AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 349 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Françoise Kerymer est née à Paris, dans une famille de libraires depuis plusieurs générations. Son arrière-grand-père ouvre une boite de bouquinistes sur les quais de la Seine en 1886, année où Jules Ferry rend l’école obligatoire. Son grand-père est expert en livres anciens et édite des livres d’art. Son père développe l'activité de libraire et modernise le métier, tout en renforçant un savoir-faire en matière de livres d'occasion.

Comme ses ainés, elle passe sa vie dans les livres. Dès l’enfance, la lecture est son domaine de prédilection. Sa vie professionnelle suit naturellement le chemin tracé. Avec sa famille, d’abord, elle apprend le métier ; plus tard, au sein d’un groupe de librairies traditionnelles ; puis dans un groupe culturel où, avec les libraires, elle s’engage pour la sauvegarde de la profession.

Françoise Kerymer se consacre désormais à l’écriture, romans en particulier, mais pas seulement. Elle est aussi librettiste de ballet et d'opéra.

Elle a publié 4 romans : "Il faut laisser les cactus dans le placard" (2010), "Seuls les poissons" (2012), "Trois éclats toutes les vingt secondes" (2014), "L'automne attendra" (2018), tous parus aux éditions Lattès, puis en livres de poche, chez Pocket.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Dialogues, 5 questions à Francoise Kerymer www.librairiedialogues.fr 5 questions posées à Francoise Kerymer, à l'occasion de la parution du livre Seuls les poissons (éditions JC Lattès).
Citations et extraits (149) Voir plus Ajouter une citation
Annette55   20 novembre 2015
Il faut laisser les cactus dans le placard de Françoise Kerymer
"L'amour ne se mérite pas. Il est ou il n'est pas."
Commenter  J’apprécie          320
gouelan   22 juin 2018
L'automne attendra de Françoise Kerymer
"L'astronome qu'il aurait pu être les connaissait bien, ces espaces dans le ciel, pointes de diamant qui dialoguent par-dessus les immensités noires, se découvrent des affinités et s'attirent, comme les notes s'attirent entre elles et créent la musique. Un minuscule intervalle, entre ré dièse et fa bécarre, un rien Mais un infini."
Commenter  J’apprécie          271
gouelan   21 juin 2018
L'automne attendra de Françoise Kerymer
Il se sent comme un peintre qui ne trouve pas la bonne couleur, aurait dit son père, dans son atelier, pestant devant un tableau en cours. Soudain, il dresse l'oreille, se détend. Voilà, cette harmonie dans laquelle se glisse maintenant sa phrase musicale, sans effort. Pourquoi, juste maintenant ? La luminosité de l'air ? Ce goéland qui a tourné autour du rocher ? Décidément, la musique fait ce qu'elle veut, se dit Alex, en s'éloignant d'un pas alerte.
Commenter  J’apprécie          260
jeunejane   30 septembre 2016
Il faut laisser les cactus dans le placard de Françoise Kerymer
"Je le sais, je n'avais rien compris à la vie à deux, on n'épouse pas quelqu'un pour se guérir de quelqu'un d'autre, le mariage, ce n'est pas une cure de désintoxication." Je l'ai réalisé assez vite, mais je n'ai pas eu le courage de m'avouer que je m'étais trompée ; alors je me suis mise en roue libre.
Commenter  J’apprécie          253
pyrouette   16 février 2020
Trois éclats toutes les vingt secondes de Françoise Kerymer
Il pleure sa souffrance infinie, enfant égaré dans un monde imprécis, menaçant, dans lequel il n'est jamais comme il doit être, comme on attend qu'il soit.
Commenter  J’apprécie          240
pyrouette   22 juillet 2015
Il faut laisser les cactus dans le placard de Françoise Kerymer
Quand je me vois dans la glace, j'ai toujours le même choc, l'impression d'un énorme malentendu : cette femme-là, devant moi, est tellement plus vieille que dans ma tête. Vu de l'intérieur, j'ai dix ans de moins. Pas pour me rajeunir ou être plus belle. Tout simplement parce que je me sens comme ça.
Commenter  J’apprécie          230
gouelan   22 juillet 2015
Il faut laisser les cactus dans le placard de Françoise Kerymer
L'homme, ça abime tout, il n'y a que la nature qui soit vraiment, complètement, belle.
Commenter  J’apprécie          240
Symphonie   23 mars 2013
Il faut laisser les cactus dans le placard de Françoise Kerymer
" Être libraire, c'est être commerçant, oui. Mais c'est aussi passer des messages, défendre des idées. Ce sont les libraires qui sont les garants de la liberté de penser, les dépositaires des progrès de l'humanité et les diffuseurs des idées nouvelles. Ne l'oubliez jamais "
Commenter  J’apprécie          210
gouelan   21 juillet 2015
Trois éclats toutes les vingt secondes de Françoise Kerymer
Sa brusquerie, qui monte en elle et lui envoie l’image de son impuissance et la limite de sa résistance, n’arrange rien, évidemment. Petit à petit, elle lui enlève son estime d’elle-même, comme la mer grignote la roche friable, la ronge, la diminue.
Commenter  J’apprécie          200
pyrouette   23 février 2020
Trois éclats toutes les vingt secondes de Françoise Kerymer
On peut choisir de faire face à la vie. Ou de la fuir. Mais pour y faire face, il faut se faire confiance.
Commenter  J’apprécie          200
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..