AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.71 /5 (sur 363 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Florence , 1974
Biographie :

Gaia Guasti déménage à Paris à l'age de dix-huit ans.

En 1996, elle passe le concours national de la Femis (École supérieur des métiers de l’image et du son), département scénario.

Depuis, elle n’a pas quitté la région parisienne, où elle travaille comme scénariste pour le cinéma (Les Aiguilles rouges, 2006).

En parallèle, elle n’a jamais cessé d’écrire des récits de toute sorte, courts, longs, pour grands ou petits, en italien et en français.



Source : editions-thierry-magnier.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
A l'occasion de la sortie de la série "Une Île" de Gaïa Guasti et Aurélien Molas, l'actrice et comédienne Laetitia Casta nous parle de son rôle, de son rapport au théâtre, au jeu et de ses débuts à la télévision. Nous l'avions rencontré au festival Séries Mania.
Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
Harioutz   07 octobre 2019
La tête dans les choux de Gaia Guasti
Il faut parfois avouer que la vie est bien faite.

Le froid s'était définitivement installé dans la vallée, lorsqu'un dimanche, un cri m'a sortie de ma grasse matinée sous la couette.

- Ah ! Non ! C'est pas possible, ça !

Alarmée, je suis descendue dans la cuisine et j'ai trouvé ma mère en chemise de nuit, fixant d'un regard assassin la caisse où elle avait consciencieusement stocké sa réserve de pâte de coing pour l'hiver.

J'y ai jeté un œil prudent. A la place de l'aliment orangé qui m'était désormais familier, j'ai découvert des plaques verdâtres où se dessinaient des paysages de moisissures extraordinairement variés.

Toute notre pâte de coing avait pourri.

Face au désastre, ma mère tremblait de colère.

J'ai été tentée de lui rappeler que les champignons pouvaient revendiquer à juste titre une ancienneté sur Terre presque équivalente à celle des virus, mais son expression, où brillait la puissance de rogne d'antan, a suffi à me clouer le bec.

Elle a attrapé la caisse et ouvert la poubelle des déchets non différenciés à côté de l'évier.

Aïe. Si elle en venait à oublier le compost, c'était plus grave que ce que j'avais imaginé.

Elle allait y renverser sans pitié le fruit de tant d'efforts lorsque mon père, qui avait rappliqué en pyjama, a bloqué son geste, le regard fixe sur les infâmes moisissures.

- Fais pas ça !

J'ai immédiatement compris que nous arrivions à un tournant de notre existence.

- Tu as vu comme c'est beau ? On dirait un tableau, a murmuré papa, étrangement langoureux.

J'ai su à cet instant que mon père voyageait à nouveau, que le monde autour de lui retrouvait ses couleurs, sa brillance, sa netteté, ne serait-ce que pour transformer en peintures sublimes un amas de micro-organismes aguerris.

Après s'être cherché en vain parmi les tubercules et les plantes potagères, mon père venait de se découvrir un regard d'artiste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
orbe   29 avril 2013
La tête dans les choux de Gaia Guasti
Mon cerveau s'emballe.

On va avoir un petit frère. Grand-mère est morte. On va adopter un chat. Ils vont se séparer. Maman est malade. On a gagné au loto. La caméra de papa est cassée.

Le coup d'accélérateur est parti sans prévenir. Même les outils les plus performants ont leurs inconvénients.

Je suis tellement lancée dans l'almanach des merveilles et des catastrophes que je rate le début.

- ...à la campagne. On va vous montrer sur la carte.
Commenter  J’apprécie          270
Dahlianoir   22 mars 2012
Mayo, ketchup ou lait de soja de Gaia Guasti
Je ne crie pas à l'assassinat devant des tranches de saucisson. Mais chez moi, je fais comme je veux. Les "graines pour les oiseaux", j'aime ça, moi ! Et je n'ai aucune envie de me mettre à avaler des saucisses cocktail, du surimi et des glaces synthétiques juste pour faire pareil que les autres, pour qu'on m'oublie. Je n'ai pas besoin qu'on me laisse en paix, je suis en paix !
Commenter  J’apprécie          160
Harioutz   26 mai 2016
Mollo mollo le matin et pas trop vite l'après-midi de Gaia Guasti
Le grand-père de Prune n'est pas un méchant bougre, ça non. Mais il a eu trois mauvaises idées dans sa vie.

A. Il est parti à la retraite.

B. Il est retourné vivre dans son village natal, un tas de maisons en pierre au milieu de rien : Mollo-en-Borgne.

C. Il est devenu sourd comme un pot.

Résultat A+B+C = les vacances à Mollo, c'est du lourd. (p.7-8).
Commenter  J’apprécie          160
DanyDoc   23 septembre 2014
La tête dans les choux de Gaia Guasti
La population du 07, commence-t-elle à m'expliquer dans le car, se partage en trois groupes bien distincts, qui se croisent rarement. Les anciens, les néo, et les touristes.

[...]

Un néo, affirme Justine en me poursuivant dans la cour du collège, on le reconnaît aU premier coup d'oeil. première caractéristique immanquable, le néo ne peigne pas ses cheveux. Il aime se baigner dans les rivières glaciales, quiferaient craindre une pneumonie à tout adulte normalement constitué. Ilestsansdoute né en ville, ou il aconnu angoisse et frustration avant de trouver lajoie ardéchoise àlaréalisation personnelle. Aujourd'hui, ravi de sa nouvelle vie, il trouve naturel de sourire quoi qu'il arrive et promène donc une banane permanente plaquée sur lafigure.
Commenter  J’apprécie          150
orbe   08 octobre 2013
Sauve qui peut les vacances ! de Gaia Guasti
Je n'aurais jamais dû écouter mon père. Je n'aurais jamais pas dû prendre chinois première langue. Et coréen, en deuxième. "Comme ça, m'a-t-il dit en tirant sur son havane, tu seras dans une bonne classe, avec des élèves du même milieu que toi. Des gens qui veulent faire des études supérieures. En prépa, bien sûr. Pas comme tous ces minables, sans ambition ni culture, qui prennent anglais-espagnol pour finir dans une fac pourrie." Eh bien voilà où ça m'a mené...
Commenter  J’apprécie          140
kanarmor   13 août 2014
Mollo mollo le matin et pas trop vite l'après-midi de Gaia Guasti
Le grand-père de Prune n'est pas un méchant bougre, ça non. Mais il a eu trois mauvaises idées dans sa vie.

A. Il est parti à la retraite.

B. Il est retourné vivre dans son village natal, un tas de maisons en pierre au milieu de rien : Mollo-en-Borgne.

C. Il est devenu sourd comme un pot.

Résultat A + B + C = les vacances à Mollo, c'est du lourd.
Commenter  J’apprécie          130
sylvicha   16 septembre 2013
La tête dans les choux de Gaia Guasti
- Mais t'es quoi, toi ?

Comment ça, je suis quoi, moi ? La tatouée est venue s'asseoir à mes cotés, passant inexplicablement en mode offensif.

- Alors, t'es quoi ?

Force est de constater que je rentre à ses yeux dans la famille des objets inanimés. Une excellente façon de nouer le contact.

Du coup, je ne réponds pas. Faut pas me chercher.

Commenter  J’apprécie          130
beamag87   05 mars 2014
La tête dans les choux de Gaia Guasti
Dans les faits, un enfant seul, un enfant solitaire, un enfant autonome et un enfant très indépendant, c'est kif-kif: dans la cour de récré, on compte les trous dans le goudron.

Jusqu'à il y a deux ans, ç'a été mon cas. Je ne me plains pas, ça m'a rendue forte en calcul.
Commenter  J’apprécie          130
Isaya   03 décembre 2013
La tête dans les choux de Gaia Guasti
C'est donc ça, l'Ardèche.

Une ribambelle de petites choses, un bruit de moteur, le soleil, le chapeau improbable d'un de mes dix-sept voisins, et moi qui, pour une fois, ne suis plus en marge du monde, à la périphérie la plus lointaine de l'univers, mais bien au centre de tout ça, car c'est vers moi que roule la voiture, c'est ma peau que réchauffe le soleil, et enfin c'est moi que le paysan au sécateur regarde en ce moment.

Avec le plus beau sourire que j'aie jamais vu.
Commenter  J’apprécie          110
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



.. ..