AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2922528235
Éditeur : Planète rebelle (01/09/2005)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Un village mis en contes

Comme Honoré Beaugrand dans dans La Chasse-galerie, Fred Pellerin a imaginé lui aussi un pacte diabolique, mais beaucoup moins avantageux. Née des braises de la forge et promise à un bel avenir, la fille du forgeron, surnommée Lurette, voit sa destinée compromise à cause d'une entente scellée entre son père et le prince des ténèbres. Ils ont convenu que, si elle se marie, son âme appartiendra au démon. Afin que cett... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Iboo
  26 décembre 2016
Je connaissais Fred Pellerin par les vidéos de ses spectacles et, à chaque fois, c'était un enchantement - même s'il est indéniable que, n'étant pas familiarisée avec les expressions et l'accent Québécois, certaines subtilités m'échappaient.
Puis, mon amie d'Ottawa m'a révélé que Fred Pellerin était aussi écrivain et qu'il avait publié des livres. Elle-même, d'ailleurs, m'a confié qu'elle avait encore plus de plaisir à le lire qu'à l'entendre (en raison de son débit accéléré de paroles à l'oral). Et je partage son avis.
En effet, il n'y a qu'à l'écrit que l'on peut saisir que le forgeron avait du savoir-fer ou que le condamné injustement à la potence espérait en vain une clé des champs, une clé de l'énigme ou une clé mence...
Un véritable bonheur que ces contes de village pétris d'humour, de poésie et de bon-sens ! Ça fait du bien cette savoureuse petite pause nous berçant entre réalité, féerie, absurde et imaginaire, sur fond de bienveillance et d'humanité. Un tendre bonbon au sirop d'érable au coeur de l'hiver et des turbulences du Monde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
Dixie39
  01 novembre 2014
Une de ces petites merveilles qu'il faut avoir lue et qui ensuite, ne vous quittera plus et si en plus, par chance, vous pouvez écouter Fred Pellerin vous contez ses histoires, alors vous ouvrirez de nouveau ce si joli livre et c'est sa voix, son accent, les mots de son pays, si proche et lointain à la fois, que vous entendrez...
Fred Pellerin a hérité de la mémoire de sa Grand-Mère et de son don pour les histoires. Il nous fait vivre la vie de Saint-Elie de Caxton, les aventures de la belle Lurette, du curé, de Riopel... On rit, on est ému, on a la larme à l'oeil et sans qu'on s'en aperçoive ce sont nos souvenirs d'enfance qui nous rattrapent et nous cajolent.
J'ai découvert Fred Pellerin dans mon petit village à moi. Un petit village bien loin de Saint-Élie de Caxton même si on pourrait penser qu'il n'est pas si différent tout compte fait.
Chez nous aussi les vieux ont toujours la souvenance des vieilles parlures et en cherchant bien on finira bien par trouver un bonhomme Riopel. Avant belle Lurette.

Lien : http://page39.eklablog.com/d..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Errant
  11 novembre 2015
Un lecture hautement sympathique par un jeune conteur qui ressort la parlure du terroir québécois et poursuit la tradition orale dans des spectacles mémorables qu'il livre ici sous forme écrite (bien que des CD accompagnent le livre pour pouvoir entendre ces contes puisque sa voix ajoute tellement). L'avantage de pouvoir lire par contre, c'est la possibilité de relire les jeux de mots, de prendre le temps de rire, de savourer sans peur de manquer la suite. Et quels propos pertinents sur la modernité par rapport "au temps où on prenait le temps de voir passer le temps"! Original, rafraîchissant, convaincant.
Commenter  J’apprécie          20
Cocotte8017
  08 février 2015
Fred Pellerin retrace la vie de son village à travers les contes de sa grand-mère. Ces légendes redonnent vie à la belle Lurette qui se pâme pour Dièse, un amour qui lui sera interdit par son père.
Les contes de Fred Pellerin sont tout simplement savoureux! Je me suis sentie bercée par ses mots. Et quel don pour manier les mots! C'est vivant, coloré, poétique et plein d'humour. Fred Pellerin m'a complètement transporté dans son imaginaire. La passion que porte l'auteur pour ses racines est palpable, ça m'a beaucoup touché. Ça donne envie de se rassembler autour du feu pour se raconter des histoires...
Commenter  J’apprécie          20
Pixie_dust
  21 juillet 2016
Les contes de Fred Pellerin nous ramènent au temps de "la belle parlure de nos aïeux"! C'est rempli de jeux de mots savoureux et les histoires sont belles, poétiques, drôles et intelligentes. En les lisant, j'entendais la voix de Fred Pellerin me les raconter dans ma tête! Je ne sais pas si ce livre est intelligible pour les francophones de l'extérieur du Québec, mais le lire est certainement une belle incursion dans notre héritage culturel; le langage coloré de nos grands-parents et leurs valeurs d'antan.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
IbooIboo   24 décembre 2016
À la messe du dimanche, dans sa robe à manches longues, monsieur le curé lança son venin.
- Il y a un coupable parmi nous, chers paroissiens !
Hein ? Un coupable...
Lentement, pour faire durer le suspense (comme s'il savait que ça allait devenir une histoire, qu'il fallait que ce moment-là s'étire pour faire saliver ceux qui écoutaient), il s'allongea le bras. Au bout de son geste, il s'ouvrit la main, se referma quatre doigts, puis garda son index pointé vers la salle.
(Un doigt béni qui pointe, ça fait tourner les têtes !)
- Babine ?
Des gros yeux enlignèrent Babine. Le fou pâlissait.
------------------------------------------------------------------
Le jour de la pendaison, une petite corde de balles de foin se balancignait au bout de la poutre. Sur la tête à Babine, faute de cagoule, on avait enfilé une paire de caleçons. (Ça ajoutait à l'effet tragique !)
Tout le village était attroupé dans la cour de l'église pour assister au spectacle ! On s'attendait à un bon show. Tout un événement ! (En plus, il faut savoir que, dans le temps, c'est à peu près tout ce qui se faisait en frais de prestation culturelle dans le milieu rural.)
La foule était nombrable.
Le public criait puis tapait des mains.
Tout le monde était heureux, sauf Lurette. Avant de le pendre, Lurette pensait qu'il vaudrait mieux d'aller jeter un coup d'œil, creuser pour voir. On ne sait jamais !
- Vas-y toute seule ! Nous autres, on veut pas manquer le dénouement.
Pendant que les dernières minutes s'écoulaient, que des hommes faisaient un nœud solide dans la corde, que Babine suait à grosses gouttes avec ses bobettes sur la tête, le curé faisait le sermon des pendus. Le fou se laissait mener, docile. Il espérait en vain, comme un serrurier, une clé des champs, une clé de l'énigme, ou seulement une clé mence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
IbooIboo   21 décembre 2016
Le meilleur ami de Lurette, c'était Dièse (Surnommé ainsi parce qu'il parlait toujours un demi-ton plus haut que tout le monde). Jeune chiqueux de tabac, rempli au bord des mêmes rêves et passions que la belle, Dièse fleuretait Lurette depuis l'enfance, sur les carreaux de la marelle. Il trouvait la fille en or tellement de son goût qu'il avait les yeux gercés d'avoir trop regardé ses lèvres.
Commenter  J’apprécie          202
IbooIboo   26 décembre 2016
De deux choses lune
L'autre c'est le soleil
(Jacques Prévert)

Ma grand-mère disait que l'histoire s'est passée dans le temps où c'est qu'il y avait encore des étoiles.
"Aujourd'hui, avec les lumières électriques trop nombreuses, avec la fumée d'usines trop ombreuses, on est aveuglé. C'est rendu que le ciel est observé à la lumière de la raison puis du progrès. Lumière qui fait pas briller grand-chose !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Dixie39Dixie39   01 novembre 2014
Ma grand-mère disait que l’histoire s’est passée dans l’antan où c’est que l’amour durait.
« Il faut jamais dire « j’aimais » qu’ils pensaient. On préférait conjuguer l’amour au présent de l’infini. « Je t’aime ! » Ce n’étaient pas des paroles à s’envoyer en l’air. Aujourd’hui, avec l’avancement, l’amour prend du recul. C’est devenu un sentiment intouchable, un sentiment qu’on approche juste avec des gants de plastique. C’est devenu l’amour avec armure. Une illusion qui va comme elle vient. On est en train de capoter ! »
Ma grand-mère disait que l’histoire s’est passée dans l’antan où c’est que l’amour durait. Toujours. Puis même après.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
IbooIboo   21 décembre 2016
Ah ! N'importe qui vous l'aurait confirmé : le forgeron avait le pouce vert pour la chamaille. Il était de ce genre d'homme à vous faire pousser une plante de chicane avec un pépin de rien !
Commenter  J’apprécie          210
Videos de Fred Pellerin (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fred Pellerin
Vidéo de Fred Pellerin
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
142 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre