archipel https://www.lagriffenoire.com/l-histoire-des-forsyte-tome-3-fleur-du-desert.html • Sans un bruit de Paul Cleave et Fabrice Pointeau aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/sans-un-bruit.html • La Fièvre Masaccio de Sophie Chauveau aux éditions Télémaque https://www.lagriffenoire.com/la-fievre-masaccio.html • La passion Lippi de Sophie Chauveau aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/la-passion-lippi.html • La Fille de l'ogre de Catherine Bardon aux éditions Les Escales https://www.lagriffenoire.com/la-fille-de-l-ogre.html • La Madeleine Proust, une vie: Quand j'étais p'tite (1925-1939) (1) de Lola Sémonin aux éditions Pygmalion https://www.lagriffenoire.com/la-madeleine-proust-une-vie-vol01-quand-j-etais-p-tite-1925-1939.html • La Madeleine Proust, une vie, Tome 2 : 1939-1940 - Ma drôle de guerre de Lola Sémonin aux éditions Pygmalion https://www.lagriffenoire.com/36672-divers-litterature-la-madeleine-proust--une-vie-1939-1940---vol02---ma-drole-de-guerre-1939-1940.html • La Madeleine Proust, une vie. Sous la botte 1940-1941 de Lola Semonin aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/1090153-romans-la-madeleine-proust--une-vie---sous-la-botte---1940--1941.html • La Madeleine Proust, une vie. Libération 1942-1945 de Lola Sémonin

+ Lire la suite

Citations et extraits (435) Voir plus Ajouter une citation
- Pourquoi veux-tu que je renonce à me ronger les ongles ? Je leur dois tout. C’est grâce à eux que je suis peintre. À force de me faire saigner, en les arrachant avec mes dents, encore et encore, j’ai commencé à jouer avec le sang, et ça a fait des traînées de couleur aux formes émouvantes. C’est beau, le rouge du sang. Même mêlé de salive. Enfant, je passais des heures à tracer des lignes pour me désennuyer. Et tu me crois ? C’est la seule chose qui ne m’ait jamais désennuyé. Toute l’enfance. C’était tellement triste. Je n’ai rien aimé d’autre que de tracer des lignes et de les colorier avec le sang de mes ongles arrachés. Sans eux, je serais au mieux orfèvre, au pis tanneur chez mon père. En traçant ces arabesques de mon sang, j’ai appris à sentir l’espace de la couleur. Mes ongles, mes doigts furent mes premiers pinceaux.
Commenter  J’apprécie          456
... j’ai repris l’urne à mes pieds et je l’ai posée entre nous. Je me suis servie de Mère en cendres pour faire barrage à la main de Père sur ma cuisse gauche. Pour la dernière fois. En cendres, je lui ai fait tenir le rôle qui aurait dû être le sien de son vivant : me protéger de lui. 
Commenter  J’apprécie          422
Elle lui sourit. Elle est belle. Elle n’a plus l’âge de La Naissance de Vénus, mais elle est mieux finie aujourd’hui, moins indécise. Ses rides lui rappellent que pendant des années, elle a ri sans lui. Ces rides-là le bouleversent. Y réside toute sa fragilité. Toute sa force aussi. Elle a toujours cet air frondeur qui fit d’elle à vingt ans une femme tellement libre. Elle aussi à Carpe Diem se trouve exaucée. Elle est arrivée. Elle ne sait ni où ni à quoi, mais là où elle devait être. Là, près de lui.
Commenter  J’apprécie          390
Il me faudra des décennies avant de découvrir, grâce à Bataille, Sade et Pauvert, que telle est précisément la définition du pervers : un qui ne sait pas que l’autre existe, qui pioche, prélève des morceaux choisis de l’autre sans imaginer que ça peut lui faire mal. Puisque lui ne sent rien. 
Commenter  J’apprécie          380
Dévastée de honte et de culpabilité, la majorité des anciens enfants incestés se tait spontanément. Ils sont toujours terrorisés, hantés par la prémonition, régulièrement vérifiée, qu’on ne les croira pas. Qu’on risque toujours de leur demander des preuves…
« Reconnaître les faits, pouvoir les dire à quelqu’un de confiance est pourtant la première étape de toute reconstruction. La suivante étant le dévoilement devant la société, et/ou la justice », ajoute Cyrulnik. 
Commenter  J’apprécie          370
Sophie Chauveau
Tous les hivers, ma mère croyait que j’allais mourir. Peut-être même l’espérait-elle. Pour ne pas l’entendre se plaindre, je dormais le plus possible. […] En plus, j’étais vraiment fragile, j’attrapais tous les miasmes qui traînaient[…] J’étais en sursis. L’an prochain, peut-être, je n’y serais plus. Te rends-tu compte que je n’ai même pas appris à lire. Et nous n’étions pas pauvres. J’ai appris à treize ans chez l’orfèvre pour illustrer le Dante ! Avant ce livre, rien. Après non plus. À part Dante, lire m’embête.
(C'est Sandro Botticelli qui le dit, créateur de "La Naissance de Vénus").

Roman "Le rêve Botticelli", page 17.
Commenter  J’apprécie          345
Mais y a-t-il un bon jour, une bonne heure pour piétiner qui vous aime ?
[…] Il [Botticelli] est le premier à se faire ces reproches. C’est terrible d’être à ce point d’accord avec qui vous tue. Lui-même ne voudrait pour rien au monde d’un amant si navrant. […] Qui aime si peu faire l’amour qu’il faut l’en prier pour qu’il se rappelle que ça existe ! […] Qui plombe les heures les plus tranquilles par le ressassement de ses chagrins perpétuels [...]
Tu es toujours comme ça, là, assis dans ce coin d’atelier ; à caresser tes sales bêtes qui puent, les yeux dans le vide, sans rien exprimer. C’est horrible pour quelqu’un qui t’aime ! […] Tu ne sais pas vivre, tu ne sais pas jouir, et pis, tu n’en as même pas besoin ! C’est horriblement frustrant de faire l’amour avec toi. Tu fais ça comme tu te nourris, en chipotant, du bout des lèvres. Tu n’es jamais complètement présent. […]
Au lit, tu me fais penser à un minéral. J’aurais préféré un animal, même une plante…Toi, c’est au caillou posé là pour l’éternité que tu me fais penser. […] J’ai envie de ton plaisir et qu’il soit tonitruant, je ne dis pas bruyant, non, tonitruant. Un plaisir comme un pic de majesté, tu m’entends. Et pas le petit spasme comme un soupir que je parviens à t’arracher après des heures d’acharnement.
[...] Avec moi dans tes bras, désirant et épris comme je sais l’être, tu souffrais de toute façon. Sans moi, ça ne changera donc rien pour toi.

- Je souffrirai plus encore sans toi.
Commenter  J’apprécie          330
En fait Mère ne savait pas du tout à quoi pouvait servir un enfant, à part encombrements, gêne, perte de temps… ni bien sûr ce qu’il était usuel de faire pour l’élever. Alors elle m’a convertie en copine-confidente comme si j’avais son âge. Et ça me flattait… Sotte mendiante qui se repaissait de n’importe quelle miette d’elle. Comme sous hypnose, je ne la quittais jamais des yeux, elle m’obnubilait… Je savais l’absence de réciprocité de mon amour pour elle mais je l’aimais tellement que je l’aimais pour deux. 
Commenter  J’apprécie          340
Sophie Chauveau
Son amour pour Pipo* ne peut être immoral, ça ne peut pas être mal. C’est trop beau, trop grand, trop intense. Comment Jésus aimait-il l’apôtre Jean ? Ne dormait-il pas enlacé cotre lui ? C’est l’Évangile qui le dit.
[…] Si Botticelli ne le réprimait d’une poigne de fer en serrant son poignet, Pipo l’enlacerait en pleine rue à peine sortie de chez sa mère.
- Allez dépêche-toi. Je t’aime. Et je meurs d’envie que tu me perces de tes flèches…


Extrait du roman "Le rêve Botticelli", page 50.
Commenter  J’apprécie          331
– Les artistes n’ont pas de patrie. Ils sont partout chez eux. Partout où ils créent. Les rois passent, les territoires changent de maitres, mais les artistes ne créent que pour l’esprit, la poésie, la beauté… Sans limites. Sans frontières.
Commenter  J’apprécie          311

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Sophie Chauveau Voir plus

Quiz Voir plus

Femmes remarquables

D'origine polonaise, elle a obtenu deux fois le prix Nobel (1903, 1911) pour ses travaux sur les éléments radioactifs, notamment le radium.

Irène Joliot-Curie
Maria Callas
Jackie Kennedy
Marie Curie

15 questions
268 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..