AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782709642675
400 pages
Éditeur : J.-C. Lattès (03/10/2012)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 58 notes)
Résumé :
"Depuis mes seize ans, tous les jours de ma vie, je les ai traversés avec du vernis à ongles. Rouge, crème, transparent, c’était selon, en fonction des modes et des époques. (…) Un de ces deniers matins, je me suis levée avec la certitude que le vernis, c’était fini pour moi."
Marie se sent seule, inutile et dépassée. Alex, son mari pianiste, est parti en Grèce pour composer, et leurs deux filles vivent leur vie : Elsa, jeune chercheuse en médecine, habite à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
petitsoleil
  19 mars 2015
Merci NolaTagada de m'avoir fait découvrir, par Babelio et par le blog, qu'il existait cette suite au livre "Il faut laisser les cactus dans le placard" (titre énigmatique certes, mais ouvrage réussi).
J'aime toujours la plume de F. Kerymer, qui sait nous embarquer dans des histoires familiales complexes, "en Bretagne au centre du monde", et ailleurs aussi, aux Antilles, à Paris, à New York, en Grèce ...
De l'évasion donc, des sujets graves et légers, comme dans nos vies, des personnages forts et attachants, les trois soeurs Anne, Marie et Lise, les soeurs Sarah et Elsa .... Les hommes aussi sont émouvants, Alex le musicien épris d'absolu qui compose des sonates en Grèce, seul loin de sa femme, Carlos le bon vivant, Ahmed le jeune sculpteur ... Je me suis moins attachée à Gabriel, pourtant il est le point central autour duquel tout le monde essaie de vivre malgré tout, de se reconstruire ... Il n'est pas le seul à devoir affronter son passé et garder foi en l'avenir. Les combats de Sarah et Elsa m'ont émue, j'ai beaucoup aimé ces deux soeurs si différentes et si fortes. Anne la généreuse artiste me plaît toujours autant, on aimerait avoir des amies comme elle ...
L'art sous toutes ses formes, la musique, l'ambition, la passion des livres, la sculpture ont aussi une place importante dans ce roman. Ces thèmes aussi contribuent à le rendre vivant, émouvant. La résilience et l'espoir aussi sont de beaux thèmes abordés avec sensibilité dans ce livre. A découvrir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
MBE
  31 octobre 2012

J'attendais ce nouveau roman de Françoise KERYMER depuis que j'avais terminé la lecture « des cactus. . . » il y a 2 ans.
Et bien sûr j'ai beaucoup aimé.
Il me reste après cette lecture l'impression d'une plongée sous marine délicieuse , le sentiment d'avoir assisté à l'élaboration d'une toile peinte avec des bleus, des blancs, des lumières. . .
• le bleu de la mer profonde, le bleu gris des ciels de Bretagne, le bleu turquoise des mers du sud et surtout des bleus à l'âme pour chacun des personnages.
• mais aussi des blancs : le blanc du linceul qui aurait englouti dans l'océan un être aimé, le blanc des trous dans la mémoire de Gabriel, les blancs laissés par les non dits de tous les membres de cette famille qui pourtant se parlent, se téléphonnent, s'écrivent mais . . .
• et encore la lumière des ciels De Grèce, de Bretagne, de New York mais surtout la lumière des petites flammes intérieures des différents protagonistes qui tout à la fois les éclairent et les freinent dans leurs élans . .
En même temps, cette plongée dans l'intimité de la vie de ces femmes et de ces hommes qui semblent n'exister vraiment qu'à travers leur art, musique, sculpture, littérature, et leurs instruments, piano, violon ou voix, nous permet de partager un peu de leur passion.
Et tandis qu'on accompagne les trois soeurs de la première génération, dans leurs univers respectifs, à la fois ouverts au monde et fermés sur elles mêmes, de l'atelier pour l'une, la librairie pour l'autre, le bateau pour la troisième, on a le sentiment étrange de n'être qu'un observateur regardant par une lucarne.
Elles sont dans leurs monde : Marie, Anne et Lise. Ils sont dans leurs mondes : Alex, Carlos et Gabriel., cependant que les deux jeunes femmes de la seconde génération : Elsa et Sarah, elles, sont dans des préoccupations plus immédiates, celles d'une vie à construire, à remplir de sens, à partager tout de suite.
Seuls les poissons . . . un vrai très bon moment.
Marie Bernadett
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
pyrouette
  26 novembre 2015
L'Auteure l'avait annoncé dans le premier tome de cette trilogie : il faut laisser les cactus dans le placard. Les personnages de cette histoire n'ont pas écouté ces sages conseils et ont voulu connaître la vérité. Pas leur vérité, non, celle de leur père qui a mené une double vie pendant des décennies tout en maltraitant sa femme et ses trois filles. le cactus en la personne de Gabriel est tombé amoureux de Sarah et de cet amour est né Petit Gabriel. le secret de famille révélé, la question est posée : Sarah a t-elle un lien de parenté avec Gabriel. Pourtant Marie, mère de Sarah a bien gratté dans le placard pour voir s'il ne restait pas d'épine de cactus. La famille explose, chacun révélant ses espoirs, ses désirs, ses amours et tous décident de vivre leurs passions quoiqu'il arrive. Jusqu'à la disparition de Gabriel. Les membres de cette famille prennent des décisions seuls en bouleversant la vie des autres. Il faut faire avec. Ils se cherchent, partent, reviennent et repartent pour de meilleurs horizons, pour une vie qu'ils veulent belle et sans contrainte. La réapparition de Gabriel va une nouvelle fois réunir la famille.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
NolaTagada
  18 février 2013
Avec un titre à la Catherine Pancol, Françoise Kerymer signe un deuxième roman au moins aussi réussi que le premier, si ce n'est mieux ! Je vous rassure, de Catherine Pancol, il n'y a que le titre. J'ai retrouvé avec la plus grande joie le style et l'ambiance si particulière que Françoise Kerymer arrive à donner à ses romans : une écriture fluide, légère, un brin poétique et des personnages toujours aussi attachants. ça raconte la vie, la vraie, avec ses subtilités, sa fragilité, sa complexité... enfin au moins dans les ¾ du roman, puisque comme son nom l'indique c'est un roman et des fois c'est un peu tout beau, tout rose et donc pas tout à fait comme dans la vraie vie. “Et alors ?!!”, bah oui, nous on aime ce qui est beau et rose, ça sert à ça les romans ! On sent que Françoise Kerymer écrit avec son coeur, et moi ça me touche, c'est pour ça que j'aime tant ses romans.
Alors que la petite famille vient d'essuyer un terrible drame, chacun essaie de se reconstruire à sa façon, d'affronter sa nouvelle vie avec ses vides et ses doutes jusqu'au moment ou l'impensable se produit. Les cartes sont redistribuées, et pour certains le jeu sera plus difficile que pour d'autres !
Racontée par chacun des personnage à sa manière et avec ses mots, cette jolie et sympathique saga familiale transpire la réalité : amour, jalousie, rancoeurs, tendresse, non dits, générosité, sacrifices, culpabilité. Les relations familiales sont de loin les plus complexes et c'est d'ailleurs pour ça, grâce au ciel, que nous choisissons nos amis ! J'adore la manière dont Françoise Kerymer les décrit, d'abord parce que c'est beau, c'est fort et sensible à la fois, ça semble vécu et puis aussi peut être parce que je m'y reconnais quelque fois et que je me dis “ouf, je ne suis peut être pas la pire des garces“. Merci Françoise de me dé cul pa bi li ser !! ca fait du bien !
Seuls les poissons” nous fait voyager de New-York à Corfou en passant par Paris et la Bretagne. On est très vite plongé au coeur d'une intrigue qui vous tient en haleine jusqu'à la fin. C'est un roman plein de tendresse et de bonheur où l'on côtoie avec le plus grand intérêt les joies et les peines de chacun des personnages qui vont et viennent au fil des pages. Encore une fois, j'ai eu envie de les connaître, de boire un café avec eux, de partager leur peine, de les réconforter ou de rire avec eux.
Comme tout bon roman, la lecture de la dernière page m'a fait mal au coeur et j'ai du refermer ce joli livre avec un pincement au coeur. Aurais-je droit à une suite ? Une chose est sûre, je m'y lancerai les yeux fermés et c'est d'ailleurs les yeux fermés que je vous conseille “Seuls les poissons” de Françoise Kerymer. Vous ne serez pas déçu du voyage.

Lien : http://www.nola-tagada.fr/ca..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Symphonie
  27 mars 2013
Seuls les poissons de Françoise Kerymer est la suite du roman Il faut laisser les cactus dans le placard. Si je n'avais pas lu le premier tome, je crois que je me serai perdue dans l'histoire ou que je n'aurai pas autant apprécié la lecture. J'ai quelques petits regrets. Je la trouve un peu " fouillis propre ". On navigue sans cesse entre la Grèce, les Antilles, New York, la Bretagne, Paris et tout, çà donne un peu le tournis... Ce qui me chagrine est la situation complexe entre Marie et son époux Alex. Il y a des trop de blancs à mon sens. Je me suis demandée s'ils avaient gardé un contact car Marie me semble un peu laissée pour compte de la part de son mari. On sait qu'elle décide subitement de partir aux Antilles puis rien n'est écrit concernant son retour pour le mariage de sa fille Sarah. Mais comme j'ai tout de même bien aimé le suite, disons que je ferme les yeux sur ces petits oublis.
Que du bonheur ! Tant et si bien que l'on aimerait faire partie de cette famille formidable ! On respire à pleins poumons l'air iodé de la côte Bretonne, toujours aussi chère à mon coeur...Hé! hé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
pyrouettepyrouette   08 décembre 2015
Je me débrouille pas si mal que ça, avec ma solitude, finalement. Et la contre-partie de mon isolement, c'est un sentiment intense de liberté, quand personne ne sait ce que je fais, où je suis, ni comment j'organise ma vie. J'aime. Et j'y tiens de plus en plus.
Commenter  J’apprécie          120
mamanpotammamanpotam   03 novembre 2012
"Vous avez aimé le 1er? Vous allez adorer le second"!!
Toujours le même style narratif si plaisant dans Les Cactus, mais avec encore plus de style, plus d'intrigues, plus de détails. Que du plus en plus.
Je suis de la génération de Sarah, que ce Gabriel est charmant...!
Commenter  J’apprécie          100
CarosandCarosand   30 janvier 2017
Avant qu'il s'en aille, j'ai dit à Ahmed : "Tu es extrêmement doué, tu ne dois jamais l'oublier. Ta sculpture est réellement exceptionnelle. Et.. si tu le veux bien... Je voudrais te l'acheter."
Il a tourné son visage vers moi, m'a lancé un bref coup d'oeil, ardent : "Ma sculpture, elle est à elle. La mer. Et la mer, c'est à tout le monde. Tu peux la garder ici. Elle n'est pas à moi."
Et il a quitté la maison sans lui jeter un dernier regard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
pyrouettepyrouette   07 décembre 2015
Voilà. Pile la chose qu'il ne fallait pas dire. Toujours ce fichu mauvais instinct. Mettre les pieds là où il ne faut pas. Tout ce que je fais, tout ce que je dis est à côté de la plaque. Ma mauvaise humeur redouble d'intensité.
Commenter  J’apprécie          90
mosaique92mosaique92   06 novembre 2014
Ici, à New York, je me débrouille pas si mal que çà, avec ma solitude. Et la contrepartie de mon isolement, c'est un sentiment intense de liberté, quand personne ne sait ce que je fais, où je suis, ni comment j'organise ma vie. J'aime.
Commenter  J’apprécie          70

Video de Françoise Kerymer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Kerymer

Dialogues, 5 questions à Francoise Kerymer
www.librairiedialogues.fr 5 questions posées à Francoise Kerymer, à l'occasion de la parution du livre Seuls les poissons (éditions JC Lattès).
autres livres classés : antillesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1121 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre